Le point sur les évènements relatifs à la pandémie Covid-19, où est la vérité ?

Traduction de l’article de Russell L. Blaylock (doi : 1025259/SNI_150_2022)

La pandémie de Covid-19 a été l’un des évènements de maladie infectieuse le plus manipulé de l’histoire, caractérisé par des mensonges officiels sans cesse répétés émanant des bureaucraties gouvernementales, des associations médicales, des autorités médicales, des médias et des agences internationales. Nous avons assisté à une longue liste d’intrusions sans précédent dans la pratique médicale, incluant des attaques directes d’experts médicaux, la destruction de la carrière de médecins refusant de participer au meurtre de leurs patients et à un véritable régimentement de la pratique des soins médicaux conduite par des personnes non qualifiées, très riches et disposant de pouvoir et d’influence. Pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis le Président, les gouverneurs, les maires, les administrateurs d’hôpitaux et les bureaucrates fédéraux ont déterminé quels étaient les traitements médicaux en se basant non pas sur des informations précises scientifiques ou sur une expérience et une information factuelles mais plutôt en forçant les personnels médicaux à accepter des approches spéciales de soins et de prévention, incluant le remdesivir, l’utilisation de respirateurs et au stade suivant des vaccins à ARN messager essentiellement jamais testés. Pour la première fois dans l’histoire des traitements médicaux les protocoles ne sont pas arrêtés à partir de l’expérience des médecins praticiens traitant un grand nombre de malades avec succès mais plutôt par des bureaucrates qui n’ont jamais traité un seul patient, incluant Anthony Fauci, Bill Gates, l’Ecohealth Alliance, le CDC, l’Organisation mondiale de la santé, les officiers en charge de la santé publique et les administrateurs d’hôpitaux.

Les médias (TV, journaux, magazines, etc), les sociétés médicales, les directions médicales des Etats et les propriétaires de médias sociaux se sont désigné eux-mêmes comme étant la seule source d’information au sujet de cette pandémie. Les sites web ont été censurés, les plus fameux médecins spécialistes et cliniciens dans le domaine des maladies infectieuses ont été diabolisés, des carrières ont été détruites et toute information dissidente a été classée comme fausse ou dangereux mensonge y compris quand celle-ci provenait des plus renommés experts mondiaux en virologie, en maladies infectieuses, en soins intensifs pulmonaires et en épidémiologie. Cette censure a concerné les plus grands spécialistes du monde. Le plus incroyable est que certaines personnalités comme le Docteur Michael Yeadon, ancien directeur scientifique et ancien vice-président de la division science de Pfizer UK, qui osa déclarer que Pfizer fabriquait un vaccin extrêmement dangereux, a été ignoré et ostracisé. Lui, comme d’autres scientifiques, ont également déclaré que personne ne devrait se soumettre à un tel vaccin.

Le Docteur Peter McCullough, l’un des experts les plus cités dans ce domaine, qui a traité plus de 2000 patients souffrant du SARS-CoV-2 en utilisant un protocole de traitement précoce (que les soi-disant experts ont toujours ignoré) a été victime d’attaques particulièrement vicieuses de la part de ceux bénéficiant financièrement de ces vaccins. Il a publié ses résultats cliniques dans des journaux à comité de lecture mentionnant une réduction de 80 % des hospitalisations et une réduction de 75 % des décès en utilisant en routine ces traitements précoces. En dépit de ces résultats il est victime d’attaques incessantes de la part des « contrôleurs de l’information », aucun d’entre eux ayant traité un seul malade de leur vie.

Ni Anthony Fauci, ni le CDC, ni l’Organisation mondiale de la santé, ni aucune organisation gouvernementale de la santé n’a proposé une quelconque traitement précoce autre que le paracétamol, de boire beaucoup d’eau et d’appeler une ambulance en cas de difficulté respiratoire. C’est sans précédent dans toute l’histoire des soins médicaux car les traitements précoces des infections sont critiques pour sauver des vies et éviter des complications sévères. Non seulement ces organisations ne conseillèrent pas de traitements précoces mais elles attaquèrent tout médecins tentant d’utiliser de tels traitements avec toutes les armes dont elles disposaient : perte de licence d’exercer la médecine, abolition des privilèges hospitaliers, accusations honteuses, destruction de leur réputation et y compris arrestations et poursuites judiciaires.

Un exemple emblématique de cet outrage à la liberté de parole et de la nécessité d’informer le patient qu’il doit consentir au traitement proposé est la suspension de la licence d’exercice de la médecine du Docteur Meryl Nass par le conseil médical de l’Etat du Maine lui ordonnant également une évaluation psychiatrique après avoir prescrit de l’Ivermectine et partagé son expérience à ce sujet. Je connais le Docteur Nass personnellement et peux témoigner de son intégrité, de sa réputation et de son souci de la vérité. Ses références scientifiques sont irréprochables. Cette attitude du conseil médical du Maine est une réminiscence de la méthode utilisée par le KGB de l’époque soviétique quand des dissidents étaient incarcérés dans des goulags psychiatriques pour les réduire au silence.

D’AUTRES ATTAQUES SANS PRÉCÉDENT.

Une autre tactique sans précédent consiste à retirer les médecins dissidents de leurs postes de rédacteurs de revues, de critiques et de rétractation de leurs articles scientifiques dans les revues, même après que ces articles ont été imprimés. Jusqu’à cette pandémie, je n’ai jamais vu autant de journaux se rétracter — la grande majorité faisant la promotion de solutions de rechange au dogme officiel, surtout si ces journaux remettent en question l’innocuité des vaccins. Normalement, un document ou une étude soumis est examiné par des experts dans le domaine, appelé examen par les pairs. Ces revues peuvent être assez intenses et détaillées, en insistant sur le fait que toutes les erreurs du document doivent être corrigées avant la publication. Ainsi, à moins que la fraude ou un autre problème caché majeur soit découvert après que le papier soit imprimé, le papier reste dans la littérature scientifique.

