Réchauffement climatique : c’est à ne plus rien y comprendre !

Une nouvelle étude de la NOAA a trouvé qu’un air plus propre favorisait la formation de cyclones sur l’Atlantique Nord. Si vous avez fermé les yeux, vous n’avez peut-être pas encore remarqué que « la science » changeait sur une question clé. Cette fois, c’est la question des ouragans et de leurs causes. Comme tout écologiste ou activiste climatique «réveillé» vous le dira, le changement/réchauffement climatique d’origine humaine est certainement la seule, sinon la principale cause motrice derrière l’explication des ouragans qui se produisent avec une fréquence accrue et dans des tailles plus importantes.

À l’exception d’un petit détail : la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) vient de découvrir, à partir d’une nouvelle étude, qu’un air plus pur produit en fait davantage d’ouragans dans l’Atlantique. Cette nouvelle étude « relie les changements de la pollution atmosphérique régionalisée à travers le monde à l’activité des tempêtes qui monte et descend » et a constaté qu’une diminution de 50 % des particules et gouttelettes de pollution en Europe et aux États-Unis est liée à une augmentation de 33 % de la formation des tempêtes dans l’Atlantique au cours des deux dernières décennies.

Vous avez compris ? Air plus pur, plus d’ouragans, dans l’Atlantique. Dans le Pacifique, c’est l’inverse qui se produit : plus de pollution et moins de typhons. Hiroyuki Murakami, spécialiste des ouragans de la NOAA, a étayé les résultats par des simulations informatiques. Murakami a découvert que les réflexions précédentes sur la pollution par les aérosols refroidissant l’air étaient exactes et montraient un lien direct avec la formation d’ouragans. Les ouragans ont besoin d’eau chaude, réchauffée par l’air, comme « combustible » (https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abn9493 ).

La pollution par les aérosols a culminé vers 1980 et a diminué depuis. Cela signifie que le refroidissement qui masquait une partie du réchauffement des gaz à effet de serre disparaît et que les températures de surface de la mer augmentent à nouveau. Il a également poussé le jet stream vers le nord, indique cette étude. Le climatologue et spécialiste des ouragans Jim Kossin a déclaré « C’est pourquoi l’Atlantique est devenu à peu près fou depuis le milieu des années 90 et pourquoi il était si calme dans les années 70 et 80 ». Les années 70 et 80 sont une pause, mais nous en payons tous le prix maintenant. Alors que le refroidissement par les aérosols est peut-être de moitié à un tiers plus petit que le réchauffement des gaz à effet de serre, il est environ deux fois plus efficace pour réduire l’intensité des cyclones tropicaux par rapport au réchauffement qui l’augmente, a déclaré Adam Sobel, climatologue à l’Université de Columbia. Alors que la pollution par les aérosols reste à de faibles niveaux dans l’Atlantique et que les émissions de gaz à effet de serre augmentent, l’impact du changement climatique sur les tempêtes augmentera à l’avenir et deviendra plus important, a déclaré Murakami.

Dans le Pacifique, la pollution par les aérosols des pays asiatiques a augmenté de 50 % entre 1980 et 2010 et commence à baisser maintenant. La formation de cyclones tropicaux de 2001 à 2020 est inférieure de 14 % à celle de 1980 à 2000, a déclaré Murakami. Kristie Ebi, qui étudie la santé, le climat et les conditions météorologiques extrêmes, a conclu : « La pollution de l’air est un tueur majeur, il est donc essentiel de réduire les émissions, peu importe ce qui se passe avec le nombre de cyclones ». On peut se demander si une prochaine étude montrera que les aérosols transportent les virus d’un continent à un autre …

8 réflexions au sujet de « Réchauffement climatique : c’est à ne plus rien y comprendre ! »

  1. Ping : Réchauffement climatique : c’est à ne plus rien y comprendre ! | Qui m'aime me suive…

  2. Bonjour
    Tout à fait hors sujet, je vous partage un lien sur un groupe de musiciens japonais qui unissent rock et musique traditionnelle.

    • Très sympa merci 🙂
      Dans un autre registre, la sublime Senri Kawagushi à la batterie dans un petit trio (avec Philippe Saisse aux claviers et Armand Sabal-Lecco à la basse) qui à défaut de réchauffer le climat, fait monter la température de l’audience :

  3. c’est le propre de la science d’aller d’incertitudes en incertitudes.. Le crime commence au moment où l’on présente, comme le fait le GIEC, des hypothèses comme des vérités et qu’on les établit en dogmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s