Lettre de Jacques GUILLEMAIN adressée à Mr le premier ministre Edouard PHILIPPE

Lettre de Jacques GUILLEMAIN adressée à Mr le premier ministre Edouard PHILIPPE

Capture d’écran 2019-01-10 à 18.40.06.png

Monsieur le Premier ministre, Vous venez de nous livrer un discours pitoyable comme on en voit peu.

Alors que le pays est au bord de l’explosion, que la fracture sociale est totale et que bientôt la fracture identitaire, que vous niez depuis toujours, va désintégrer la nation, vous venez d’ajouter à l’arrogance de l’exécutif envers les Gilets jaunes une humiliation sans précédent.

Vous croyez vraiment que le compte y est avec quelques miettes jetées à des millions de Gilets jaunes en train de crever ? Oui, je dis bien à des millions de GJ.

Car quand 75 % de la population soutiennent encore le mouvement, malgré vos tentatives de le discréditer, malgré les insultes de vos sbires qui les ont traînés dans la boue, on ne parle plus de 10 000 ou 15 000 GJ autour des ronds-points, mais de dizaines de millions de Français, travailleurs et retraités, jeunes et vieux, de droite comme de gauche, qui soutiennent sans restrictions ce cri de détresse de tout un peuple abandonné par une caste dirigeante, arrogante et méprisante qui s’enrichit toujours plus et laisse crever le peuple.

Ils vous l’ont dit pendant trois semaines. Ils sont en train de crever. Le 20 du mois, ils doivent choisir entre manger, se chauffer ou faire le plein. Mais vous êtes incapable de comprendre ça.

Les caisses sont vides ?

Mais à qui la faute ? Vous avez dilapidé l’héritage des Trente Glorieuses, quand la France avait le 5e niveau de vie au monde, derrière les États-Unis, le Luxembourg, la Suisse et la Suède. Aujourd’hui, les GJ ont le frigo vide.

Qui a fait venir des millions d’immigrés sans diplôme ni qualification, la plupart incapables de s’intégrer dans une économie moderne et performante et qui vont gonfler le flot des assistés ?

Vous l’ignorez sans doute, mais selon l’Insee, le social représente 4 % des revenus d’un natif, mais 22 % des revenus d’un immigré africain.

Cette immigration bas de gamme coûte plus cher en social que sa contribution au PIB. Elle ne fait qu’appauvrir le pays en le nivelant par le bas.

Le taux d’emploi des natifs est de 85 %, celui des immigrés de 65 % !

Vous accueillez des illettrés à l’heure du numérique.

Votre discours n’était que dissimulation sur les véritables causes de votre impuissance à satisfaire les Gilets jaunes. C’est l’immigration de pauvres qui nous a ruinés.

Car ces GJ, c’est à eux que vous faites supporter le coût démentiel de l’immigration, 100 milliards par an, chiffre jamais démenti officiellement.

Les Gilets jaunes paient 1 038 milliards de taxes et impôts. Où vont-ils, puisque vous n’en avez jamais assez ?

Contrairement à votre discours sur la hausse des salaires, il est prouvé que le niveau de vie a baissé de 440 euros depuis 2008.

Depuis 40 ans, la France emprunte pour maintenir à crédit le niveau de vie.

Depuis 40 ans, elle paie 40 milliards d’intérêts à ses créanciers, étrangers pour la plupart. 2 points de PIB ! Plus que la croissance qui est de 1,6 % ! (Voir note en fin de billet)

Difficile de s’en sortir dans ces conditions, surtout quand on charge la barque avec toute la misère du monde qui vient profiter de l’eldorado social.

Les caisses sont vides ?

Mais fermez donc les frontières au lieu d’aller à Marrakech signer le Pacte sur les migrations, un torchon onusien qui va signer notre arrêt de mort en légalisant l’immigration clandestine et en accordant le statut de réfugiés aux migrants économiques.

Car au final, c’est bien un droit que l’ONU accorde à tous les migrants et un devoir de les accueillir qu’elle impose aux pays signataires.