Nous assistons maintenant à un nombre croissant d’excellents articles scientifiques, rédigés par des experts de haut niveau dans le domaine, qui sont retirés des principales revues médicales et scientifiques des semaines, des mois et même des années après leur publication. Un examen attentif indique que, dans beaucoup trop de cas, les auteurs ont osé remettre en question le dogme accepté par les contrôleurs des publications scientifiques, surtout en ce qui concerne l’innocuité, les traitements de rechange ou l’efficacité des vaccins [12,63]. Les revues scientifiques se fient à une vaste publicité de la part des sociétés pharmaceutiques pour leurs revenus. Il est arrivé à plusieurs reprises que de puissantes sociétés pharmaceutiques exercent leur influence sur les propriétaires de ces revues pour supprimer des articles qui remettent en question les produits de ces sociétés [13,34,35].

Pire encore est la conception réelle des articles médicaux pour la promotion des médicaments et des produits pharmaceutiques qui impliquent de fausses études, soi-disant articles écrits fantômes [49,64]. Richard Horton est cité par le Guardian comme disant : « Les journaux se sont transformés en opérations de blanchiment d’information pour l’industrie pharmaceutique » [13,63]. Des articles frauduleux et avérés « écrits fantômes » commandités par des géants pharmaceutiques ont été publiés régulièrement dans de grandes revues cliniques, comme le JAMA et le New England Journal of Medicine, et ne doivent jamais être supprimés malgré l’abus scientifique prouvé et la manipulation des données [49,63].

Les articles écrits par Ghostwritten font appel à des sociétés de planification dont le travail consiste à concevoir des articles contenant des données manipulées pour soutenir un produit pharmaceutique, puis à faire accepter ces articles par des revues cliniques à fort impact. c’est-à-dire les revues les plus susceptibles d’influer sur la prise de décisions cliniques des médecins. En outre, ils fournissent aux médecins en pratique clinique des réimpressions gratuites de ces articles manipulés. Le Guardian a trouvé 250 entreprises engagées dans ce business de ghostwriting. La dernière étape dans la conception de ces articles pour publication dans les revues les plus prestigieuses est de recruter des experts médicaux reconnus d’institutions prestigieuses, pour ajouter leur nom à ces articles. Les auteurs médicaux recrutés sont soit payés en acceptant d’ajouter leur nom à ces articles pré-écrits, soit payés pour le prestige d’avoir leur nom sur un article dans une prestigieuse revue médicale [11]. Il est d’une importance capitale que les experts de l’édition médicale constatent que rien n’a été fait pour mettre fin à ces abus. Les éthiciens médicaux ont déploré qu’en raison de cette pratique répandue « on ne peut se fier à rien ». Bien que certaines revues insistent sur la divulgation de l’information, la plupart des médecins qui lisent ces articles ignorent ou excusent cette information et plusieurs revues rendent la divulgation plus difficile en exigeant que le lecteur trouve les déclarations de divulgation à un autre endroit. De nombreuses revues ne contrôlent pas ces déclarations et les omissions des auteurs sont courantes et sans punition.

En ce qui concerne l’information mise à la disposition du public, pratiquement tous les médias sont sous le contrôle de ces géants pharmaceutiques ou d’autres qui profitent de cette « pandémie ». Les histoires sont toutes les mêmes, tant dans leur contenu que dans leur formulation. Des dissimulations orchestrées se produisent quotidiennement et des données massives exposant les mensonges générés par ces contrôleurs d’information sont cachées au public. Toutes les données qui circulent dans les médias nationaux (télévision, journaux et magazines), ainsi que les nouvelles locales que vous regardez tous les jours, proviennent uniquement de sources « officielles » — dont la plupart sont des mensonges, des distorsions ou complètement fabriquées à partir de tissus entiers — et visent toutes à tromper le public.

Les médias télévisés reçoivent la majorité de leur budget publicitaire des sociétés pharmaceutiques internationales, ce qui crée une influence irrésistible pour rapporter toutes les études concoctées à l’appui de leurs vaccins et autres soi-disant traitements [14]. En 2020 seulement, les industries pharmaceutiques ont dépensé 6,56 milliards de dollars en publicité [13,14]. La publicité télévisée des Pharmas s’est élevée à 4,58 milliards, soit 75 % de leur budget, pour acheter beaucoup d’influence et de contrôle sur les médias. Les experts de renommée mondiale dans tous les domaines des maladies infectieuses sont exclus de l’exposition aux médias et des médias sociaux s’ils s’écartent de quelque façon que ce soit des mensonges et des distorsions concoctés par les fabricants de ces vaccins. De plus, ces sociétés pharmaceutiques dépensent des dizaines de millions en publicité dans les médias sociaux, Pfizer arrivant en tête avec 55 millions de dollars en 2020 [14].

Bien que ces attaques contre la liberté d’expression soient déjà terrifiantes, le pire, c’est que les administrateurs des hôpitaux exercent un contrôle quasi universel sur les détails des soins médicaux dans les hôpitaux. Les visiteurs médicaux enseignent maintenant aux médecins quels protocoles de traitement ils suivront et quels traitements ils n’utiliseront pas, peu importe à quel point les traitements « approuvés » sont nocifs ou à quel point les traitements « non approuvés » sont bénéfiques [33,57].

Jamais dans l’histoire de la médecine américaine les administrateurs d’hôpitaux n’ont dicté à leurs médecins comment ils pratiqueront la médecine et quels médicaments ils peuvent utiliser. Le CDC n’a pas le pouvoir de dicter aux hôpitaux ou aux médecins les traitements médicaux. Pourtant, la plupart des médecins obtempéraient sans la moindre résistance. Le Federal Care Act a encouragé cette catastrophe humaine en offrant à tous les hôpitaux américains jusqu’à 39 000 dollars pour chaque patient en soins intensifs qu’ils ont mis sous respirateurs, malgré le fait que très tôt, il était évident que les respirateurs étaient une cause majeure de décès parmi ces patients confiants et sans méfiance. De plus, les hôpitaux ont reçu 12 000 $ pour chaque patient admis aux soins intensifs, ce qui explique, à mon avis et à celui d’autres, pourquoi toutes les bureaucraties médicales fédérales (CDC, FDA, NIAID, NIH, etc.) ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher des traitements précoces qui sauvent des vies [46]. Laisser les patients se détériorer au point où ils avaient besoin d’être hospitalisés représentait beaucoup d’argent pour tous les hôpitaux. De plus en plus d’hôpitaux risquent de faire faillite, et beaucoup ont fermé leurs portes, même avant cette « pandémie ». La plupart de ces hôpitaux appartiennent maintenant à des sociétés nationales ou internationales, y compris des hôpitaux universitaires [10].

