Le Pape Francisco, un terroriste (sexuel) d’un nouveau genre …

Capture d’écran 2016-02-10 à 22.35.12.png

J’ai passé 6 années en pension « chez les curés » comme on disait à l’époque, un de ces pensionnats réputés pour leurs résultats au baccalauréat. La vie y était difficile et pour situer celle-ci, de mémoire, on nous servait pour le petit-déjeuner du gruau et le soir un potage de tapioca agrémenté de quelques filaments de viande. Il y avait les heures d’éducation religieuse (et les messes programmées ou de punition) mais pour les autres disciplines on ne pouvait pas se plaindre car les professeurs étaient conscients de leur mission non pas religieuse mais, contrairement à celle des enseignants des écoles d’aujourd’hui, de transmettre une certaine forme de connaissance et d’inciter les élèves à la curiosité, que ce soit pour les versions latines ou grecques ou encore en histoire et en géographie. L’internat, tel que je l’ai connu, était une usine à transmission du savoir et accessoirement un lieu d’éducation. Naturellement cet internat était réservé au garçons. On savait que dans la même ville il existait un internat également religieux réservé aux filles, de jeunes nymphettes de bonne famille que nous avions l’immense privilège de rencontrer deux fois par an lors de compétitions sportives, je n’insiste pas …

Si j’ai introduit dans ce récit la dichotomie entre les écoles pour filles et celles pour garçons, c’était tout simplement pour également introduire le fait qu’à l’adolescence chacun d’entre nous, les internes, car il existait aussi dans cette école des externes, une minorité, nous étions aussi confrontés avec notre sexualité naissante. Et dans cet univers clos et misogyne les seules femelles présentes étaient des nonnes bedonnantes d’origine polonaise, entre deux âges, si tant est qu’on pouvait leur donner un âge, qui nous servaient avec de grandes louches en fer blanc ces potages infects trois fois par jour. Nous spéculions au sujet de leurs vertus car elles arboraient d’opulentes poitrines et de larges hanches qui n’avaient certainement pas passé inaperçues aux yeux de tous les curés et autres vicaires qui sillonnaient la totalité du territoire de l’internat, y compris les dortoirs.

Comme j’étais un bon élève, en latin, en grec, en français et en physique-chimie mais aussi en histégé, je m’étais attiré les faveurs, sans aucune préméditation de ma part, du curé ou plutôt vicaire car il n’avait pas encore fait les voeux auprès de l’évêque consistant à abandonner toute initiative charnelle et délictuelle de quelque sorte que ce soit. Bref, il m’invitait (avec quelques autres élèves choisis selon ses goûts) à fumer une cigarette et boire un verre de vin dans sa chambrée d’où il était supposé surveiller tout le dortoir où nous dormions près d’une centaine d’entre nous, alignés, avec comme seul territoire privé un placard dans lequel nous gardions nos quelques effets personnels. Le « pion » en soutane était supposé faire respecter le silence après l’extinction des feux et les quelques privilégiés qu’il avait choisi selon son humeur pouvaient fumer une ou deux « gauloises » à condition que nous acceptions de nous asseoir à tour de rôle sur ses genoux, une sorte de geste d’amitié en écoutant des chansons de Brassens sur son petit tourne-disque Teppaz.

Je garde le souvenir très précis du sexe très dur de ce dégénéré tentant de s’insinuer au travers de sa soutane entre mes fesses d’adolescent à peine pubère, un dérisoire plaisir contre une cigarette gauloise. Voilà ce à quoi étaient confrontés ces hommes à qui la loi de l’église a interdit le plaisir de la chair, à se contenter misérablement avec des adolescents naïfs bien qu’ayant déjà découvert pour la plupart les délices de la masturbation. Quelques élèves internes avouaient avoir passé le cap des attouchements et consenti, contre quelques privilèges substantiels, à procéder à une fellation dans les règles de l’art du curé en charge de la discipline ou des cours de latin …

Tout cela se passait au début des années soixante. La situation a-t-elle fondamentalement changé depuis ? Pas vraiment, il faut l’avouer, et le Vatican aura beau tergiverser cette situation ne changera pas à moins que le pape décide que dorénavant les curés peuvent convoler en justes noces avec la femme de leur choix, y compris une nonne, et qu’ils cessent de se contenter avec des adolescents ignorants des choses du sexe comme je l’étais à 12-13 ans.

Le pape Francisco et son prédécesseur ont mis en place des sessions de formation des prélats de quelque grade que de soit pour atteindre la tolérance « zéro » au sujet des dérives sexuelles concernant les adolescents. Selon mes souvenirs j’appellerais ces dites dérives du harcèlement sexuel caractérisé pouvant éventuellement aboutir in fine au viol pur et simple contre un pot de confiture ou un quelconque privilège comme par exemple rester douillettement dans son lit et ne pas assister à la messe de 7 heures du matin, c’est vrai, je ne l’ai pas vécu personnellement, mais des potes de ma classe d’alors se sont laissés manipuler !

Soixante années plus tard, la situation n’a pas changé, le pape, cette espèce exécrable de démagogue qui n’a rien à faire à la tête de la chrétienté, a décidé qu’il y aurait désormais une journée de prière mondiale pour toutes les personnes (entendez les adolescents naïfs comme je l’étais à 13 ans) qui ont été (et qui seront encore) sexuellement abusées par les curés, les diacres, les évêques et pourquoi pas les cardinaux.

C’est quoi cette religion catholique qui prétend incarner les valeurs morales universelles ? Les évêques ne sont dorénavant plus contraints de rapporter au Vatican les abus sexuels perpétrés par leurs administrés, ce sera l’affaire des diocèses, comme si la fornication entre ces représentants de l’Eglise et des ados plus ou moins consentants était devenue une pratique tolérée par Rome. De qui le pape se moque-t-il ? C’est un véritable scandale que j’ose ici dénoncer, fort de mon expérience passée d’adolescent et également fort de ma liberté d’expression de blogueur assujetti à nulle pression financière d’aucun de mes lecteurs !

Inspiré de mon expérience personnelle ravivée par un article paru dans le Guardian. Illustration : The Guardian