Le climat se réchauffe ? Explication à l’intention des écoliers de CM2

Il y a quelques jours j’ai soumis l’une des pensionnaires (en réalité payant un loyer à la propriétaire des lieux) de cette maison magnifiquement décorée au bord du lagon de Papeete à une sorte d’examen climatique. Elle se lamentait au sujet des sécheresses qui ravagent, selon elle, des régions entières de tous les continents. Je lui ai répondu comme entrée en matière : pourquoi y avait-il des épisodes de sécheresse ? Il s’agissait d’épisodes qui ne dépendent pas du soit-disant réchauffement du climat mais qui relèvent de la météorologie, une science s’occupant de ces épisodes fluctuants presque dans l’instant mais certainement pas sur le long terme. Ma question fut alors plus directe : pourquoi a-t-on constaté de plus en plus d’épisodes de sécheresse ? Je présentais ma réponse car la sienne tardait à être formulée, une explication très simple, qu’un élève de CM2 aurait pu trouver. Il n’y a pas assez de vapeur d’eau dans l’atmosphère ou tout au moins un déficit passager de ce gaz. Ma question fut alors la suivante : comment expliquer ce déficit très relatif en vapeur d’eau ? 

On n’a pas besoin d’être bardé de diplômes pour répondre à cette question. Toute la vapeur d’eau présente dans l’atmosphère provient de l’évaporation des eaux océaniques peut-être à l’exception anecdotique des grandes forêts équatoriales comme l’Amazonie qui recyclent leur propre évaporation en pluies abondantes alimentant alors l’humidité qui y règne mais très partiellement. En effet le grand fleuve Amazone rejète dans l’océan des quantités énormes d’eau et celle-ci provient à l’évidence de l’évaporation de l’Océan Atlantique sud. S’il y a des épisodes de sécheresse dans certaines parties du monde il faut donc incriminer un déficit atmosphérique en vapeur d’eau, même si ce déficit n’est pas généralisé.

Par conséquent la seule explication est un déficit de l’évaporation des océans : il n’y a pas d’autre explication possible. L’évaporation de l’eau océanique dépend, elle, de la température et je le répète un élève de CM2 trouverait la réponse. Prétendre que le réchauffement du climat dont les médias nous abasourdissent quotidiennement provoque des sécheresses est tout simplement une ineptie ! Il suffit de se souvenir de l’optimum du climat qui traversa l’Holocène il y a 10000 ans et qui vit le Sahara transformé en une luxuriante savane tout simplement parce que la température était de 2,5 degrés supérieure à celle que l’on connait aujourd’hui. Les précipitations étaient beaucoup plus abondantes. Il en fut de même lors de l’optimum climatique médiéval il y a 1000 ans, les cathédrales purent être construites car il y avait abondance de nourriture, une explosion de la natalité, les hommes bien nourris étant plus résistants aux maladies.

Alors j’ajoutais pour conclure cette conversation que contrairement à ce que la propagande prétend le climat se refroidit, c’est aussi simple que cela. Et s’il existe des fluctuations temporaires que les activistes du réchauffement montent en épingle la tendance générale est orientée vers un refroidissement généralisé. Moins de précipitations, des automnes et des printemps très frais qui n’empêcheront pas des épisodes de sécheresse prolongés l’été et pour aggraver le tableau des hivers de plus en plus rigoureux. Voilà ce qui attend la planète et tout le monde prend ce problème à rebours par pure idéologie. Mais on n’est pas à 2 degrés de refroidissement répondrait un élève de CM2 ! Certes non, mais il ne faut pas oublier que 75 % de la planète est recouverte d’eau. Et compte tenu de l’immensité de cette surface marine une diminution d’un ou deux dixièmes de degrés suffit pour faire apparaître un déficit en vapeur d’eau de l’atmosphère. Une observation qui ne peut pas être remise en cause est la diminution du nombre et de l’intensité des dépressions cycloniques depuis près de 30 ans. Ce simple fait traduit le déficit relatif en cette teneur en vapeur d’eau. Enfin contrairement encore à ce que la propagande climatique affirme les glaces du Groenland et de l’Antarctique progressent en superficie et en volume.

