La France est devenue une république bananière, la preuve …

Capture d’écran 2017-04-10 à 17.28.16.png

Le document que je livre à mes lecteurs a certainement circulé sur la toile avant que je me décide à le reproduire sur mon blog avec quelques adaptations grammaticales qui n’en déforment nullement la signification. Il s’agit d’une photo de famille, la « bande des cinq » du Parquet National Financier (PNF) celui-là même qui a instillé au Canard des informations et qui en instruit le contenu pour faire chuter le candidat Fillon. Dans la description de ces 5 personnes il ressort que la France n’est plus une république comme elle le prétend mais bien un état sans foi ni loi où la justice et le pouvoir roulent pour la même cause.

Tous les membres du PNF ont été nommés par François Hollande et Christiane Taubira. Eliane Houlette (tenant un dossier et son chapeau de pacotille), procureure de la République, est passée de ce fait hors-hiérarchie, le plus haut grade de la magistrature. Elle a été préférée à Catherine Pignon, pourtant plus expérimentée en ce qui concerne les affaires financières, mais malheureusement pour elle trop proche de l’ancienne majorité. Naturellement ce choix n’a aucune connotation politique.

Eliane Houlette est proche de Jean-Louis Nadal, président du syndicat national de la magistrature, qui s’est illustré pour son impartialité avec le « mur des cons » de bien triste mémoire. Eliane Houlette était soutien officiel de Martine Aubry à la primaire de 2011 et ensuite soutien de François Hollande lors de la présidentielle de 2012. Elle a ensuite été nommée à la tête de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) et notamment chargé de ce fait de la publication de la situation patrimoniale des élus, en toute indépendance naturellement.

Araine Amson (se grattouille la poitrine avec délectation) a rejoint l’Elysée en juin 2016 comme conseillère pour la justice de François Hollande payée beaucoup plus cher que le coiffeur du président. Du coup elle est en froid avec ses collègues du PNF … Son époux dans le civil, Pierre Heilbronn, est directeur (adjoint) du cabinet de Jean-Pierre Sapin, un des ministres les plus riches du gouvernement et accessoirement Ministre de l’Economie et des Finances. N’allez pas vous méprendre l’indépendance de la justice est respectée scrupuleusement.

À l’évidence ces organismes, dont la mise en place a été justifiée seulement en apparence par « l’affaire Cahuzac », sont de redoutables armes politiques largement utilisées par le locataire du château pour détruire à dessein la campagne électorale du candidat de la droite traditionnelle. Quand les dirigeants élus d’une démocratie utilisent la justice à des fins politiciennes il n’y a plus de démocratie : la France est devenue une république bananière qui fait la risée des médias du monde entier.

Politique française : et la déontologie ?

Capture d’écran 2017-04-03 à 16.06.02.png

J’ignorais qu’il existait à l’Assemblée Nationale française un déontologue, Monsieur Ferdinand Mélin-Soucramanien qui a été promu membre de la Commission très officielle de modernisation de l’action publique par Madame Taubira en 2013 et membre également de la Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique, nommé en 2012 par Le Président de la République, Chevalier de la Légion d’Honneur et également Commandeur de l’ordre national du Bénin entre autres distinctions purement honorifiques. Cependant, étant également Chevalier de l’ordre national du mérite, ce monsieur n’a pas vraiment donné de la voix quand l’affaire Fillon a pris de l’ampleur au début de cette année 2017, en tous les cas il n’en a pas eu le mérite.

Interrogé par Ouest-France, ce Monsieur a répondu au sujet de cette affaire Fillon qu’il n’avait rien à dire. Lors d’une réunion récente de la francophonie à Saigon, pilotée par le Québec il était justement question de déontologie dans les divers parlements des pays francophones, tous les participants ont cherché Monsieur Mélin-Soucramanien, il n’avait pas daigné faire le voyage et son assistante (parlementaire ?) était en rendez-vous avec l’Ambassadeur de France au Viet-Nam … tiens, tiens ?

Ce genre de nouvelle qui est passée largement inaperçue dans tous les médias français sans exception prouve, s’il fallait encore apporter d’autres arguments, que cette « affaire Fillon » est bien pilotée depuis le château : silence Monsieur Mélin-Soucramanien !

Le député québécois a déclaré lors de cette réunion, je cite : « À quoi sert le déontologue en chef d’un parlement s’il ne dit rien sur un scandale planétaire ? » Pour résumer la France est prise en flagrant délit de faute morale, le monde entier en débat mais sans elle. La déontologie au Parlement français ? Circulez, il n’y a rien à voir … Tout est dit !

Source et illustration : Le Temps (Genève)