Il est également intéressant de noter qu’avec l’arrivée de cette « pandémie », nous avons été témoins d’une poussée des chaînes de sociétés hospitalières qui ont acheté un certain nombre de ces hôpitaux à risque financier [1,54]. On a remarqué que des milliards de dollars de l’aide fédérale liée à la COVID-19 sont utilisés par ces géants hospitaliers pour acquérir ces hôpitaux menacés financièrement, ce qui accroît davantage le pouvoir de la médecine d’entreprise sur l’indépendance des médecins. Les médecins expulsés de leurs hôpitaux éprouvent des difficultés pour trouver d’autres membres du personnel hospitalier à rejoindre puisqu’ils peuvent aussi être la propriété du même géant corporatif. Par conséquent, les politiques d’obligation de vaccination comprennent un nombre beaucoup plus élevé d’employés des hôpitaux. Par exemple, la clinique Mayo a congédié 700 employés pour avoir exercé leur droit de refuser un vaccin expérimental dangereux, essentiellement non testé [51,57]. La Mayo Clinic a fait cela malgré le fait que beaucoup de ces employés ont travaillé pendant le pire de l’épidémie et sont congédiés lorsque le variant Omicron est la souche dominante du virus, a la pathogénicité d’un rhume commun pour la plupart et les vaccins sont inefficaces pour prévenir l’infection.

En outre, il a été prouvé que la personne asymptomatique vaccinée a un titre nasopharyngé du virus aussi élevé qu’une personne non vaccinée infectée. Si l’obligation de vaccination vise à prévenir la propagation virale parmi le personnel hospitalier et les patients, ce sont les personnes vaccinées qui présentent le plus grand risque de transmission, et non les personnes non vaccinées. La différence est qu’une personne malade non vaccinée ne travaillerait pas, le personnel vacciné asymptomatique travaillera. Ce que nous savons, c’est que les grands centres médicaux, comme la clinique Mayo, reçoivent des dizaines de millions de dollars en subventions des NIH chaque année, ainsi que de l’argent des fabricants pharmaceutiques de ces « vaccins » expérimentaux. À mon avis, c’est la véritable considération qui sous-tend ces politiques. Si cela pouvait être prouvé devant un tribunal, les administrateurs qui ont mis en avant ces obligations de vaccination devraient être poursuivis dans toute la mesure de la loi et poursuivis par toutes les parties lésées.

Le problème de la faillite des hôpitaux est devenu de plus en plus aigu en raison des obligations de vaccination des hôpitaux et du grand nombre de membres du personnel hospitalier, en particulier des infirmières, qui ont refusé d’être vaccinés de force [17,51]. C’est sans précédent dans l’histoire des soins médicaux. Les médecins des hôpitaux sont responsables du traitement de leurs patients et travaillent directement avec eux et leur famille pour amorcer ces traitements. Les organismes externes, comme les CDC, n’ont pas le pouvoir d’intervenir dans ces traitements et, ce faisant, exposent les patients à de graves erreurs de la part d’un organisme qui n’a jamais traité un seul patient atteint de la COVID-19.

Au début de la pandémie, les CDC ont ordonné aux hôpitaux de suivre un protocole de traitement qui a entraîné la mort de centaines de milliers de patients, dont la plupart se seraient rétablis si les traitements appropriés avaient été autorisés [43,44]. La majorité de ces décès auraient pu être évités si les médecins avaient été autorisés à utiliser un traitement précoce avec des produits comme l’ivermectine, l’hydroxychloroquine et un certain nombre d’autres médicaments sûrs et des composés naturels. Selon les résultats obtenus par les médecins qui ont traité avec succès le plus grand nombre de patients atteints de la COVID-19, on estime que sur les 800 000 personnes qui sont décédées de la COVID-19, 640 000 auraient non seulement pu être sauvées, mais auraient pu, dans bien des cas, être retournées à leur état de santé d’avant l’infection après un traitement précoce avec ces méthodes éprouvées. La négligence d’un traitement précoce constitue un meurtre de masse. 160 000 personnes seraient mortes, soit beaucoup moins que le nombre de personnes mourant aux mains de bureaucraties, d’associations médicales et de conseils médicaux qui ont refusé de défendre leurs patients. Selon des études sur le traitement précoce par des médecins courageux et attentionnés, 75 à 80 % des décès auraient pu être évités [43,44].

Chose incroyable, ces médecins compétents ont été empêchés de sauver ces personnes infectées par la COVID-19. Il devrait être embarrassant pour la profession médicale que tant de médecins suivent sans réfléchir les protocoles mortels établis par les contrôleurs de la médecine. Il faut aussi garder à l’esprit que cet événement n’a jamais satisfait aux critères d’une pandémie. L’Organisation mondiale de la santé a modifié les critères pour en faire une pandémie. Pour être admissible au statut de pandémie, le virus doit avoir un taux de mortalité élevé pour la grande majorité des gens, ce qu’il n’a pas fait (avec un taux de survie de 99,98 %), et il ne doit pas avoir de traitements existants connus — ce que ce virus avait — en fait, un nombre croissant de traitements très efficaces.

Les mesures draconiennes mises en place pour contenir cette « pandémie » inventée n’ont jamais été couronnées de succès, comme le « masquage » du public, les confinements et la distanciation sociale. Un certain nombre d’études soigneusement effectuées au cours des saisons précédentes de la grippe ont démontré que les masques, de quelque nature qu’ils soient, n’avaient jamais empêché la propagation du virus dans le public [60].

En fait, de très bonnes études suggèrent que les masques propagent réellement le virus en donnant aux gens un faux sentiment de sécurité et d’autres facteurs, comme l’observation que les gens brisaient constamment la barrière stérile en touchant leur masque, l’enlevaient de manière inapproprié et aussi la fuite d’aérosols infectieux autour des bords du masque. De plus, les masques étaient jetés dans les aires stationnements, les sentiers pédestres, posés sur les tables des restaurants et placés dans les poches et les sacs à main.

