Les paramètres de l’économie japonaise feraient pâlir plus d’un pays européen. L’inflation est proche de zéro en raison de l’approvisionnement en énergie primaire qui entre dans le cadre de contrats à long terme, charbon, pétrole ou gaz liquéfié. Le chômage est inférieur à trois pour cent de la population active malgré un grand nombre de seniors toujours en activité, ce qui paraît paradoxal. À peine 2 % des jeunes diplômés de cette année ont renoncé à trouver un travail car ils ont choisi de poursuivre des études supérieures plus longues. L’activité industrielle est toujours très dynamique malgré une ralentissement des économies voisines, Chine, Corée. Le secteur du bâtiment est toujours très actif et constitue avec l’automobile et les machines-outils le principal moteur de l’économie. En ce qui concerne les taux d’intérêt, tous les taux à moins de 5 ans d’échéance sont négatifs et le taux de référence des bonds à 10 ans, qui avait évolué aux alentours de 0,25 % est retombé à 0,18 % et dans le même temps le yen s’est raffermi par rapport au dollar ces dernières 24 heures.

Je ne reviendrai pas sur la dette du Japon car comme chacun sait la transparence est totale puisque les dettes des collectivités locales, des fournisseurs d’énergie électriques et des compagnies de transport, pour ne prendre que ces trois exemples, sont comptabilisées dans le calcul de la dette globale du pays.

Je ne voudrais pas paraître un oiseau de mauvais augure mais le secteur de l’immobilier comprenant également le marché de la maison individuelle a toujours été scruté de près par les analystes financiers car il s’agit d’un moteur de croissance essentiel pour l’économie. Ne disait-on pas au cours des « trente glorieuses » : quand le bâtiment va, tout va. J’ai pu observer au cours des derniers mois la multitude de chantiers de toutes tailles dans tous les quartiers de Tokyo que j’ai pu traverser en train. C’est tout simplement étonnant. Et l’explication se trouve dans la faiblesse des taux d’intérêt des prêts immobiliers.

Ce n’est pas le cas en Europe et encore moins aux USA. Considérons donc la première économie du monde et son marché immobilier. Tous les indicateurs sont au rouge aux USA et les passer en revue est riche d’enseignements. Le nombre de mises en chantier est passé en territoire négatif depuis plus d’un an, les taux des prêts sont les plus élevés depuis 2008, le coût annuel des remboursements de ces prêts a augmenté de 80 % en moins d’un an. Pour les ménages la possibilité d’accès à la propriété est la plus faible depuis 1970. Le prix des maisons est plus élevé qu’en 2006-2007. Depuis plus de 40 ans il n’y a plus de « bon moment » pour acheter une maison, les ventes de maisons neuves se sont effondrées ces derniers mois, les ouvertures de dossiers de prêt ont atteint leur niveau le plus bas depuis 22 ans et enfin le coût des garanties inclues dans le calcul de l’inflation est le plus élevé jamais atteint.

La situation de crise devient donc impossible à éviter d’autant plus que la réserve fédérale, pensant juguler une inflation à deux chiffres, a augmenté son taux directeur de 150 points de base en quelques jours seulement. Vers quoi s’achemine-t-on aux USA ? Vers une crise qui fera paraître celle de 2008 comme un petit grain de sable dans le rouage économique nord-américain. Et comme il se doit ce sont tous les pays occidentaux qui paieront pour cette crise dont la cause première est l’argent facile depuis cette crise de 2008 déversé sans discernement dans l’économie. Cette situation encourage les pays occidentaux, surtout européens, qui se prétendent des démocraties, à prendre des mesures privatrices de libertés, comme la monnaie électronique, le contrôle des changes et des dépenses, la surveillance des comptes en banque et bien d’autres vexations. Tout cela est fait pour masquer la totale incompétence des dirigeants politiques qui n’ont rien trouvé d’autre, comme excuse, d’incriminer la Russie en raison du conflit ukrainien. Demandez à un Américain moyen rêvant de sa maison individuelle ce qu’il en pense, il éclatera se rire …