Il faut bien se rendre à l’évidence : depuis 15000 ans nous sommes entrés dans un nouvel épisode glaciaire et rien ne pourra empêcher cette évolution car elle est la résultante de la mécanique céleste et comme chaque cycle glaciaire dure environ 100000 ans cette évolution est déjà bien engagée … Enfin les prévisions des astrophysiciens précisent que le présent cycle solaire montre un effondrement de l’activité magnétique de l’astre et il devrait être suivi d’une activité solaire encore plus faible. Qu’on ne s’y trompe pas le réchauffement annoncé fait partie d’un plan mondial d’asservissement des peuples, du moins dans les pays occidentaux, qui seront surveillés minutieusement pour leur collaboration au grand projet de réduction des émissions de CO2 qui sera concrétisé dans les prochains mois sous le fallacieux prétexte que c’est ce gaz qui provoque un réchauffement du climat. Tout est ainsi organisé à partir de fausses hypothèses, un mensonge devenu avec les années une vérité.

Je suis trop vieux pour assister à ce désastre totalitaire mais force est de constater que les peuples occidentaux sont formatés par la propagande pour accepter cette nouvelle servitude jamais atteinte à un tel niveau par le passé. Bienvenue dans un nouvel ordre mondial !

Cf. par exemple le billet laissé sur ce blog le 26 février 2013 :https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/02/26/le-rechauffement-climatique-vaste-fumisterie/

Brève. Mon projet ne va pas être simple

J’ai commencé à répertorier les billets de ce blog relatifs au changement du climat ou au réchauffement du climat. Le premier mentionnant un changement du climat date de l’époque où je résidais à Lanzarote. Il est daté du 28 février 2012. Le 9 mars de la même année il était fait mention de Kiribati et d’un possible submergement des atolls de ce petit pays, conséquence de la montée du niveau des océans en raison de ce réchauffement. Dans aucun de ces billets je prenais position pour une raison très simple, je n’y connaissais strictement rien. Je n’avais d’ailleurs pas encore entrepris une sorte de formation scientifique pour comprendre et être capable de critiquer les articles que je lisais. Tout au plus je relatais des résultats explicites comme dans le billet mis en ligne le 26 février 2013 intitulé « Le réchauffement climatique : vaste fumisterie » sans aller plus avant dans ma critique, en d’autres termes je ne faisais que constater que des articles scientifiques relataient des résultats provenant dans le cas de ce dernier billet de la NOAA. Il s’agissait ici de ce qui allait devenir le fameux hiatus, l’arrêt brutal du réchauffement observé depuis 1997 jusqu’en 2003.

C’est alors que j’ai décidé de m’intéresser de plus près à la climatologie. Dans ce billet mis en ligne le 26 février 2013 je commençait à critiquer le fond de l’article cité en mentionnant de mémoire la Loi de Henry concernant la solubilité des gaz dans l’eau en fonction de la température. La digression entre le pH de l’eau et la quantité de CO2 dissous, en tenant compte du fait que si ce CO2 réchauffe authentiquement le climat, alors ce gaz se dissoudra moins dans les océans conformément à la loi de Henry et cette menace d’une acidification des océans sera largement atténuée par ce processus. Il est vrai qu’en relisant ma prose je n’ai pas été assez décisif dans mes critiques.

Je suis donc maintenant affairé pour répertorier tous les billets relatifs au réchauffement du climat ou au changement de ce dernier et l’exercice me paraît assez ardu, en tous les cas très long, avant d’atteindre quelque chose qui puisse prendre forme et soit le moins rébarbatif possible. 

Enfin je me suis décidé !

Depuis de nombreux mois je voulais rassembler tous les billets de mon blog concernant le réchauffement ou le changement du climat. Lorsque j’ai décidé d’écrire sur mon blog, je lisais ou écoutais distraitement des articles ou des causeries au sujet de ce climat sans jamais avoir fait l’effort de comprendre ce dont il s’agissait d’un point de vue scientifique. En effet les journalistes de plume ou de plateau télévisuel semblaient exposer des idées acquises avec des dépêches d’agence ou de très doctes rapports de réunions internationales telles que le Congrès de Rio. Ma curiosité d’ancien scientifique m’encouragea à me documenter non pas en me limitant à ce que je pouvais trouver dans la presse ou pire encore sur Wikipedia (en anglais). Ce fut un long travail de mise à niveau ressemblant à ce qu’un étudiant peut, ou pouvait effectuer en première ou deuxième année de maîtrise.