Quelques minutes après la mise en place du masque, un certain nombre de bactéries pathogènes peuvent être cultivées à partir des masques, mettant la personne immunodéprimée à un risque élevé de pneumonie bactérienne et les enfants à un risque plus élevé de méningite [16]. Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Floride a cultivé plus de 11 bactéries pathogènes à l’intérieur du masque porté par les enfants dans les écoles [40].

On savait aussi que les enfants ne risquaient essentiellement pas de contracter le virus ou de le transmettre. En outre, il était également connu que le port d’un masque pendant plus de 4 heures (comme c’est le cas dans toutes les écoles) entraine une hypoxie (faible taux d’oxygène dans le sang) et hypercapnie (niveaux élevés de CO2), qui ont un certain nombre d’effets nocifs sur la santé, y compris l’altération du développement du cerveau de l’enfant [4,72,52]. Nous savons que le développement du cerveau se poursuit longtemps après l’école primaire. Une étude récente a révélé que les enfants scolarisés pendant la « pandémie » ont des QI considérablement plus faibles, mais les conseils scolaires, les directeurs d’école et d’autres bureaucrates en éducation ne se sont manifestement pas préoccupés de ce fait [18].

OUTILS DU MÉTIER D’ENDOCTRINEMENT

Les concepteurs de cette pandémie ont anticipé une réaction du public et posé des questions embarrassantes. Pour éviter cela, les contrôleurs ont communiqué aux médias un certain nombre de tactiques, l’une des plus couramment utilisées était et est l’arnaque de la vérification des faits. À chaque confrontation avec des preuves soigneusement documentées, les « vérificateurs des faits » des médias ont répliqué à l’accusation de « désinformation » et à l’accusation de « théorie du complot » non fondée qui, dans leur vocabulaire, a été « démystifiée ». On ne nous a jamais dit qui étaient les vérificateurs des faits ou la source de leur « démystification » de l’information — nous devions simplement croire les vérificateurs des faits. Une récente affaire judiciaire a établi sous serment que les « vérificateurs des faits » de Facebook utilisaient l’opinion de leur propre personnel et non de vrais experts pour vérifier les « faits » [59]. Quand les sources sont en fait révélées, elles sont invariablement le CDC corrompu, l’OMS ou Anthony Fauci ou simplement leur opinion. Voici une liste de choses qui ont été étiquetées comme des « mythes » et de la « désinformation » et qui ont par la suite été prouvées vraies.

•  Les personnes vaccinées asymptomatiques propagent le virus de la même façon que les personnes infectées symptomatiques non vaccinées.

•  Les vaccins ne peuvent pas protéger adéquatement contre les nouveaux variants, comme Delta et Omicron.

• L’immunité naturelle est de loin supérieure à l’immunité vaccinale et est plus susceptible de durer toute la vie.

• L’immunité vaccinale diminue non seulement après plusieurs mois, mais toutes les cellules immunitaires sont affaiblies pendant des périodes prolongées, ce qui expose les personnes vaccinées à un risque élevé d’infection et de cancer.

• Les vaccins contre la COVID-19 peuvent causer une incidence importante de caillots sanguins et d’autres effets secondaires graves.

•  Les promoteurs du vaccin exigeront de nombreux rappels à mesure que chaque variante apparaîtra sur les lieux.

• Fauci insistera pour que le vaccin contre la COVID-19 soit administré aux jeunes enfants et même aux bébés.

• Les passeports vaccinaux seront requis pour entrer dans une entreprise, prendre l’avion et utiliser les transports en commun.

•  Il y aura des camps d’internement pour les personnes non vaccinées (comme en Australie, en Autriche et au Canada)

•  Les personnes non vaccinées se verront refuser un emploi.

•  il y a des ententes secrètes entre le gouvernement, institutions élitistes et fabricants de vaccins.

• De nombreux hôpitaux étaient vides ou peu occupés pendant la pandémie.

•  La protéine de pointe du vaccin pénètre dans le noyau de la cellule, modifiant la fonction de réparation de l’ADN cellulaire.

• Des centaines de milliers de personnes ont été tuées par les vaccins.

et beaucoup d’autres ont été définitivement endommagées.

• Un traitement précoce aurait pu sauver la vie de la plupart des 700 000 personnes décédées.

• La myocardite induite par le vaccin (qui a été refusée au départ) est un problème important et disparaît sur une courte période.

• Des lots spéciaux mortels (lots) de ces vaccins sont mélangés à la masse d’autres vaccins contre la COVID-19

Plusieurs de ces allégations de ceux qui s’opposent à ces vaccins figurent maintenant sur le site Web des CDC — la plupart sont encore des « mythes ». Aujourd’hui, de nombreuses preuves ont confirmé que chacun de ces soi-disant « mythes » était en fait vrai. Beaucoup sont même admis par le « saint des vaccins », Anthony Fauci. Par exemple, on nous a dit, même par notre président (Joseph Biden) aux facultés cognitives affaiblies, qu’une fois le vaccin distribué, toutes les personnes vaccinées pouvaient enlever leur masque. Oups! On nous a dit peu après que les personnes vaccinées avaient des concentrations élevées du virus dans leur nez et leur bouche (nasopharynx) et qu’elles pouvaient transmettre le virus à d’autres personnes dans lesquelles elles entraient en contact, en particulier aux membres de leur propre famille. Allez-y, les masques encore une fois — en fait, il est recommandé de faire un double masquage. On sait maintenant que les patients vaccinés sont les principaux adeptes du virus, et les hôpitaux sont remplis de malades vaccinés souffrant de graves complications vaccinales [27,42,45].