Supprimez l’AME, qui coûte 1 milliard chaque année et soigne les sans-papiers couverts à 100 %, alors que plus d’un tiers des Français diffèrent leurs soins faute de moyens.

Arrêtez de payer des retraites de 830 euros à des étrangers (1 300 pour un couple) qui n’ont jamais cotisé ni travaillé en France.

Ça vous permettra d’annuler la hausse de CSG sur les retraites et le gel des revalorisations. Vous saignez des retraités qui ont travaillé pendant 45 ans, sans connaître les 35 heures ou les 5 semaines de congés payés.

Faites donc la traque aux faux mineurs isolés qui représentent 60 % des MNA, selon le Sénat.

Vous n’avez pas un sou à donner aux GJ, mais en 2017 vous avez dépensé 1,250 milliard pour accueillir 25 000 mineurs isolés et en 2018 la facture sera de 2,5 milliards. Dont plus de 2 milliards pour les faux mineurs.

Et pendant ce temps, 25 000 de nos paysans sont en faillite et les suicides se multiplient, mais ce sont des GJ, ils peuvent donc crever en silence.

350 euros par mois pour un paysan qui trime 15 heures par jour sans vacances, mais 50 000 euros par an pour chaque MNA !

De l’argent, pour l’immigration de masse, il y en aura toujours. Les Gilets jaunes paieront. Du moins c’est ce que vous pensiez jusqu’à la révolte.

Vous attirez toute l’Afrique. Mais peut-être ignorez-vous que le milliard d’Africains produit moins de richesses chaque année que ne produisent nos Gilets jaunes qui sont les forces vives de la nation. Nous leur devons tout.

Ils sont ouvriers, paysans, infirmiers, policiers, chauffeurs routiers, commerçants.

Ce sont eux qui ont fait de la France la 5e puissance économique du monde que vous êtes en train de détruire avec l’immigration de pauvres totalement inutiles.

En Afrique, le PIB par habitant, c’est 1 000 euros par an en moyenne, beaucoup moins au Sahel. Et vous vous étonnez que le tsunami migratoire s’amplifie ?

Votre politique est pitoyable, elle va détruire la France.

La mise à sac des beaux quartiers de Paris, c’est votre faute. La colère des Gilets jaunes accablés de taxes et impôts, c’est votre faute.

Les 4 morts et les centaines de blessés, c’est votre faute.

Le ras-le-bol des forces de police, dont les effectifs ont été laminés et qui travaillent dans des conditions déplorables, c’est votre faute.

L’effondrement du niveau scolaire et l’islamisation de l’école, c’est votre faute. Les 1 000 agressions gratuites par jour, c’est votre faute. Les familles juives qui fuient le 9-3 pour leur sécurité, c’est votre faute. Le terrorisme qui a fait 250 morts et 1 000 blessés depuis 2015, c’est votre faute. L’explosion des mini-califats qui envahissent les banlieues, c’est votre faute.

La fracture identitaire et la dislocation de la nation, c’est votre faute.

La faute collective de toute une caste méprisante qui se croit revenue à l’Ancien Régime et s’octroie de plus en plus de privilèges, comme l’a montré la scandaleuse affaire Benalla. Soi- disant un simple porteur de bagages, avec appartement de fonction, voiture avec chauffeur, port d’arme, badge d’accès à l’Assemblée, grade de lieutenant-colonel de réserve à 26 ans ! Du n’importe quoi !

Oui, tous ces maux, ces fléaux, vous en êtes tous responsables car votre seule obsession c’est de promouvoir le mondialisme et le multiculturalisme quel qu’en soit le prix pour les natifs.

Emmanuel MACRON est au service de l’Union européenne et du grand capital.

Et votre seul combat c’est celui que vous menez contre les patriotes et les identitaires,

ces salauds de populistes qui ont le culot de défendre leur identité et leur culture, et que les juges rouges harcèlent en permanence pendant que les vraies racailles, qui pourrissent la vie des Français, sont remises en liberté après un simple rappel à la loi.

Notre justice du « mur des cons » est tombée tellement bas qu’un immigré peut violer une jeune gamine de 15 ans en toute impunité, « parce qu’il n’a pas les codes » !