Comme mon cerveau est encore à peu près fonctionnel j’ai pu retrouver dans ce cerveau et sans trop de difficultés les cours de physique et de chimie que j’avais suivi à la fin des années 1960. Je n’y connaissais rien en matière de climat. Autant l’énergie nucléaire m’est encore aujourd’hui familière comme la biologie moléculaire mais le climat était un trou noir, un domaine tellement compliqué que certains spécialistes ne comprennent rien et l’avouent. En me souvenant de cette sorte de lacune j’ai donc décidé de rassembler tous les billets de mon blog relatifs au climat, de la modifier si nécessaire et d’en fa ire une sorte d’ouvrage que je pourrai soumettre à un éditeur sans chercher à réaliser un quelconque profit.

L’introduction de cet ouvrage ressemblera donc au présent billet.

Je suis donc bien un complotiste !

Ce billet est une retranscription de mémoire de la conversation que j’ai eu ce soir mardi avec ce jeune diplômé d’une école belge de formation de conseillers auprès des décideurs politiques que j’avais déjà rencontré. Ce jeune homme se trouvait à Moorea dans le même petit hôtel en bord de mer mais nous n’avions pas eu l’occasion de reprendre la discussion que nous avions entamé plusieurs jours auparavant au sujet du “changement climatique”. Ce mardi soir je suis donc revenu à la charge quand ce jeune homme dont j’ignore le prénom a abordé à nouveau le sujet en commençant par la montée des eaux océaniques qui menacent de nombreux pays dans le monde. Je lui ai alors rappelé que la barrière de corail entourant partiellement l’île de Tahiti datait de moins de 30000 ans et qu’elle s’est formée grâce à la montée du niveau des mers consécutive à la fin de la dernière glaciation ayant eu pour conséquence une fonte rapide des calottes glaciaires de Scandinavie, des Alpes, du Canada et de bien d’autres régions.

  • Oui, mais 99 % des scientifiques sont d’accord pour admettre que le niveau des eaux océaniques va encore monter à cause du CO2 !

Pourquoi pas, ai-je rétorqué, mais il ne faut pas oublier que le CO2 est le principal nutriment des plantes et du phytoplancton. Malgré cette augmentation du taux de CO2 l’atmosphère terrestre est paradoxalement beaucoup plus pauvre en ce gaz que du temps du carbonifère ou des dinosaures, ai-je dit.

  • Oui, mais le CO2 contribue au réchauffement du climat !

Cette affirmation est fausse : les bandes d’absorption du CO2 dans le domaine infra-rouge sont noyées par celles de la vapeur d’eau que les éminents membres du GIEC (IPCC) ont oublié d’inclure dans leurs simulations. De plus il y a infiniment plus de vapeur d’eau que de CO2 dans les basses couches de l’atmosphère, par conséquent l’effet du CO2 est négligeable.

  • Oui, mais il y a l’effet de serre !

J’attendais cette remarque. L’effet de serre du CO2 est une pure propagande car s’il existait il contredirait les principes fondamentaux de la thermodynamique. Je t’explique. Pour que le CO2 présent dans l’atmosphère en quantités infinitésimales en regard de la vapeur d’eau soit capable de réchauffer les basses couches de cet atmosphère il faudrait qu’il se trouve dans un état excité après avoir absorbé des photons infra-rouges tel que les photons réémis soient suffisamment énergétique pour chauffer ces basses couches de l’atmosphère. L’IPCC n’a jamais précisé dans ses schémas à quelle altitude ces molécules de CO2 se trouvaient pour présenter cet effet de serre. Curieux, non ? De plus les photons réémis par les molécules de ce gaz sont toujours et systématiquement moins énergétiques que ceux provenant du Soleil et affirmer le contraire est une violation du deuxième principe de la thermodynamique.