Une autre tactique des partisans du vaccin consiste à diaboliser ceux qui refusent d’être vaccinés pour diverses raisons. Les médias désignent ces personnes qui ont une pensée critique comme des « anti-vaxxers », des « opposants au vaccin », des « résistants au vaccin », des « meurtriers », des « ennemis du bien commun » et comme étant celles qui prolongent la pandémie. J’ai été consterné par les attaques vicieuses, souvent sans coeur, de certaines personnes sur les médias sociaux lorsqu’un parent ou un être cher raconte l’histoire de la terrible souffrance et de la mort éventuelle dont ils ou leur proche ont souffert à cause des vaccins. Certains psychopathes tweetent qu’ils sont heureux que l’être cher soit mort ou que la personne vaccinée morte était un ennemi du bien pour raconter l’événement et devrait être interdit. est difficile à conceptualiser. est le niveau de cruauté est terrifiant, et signifie l’effondrement d’une société morale, décente et compatissante. Il est déjà assez mauvais pour le public de s’enfoncer si bas, mais les médias, les dirigeants politiques, les administrateurs d’hôpitaux, les associations médicales et les conseils d’autorisation médicale agissent de la même manière moralement dysfonctionnelle et cruelle.

LA LOGIQUE, LE RAISONNEMENT ET LES PREUVES SCIENTIFIQUES ONT DISPARU DANS CET ÉVÉNEMENT

Les preuves scientifiques, les études minutieuses, l’expérience clinique et la logique médicale ont-elles eu un effet sur l’arrêt de ces vaccins inefficaces et dangereux ? Absolument pas ! Les efforts draconiens pour vacciner tout le monde sur la planète se poursuivent (sauf l’élite, les postiers, la police, les membres du Congrès et d’autres initiés) [31,62]. Dans le cas de tous les autres médicaments et de tous les vaccins conventionnels déjà examinés par la FDA, la mort inexpliquée de 50 personnes ou moins entraînerait l’arrêt de la distribution du produit, comme ce fut le cas en 1976 avec le vaccin contre la grippe porcine. Avec plus de 18 000 décès signalés par le système VAERS pour la période du 14 décembre 2020 au 31 décembre 2021, ainsi que 139 126 blessures graves (y compris des décès) pour la même période, il n’est toujours pas envisagé de mettre fin à ce programme de vaccin mortel. Pire encore, aucun organisme gouvernemental ne mène d’enquête sérieuse pour déterminer pourquoi ces personnes meurent et sont grièvement et définitivement blessées par ces vaccins [15,67]. Ce que nous voyons est une série continue de dissimulations et d’élusions par les fabricants de vaccins et leurs promoteurs. La guerre contre des médicaments et des composés naturels efficaces, bon marché et très sûrs, qui ont sans aucun doute sauvé des millions de vies dans le monde, s’est non seulement poursuivie, mais s’est intensifiée [32,34,43].

On dit aux médecins qu’ils ne peuvent pas fournir ces composés vitaux à leurs patients et que, s’ils le font, ils seront retirés de l’hôpital, leur permis de pratique suspendu ou punis de bien d’autres façons. Un grand nombre de pharmacies ont refusé de remplir les ordonnances pour l’lvermectine ou l’hydroxychloroquine, malgré le fait que des millions de personnes ont pris ces médicaments en toute sécurité pendant plus de 60 ans dans le cas de l’hydroxychloroquine et des décennies pour l’ivermectine [33,36]. Le refus d’exécuter des ordonnances est sans précédent et a été conçu par ceux qui veulent empêcher d’autres méthodes de traitement, toutes fondées sur la protection de l’expansion du vaccin pour tous. Plusieurs entreprises qui fabriquent de l’hydroxychloroquine ont accepté de vider leurs stocks de médicament en les donnant à la Réserve nationale stratégique, ce qui rend ce médicament beaucoup plus difficile à obtenir. Pourquoi le gouvernement ferait-il cela alors que plus de 30 études bien faites ont montré que cette drogue a réduit les décès de 66 à 92 % dans d’autres pays, comme l’Inde, l’Égypte, l’Argentine, la France, le Nigeria, l’Espagne, le Pérou, le Mexique et d’autres ? [23].

Les critiques de ces deux médicaments vitaux sont le plus souvent financées par Bill Gates et Anthony Fauci, qui tirent des millions de ces vaccins [48,15].

Pour arrêter davantage l’utilisation de ces médicaments, l’industrie pharmaceutique et Bill Gates/Anthony Fauci ont financé de fausses recherches pour faire valoir que l’hydroxychloroquine était un médicament dangereux qui pouvait endommager le cœur [34]. Pour illustrer ce cas frauduleux, les chercheurs ont administré aux patients les plus malades de la COVID une dose presque mortelle du médicament, à une dose beaucoup plus élevée que celle utilisée sur n’importe quel patient atteint de la COVID par le Dr Kory, McCullough et d’autres « vrais » médecins compatissants, les médecins qui traitaient les patients atteints de la COVID [23]. Les médias contrôlés, bien sûr, ont martelé le public avec des histoires sur l’effet mortel de l’hydroxychloroquine, le tout avec un regard terrifié de fausse panique. Toutes ces histoires de dangers de l’Ivermectine se sont révélées fausses et certaines étaient incroyablement absurdes [37,43]. L’attaque contre l’ivermectine était encore plus violente que contre l’hydroxychloroquine. Tout cela, et beaucoup d’autres, est méticuleusement relaté dans l’excellent nouveau livre de Robert Kennedy Jr, The Real Anthony Fauci. Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health [32]. Si vous vous souciez vraiment de la vérité et de tout ce qui s’est passé depuis le début de cette atrocité, vous devez non seulement lire, mais étudier attentivement ce livre. Il est entièrement référencé et couvre tous les sujets en détail de cette tragédie humaine aux proportions bibliques conçue par certains des psychopathes les plus vils et sans coeur de l’histoire.

Des millions de personnes ont été délibérément tuées et paralysées, non seulement par ce virus artificiel, mais aussi par le vaccin lui-même et par les mesures draconiennes utilisées par ces gouvernements pour « contrôler la propagation de la pandémie ». Il ne faut pas ignorer les « morts par désespoir » causées par ces mesures draconiennes qui peuvent dépasser les centaines de milliers. Des millions de personnes meurent de faim dans les pays du tiers monde. Rien qu’aux États-Unis, sur les 800 000 personnes qui sont décédées, selon les bureaucraties médicales, plus de 600 000 de ces décès sont le résultat d’une négligence délibérée des traitements précoces, qui ont empêché l’utilisation de médicaments hautement efficaces et sûrs, comme l’hydroxychloroquine et l’Ivermectine, et l’utilisation forcée de traitements mortels comme le remdesivir et l’utilisation de ventilateurs. ne compte pas les décès de désespoir et de soins médicaux négligés causés par le confinement et les mesures hospitalières imposées aux systèmes de santé.