9 réflexions au sujet de «  »

  1. Ping : Les paramètres de l’économie … | Qui m'aime me suive…

  2. Bonjour j’ecoutais récemment sur Radio Courtoisie la presentation du livre
    Corée du Sud : Le goût du miracle par Sébastien Falletti
    Il est certain que nous avons beaucoup à apprendre de l’Asie. Et vice-versa. Toutefois le coté dernière mode Coréen est à eviter.
    Un de mes credos : je ne suis pas intelligent, inventeur. Mais quand je vois quelque chose qui me parait mieux que ce que je fais je le copie. Et souvent je l’adopte.
    Une anecdote nous étions quelques français à réfléchir sur un casse tete depuis un bon moment. Une amie hindoue passe, s’arrete une minute, et résout le casse tête. 😆

    • Naguère, la radio suisse romande avait un correspondant au Japon qui s’appelait Georges Baumgartner. Un journaliste qui avait toujours des choses intéressantes à rapporter. Un jour, il avait eu cette réflexion : pour écrire un livre sur un pays, il faut y passer 15 jours ou vingt ans.

  3. Le maintien du 10 ans japonais sous les 0.25% a nécessité des achats illimité par la BOJ. Cela a un coût, le yen est en chute libre par rapport à la plupart des autres monnaies importantes (même par rapport à l’€, c’est dire 🙂 ).
    Cela se traduira à un moment ou un autre par de l’inflation importée (via les matières premières).

    • De mémoire, mais cela reste à affiner car cela fait un moment que je n’ai pas travaillé sur les statistiques du Japon, la dette de ce pays est possédée par des instances japonaises. Il ne doivent donc rien à l’étranger. De plus, le Japon possède une quantité impressionnante de bons du trésor américain. Le Yen fluctue comme n’importe quelle monnaie, surtout en ce moment où récession et inflation touchent l’ensemble des pays industrialisés. Donc, je ne serais pas aussi pessimiste que vous quant à la situation financière de ce pays…surtout quand on regarde la France qui possède une dette monumentale possédée par des acteurs étrangers privés (dette qui ne pourra pas être remboursée à moins de vendre l’intégralité des monuments parisiens, et encore…).

      • Il y a deux faits que les analystes financiers occidentaux oublient lorsqu’ils dissertent au sujet de l’économie japonaise, comme par exemple Olivier Delamarche qui fait une fixation sur la dette japonaise. D’abord la BoJ a fusionné avec le Trésor, c’est très clair et les comptes sont simplifiés. La dette japonaise est détenue par les fonds de pension des employés de l’Etat, le plus gros fond du monde, par les fonds de pension des grandes entreprises et par de très rares investisseurs étrangers (moins de 5 % du total de la dette) ce qui rend le Japon indépendant des pressions extérieures. Les T-bonds détenus par le Japon sont tout aussi liquides que les billets verts et servent par exemple à payer sur le marché secondaire la facture énergétique du pays. Outre ces faits, le Japon est à la tête de réserves en devises colossales ce qui n’est le cas ni de la France, ni de l’Italie ni de l’Espagne, ni des USA dont les déficits extérieurs sont chroniques.

      • Le Japon est dans une situation économique et sociale infiniment meilleure que la fRance, je suis bien d’accord.
        J’ai posté le message précédent uniquement pour dire que le maintien des taux japonais à un niveau artificiellement bas a un coût, qui est celui d’une dépréciation accélérée du yen.

  4. Je viens de mettre en ligne le bouquin que je me suis tapé à convertir en français et refaire intégralement, sur une étude des peuples non civilisés, avec le livre de Joseph Daniel Unwin : Sexe & culture, de 1934.

    Ce travail n’existe nulle part ailleurs sur terre en FR et je me suis bien pris la tête à le faire.
    Vous avez intérêt à le lire sinon ça va chier !

    Sex and Culture – Joseph Daniel Unwin ( 1934 ) Première partie

    Je ne mets que la 1° partie en lien, retournez au sommaire du blog pour voir les autres parties elles sont à la suite dans la liste.

    Bonne lecture à tous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s