Là j’ai senti que mon interlocuteur était à cours d’argument. Il a alors dévié la conversation sur la grande barrière de corail australienne. Merveilleux jeune homme trop convaincu de son savoir acquis dans son école et pourtant un savoir inexistant. Je lui ai tout de suite asséné une sorte de coup de grâce en lui rappelant ce que l’on s’était bien gardé de lui enseigner : les images de coraux blanchis ont été soigneusement choisies pour renforcer la propagande climatique. Il s’agit de coraux soit meurtris par des rejets d’eaux usées et polluées qui ne peuvent se diluer rapidement avec les courants. Le cas emblématique est celui de l’île de Mayotte entourée d’un lagon, une île qui ne possède aucun système de traitement des eaux usées. La principale cause du blanchiment des coraux est l’attaque virale qu’ils subissent, phénomène bien identifié mais encore mal connu et totalement hors de contrôle dans de petites zones coralliennes réparties dans le monde. Ni le soit-disant réchauffement du climat ni la tout aussi soit-disante acidification des océans ne sont responsables de ce phénomène qui existe probablement depuis que les coraux existent.

Puisque je niais systématiquement ses arguments il fut décidé, après avoir été traité de complotiste, de mettre un terme à cette discussion. Voilà ce que l’on enseigne aux étudiants promis à un rôle de conseillers des décideurs politiques : si on ose remettre en question la propagande relative au climat, à la dégradation des conditions de vie des loutres de mer, que sais-je encore, on est traité de complotiste …

Géopolitique : Réflexions du jour

Le double (ou triple) sabotage des gazoducs Nordstream est assimilable à un terrorisme d’Etat tant les moyens mis en œuvre ont été importants et de toute évidence planifiés à l’avance. Je n’ai lu aucun article ni vu aucune émission télévisée à ce sujet. Il me semble néanmoins que cet acte criminel ressemble aux derniers soubresauts d’une bête à bout de souffle.

C’est la cas des USA et secondairement de l’Europe que ces USA on toujours considéré comme une sorte de colonie malléable à peine plus intéressante que tous les petits Etats d’Amérique centrale réunis qui contribuent à la fortune des grandes compagnies américaines de fruits. Les Européens n’ont jamais compris cet état de fait exception faite du Royaume uni qui a d’ailleurs quitté l’Union européenne sans trahir ses amis américains.

Ce sabotage de haute technicité va naturellement nuire très gravement à l’Union européenne dans son ensemble : aucun pays ne sera épargné, l’Allemagne d’abord qui assistera dans les prochains mois à la ruine de son économie manufacturière. L’Italie suivra puis l’Espagne, la Belgique et les Pays-Bas. Un black-out prolongé toujours possible voire probable achèvera le mort-vivant que sera devenue l’Europe.

On peut donc se mettre dans la tête des stratèges américains (ou britanniques) afin d’imaginer dans quelle mesure ils ont évalué leur acte terroriste en termes de conséquences. La Russie s’en moque : le gazoduc traversant la Mongolie en direction de la Chine sera bientôt achevé et celui de la Mer d’Okhotsk au nord d’Okkaido alimentera bientôt la région mandchoue puisque les Américains ont dit non à la construction d’un gazoduc vers le Japon, encore eux. Les réserves de gaz récemment découvertes dans cette mer sont presque aussi importantes que celles du Qatar et les Américains iront-ils jusqu’à saboter toute construction de gazoduc dans cette région ?

Enfin pour éclairer ce tableau bien déprimant la ruine de l’Europe entrainera la ruine des Etats-Unis. Tout ira mieux alors dans un monde subitement retourné à la fin du dix-huitième siècle. À vos bougies et vos mitaines !

Quelques images de Moorea et digressions

Cette île de Moorea, peu touristique, j’entends pour les voyageurs qui se précipitent vers les « spots » comme Bora-Bora, est pourtant attrayante. Les routes sont impeccables, il n’y a aucun fil électrique ou de téléphone apparent, tout y est enterré en raison de la menace des cyclones destructeurs. Les relais de téléphone sont dissimulés au sommet de hauts pylônes déguisés en cocotiers qui, de loin, sont trop droits pour être vrais.

