Le Figaro fait dans la désinformation, ce n’est pas nouveau …

Capture d’écran 2015-02-12 à 16.28.46

Il m’arrive parfois, après avoir parcouru les titres, de lire un article du Figaro en ligne. Cet exercice est devenu de plus en plus rare car le Figaro, membre de la presse main-stream française subventionnée par les contribuables, est devenu incolore, inodore et sans saveur, en d’autres termes insupportablement politiquement correct au risque de se voir privé de subventions. Ce jeudi 12 février de l’an de grâce 2015, j’avoue que je suis resté ébahi par le niveau d’idiotie propagandiste qu’a atteint le Figaro qui titre sans retenue :

Le réchauffement climatique perturbe les temps de vols transatlantiques

Naturellement l’article n’est pas signé, décidément il n’y a plus aucune déontologie journalistique dans cette corporation d’écrivassiers d’une ignorance et d’une désinvolture surprenantes comme je l’ai découvert à la lecture de l’article. La première phrase commence par un conditionnel, il vaut mieux, au cas où le réchauffement climatique n’arrive jamais … La lecture devient pour le moins croustillante. Je cite à propos des jet-streams, ces courants venteux violents existant entre 25 et 40000 pieds : « Ce vent d’altitude, qui souffle d’Est en Ouest au dessus de l’Atlantique Nord, est à l’origine du record battu début janvier par un vol 114 de la British Airways. Parti de New-York, le Boeing 777 a rallié Londres en l’espace de seulement 5h16. Ce trajet prend habituellement environ 7 heures et 10 minutes. Ce jour-là, alors que le jet-stream soufflait à près de 400 km/h, l’appareil a flirté avec le mur du son, une première pour un avion de cette catégorie. » Si vous n’êtes pas convaincu relisez une deuxième fois ce passage fidèlement tiré de l’article dont le lien figure en fin de billet. Le journaliste qui a pondu cette pige devait être « à l’ouest » … Il y a un premier lézard : comment un vent soufflant d’est en ouest peut-il contribuer à la vitesse de vol d’un avion volant globalement d’ouest en est. New-York serait-il situé à l’est de Londres ? Le pigiste a lui-même largement franchi le mur du Çon (néologisme tiré du Canard Enchainé) puisque l’avion a en moyenne volé à une vitesse relative au sol et non à l’atmosphère lui-même en mouvement à plus de 1300 km/h. Ce pigiste calamiteux, subventionné, ne sait à l’évidence pas de quoi il parle. Mais qu’à cela ne tienne … Un petit aparté sur l’activité de refueling dans les aéroports de Goose Bay et de Bangor, ça m’a rappelé des souvenirs anciens à l’époque où le jet-stream existait déjà avec probablement la même puissance voire pire encore puisqu’il m’est arrivé de faire escale à Shannon (Irlande) puis Bangor (Maine, USA) pour rallier Paris à Chicago en Boeing 707, il est vrai. Mais à quelques mois d’intervalle j’avais volé dans le même aéronef de Paris à New-York sans escale technique. Cette pige est donc un grand concert de pipeau solo.

Ensuite c’est un florilège de désinformations qui se succèdent. En un an, 

entre décembre 2012 et décembre 2013, la durée moyenne de traversée de l’Atlantique Nord s’est allongée de 19 minutes. Cela suffit pour échafauder toutes sortes d’hypothèses dont justement le réchauffement climatique qui serait la cause première de cet allongement extraordinaire et palpable pour qui aurait en effet un rendez-vous urgent à l’arrivée. Pas en reste le journaliste anonyme en remet une couche en citant, mais il l’a certainement interviewé, après tout il est subventionné par ça, Jennifer Francis de l’Université Rutgers, spécialiste de l’Arctique et donc des ours polaires, climatologue de son état qui déclare, « convaincue », je cite, que « le changement extrêmement rapide, matérialisé par la fonte de la banquise a un impact sur le jet-stream ». C’est à ne plus rien comprendre puisqu’au début de son article ce journaliste, très professionnel puisqu’il confond l’est est l’ouest, il faut déjà le faire, définit « le jet-stream comme un courant d’altitude formé par la différence de température opposant l’Arctique et les tropiques », sic. Si les glaces fondent on est en droit d’imaginer que cette différence de température diminue et par voie de conséquence l’intensité des jet-streams diminue.

