Ukraine : suite …

En discutant avec mon fils qui sévit dans un organisme financier et se trouvant de facto informé des évènements géopolitiques dans le cadre de son activité il m’a éclairé sur la genèse des évènements ukrainiens. Les évènements de Maïdan que l’on peut considérer comme l’étincelle qui a tout fait basculer sont en réalité l’aboutissement d’une longue négociation d’entrée de l’Ukraine dans la communauté européenne. Au cours de ces négociations l’Europe précisa ses conditions bien avant qu’elle se voile les yeux pour ne pas reconnaître la présence de bataillons néo-nazis collaborant avec l’armée régulière de Kiev. Il s’agissait d’intégrer l’Ukraine dans la communauté européenne à condition que ce pays coupe toute relation commerciale avec la Russie. Ces négociations avaient atteint leur intensité au début du mandat de Donald Trump, personnalité décoiffante qui ne plaisait pas du tout au clan Clinton qui fit tout pour construire une complot dans lequel aurait trempé Trump, complot organisé par la Russie. Par conséquent l’Ukraine devait couper tout lien avec la Russie et ensuite le dossier serait examiné plus en profondeur.

Pour la Russie, qui démentit toute intervention dans l’élection de Donald Trump (ce qui fut confirmé par la justice américaine plus tard), l’intégration de l’Ukraine dans la communauté européenne signifiait également une intégration dans l’OTAN. Or ce sujet était inacceptable pour la Russie et l’est toujours. D’où les évènements de Maïdan fomentés par la CIA, sentant que l’intégration probable de l’Ukraine dans la communauté européenne était une occasion inespérée de précipiter les évènements en mettant hors jeu le président ukrainien d’alors, pro-russe, en le remplaçant par un extrémiste anti-russe notoire afin de faciliter le rapprochement de l’Ukraine avec l’OTAN. On connait la suite. Je déplore qu’un analyste réputé en géopolitique comme Pascal Boniface soit totalement aveuglé par la propagande occidentale et qu’il persiste à clamer que Poutine est un malade agresseur qu’il faut condamner.

Je voudrais reprendre un exemple que j’ai déjà cité dans ce blog et qui concernerait vraiment les Français devenus globalement opposés à la Russie. Imaginons que les Flamands de Belgique, protestants et néerlandophones agressent les Wallons francophones et majoritairement catholiques. Comment la France réagirait-elle ? Je me suis posé la question et je la pose à nouveau à mes fidèles lecteurs. Il existe en Belgique une vraie frontière entre Flamands et Wallons. Ils se haïssent mais ne coexistent qu’à Bruxelles, la ville probablement la plus corrompue du monde occidental. Si les Flamands bombardaient les grandes villes de Wallonie on pourrait dire que c’est un conflit interne qui ne regarde pas les Français. Et si les Wallons demandent de l’aide à la France que se passerait-il ? Exactement ce qu’a fait le Président russe pour protéger et même sauver la vie des ukrainiens russophones. 

Conclusion de ce billet : les intérêts en jeu en Ukraine dépassent les Européens. Il s’agit avant toute chose d’une redéfinition de la politique internationale avec comme conséquence la disparition du dollar en tant que monnaie de référence, le probable démantèlement de l’Union européenne et son repli vers un protectionnisme forcené pour faire face à une inflation couplée à une récession, deux phénomènes durables. Et ce ne sera pas la Russie qu’il faudra incriminer mais la politique stupide qu’a choisi l’Europe en se soumettant aveuglément aux visées hégémoniques des Etats-Unis. Pour appuyer mes propos voici par exemple ceci ;https://www.youtube.com/watch?v=_P2Kjea2YEQ ou encore cela :

19 réflexions au sujet de « Ukraine : suite … »

  1. Ping : Ukraine : suite … | Qui m'aime me suive…

  2. Bonjour je n’ai jamais compris cette exigence de la communauté Européenne, qui demandait à l’Ukraine de se séparer totalement de la Russie. J’ai immédiatement vu venir la catastrophe.
    C’etait ignorer complètement l’histoire de cette région de l’Europe, qui fut depuis son origine l’intersection entre le nord, les Vikings, et le sud, les Grecs.
    Qui fut aussi le berceau des Russes, jusqu’a la fuite devant Genkis Khan et l’installation à Moscou.
    Qui fut aussi la porte vers l’empire Ottoman, dont la Crimee faisait partie.
    Et qui fut finalement le grenier à céréales de la Russie, et sa porte sur les mers du sud.
    Il est impensable que la Russie laisse partir l’Ukraine, impensable que les russophones d’Ukraine acceptent cette séparation.
    La guerre civile ou la partition devenait inévitable.
    La communauté européenne a persisté dans son erreur, ou sa folie, et nous sommes dorénavant en guerre avec la Russie.
    Il eut été plus diplomatique d’accepter cette double appartenance, ce double visage, voire triple avec les Tatares.