CASTANER n’a vu que des néo-nazis chez les Gilets jaunes. Mauvaise pioche. Parmi les 400 manifestants arrêtés, aucun crâne rasé avec tatouage de croix gammée.

DARMANIN, encore plus nul, a fait de la surenchère. « Sous les Gilets jaunes, il y a des chemises brunes ».

Mais le pompon revient à votre porte-parole Benjamin GRIVEAUX.

« Certaines personnes arborant un gilet jaune remontaient les Champs-Élysées avec des drapeaux en disant : « On est chez nous ». Ceux-là appartiennent à une extrême droite identitaire… Et ceux-là, nous les combattrons à chaque minute, à chaque heure et à chaque journée de ce quinquennat, jusqu’au bout. »

Agiter un drapeau en clamant « on est chez nous » va bientôt mener au tribunal !

Après la dictature de la pensée, on passe au cran supérieur, comme à Cuba ?

Vous rendez-vous compte, Monsieur le Premier ministre, combien ces déclaration sont grotesques, mais aussi insultantes pour les Gilets jaunes ?

Vous rendez-vous compte que des millions de Gilets jaunes sont dans la désespérance pendant que vos sbires les insultent et les méprisent ?

Mais où donc êtes-vous allés chercher de telles nullités qui ne comprennent rien à rien. Il aura fallu que Paris s’embrase pour qu’ils réalisent enfin qu’ils étaient à côté de la plaque et que la situation devenait gravissime !

Mais qu’allez-vous faire quand les banlieues vont s’embraser à leur tour, comme en 2005, mais à la puissance 10, alors que 5 000 armes de guerre dorment dans les caves ?

Si vous êtes incapables de gérer un paisible mouvement des Gilets jaunes, ce n’est plus l’état d’urgence qu’il faudra décréter, c’est l’état de siège.

Votre incompétence et votre manque de jugement font peur.

Pour conclure, quelles que soient les mesures que vous prendrez, Emmanuel Macron ne renouera pas avec le peuple. Vous l’avez trop méprisé et trop insulté.

C’est fini, le divorce est définitif.

Et la rupture va s’aggraver avec la mondialisation et l’immigration que vous souhaitez amplifier. Le monde nouveau de MACRON, c’est en marche vers la catastrophe sociale et identitaire. On se demande s’il a tous ses esprits.

Jacques Guillemain

Commentaires.

1. Ce document m’a été communiqué par un ancien fonctionnaire auprès de divers gouvernements depuis l’administration Giscard jusqu’à celle de Sarkozy.

2. Il est tout à fait évident que l’armée – du moins les hauts gradés à la retraite – s’attend au pire, à la guerre civile. Et ils ne se cachent plus pour le déclarer sur les médias alternatifs, choqués par le limogeage par Macron du Général d’armée Pierre de Villiers, Chef d’état major des armées, quelques jours après avoir accédé au château. Je suis anti-militariste mais j’avoue que ce serait probablement la meilleure solution pour tous les Français que de voir un militaire au Palais de l’Elysée. À voir par exemple :

https://www.youtube.com/watch?v=JWZ_2BvlOsA

https://www.youtube.com/watch?v=TtsN8LpZp2Y

3. En 2019 l’Agence France Trésor aura besoin de collecter 236,6 milliards d’euros sur les marchés pour financer le train de vie de l’Etat. Sur cette somme 130,2 milliards serviront à payer la dette venue à échéance et le reste est ce que l’Etat dépense et qui n’est pas financé par l’impôt. Le service de la dette, le paiement des intérêts sur les 2322,3 milliards, nous coûte 41,9 milliards d’intérêt, soit un taux moyen de 1,8 %.