Quand on pénètre dans la forêt on trouve des champs d’ananas avec au loin les restes de l’activité volcanique relativement récente qui donna naissance à toutes les îles du Pacifique.

Hier soir nous avons eu une discussion au couchant devant le lagon délimité par la barrière de corail sur laquelle une faible houle vient se briser au sujet de la montée du niveau des océans. J’ai alors fait une intervention remarquée à ce sujet. Le lagon peu profond, ai-je dit, était découvert il y a 30000 ans, au beau milieu de la dernière glaciation. Ce niveau était de 135 mètres inférieur à celui d’aujourd’hui. Pour preuve l’entrée de la grotte Kosquer dans le sud de la France se trouve à plus de 120 mètres de profondeur aujourd’hui alors qu’elle fut occupée il y a environ 30000 ans par des individus qui la décorèrent richement.

Et depuis une quinzaine de milliers d’années le niveau des mers a remonté et les coraux ont suivi cette remontée en formant par exemple les atolls des Tuamotu.

Et depuis la fin du Dryas récent nous sommes entrés, ai-je dit, dans une nouvelle période de glaciation. Les coraux se portent bien, merci, et ils s’adapteront à une nouvelle baisse du niveau des océans. Conclusion de cette histoire, tout est de la propagande dont le but final est de mettre en place un « pass » carbone, toutes sortes de restrictions pour contrôler les populations. J’ai hâte de passer de vie à trépas … 

Mondialisation et écologie : les deux branches d’une même idéologie

Je venais juste de commencer à traduire pour les fidèles lecteurs un article de Peter Koenig paru sur le site GlobalResearch lorsque j’ai interrompu cette tâche un peu aride après avoir trouvé une excellente traduction parue sur le site ReseauInternational et dont voici le lien :

L’article original se trouve ici : https://www.globalresearch.ca/when-green-turns-brown-nobody-notices/5794474

Tout est parfaitement et clairement exposé dans cet article et je n’ai rien à ajouter. En quelques mots les « Verts » veulent détruire les économies, d’abord occidentales, car il y a trop d’êtres humains, trop de pollution, trop de gaz carbonique, trop de voitures, trop de consommation, trop de tout ce que la civilisation moderne a apporté pour améliorer le confort des hommes. Ce que veulent les « Verts » est un retour au dix-neuvième siècle et même plus en arrière encore, avant la révolution industrielle avec une planète Terre comptant un demi-milliard d’êtres humains au plus. Il faudra trouver d’autres virus plus méchants que le dernier en date, organiser encore plus de restrictions et de privations pour atteindre le grand dessein d’un Klaus Schwab ou d’un Bill Gates. Il faut simplement espérer que la chasse et la destruction de ces élites s’organisera très vite car les mois et les années passent et la propagande a fait perdre à la majorité des peuples tout bon sens et toute perception de la réalité de la situation.

En effet, la situation énergétique de l’Europe occidentale a été soigneusement préparée par ces « Verts » qui ont tout fait pour brider les investissements en direction des grandes compagnies pétrolières. Celles-ci n’investissent depuis près de 20 ans à peine 15 % de ce qu’elles investissaient dans la prospection et l’exploitation de nouveaux gisements 20 ans plus tôt. Elles n’ont pas non plus investi dans le développement du transport des tuyaux pour transporter gaz ou pétrole. Depuis onze ans maintenant l’Allemagne a démantelé son parc nucléaire et la France, sous la pression des Verts a choisi la même voie. Ce n’est pas avec des moulins à vent et des panneaux solaires qu’on peut faire fonctionner l’économie d’un pays comme la France ou l’Italie et encore moins l’Allemagne.

Ce qui est affligeant est que le peuple n’a pas compris les causes premières de cette situation présente. J’ai écrit un billet sur ce blog au sujet d’un black-out européen généralisé et c’est effrayant. À relire : https://jacqueshenry.wordpress.com/2019/10/22/petite-histoire-pas-du-tout-fictive-un-black-out-generalise-en-europe-occidentale/

Demain 28 septembre, pas de billet.