Pour compliquer tout cela, en raison des obligations de vaccination de tout le personnel hospitalier, des milliers d’infirmières et d’autres travailleurs hospitaliers ont démissionné ou ont été congédiés [17,30,51] et ceci a entraîné une pénurie critique de ces travailleurs de la santé essentiels et une réduction dangereuse des lits de soins intensifs dans de nombreux hôpitaux. En outre, comme cela s’est produit dans le système de santé du comté de Lewis, un système hospitalier spécialisé à Lowville, N.Y, a fermé son unité de maternité après la démission de 30 employés de l’hôpital sur les ordres désastreux de l’État concernant vaccination. L’ironie dans tous ces cas de démission est que les administrateurs ont accepté sans hésitation ces pertes massives de personnel en dépit des divagations sur la pénurie de personnel pendant une « crise ». est particulièrement déroutant lorsque nous avons appris que les vaccins n’ont pas empêché la transmission virale et que la variante prédominante actuelle est d’une pathogénicité extrêmement faible.

LES DANGERS DES VACCINS SONT DE PLUS EN PLUS RÉVÉLÉS PAR LA SCIENCE

Bien que la plupart des chercheurs, des virologues, des chercheurs en maladies infectieuses et des épidémiologistes aient été intimidés et réduits au silence, un nombre croissant de personnes très intègres possédant une expertise extraordinaire ont dit la vérité, c’est-à-dire que ces vaccins sont mortels. La plupart des nouveaux vaccins doivent faire l’objet de tests de sécurité approfondis pendant des années avant d’être approuvés. Les nouvelles technologies, comme les vaccins à ARNm et à ADN, nécessitent au moins 10 ans de tests minutieux et d’un suivi approfondi. Les nouveaux soi-disant vaccins ont été « testés » pendant seulement deux mois, puis les résultats de ces tests d’innocuité ont été et continuent d’être tenus secrets. Le témoignage devant le sénateur Ron Johnson de plusieurs personnes qui ont participé à l’étude de deux mois indique que pratiquement aucun suivi n’a été fait auprès des participants à l’étude préalable à la mise en liberté [67]. Les plaintes pour complications ont été ignorées et, malgré les promesses de Pfizer selon lesquelles toutes les dépenses médicales causées par les « vaccins » seraient payées par Pfizer, ces personnes ont déclaré qu’aucune n’avait été payée [66]. Certains frais médicaux dépassent 100000 dollars. À titre d’exemple de la tromperie de Pfizer et des autres fabricants de vaccins à ARNm, il y a le cas de Maddie de Garay, 12 ans, qui a participé à l’étude sur l’innocuité du vaccin de Pfizer avant sa mise sur le marché. Lors de la présentation du sénateur Johnson avec les familles des victimes du vaccin, sa mère a dit que son enfant avait des crises récurrentes, qu’elle était maintenant condamnée à un fauteuil roulant, qu’elle devait être mise sous intubation et qu’elle souffrait de lésions cérébrales permanentes. Dans l’évaluation de l’innocuité de Pfizer soumise à la FDA, son seul effet secondaire est indiqué comme ayant un « mal d’estomac ». Chaque personne a présenté des histoires horribles similaires.

Les Japonais ont eu recours au FOIA (Freedom of Information Act) pour forcer Pfizer à publier son étude secrète sur la biodistribution. La raison pour laquelle Pfizer voulait qu’il demeure secret est qu’il a démontré que Pfizer a menti au public et aux organismes de réglementation au sujet du devenir du contenu du vaccin injecté (l’ARNm contenant un nano-lipide protecteur). Il a prétendu qu’il est resté au site de l’injection (l’épaule), alors qu’en fait, leur propre étude a constaté qu’il se propage rapidement dans tout le corps par la circulation sanguine dans les 48 heures. L’étude a également révélé que ces porteurs de nanolipides mortels étaient recueillis en concentrations très élevées dans plusieurs organes, y compris les organes reproducteurs des hommes et des femmes, le cœur, le foie, la moelle osseuse et la rate (un organe immunitaire important). La concentration la plus élevée se trouvait dans les ovaires et la moelle osseuse. Des nanolipides ont également été retrouvés dans le cerveau.

Le Dr Ryan Cole, un pathologiste de l’Idaho, a signalé une hausse spectaculaire de cancers très agressifs chez les personnes vaccinées (non rapportée dans les médias). Il a constaté une incidence terriblement élevée de cancers très agressifs chez les personnes vaccinées, en particulier les mélanomes très invasifs chez les jeunes et les cancers de l’utérus chez les femmes [26]. D’autres cas d’activation de cancers précédemment contrôlés apparaissent également chez les patients atteints de cancer et vaccinés [47]. Jusqu’à présent, aucune étude n’a été réalisée pour confirmer ces liens de cause à effet, mais il est peu probable que de telles études soient réalisées, du moins des études financées par des subventions des NIH.

Une concentration élevée de protéines de pointe dans les ovaires dans le cadre de l’étude sur la biodistribution pourrait très bien nuire à la fertilité chez les jeunes femmes, modifier les menstruations et les exposer à un risque accru de cancer de l’ovaire. Une concentration élevée dans la moelle osseuse pourrait également exposer les personnes vaccinées à un risque élevé de leucémie et de lymphome. Le risque de leucémie est très préoccupant maintenant qu’on a commencé à vacciner les enfants dès l’âge de 5 ans. Aucune étude à long terme n’a été menée par ces fabricants de vaccins contre la COVID-19, surtout en ce qui concerne le risque d’induction du cancer. L’inflammation chronique est intimement liée à l’induction, à la croissance et à l’invasion du cancer, et les vaccins stimulent cette inflammation. Les patients atteints de cancer se font dire qu’ils devraient se faire vacciner avec ces vaccins mortels. À mon avis, c’est de la folie. Des études plus récentes ont montré que ce type de vaccin insère la protéine de pointe dans le noyau des cellules immunitaires (et très probablement de nombreux types de cellules) et inhibe ensuite deux enzymes de réparation de l’ADN très importantes, BRCA1 et 53BP1, dont le devoir est de réparer les dommages à l’ADN de la cellule [29]. Les dommages non réparés de l’ADN jouent un rôle majeur dans l’apparition de cancers.