Pour se prémunir contre toute bavure journalistique, le pigiste termine son papier en citant un autre « expert du climat », un dénommé James Screen de l’Université d’Exeter qui parle de « certains modèles » qui montrent que la trajectoire du jet-stream « pourrait » changer et que sa vitesse « pourrait » s’accélérer dans un climat plus chaud. Heureusement que ce dernier expert fait preuve de prudence en répondant aux questions de l’AFP, l’Agence Française de Propagande (climatique), que, je cite, « les observations actuelles ne sont pas suffisantes pour dégager une tendance ». On est rassuré ! Il n’en reste pas moins que dans leur fougue idéologique les journalistes de l’AFP en oublient de relire les torchons qui sont repris mot pour mot par des journalistes amateurs trop pressés d’exposer des scoops que les lecteurs abrutis goberont sans même se poser la moindre question. Le temps presse ! Dans 10 mois ce sera la grand-messe de la grande prêtresse de l’Eglise de Scientologie Climatique, je veux parler de Mademoiselle Ségolène Royal et il ne reste que la méthode Coué pour asseoir le bien-fondé de cette énième conférence ultra-coûteuse sur le climat que naturellement les contribuables paieront. Quelle mascarade en perspective !

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/02/12/01008-20150212ARTFIG00013-le-rechauffement-climatique-perturbe-les-temps-de-vol-au-dessus-de-l-atlantique.php

Voilà un bel élément de désinformation ! Au fait la guerre c’est pour quand ?

640px-Nagasakibomb

L’AFP, à la solde du pouvoir socialiste français et donc des USA via l’OTAN s’est empressée de reprendre une information totalement montée de toutes pièces par le pouvoir fasciste en place à Kiev :

Les forces ukrainiennes ont détruit des blindés venus de Russie

Kiev – Des tirs d’artillerie de l’armée ukrainienne ont détruit en grande partie une colonne de véhicules blindés de transport de troupes qui a pénétré, selon Kiev, dans l’est de l’Ukraine depuis la Russie dans la soirée de jeudi, a annoncé vendredi la présidence ukrainienne.

Le président ukrainien Petro Porochenko a discuté au téléphone de cette incursion avec le Premier ministre britannique David Cameron et a indiqué qu’une grande part de ce matériel a été détruit dans la nuit par l’artillerie ukrainienne, selon un communiqué. ( … )

(©AFP / 15 août 2014 17h24)

Cette information a été démentie par le Ministère de la Défense russe et après avoir été reprise par des médias diverses, son caractère totalement faux a été finalement confirmé.

En comparaison de la pollution radioactive créée par l’accident de Fukushima, une belle et bonne guerre nucléaire ce sera un véritable grand feu d’artifice ! Une seule bombe de 250 mégatonnes peut vitrifier instantanément Paris et toute sa banlieue, quel beau spectacle en perspective …

L’AFP fait toujours dans le catastrophisme climatique grandiloquent :

Prairies grillées pour les animaux, rendements attendus en baisse pour les céréaliers, les agriculteurs d’une dizaine de départements subissent les conséquences d’un manque d’eau depuis le début de l’année. « Pour l’instant, la sécheresse est localisée à l’Est, du Rhône au Nord-Est », les filières élevage et céréalières étant les plus touchées, rapporte Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA, principal syndicat agricole du pays. Des dossiers de calamités agricoles sont d’ailleurs déjà en train de se monter pour des exploitants de la Loire, du Rhône, de la Haute-Loire, de la Saône-et-Loire et de la Haute-Saône, indique le syndicat. Concrètement, les agriculteurs ont traversé deux mois très secs en avril et juin et les averses de mai n’ont pas permis d’enrayer la situation. La pluviométrie de juillet s’annonce donc cruciale.

Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 03/07/2014 à 18:37

Or voici les prévisions météo pour demain vendredi 4 juillet, ça rassure :

Capture d’écran 2014-07-03 à 17.58.31

 

Billet de très mauvaise humeur politique

Je livre à mes lecteurs cette dépêche d’agence surréaliste décrivant les élucubrations inquiétantes de la Miss Royal. Il est vrai que c’est plus rassurant de parler de bois que de la dette de la France qui va augmenter de 85 milliards d’euros cette année (dernières estimations de l’INSEE corroborées par la Cour des Comptes) pour atteindre début 2015 deux mille milliards d’euros, soit un petit peu plus que le PIB à quelques cuillères à café près. Quand on sait également qu’on nous bourre le mou avec cette stagnation de l’économie puisque le PIB n’augmente pratiquement pas alors que le gouvernement prend bien soin de ne pas tenir compte de l’inflation qui fait qu’en réalité la France est en récession depuis près de deux ans, la raison évidente pour laquelle le chômage augmente malgré les mesurettes décidées par le gouvernement qui ne changeront rien à la situation, alors autant parler de bois de chauffage, c’est rassurant, c’est du vrai « Made in France » comme dirait Montebourg.

Il y a tout de même un aspect totalement éludé par la Miss Royal : la France exporte à prix bradés du bois en Chine et ce bois revient dans l’Hexagone sous forme de meubles et pendant ce temps là les entreprises françaises du secteur ferment les unes après les autres. Pire, c’est l’ONF qui se charge de piller consciencieusement ce patrimoine ! E.ON ne veut pas entendre parler de bois pour la centrale électrique de Gardanne, il est trop cher … etc.

Du grand n’importe quoi !

Royal veut faire une énergie d’avenir du bois de chauffage de son enfance

Paris – La ministre de l’Energie Ségolène Royal a exprimé mardi son souhait de développer la production d’énergie à partir du bois, indiquant qu’elle avait toujours personnellement privilégié ce moyen de chauffage.

Fait méconnu, le bois énergie (l’utilisation du bois comme comestible) est la première source d’énergie renouvelable utilisée en France, représentant 80% de la chaleur renouvelable, a indiqué la ministre qui s’exprimait à l’ouverture d’un colloque sur la biomasse organisé par le syndicat des énergies renouvelables (SER) et France Biomasse énergie.

L’ancienne présidente de la région Poitou-Charentes a fait valoir qu’elle avait été la première présidente de région à équiper les lycées de chauffages à bois, malgré les oppositions à ce projet, y compris au sein de sa propre majorité.

Toute mon enfance, dans les Vosges, j’ai été chauffée au bois, a également confié Mme Royal, ajoutant qu’elle avait continué à se chauffer de cette manière dans sa région et invitant les industriels présents dans la salle à améliorer la technologie des poêles à granulés à bois.

Elle a rappelé que les nouveaux prêts de la Caisse des dépôts (jusqu’à 5 millions d’euros sur 20 à 40 ans, sans apport initial) devraient permettre d’accélérer le déploiement de chaufferies collectives biomasse, tandis que l’objectif d’équiper 9 millions de foyers (contre 7,4 actuellement) de chauffage à bois devrait être atteint grâce à la simplification du crédit d’impôts développement durable.

La ministre a cependant souligné que si la ressource forestière est abondante en France – elle couvre près d’un tiers du territoire – elle est fortement sollicitée: il convient donc de l’utiliser au mieux et de ne pas la gaspiller. Pas de risque, a répondu la directrice générale déléguée de l’Ademe, Virigine Schwartz, rappelant que la coupe du bois en France est très inférieure à l’accroissement naturel de la forêt.

Toutes essences confondues, la forêt française produit 85 millions de mètres cube de bois par an, mais seule la moitié est effectivement récoltée. Or ce taux de prélèvement pourrait être porté sans dommage à 75% afin de permettre à la France de respecter les objectifs qu’elle s’est fixés, a ajouté Mme Schwartz. La loi de transition énergétique, dévoilée à la mi-juin, prévoit que la part des énergies renouvelables dans la consommation atteigne 23% en 2020 et 32% en 2030.

Autre sujet: si le bilan carbone de la filière est positif (émissions de CO2 dues à la combustion largement compensées par la fonction de puits carbone de la forêt) selon l’Ademe, la pollution aux particules fines générée par le chauffage au bois en foyer ouvert nécessite que les fabricants améliorent les performances des appareils, a souligné la ministre.

