Analyse géopolitique depuis le milieu de nulle part.

La première fois que je suis venu ici visiter l’archipel des Marquises, il y a plus de 25 ans, je savais que cet endroit était entouré dans toutes les directions par l’immense étendue de l’Océan Pacifique. Chili, Mexique, Alaska, Japon, Indonésie, Australie et Nouvelle-Zélande se trouvent à plus de 5000 kilomètres. C’est peut-être la raison pour laquelle je m’y trouve aujourd’hui, loin des tourments et des dangers qui guettent l’Europe et qui pourraient se terminer par une destruction de l’humanité. D’aussi loin de tout les Marquisiens peuvent raisonnablement espérer échapper à cette auto-destruction de l’humanité. Mais dans l’immédiat il faut garder quelque espoir ; les armes nucléaires dont disposent les puissances siégeant au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, une appellation ironique s’il en est, savent qu’un conflit nucléaire est synonyme de disparition de l’espèce humaine car chaque petite ogive destructrice correspond à 50 fois celle qui détruisit la ville d’Hiroshima en 1945. Il est ainsi peu probable que la guerre en Ukraine dégénère en conflit thermonucléaire, du moins on peut l’espérer.

Ce conflit organisé de longue date par les Etats-Unis, depuis 2014, n’a qu’un seul objectif : affaiblir l’Europe et prendre ensuite sans coup férir possession des immenses ressources naturelles de la Russie, une fois affaiblie également et exsangue en raison du conflit ukrainien. Se croyant les maîtres du monde les Américains ont pourtant échafaudé un mauvais plan. Leur politique hégémonique a rapproché la Russie de la Chine et aussi de l’Inde, de l’Iran, du Brésil … , des pays qui n’acceptent plus la suprématie du dollar US et dénigrent l’euro. À cette situation s’ajoutent les décisions suicidaires prises par les gouvernements européens et la Commission de Bruxelles afin d’imposer une transition énergétique pour aller vers le chaos, une agriculture sans intrants de synthèse pour aller vers la famine et une lutte illusoire contre le réchauffement du climat pour appauvrir toute la population. Allez demander aux dirigeants chinois, indiens ou brésiliens ce qu’ils pensent de ces lubies occidentales, ils répondront qu’ils ne se sentent pas concernés et qu’ils s’en moquent.

Cette politique doit répondre aux critères ESG mis en place sous la pression des organisations non gouvernementales de défense de l’environnement gravitant autour des instances européennes qu’il s’agisse de la Commission, du Parlement et de la Banque centrale. Le sort de l’Europe se joue dans les couloirs de ces organismes dans le plus pur mépris du bien-être des peuples. Depuis la crise économique de 2008 exportée par les Etats-Unis vers les autres pays occidentaux pour qu’ils paient la note laissée par les spéculateurs de Wall Street et de la City les assouplissements quantitatifs tant de la Banque centrale européenne que de la FED ont provoqué l’inflation à deux chiffres que subit l’Europe aujourd’hui et le conflit ukrainien n’a été qu’un élément amplificateur de cette désastreuse gestion. À ces erreurs d’appréciation s’est ajoutée la mise en place des critères ESG qui ont détourné les investisseurs vers d’autres pays peu ou pas corrompus par l’idéologie environnementale occidentale. Et c’est ainsi que l’épicentre économique mondial s’est déplacé vers l’Asie. L’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam connaissent des croissances économiques à deux chiffres alors qu’une profonde récession atteint tous les pays occidentaux en particulier européens. Et ce n’est que le début d’un long “hiver économique” qui durera plusieurs années avec un euro déprécié qui aggravera cette récession.

Asservie par les Etats-Unis économiquement et dirigée en réalité par les hautes instances de l’OTAN qui ont entrainé les pays européens membres de cette organisation aux visées hégémoniques à intervenir en Serbie, en Irak, en Syrie, en Afghanistan et maintenant en Ukraine dans des conflits qui ne les concernaient pas, les Européens ne peuvent que s’en prendre à leurs dirigeants. À la faveur de la douloureuse récession accompagnée de pénuries énergétiques, alimentaires ainsi qu’une chute spectaculaire du pouvoir d’achat de tous les peuples européens, il est urgent que ces derniers prennent conscience que depuis la fin de la deuxième guerre mondiale ils ont été bernés par les Américains avec leur complice britannique. Il faut que les peuples européens se réveillent et expulsent ces esclavagistes qui n’ont jamais cessé de traiter les autres peuples de vulgaires animaux … 

6 réflexions au sujet de « Analyse géopolitique depuis le milieu de nulle part. »

  1. Bonjour pourquoi toujours accuser un autre de la cause de nos malheurs ?
    Les européens sont tout à fait capables de creuser leur tombe, et ils le font très bien.
    Quand Chirac a dit non à la guerre en Irak les Usa ne nous ont pas sanctionné.
    À l’epoque il y eu aussi de nombreuses et importantes manifestations contre cette guerre dans toute l’Europe.

    Concernant l’Ukraine, Nos dirigeants sans consulter ni les députés ni les citoyens prennent toutes les decisions. Les gens laissent faire ou approuvent.
    Nous pouvions et nous pouvons toujours dire non à la participation à cette guerre en Ukraine.

  2. A une autre epoque on a eu l’inflation (hyper) puis la guerre.
    était ce un enchainement inevitable ?
    par analogie on a la guerre (restreinte) d’abord, puis l’inflation (pas encore hyper). aurons nous la guerre, la grande, sur notre sol?
    la guerre d’Ukraine a été forcée par les US qui n(ont pas restreint l’avancée de leurs pions « OTAN » en europe de l’est.
    la Russie ne pouvait pas ne pas bouger et est entrée en Ukraine.
    ça me fait penser à la guerre de 70 avec le fameuse depeche d’Ems.

  3. @JH : Excellente synthèse merci !
    L’éloignement et l’isolement permettent de prendre un recul salutaire.
    Finalement, nous vivons un combat entre le Mal et le Bien, ce dernier semble s’installer du côté de l’Eurasie et cela ne plaît pas au Mal. Remplaçons la notion du Mal par celle de cancer, et celle du Bien par des tissus sains se reproduisant de façon harmonieuse, et le résultat sera le même.
    Le parasitisme de l’élite outre-atlantique a atteint un plateau décroissant. Elle est maintenant en train de se dévorer elle-même avec ses plus proches acolytes. Et c’est dommage pour les citoyens des USA et de l’UE. Ce sera à n’en point douter aux Russo-Asiatiques de leur venir en aide dans les années à venir. Si un cataclysme nucléaire ne vient pas mettre un terme à la folie d’une oligarchie qui n’a plus de système d’auto-contrôle. Auquel cas, il vaut mieux regarder la mer bleu-turquoise et sentir la douce brise marine des Iles Marquises avant de fermer définitivement les yeux. Mais rassurons-nous, l’ADN des êtres humains renferme des systèmes de sauvegarde d’une puissance inouïe et insoupçonnée.
    Le Bien finira par triompher comme toujours. 🙂

  4. A chaque crise financière il y a une guerre pour palier à l’impossibilité de rembourser la dette. C’est ce qu’on apprenait du temps de mes grands parents et parents…
    A Mega dette, Méga guerre qui prend bien des formes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s