Il existe une maladie héréditaire appelée xeroderma pigmentosum dans laquelle les enzymes de réparation de l’ADN sont défectueuses. En conséquence, ces personnes atteintes de la maladie développent de multiples cancers de la peau et une incidence très élevée de cancer des organes. Nous avons ici un vaccin qui fait la même chose, mais dans une moindre mesure. L’un des enzymes de réparation défectueux causés par ces vaccins est appelé BRCA1, qui est associé à une incidence significativement plus élevée de cancer du sein chez les femmes et de cancer de la prostate chez les hommes. Il est à noter qu’aucune étude n’a jamais été faite sur plusieurs aspects critiques de ce type de vaccin.

•  On n’a jamais testé les effets à long terme

•  ils n’ont jamais été soumis à un test d’induction d’auto-immunité

•  La sécurité n’a jamais été correctement testée pendant tout stade de la grossesse

• Aucune étude de suivi n’a été effectuée sur les bébés de femmes vaccinées

•  Il n’y a pas d’études à long terme sur les enfants de femmes enceintes vaccinées après leur naissance ( lorsque survient une évidence neuro-développementale )

• Il n’a jamais fait l’objet d’un test de dépistage des effets sur une longue liste de conditions médicales :

• Diabète

• Maladie cardiaque

• Athérosclérose

• Maladies neurodégénératives 

• Effets neuropsychiatriques

• Induction de troubles du spectre autistique et de schizophrénie

• Fonction immunitaire à long terme

• Transmission verticale des défauts et des troubles 

• Cancer

• Troubles auto-immuns

L’expérience antérieure avec les vaccins contre la grippe démontre clairement que les études sur l’innocuité effectuées par des chercheurs et des médecins cliniciens ayant des liens avec des sociétés pharmaceutiques étaient essentiellement soit mal faites, soit délibérément conçues pour démontrer l’innocuité et dissimuler les effets secondaires et les complications. Il a été démontré de façon spectaculaire avec les études fictives mentionnées précédemment conçues pour indiquer que l’hydroxychloroquine et l’ivermectine étaient inefficaces et trop dangereux à utiliser [34,36,37]. Ces fausses études ont entraîné des millions de décès et de graves catastrophes sanitaires dans le monde. Comme on l’a dit, 80 % de tous les décès étaient inutiles et auraient pu être évités grâce à des médicaments utilisables pour cette application, peu coûteux et sûrs, qui ont de très longs antécédents de sécurité chez des millions de personnes qui les ont pris pendant des décennies, voire toute une vie [43,44].

Il est plus qu’ironique que ceux qui prétendent être responsables de la protection de notre santé aient approuvé un ensemble de vaccins mal testés qui ont entraîné plus de décès en moins d’un an d’utilisation que tous les autres vaccins combinés administrés au cours des 30 dernières années. L’excuse la plus évidente, lorsqu’on nous a confrontés, c’était « nous avons dû négliger certaines mesures de sécurité parce qu’il s’agissait d’une pandémie mortelle »[28,46].

En 1986, le président Reagan a signé la National Childhood Vaccine Injury Act, qui offrait aux fabricants de produits pharmaceutiques une protection générale contre les poursuites intentées par des familles de personnes vaccinées. La Cour suprême, dans un avis de 57 pages, a tranché en faveur des fabricants de vaccins, permettant ainsi aux fabricants de vaccins de fabriquer et de distribuer des vaccins dangereux, souvent inefficaces, à la population sans crainte de conséquences juridiques. La Cour a insisté sur un système d’indemnisation des dommages causés par la vaccination qui n’a versé qu’un très petit nombre de récompenses à un grand nombre de personnes gravement blessées. On sait qu’il est très difficile de recevoir ces dédommagements. Selon la Health Resources and Services Administration, depuis 1988, le Vaccine Injury Compensation Program (VICP) a accepté de payer 3597 primes parmi 19098 personnes vaccinées blessées, pour un montant total de 3,8 milliards de dollars. C’était avant l’introduction des vaccins contre la COVID-19, dans lesquels les décès à eux seuls dépassaient tous les décès liés à tous les vaccins combinés sur une période de 30 ans.

En 2018, le président Trump a adopté la loi sur le « droit à l’essai », qui autorisait l’utilisation de médicaments expérimentaux et de tous les traitements non conventionnels en cas de conditions médicales extrêmes. Comme nous l’avons vu avec le refus de nombreux hôpitaux et même le refus généralisé des États d’autoriser l’Ivermectine, l’hydroxychloroquine ou toute autre méthode non approuvée « officiellement » pour traiter même les cas de COVID-19 en phase terminale, ces individus infâmes ont ignoré cette loi.

Étrangement, ils n’ont pas utilisé cette même logique ou la loi dans le cas de l’ivermectine et de l’hydroxychloroquine, qui ont toutes deux fait l’objet de nombreux tests d’innocuité dans plus de 30 études cliniques de grande qualité et qui ont produit des rapports élogieux sur l’efficacité et l’innocuité dans de nombreux pays. De plus, des millions de personnes ont utilisé ces médicaments pendant 60 ans dans le monde entier et ont un excellent dossier d’innocuité. Il était évident qu’un groupe de personnes très puissantes en collaboration avec des conglomérats pharmaceutiques ne voulait pas que la pandémie prenne fin et voulait que les vaccins soient la seule option de traitement. Le livre de Kennedy présente cette affaire à l’aide de nombreuses preuves et citations [14,32].