Enfin, Mme Royal recommande de sensibiliser les propriétaires d’hectares de forêt, qui ne perçoivent pas toujours la valeur économique de leur bien. La France compte 3,5 millions de propriétaires de forêts, dont 70% détiennent moins d’un hectare. C’est le cas de la ministre qui, dans sa déclaration de patrimoine publiée jeudi dernier, mentionne avoir acquis en 1989 une parcelle bois de 16 ares 80 ca centiares pour 300 euros, évaluée à 500 euros à la date de la déclaration. L’industrie du bois pèse environ 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France, et emploie au total environ 450.000 personnes. La seule filière bois énergie pourrait concerner 85.000 emplois en France en 2015, selon la ministre.

(©AFP / 01 juillet 2014 18h04)

L’AFP dévoile enfin son idéologie

 

Je livre brute de parution cette dépêche de l’AFP à mes lecteurs. Si ensuite certains prétendent que l’AFP n’est pas l’organe de presse dédié des ONG anti-nucléaire, anti-CO2 et anti-tutti quanti il y a de sérieuses questions à se poser quant à l’impartialité de cette agence qui est un ramassis de gauchistes à la solde de Greenpeace et consorts.

Les voitures électriques de Bolloré et la Zoé de Renault pas écologiques

Lyon – Le Jury de déontologie publicitaire (JDP) a estimé jeudi que les véhicules électriques d’autopartage Bluely à Lyon et Autolib à Paris, tout comme la Zoé de Renault, ne peuvent se prétendre du qualificatif écologique dans leurs publicités. En avril, ce jury avait déjà épinglé pour les mêmes raisons la Bluecub, la voiture électrique d’autopartage de Bordeaux, appartenant comme Bluely et Autolib au groupe Bolloré. Dans une décision rendue publique jeudi, le JDP, instance liée à l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), constate que les publicités pour Bluely et Autolib font état du caractère « écologique » du service promu sans le moindre élément de relativisation ou de comparaison. Or, poursuit la décision, l’utilisation de ce service induit nécessairement certains effets négatifs sur l’environnement, notamment les pièces d’usure des véhicules utilisés et l’électricité nécessaire à leur rechargement, dont il n’est pas établi qu’elle serait intégralement issue de sources renouvelables. A l’appui de ce jugement, le jury cite une résolution développement durable de l’ARPP, stipulant que dans le cas où il serait impossible de justifier des formulations globales (comme écologique – ndlr), la publicité doit les relativiser en utilisant des formulations telles que « contribue à ». C’est pour non respect de cette résolution que le jury a également ciblé une publicité pour la Zoé de Renault, qui affirmait pour lutter contre la pollution, roulez en voiture, à la suite d’une plainte de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT). L’association Observatoire du nucléaire qui, de son côté, avait saisi le JDP concernant Bluely et Autolib, comme pour la Bluecub, a salué ces décisions dans un communiqué. L’ONG anti-nucléaire avait notamment mis en avant le fait que l’électricité utilisée pour le rechargement des batteries sur le réseau est à 75% d’origine nucléaire, et l’importation, pour ces batteries, de lithium de pays d’Amérique du sud dont l’environnement est gravement pollué. Certes, la voiture électrique ne pollue pas au moment où elle circule, mais elle pollue avant et après, et surtout elle délocalise la pollution, affirme-t-elle. Après le jugement concernant Bluecub, le groupe Bolloré avait assuré qu’en bons élèves, ils allaient retirer le mot écologique de leur publicité. Mais une fois obtenus des certificats d’énergie renouvelable pour nos véhicules on remettra le mot qu’on veut, avait-il ajouté, estimant que le vrai sujet était la pollution dans toutes les villes. Le projet de loi sur la transition énergétique, présenté le 18 juin en Conseil des ministres, prévoit plusieurs mesures visant au développement des véhicules électriques.

(©AFP / 26 juin 2014 15h13)

Apparemment la déontologie de base n’a pas l’air d’effleurer un seul instant les journalistes de l’AFP à la solde du gouvernement socialo-écolo-marxiste français. Quand un pays ne dispose plus que d’informations idéologiquement déviées c’est un pays totalitaire et la France en prend le chemin clairement ! De plus comme mes lecteurs peuvent le remarquer l’AFP glisse dans ses dépêches des lézards qui brouillent le reformatage de leur texte original … C’est Orwellien !