Petite leçon à une belle inconnue

Le fait que j’aie écrit un billet relatant une discussion avec un jeune diplômé d’une école européenne formant des « conseillers auprès des gouvernements » – ça veut tout dire c’est-à-dire rien du tout – qui a suscité de nombreuses réactions d’un grand intérêt, je reviens sur mon blog, vous me le permettrez. Mis à part des billets relatant une dernière découverte scientifique ou la situation économique de tel ou tel pays, je me suis surtout focalisé sur le « changement climatique » et ses conséquences dont les politiques de réduction des émissions de gaz carbonique et enfin depuis plus de deux ans sur le coronavirus. J’ai d’ailleurs l’intention de réunir tous les billet de l’une ou l’autre de ces deux rubriques et les proposer à un éditeur sans chercher à réaliser des profits, je m’en moque.

Je racontais hier à une très belle jeune femme que je tenais un blog. Elle est artisan-voilière, comprenez elle répare des voiles de bateau ici dans les territoires d’outre-mer français, connait toutes les capitaineries et quand elle veut se déplacer il lui suffit de trouver un navigateur pour la convoyer là où elle le désire. Je commencé à lui exposer mon opinion sur le climat mais elle m’a devancé sans vraiment savoir quelles étaient les lois de la thermodynamique avec un aplomb admirable. Je retranscris ici ses propos : « le climat a toujours changé dans le passé et l’homme n’y peut rien, c’est une histoire de mouvement des planètes et de la Terre autour du Soleil » (sic). Rien à redire pour une personne qui ne s’est jamais vraiment documentée sur ce sujet, en quelque sens le bon sens paysan. Eh bien il faudrait que des présentateurs de plateau télé aient le courage de clamer le même type d’argument. Or tout a été organisé pour appauvrir les classes moyennes au profit de l’infime minorité des richissimes, tant pis pour tous ces pauvres, qu’ils crèvent.

Et à propos du coronavirus, connaissant ma qualité d’ancien biologiste, elle m’a permis d’exposer mon point de vue que je résume ici en quatre points : (1) un virus manipulé en laboratoire pour obtenir un « gain de fonction » par insertion du site de clivage « furine » artificiel sur la protéine de la spicule du virus, manipulation faite sur l’ARN du virus directement parent du SARS-Cov-2 par l’armée américaine couverte par Antony Fauci, (2) ce virus est répandu à l’occasion des jeux olympique militaires de Wuhan au cours de l’automne par des agents américains pour accuser ensuite les biologistes du laboratoire de virologie P4 de la même ville financé par la France. Troisième point les grands laboratoires pharmaceutiques incapables de trouver de nouvelles molécules actives depuis des années se voient offrir l’opportunité de produire une thérapie génique (et non pas un vaccin) pour, selon Fauci et l’OMS, protéger les populations et comme attendu fiasco total puisque ce virus à ARN a une très forte tendance à muter, thérapie génique abusivement appelée vaccin qui tue plutôt que protéger les populations.

Dernier point cette épidémie, qui je le rappelle a tué moins de personnes que la grippe de Hong-Kong en rapportant le nombre de décès à la population, était censée tuer beaucoup plus de monde, le grand dessein de la gauche malthusienne qui a envahi toutes les sphères dirigeantes occidentales. Encore un échec.

À la fin de ma démonstration très brève cette jeune personne m’a demandé si tout ça était de mon invention. Je dois lu communiquer le lien de mon blog pour qu’elle se rende compte par elle-même que toutes mes affirmations sont sourcées sauf peut-être le processus de diffusion depuis Wuhan au sujet duquel je n’ai trouvé que très peu d’évidence journalistique. Et si on veut me traiter de complotiste voire de fasciste j’ai déclaré à mon interlocutrice que mon blog était une source d’information comme une autre ajoutant et que si j’étais journaliste j’aurais déjà été défenestré ou « mouru » comme dit si bien Pierre Jovanovic.

Brève. Il paraît que je suis fasciste !