Le Dr James Thorpe, expert en médecine mère-fœtus, démontre que ces vaccins contre la Covid-19 administrés pendant la grossesse ont entraîné une incidence de fausse couche 50 fois plus élevée que tous les autres vaccins combinés [28]. Lorsque nous examinons son graphique sur les malformations fœtales, l’incidence des malformations fœtales était 144 fois plus élevée avec les vaccins contre la COVID-19 administrés pendant la grossesse que pour tous les autres vaccins combinés. Pourtant, l’American Academy of Obstetrics and Gynecology et l’American College of Obstetrics and Gynecology approuvent l’innocuité de ces vaccins à tous les stades de la grossesse et chez les femmes qui allaitent leurs bébés.

Il convient de souligner que ces groupes de spécialistes médicaux ont reçu un financement important de la société pharmaceutique Pfizer. L’American College of Obstetrics and Gynecology a reçu un total de 11 000 $ de la seule société pharmaceutique Pfizer au cours du quatrième trimestre de 2010 [70]. Les subventions des NIH sont beaucoup plus élevées [20]. La meilleure façon de perdre ces subventions est de critiquer la source des fonds, leurs produits ou leurs programmes pour animaux de compagnie. Peter Duesberg, en raison de son audace à remettre en question la théorie fétiche de Fauci sur le sida causé par le virus du VIH, n’a plus reçu aucune des 30 demandes de subvention qu’il a présentées après avoir rendu celle-ci publique. Avant cet épisode, en tant qu’autorité en matière de rétrovirus dans le monde, il n’avait jamais été refusé pour une subvention des NIH [39]. C’est la façon dont le système « corrompu » fonctionne, même si une grande partie des subventions provient de nos impôts.

Suite de la traduction ce samedi 4 juin 2022

9 réflexions au sujet de « Le point sur les évènements relatifs à la pandémie Covid-19, où est la vérité ? »

    • Très long, certes, mais percutant. On peut aussi le lire en plusieurs tranches (ce que fait le taulier en en scindant la traduction.)

      • Il m’a fallu une douzaine d’heures pour traduire cet article, ce qui prouve qu’à mon âge mon anglais a encore de beaux restes. J’ai envoyé les liens de mon blog à l’auteur qui ne m’a pas encore répondu. Cet article mérite un commentaire que je me permettrai de faire figurer sur ce blog dans quelques jours.

    • Certes,
      mais la longueur de la synthèse se justifie de par l’ampleur de l’évènement.
      Et il ne s’agit que des seuls États-Unis.
      La transposition peut être effectuée en Europe et à peu près partout dans le monde.
      Ces vaccins me font penser à la mort-aux-rats. Ces bêtes sont assez intelligentes; si le poison est trop violent et tue ses consommateurs dans les 24h, ils font la corrélation et évitent par la suite d’en ingérer. Par contre, s’il faut près de trois jours, pas de soucis.
      Nous sommes dans le même cas de figure avec des nuances:
      – non enregistrement des décès liés les 15 premiers jours car sinon la ficelle, trop grosse, serait décelée,
      – destruction progressive de l’immunité sur plusieurs mois, les décès arrivant à distance ne sont plus corrélés,
      – hypnose de masse via les médias afin d’induire une saturation cérébrale empêchant toute réflexion pour ceux qui risqueraient d’en avoir une.
      – seule une minorité, plus méfiante, en réchappera.

      La minorité méfiante devra néanmoins être prudente et discrète pour éviter de se faire lyncher car elle est livrée à l’opprobre depuis près de deux ans.
      Lui sont ou seront reprochés.
      – d’être responsable de la contamination car non piquée,
      – responsable des nouveaux confinement et toutes autres mesures restrictives,
      – d’être hérétique car doutant de la science en tant qu' »institution » et préférant analyser les données cliniques, épidémiologiques, méthodologiques empiriques ou non pour décider avec leur libre arbitre de ce qui est bon pour eux ( déclaration d’une femme politique cette semaine dont je ne retrouve plus la référence),
      – etc…
      – à terme quand les piqués seront de moins en moins nombreux: de ne pas les avoir prévenus avec suffisamment d’insistance.

      Bref, comme me l’avait prédit feu mon grand-père: nous allons vivres des moments intéressants.
      Reste à être encore là à la fin de cette sinistre farce.

    • Le problème de la pensée TLDR ( too long didn’t read ) c’est votre mentalité de merde du travail prémâché qui vous empêche totalement de développer un argumentaire et un raisonnement basé sur ce qui est incompressible en termes d’informations.

      Le syndrome TLDR c’est la feignasse intellectuelle qui se met en pilote automatique et veut qu’on pense pour elle et se laisse porter par le vent, par contre quand la feignasse ne se documente pas, écoute et fait ce qu’on lui dit puis réalise qu’elle est malade parce qu’elle a obéi connement, elle se met à couiner, or, c’est avant qu’il fallait se documenter et prendre une décision ensuite.

      Venir sur le blog de quelqu’un et OSER se plaindre en disant « beaucoup trop long », ça ne passe pas pour quelqu’un comme moi, raison du message, ce n’est même pas du déconstructivisme, c’est de la bougnoulerie mentale.

      Je n’attaque pas ta personne, j’attaque l’attitude, et j’espère pour toi que tu sais faire la différence, et si ça t’offusque, sache par avance que le problème vient de toi.

  1. Une amie, ancienne visiteuse médicale, me signalait que pour chaque produit existe une plateforme pour remonter les effets indésirables du-dit produit, et que cette plateforme a été supprimée pour ces « vaccins ». Quelqu’un peut-il confirmer ?

    • Cet article que j’ai traduit avec peine pour mes lecteurs répond à votre question : la censure permanente frappant tous les « récalcitrants » comme par exemple le Professeur Christian Perronne, trainé dans la fange pour avoir osé dire ouvertement que tout avait été fait en dépit du bon sens. J’écrirai un commentaire au sujet de cet article dans quelques jours car il met en lumière le vrai complot mondial dont il ne faut surtout pas parler …

  2. @nobodyiseverywhere
    «  » » » » » c’est votre mentalité de merde «  » » » » »
    Merci , je ne suis pas expert en ce sujet et ne saurais critiquer même en lisant tout ceci ;un résumé ou des conclusions auraient été le bien venu juste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s