Greenpeace et l’AFP main dans la main !

 

La Cour des Comptes a publié un rapport en mai 2014 sur le coût réel du MWh d’origine nucléaire pour la France dans l’hypothèse où l’ASN autoriserait le prolongement de l’exploitation des réacteurs d’abord de 10 ans et éventuellement plus longtemps si les visites décennales sont satisfaisantes. Pour le cas de figure d’une prolongation de 10 ans le tableau F du rapport de la Cour précise en détail quel serait le CCE (cours courant économique) du MWh. Celui-ci augmenterait de 56,4 à 61,6 euros dans cette hypothèse. Ce calcul prend en considération une charge moyenne de 80 %, ce qui est raisonnablement proche de la réalité.

Capture d’écran 2014-06-12 à 12.21.24

Greenpeace, pas en reste dans ses approximations évalue que le surcoût du prolongement de la durée d’exploitation des réacteurs de 10 ans conduirait à un CCE du MWh de 133 euros :

L’électricité éolienne et solaire bientôt moins chère que le nucléaire

Paris – La production d’électricité éolienne ou solaire sera bientôt plus compétitive que celle du courant d’origine nucléaire en cas de prolongation de la durée de vie des centrales françaises au-delà de 40 ans, qui requiert de lourds investissements, prédit Greenpeace dans une étude publiée jeudi.

Selon l’ONG écologiste, prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires français de 10 ans, à un niveau de sûreté similaire à celui du nouveau réacteur EPR, se traduirait par un coût de production de 133 euros par mégawattheure (MWh), pour un investissement de 4,35 milliards d’euros par réacteur.

Le coût courant économique du nucléaire dépasserait, dans ces conditions, les coûts futurs de production des principales énergies renouvelables électriques, souligne l’ONG, qui a condensé des études et données déjà produites par différents organismes.

Ce dépassement serait effectif dès aujourd’hui pour l’éolien terrestre (coût compris entre 40 et 80 euros/MWh), dès 2018 pour le solaire et à partir de 2020 pour l’éolien maritime), ajoute-t-elle.

EDF, l’unique opérateur des 19 centrales de l’Hexagone prévoit officiellement de consacrer 55 milliards d’euros à des travaux de maintenance et de modernisation des 58 réacteurs qu’il exploite, à l’horizon 2025, pour prolonger leur durée de vie au-delà de 40 ans.

Dans un rapport publié fin mai, la Cour des comptes avait déjà tiré la sonnette d’alarme contre l’augmentation croissante du coût de l’énergie atomique en France qui représente 75% de la production électrique du pays, en raison d’importants investissements dans les centrales vieillissantes d’EDF.

(©AFP / 12 juin 2014 11h12)

Il y a donc comme un gros souci car l’évaluation de Greenpeace contredit l’étude de la Cour des Comptes et Greenpeace ne tient pas compte à l’évidence de la charge des éoliennes, qu’elles soient terrestres ou off-shore. Ce facteur de charge est d’environ 20 % et une arithmétique basique, en reprenant les données de Greenpeace (de 40 à 80 euros le MWh, ce qui est une évaluation du simple au double faut-il le souligner) conduit à un CCE éolien final de 160 à 320 euros le MWh auquel il faut ajouter le coût de la production électrique thermique classique pour pallier à l’inconstance de la production d’électricité d’origine éolienne. Qui croire ?

Pour ma part, ayant lu le rapport de la Cour des Comptes dans son intégralité (disponible sur le site www.ccomptes.fr ) je penche plutôt pour les données de cet organisme. Encore une fois, Greenpeace, appuyé par l’AFP qui ne rate pas une occasion de répandre les bonnes nouvelles surtout quand elles sont techniquement fausses et idéologiquement orientées, se couvre tout simplement de ridicule et perd ainsi toute espèce de crédibilité si tant est que cette ONG fortement politisée en aie eu un jour …

 

Les Sénateurs ont pété un gros plomb !