Billet d’humeur politique

C’est vraiment la fin de la fin pour les USA, le dernier combat dans le dernier carré pour tenter de défendre le dollar et les détenteurs de la monnaie verte, ces fonds vautours qui veulent faire plier le gouvernement populiste argentin de Kristina Kirshner, une sorte de remake d’Hugo Chavez qui a précipité le Venezuela dans une triste situation. Les mêmes causes produisent les mêmes effets : les USA sont toujours à l’affut de la moindre erreur d’un gouvernement classé comme non amical pour le faire plonger. L’affaire des fonds vautours, essentiellement américains comme la banque Mellon basée à New-York, qui ont acquis en 2001 des titres de dettes de l’Argentine à moins de 10 % de leur valeur nominale réclament maintenant leur dû. Mais c’est maintenant une rémunération correspondant à 900 % de leur mise de fond initiale. Et c’est un juge de New-York qui en a décidé ainsi. Après l’affaire de la BNP et d’autres banques européennes, ça commence à bien faire. Que croient encore les Américains ? Etre les maitres du monde tant que leur dollar pourri sera utilisé dans le monde entier ? Mais ils devraient comprendre que ce temps est révolu et les avocats de Wall Street n’y pourront rien. Mettre à genoux un pays pour 539 millions de dollars, c’est surréaliste.

Le souci est que cette situation pourrait très bientôt arriver à d’autres pays comme l’Italie, l’Espagne ou la France.

Un conseil, surtout ne laissez pas trop d’argent en compte courant auprès de votre banque, la France se trouve dans une situation presque aussi critique que l’Argentine et vous risquez de vous voir délesté de vos modestes économies car il se pourrait bien que ces mêmes fonds vautours viennent à Bercy racheter à bas prix des titres de dette française, si ce n’est déjà le cas, l’Agence France Trésor ne dit pas tout, loin de là, et réclamer leur dû dans quelques mois.

Facile d’imaginer la panique qui prendra tous les Français aux tripes !

Les feuilles mortes de l’automne …

On n’est jamais mieux informé de ce qui se passe réellement en France qu’en lisant quelques blogs anglo-saxons. Certes, le monde politique au pouvoir en France, fortement teinté de rouge socialo-marxiste saupoudré de verdâtre, ignore sous ses lambris dorés et dans ses limousines aux vitres teintées ce qui va se passer réellement dans les prochaines semaines, ou feint de l’ignorer en clamant que la croissance va revenir et que le chômage (sa courbe, comme si ces gens-là savent ce qu’est une courbe sinon celle des reins de leurs maîtresses) ne sera plus qu’un mauvais souvenir quand les feuilles mortes commenceront à tomber sur les trottoirs humides de la rue de Rivoli ou de l’Avenue Matignon … Qu’ils se reprennent tout de suite et abandonnent leur délire stalinien. Juergen Stark, l’ancien économiste en chef de la Banque Centrale Européenne, vient de se lâcher sans peser ses mots dans le quotidien allemand Handelsblatt : « La crise européenne va s’aggraver à l’automne, le programme d’achat d’OMT d’Espagne et d’Italie par l’ECB ne pourra pas être honoré car la France ne pourra pas y échapper ». Il y a de quoi frémir même si aujourd’hui, l’agence France Trésor a levé près de 8 milliards d’euros à des taux inchangés par rapport au dernier appel d’offre. Au milieu de la léthargie estivale (c’est vrai qu’il fait chaud) n’importe quel investisseur accepte les conditions plancher pour retourner à la plage et boire des pina-colada ou des mojitos bien frappés. Je caricature mais à peine. La platitude des places boursières, exceptés les soubresauts médullaires du Nikkei qui réagit dix fois plus que le moindre écart du yen par rapport aux autres devise, et la baisse continue de la place de Shanghai, rien à signaler alors que tous les éléments sont en train de se rassembler pour une chute brutale de la finance européenne car si la France doit affronter des taux de 3 ou 4 % ce serait suicidaire pour l’ensemble de l’économie du pays. Peillon, cette rare espèce d’incapable (s’il fallait l’inventer on ne pourrait pas) veut embaucher 60000 nouveaux enseignants mais il ne trouve que des bras cassés qui ne savent même pas parler correctement français. Il faut au contraire embaucher 60000 policiers déterminés à en découdre pour faire face aux émeutes populaires inévitables qui auront lieu quand les feuilles mortes commenceront à tomber. Bon courage au capitaine de pédalo en perdition !

