Quelques impressions de Nouméa

La petite perle du Pacifique qu’est (ou que fut) Nouméa, un coin de France tout proche de l’Australie, très apprécié des Japonais, n’est plus la ville que j’ai connu il y a près de 25 ans. Les petites échoppes ont disparu cédant la place à des magasins de vêtements, tous les mêmes, fabriqués en Asie et à des magasins de chaussures ou de décoration intérieure. On se demande comment ces commerces arrivent à vivre … Lorsque je venais dans cette ville faire quelques emplettes du temps où je vivais à Port-Vila, la porte à côté, il y avait des bars avec une bière à des prix abordables comme le Saint-Hubert dans la partie haute de la Place des Cocotiers. Plus de brasserie ! C’est un grand magasin de vêtements et c’est tout à l’avenant.

Le nombre de jeunes kanaks qui zonent dans les rues en écoutant de la musique avec un vieux transistor a conduit mes réflexions vers le nickel et le cobalt. La firme française Le Nickel a produit en 2020 plus de 3500 tonnes de cobalt à partir du minerai de nickel dont est si riche « le Caillou » et cela fait 175 millions de dollars à la vente. Pourquoi alors tant de jeunes sont sans emploi car ce cobalt provient des montagnes où on toujours vécu les Papous, les aborigènes de Nouvelle-Calédonie ? Quant au nickel il se négocie sur les marchés à près de 25000 dollars la tonne. Les actionnaires de l’usine productrice de ces métaux sont en partie de riches familles caldoches qui ne veulent pas céder le moindre franc XFP de leurs avantages établis après avoir dépossédé de leurs plus riches terres ces « aborigènes » pour constituer leur fortune actuelle.

J’ai fait me petite enquête et la brasserie Saint-Hubert a été fermée sur ordre de la municipalité car il y avait trop de ce qu’on appelle aujourd’hui de la racaille dans les banlieues sensibles de France autour de cet établissement maintenant disparu, le cœur de Nouméa il y a 20 ans … D’ailleurs on comprend aisément que l’on soit sollicité pour quelques pièces par des jeunes désoeuvrés car la vie à Nouméa est beaucoup plus onéreuse qu’à Paris. Avis aux amateurs. J’espère que je n’aurai pas la même impression négative lorsque je serai dans quelques jours à Papeete !

9 réflexions au sujet de « Quelques impressions de Nouméa »

  1. Ping : Quelques impressions de Nouméa | Qui m'aime me suive…

  2. J’ai vécu une partie de mon enfance près de Nouméa (début années 1970): l’ile est sous la coupe de familles qui n’ont aucun intérêt au développement autonome de cette région; la dépendance auprès de la métropole est soigneusement entretenue.

    • C’est exactement le même problème en Martinique et en Guadeloupe et l’Etat français n’a jamais pu mettre un terme à cette situation néo-coloniale, il faut nommer la situation comme tel ! J’irai plus loin : c’est le même phénomène en Corse avec des familles au pouvoir mafieux qui ont leurs entrées dans les ministères et à l’Elysée et après on veut nous faire croire que la France n’est plus un pays « colonial » comme Macron l’a fait en se mettant à genoux devant certains dirigeants africains, mais de qui se moque-t-on ? En Guadeloupe il y a moins de dix familles de béqués qui contrôlent la totalité de la vie économique. En Nouvelle-Calédonie ce doit être à peu près la même configuration.

  3. De la nostalgie ? Un peu, d’accord. Mais faut pas s’arrêter là !
    Le monde change à grande vitesse. Les gens, les habitudes, les techniques (et ses emmerdements) aussi. Même notre âge… et pour tout l’monde !
    Alors ?…

    • Bonjour je ne suis pas obligé d’apprécier les changements, ni de les suivre ou pratiquer.
      En fait, à part l’ordinateur, le telephone portable et l’essuie tout, mon mode de vie n’est guère différent de celui que j’avais ou que j’avais envie de realiser en 1976, à 20 ans.
      J’habite toujours dans un quartier ouvrier, j’ecoute essentiellement le rock de 65 à 75, tous mes meubles sont d’occasion et en vrai bois, des années 60 70, meme habillement, je me déplace en vélo, je me fais à manger, je me soigne moi-même, j’ai eu un potager, j’ai voyagé 15 ans, j’ai fait toute la rénovation de mes logements moi-même, etc… et ni télé ni voiture.
      Il ne s’agit pas de nostalgie, mais de vivre ce qui me convient, au lieu de me laisser porter par le courant.
      Courant qui nous sera bientôt coupe d’ailleurs 😂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s