Je livre brute cette dépêche d’agence qui vaut son pesant d’étincelles en 24 volts à mes lecteurs fidèles. Cette dépêche appelle deux remarques et je laisse mes lecteurs se reporter à un précédent billet de ce blog sur la directive 20-20-20 de Bruxelles pour plus de précisions. Dire que 25000 véhicules électriques représentent déjà 0,5 % du parc automobile français est une première grossière erreur, il faut lire 0,07 % et affirmer que la France est leader dans le domaine est un gros foutage de gueule ! Pour les bornes de rechargement, il faudrait en installer près de 22000 selon les souhaits des sénateurs (une borne pour 3000 habitants dans un premier temps) juste assez pour recharger simultanément les 25000 véhicules électriques déjà existants, y compris celui du Ministre ! Deuxième foutage de gueule … Espérons que ce n’est pas l’AFP qui répand de fausses informations …

Le Sénat vote une proposition de loi en faveur des véhicules électriques

Paris – Le Sénat a voté mardi à l’unanimité une proposition de loi socialiste destinée à favoriser les véhicules électriques en accélérant le déploiement de bornes de recharges. Le texte déjà adopté à l’Assemblée nationale doit à présent faire l’objet d’une commission paritaire mixte (CMP, 7 députés et 7 sénateurs) qui sera chargée de trouver une version commune aux deux chambres.

Pour favoriser l’usage des véhicules électriques afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et consolider le développement de cette industrie, il faut que les utilisateurs soient assurés de pouvoir facilement recharger leurs véhicules, ce qui nécessite le déploiement d’un réseau d’infrastructures de bornes, ont convenu les intervenants. Aujourd’hui, cette mission est confiée aux seules communes.

La proposition de loi prévoit d’exonérer de redevance l’opérateur de l’État qui implante, dans le cadre d’un projet national, des bornes de recharge de véhicules électriques sur le domaine public. Elle a pour objectif de doubler le nombre de points de recharge d’ici à la fin de l’année.

En demandant au gouvernement d’aller encore plus loin, l’UMP soutient cette proposition de loi pour soutenir cette filière où la France se distingue, a déclaré Louis Nègre (UMP).

L’UDI soutient les objectifs de ce texte, a souligné pour sa part Jean-Claude Merceron (UDI-UC).

Quant à Evelyne Didier (CRC, Communiste, républicain et citoyen), elle a annoncé le soutien de son groupe au regard des enjeux environnementaux.

Ce petit texte d’un seul article aura de grands effets, a souligné de son côté le rapporteur de la commission du développement durable Jean-Jacques Filleul (PS). La mesure proposée est simple, technique et politique; elle sera lourde de conséquences, a-t-il ajouté en rappelant que la France est leader en matière d’électro-mobilité et de transition énergétique.

Selon M. Filleul, avec 25.000 véhicules, les véhicules électriques représentent 0,5% du parc automobile français, en hausse de 50% depuis 2012, mais les premiers chiffres de 2014 témoignent d’une fragilité due au prix des batteries, qui devrait toutefois baisser avec l’effet de série.

Pour Arnaud Montebourg, le ministre de l’Economie qui a lui-même une voiture électrique de fonction, le véhicule électrique, c’est aussi le plein à 2 euros, et le prix des batteries est destiné à baisser sensiblement.

Au cours du débat, M. Montebourg a annoncé que le dispositif du programme d’investissements d’avenir en faveur des projets d’infrastructures de recharge des collectivités serait prolongé jusqu’à la fin de l’année 2015. Les seuils d’éligibilité vont être abaissés d’ici la fin juin pour élargir le cercle des territoires, notamment les plus ruraux, pouvant bénéficier des 50 millions alloués à cette action, a-t-il précisé.

Concrètement, le seuil relatif au coût total des projets va être divisé par 2, passant de 400.000 euros à 200.000 euros, et le seuil de population fixé à 200.000 habitants jusqu’à présent va être remplacé par un seuil de densité du maillage d’une borne pour 3.000 habitants.

Le ministre a aussi annoncé une révision du décret qui avait revu à la baisse le bonus écologiste pour l’achat de véhicules électriques.

(©AFP / 03 juin 2014 18h55)