Qu’en termes journalistiques ces choses-là sont dites …

Quand on lit la presse et les dépêches d’agence, comme je le fais souvent, on peut se prêter à toutes sortes d’analyses arithmétiques à la portée d’un élève de CM1. Par exemple, dans un essai clinique, quand sur une cohorte de 250 sujets, il y a eu trois fois plus de pathologies évitées avec un médicament en comparaison du placébo et qu’on va lire dans le détail l’article, on a parfois des surprises. Trois fois plus, ça fait 300 %, certes, mais sur les 250 sujets étudiés, s’il y a eu trois cas de pathologies développées avec le placébo et seulement un cas détecté en présence du médicament testé, une arithmétique simple n’aboutit plus à 300 % mais à 0,01008 % de diminution de la pathologie (249/247 = 1,008/100) ce qui est tout aussi significatif que zéro. En économie, c’est la même chose, on a dit tout au long de l’année 2012 que la croissance de la France flirtait avec zéro (plus ou moins zéro et au dernier trimestre – 0,2 % après une correction tardive de la Banque de France) de même que le réchauffement des océans se mesure en centièmes de degrés (et que c’est vraiment significatif) ou encore que le taux de césium au sommet du Puy de Dôme était de 15 becquerels pour un millier de mètres cubes d’air, autant dire zéro, c’est plus honnête.

Pour illustrer la malhonnêteté ambiante de la manipulation des chiffres, statistiques et autres données numérisées, la dépêche d’agence ci-dessous peut encore illustrer mon propos puisqu’on parle de plus en plus d’une augmentation des taux lors des prochaines émissions obligataires de l’Agence France Trésor.

BONDS/La France a emprunté au total 7,992 mrd EUR à court terme lundi

Paris (awp/afp) – La France a emprunté au total 7,992 mrd EUR sur le marché lundi lors d’une opération de court terme qui s’était soldée par des taux en hausse et une forte demande, a annoncé mercredi l’Agence France Trésor (AFT). L’AFT, chargée de placer la dette française sur les marchés, a enregistré 7 mio d’offres non compétitives (ONC) à échéance un an. Lors d’une émission obligataire, les investisseurs choisissent de prêter un montant à un certain taux. Ils peuvent proposer une somme supplémentaire qu’ils prêteront après l’adjudication au taux de celle-ci, dans le cadre d’une offre dite non compétitive (ONC). La France prévoyait initialement de lever entre 6,8 et 8 mrd EUR à l’occasion de cette opération qui a suscité une très forte demande des investisseurs. Les taux consentis par la France sur les trois lignes proposées se sont inscrits en hausse et ne sont plus négatifs sur l’échéance à 3 mois comme c’était le cas lors des deux dernières émissions. Les taux négatifs signifient que les investisseurs, qui cherchent à tout prix des placements sûrs, perdent de l’argent en prêtant à la France. En tout, l’AFT a emprunté 4,195 mrd EUR à 3 mois (13 semaines) au taux de 0,005% (contre -0,004% le 6 mai), 1,995 mrd EUR à 6 mois (24 semaines) au taux de 0,014% (contre 0,001%) et 1,802 mrd EUR à un an (50 semaines) au taux de 0,033% (contre 0,018%).

(AWP / 15.05.2013 12h09)

Cette fois-ci on nage dans le surréalisme puisque les taux d’intérêt étaient négatifs et redeviennent positifs pour les taux à trois mois mais on peut s’amuser à faire un calcul par exemple pour les taux à six mois, l’augmentation est alors effrayante : + 1400 % et à un an 180 % en seulement 9 jours !!! Pour les taux d’intérêt à trois mois, j’avoue n’avoir pas trouvé la méthode de calcul, si un de mes lecteurs en propose une, je suis preneur … Je suis convaincu que les journalistes sont capables de faire ce genre de calcul (qui ne veut rien dire) en concluant que la France est décidément dans une mauvaise, très mauvaise passe. On pourrait titrer : Si ça continue, dans moins de six mois la France est en faillite ! Comme je ne suis pas économiste, je me garderai bien de faire ce genre de déclaration mais au fond de moi-même je suis un peu inquiet pour l’avenir du pays.