En bavardant il y a quelques jours avec un jeune français diplômé fraîchement sorti d’une école européenne dont j’ai oublié le nom nous avons abordé l’affaire du coronavirus. J’ai mis en garde mon interlocuteur car, fort d’un passé universitaire de biologiste, je risquais d’aller à l’encontre de ses propres opinions et analyses. De fait dès le début de notre dialogue je l’ai repris sur plusieurs points. D’abord je lui ai affirmé que je n’inventais rien et que tout ce que j’allais lui raconter s’appuyait sur des publications scientifiques. La conversation a vite pris un ton agressif quand j’ai déclaré que ce virus contenait une insertion d’une vingtaine de nucléotides comprenant un site de clivage par une protéase très commune dans l’organisme humain et que cette insertion ne pouvait pas ne pas avoir été effectuée en laboratoire. 

Ce jeune homme semblait attentif car je lui expliquais quelle était la signification des termes inconnus pour la plupart par les néophytes dont il faisait partie, termes que j’utilisais que j’utilisais car n’ayant pas d’autres moyens à ma disposition pour cet exposé.

Le ton a commencé à monter quand j’ai déclaré tout de go que cette manipulation génétique pour obtenir un « gain de fonction » avait été vraisemblablement réalisée dans un laboratoire de l’armée américaine, alors que ce type de recherche est considéré comme illégal sur le sol américain. Dubitatif qu’il était j’ai insisté sur le fait que la séquence de nucléotides insérée comprenait des codons (toujours en expliquant de quoi il s’agissait) qui ne se trouvent jamais dans le matériel génétique des virus de cette famille de coronavirus. Bien que m’écoutant attentivement il semblait devenir nerveux. Il explosa alors quand je lui fit part de mon hypothèse au sujet de la dispersion de ce virus modifié dans le monde entier à l’occasion des olympiades militaires qui eurent lieu durant l’automne à Wuhan, diffusion organisée avec l’aide d’agents américains faisant partie de l’équipe de sécurité protégeant les athlètes américains. Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques fit le reste dans le but de tuer le maximum de personnes.

Alors là ce jeune diplômé réagit presque violemment en me demandant si je n’étais pas un peu complotiste et américanophobe. Certes je suis devenu vraiment anti-américain mais complotiste : non, loin de moi cette idée car je présente mon analyse au sujet de Wuhan comme une hypothèse. Puis l’ayant un peu intéressé par mon propos il changea de conversation en m’exposant son opinion sur la politique « zéro-covid » chinoise. Les autorités chinoises, selon ce jeune diplômé, profitent de la situation pour maintenir leur population sous pression, contrôlée en permanence par le parti, etc … Pas du tout ai-je rétorqué. La Chine est devenue la première puissance industrielle et commerciale du monde et elle manœuvre pour affaiblir les USA et l’Europe en bloquant ses principaux ports d’où partent les denrées manufacturées qui inondent les marchés européens et américains. Je compris que ce jeune diplômé ne comprenait pas de quoi je parlais. On n’a pas besoin d’avoir suivi de longues études en économie politique pour comprendre que le volume de l’offre d’un produit comparé à la demande influe directement sur les prix de ce produit. Quand les autorités chinoises bloquent pour des raisons sanitaires discutables un port comme celui de Shanghai il y a à l’évidence une autre motivation : catalyser une inflation à deux chiffres généralisée dans tous les pays occidentaux.

Mon interlocuteur me demanda alors si je n’étais pas un peu admirateur de Xi Ping, ajoutant que pour lui le PC chinois était un régime fasciste. J’eus l’audace de répondre par oui à sa question. La conversation s’arrêta là car il me traita de fasciste … Il est vrai qu’un régime autoritaire contrôlant minutieusement sa population peut être qualifié de fasciste même si ce terme est historiquement inapproprié. Les régimes de Franco et Mussolini furent qualifiés ainsi mais quelle différence avec le parti communiste chinois ? Il est vrai qu’aujourd’hui quand on n’approuve pas les idées de la mouvance gauchiste, qu’il s’agisse du climat, de la fameuse transition énergétique, de l’idéologie woke et j’en passe on est vite traité de fasciste.