  3. je disais donc…. les flamands .. protestants, c’est la nouvelle du jour
    les wallons catho…
    bref, si tout le reste est du même tonneau
    je vous avais dit en son temps de ne pas essayer de comprendre le séparatisme flamand, c’est d’un compliqué!! moi-même flamand d’origine, wallon par la force des choses, je ne saurais avoir une opinion tranchée
    il n’empêche que cela s’est « castagné grave, et on a repris à ces occasions le terrible péril nazi, alors que Degrelle, un bon wallon, envoyait sa légion wallone en Russie, chacun manie l’histoire à sa sauce, on est en plein dedans

  4. L’Ukraine n’est juste qu’un Israël-bis installé sous le nez de la Russie. Il s’agit pour les USA de faire une guerre d’annexion du territoire russe pour lui prendre ses matières premières et l’empêcher de faire concurrence au pétrodollar qui est la monnaie de réserve de tous les échanges internationaux. La guerre en Ukraine est donc une guerre par procuration. La façon dont la CIA l’a organisée est très classique :
    A – La CIA se base sur l’histoire du pays et les conflits existants, notamment ceux provoqués par la religion. En l’occurrence, l’Est ukrainien qui a été polonais est sans surprise pauvre, agricole, catholique et très russophobe, tandis que l’Ouest qui a été russe est également sans surprise riche, industrialisé, orthodoxe et russophone. Ce schisme est la recette parfaite pour mettre le feu à une société qui est par nature instable. D’où le coup d’état de 2014 organisé par la CIA et la vindicative Démocrate Vicky Nuland qui a remis le couvert sous la présidence Biden à un poste clé aux affaires étrangères américaines. Sa nomination a valeur de déclaration de guerre contre la Russie.(Cf Fox News et l’analyse de Tucker Carlson qui s’étonne que les Démocrates déclarent que « We are at war against Russia ».. »who is WE ? » s’est demandé le célèbre présentateur…bref une rhétorique belliqueuse à la sauce Colin Powell et sa fiole d’anthrax à l’ONU en 2003, se met gentiment en place).
    B – La CIA et le Pentagone s’appuient sur des puissances locales pour alimenter le conflit. Ce fut le cas au Moyen-Orient, ce sera le cas contre la Russie avec l’UE qui est une création pro-américaine dont le fonctionnement est calqué grosso-modo sur celui des USA (une fédération d’États, une monnaie dont la valeur est proche de celle du dollar US, une défense gérée par l’OTAN donc les USA, etc.). La crise du Covid et le conflit russo-ukrainien l’ont bien fait ressortir : la présidente non élue de la Commission Européenne von der Leyen prend directement ses ordres à la Maison Blanche.
    C – Quand la puissance militaire ne suffit pas, les conflits initiés par les USA sont consolidés par un cocktail de propagande de guerre ultra-mensongère et des embargos économiques et financiers illégaux. Les USA se moquent du droit international, seuls leurs intérêts ont de l’importance.
    D – Les USA ont perdu la majeure partie des conflits qu’ils ont initié depuis 70 ans. Les seuls conflits qu’ils ont gagné ont été ceux contre des pays sans aucune défense réelle qu’ils ont attaqué avec la puissance combinée des alliées de l’OTAN (Libye..). Ils chassent donc maintenant en meute.
    E- La Russie est un trop gros morceau pour les USA, l’OTAN et l’UE combinés. Si conflit chaud il doit y avoir entre les Américains et les Russes, la victime expiatoire sera l’UE. Les USA se moquent de sacrifier un de leurs plus puissants alliés, du moment qu’ils mettent la main sur les matières premières russes et qu’ils stabilisent la chute de leur monnaie.
    F – A noter : Poutine qui est un maître dans le jeu d’échecs de la géopolitique internationale, a pour l’instant remarquablement joué. Face à un Zelenski qui a déclaré qu’il voulait installer des missiles américains sur son sol et les pointer sur Moscou pendant qu’il préparait une attaque en règle contre le Donbass, Poutine lui a coupé l’herbe sous le pied, en attaquant le premier. Cela a surpris tout le monde. L’Armée ukrainienne est actuellement en déroute et connaît sa Bérézina avec des soldats réservistes inexpérimentés commandés par de jeunes officiers qui sortent à peine de l’école. La logistique ukrainienne est kaput. L’OTAN est impuissante, les États se contentent d’envoyer des armes périmées détruites à leur arrivée. Poutine a neutralisé les sanctions économiques et financières de ses ennemis occidentaux de façon remarquable : le rouble est en train de devenir une monnaie internationale convertible adossée sur l’or et les hydrocarbures. Comme le rouble, le cours de ces derniers a explosé. Gazprom, Rosneft, etc. et ses concurrents (Arabie Saoudite, Quatar, etc.) n’ont jamais été aussi riches. Pourquoi l’UE est allée se fourvoyer dans cette galère foireuse qui va provoquer sa chute ?
    Il est temps de remettre à la tête de chaque État des chefs compétents et autonomes.

    • Excellente analyse comme d’habitude. Juste un couple de commentaires. L’Ukraine catholique et néo-nazie (ce qui se marie incroyablement) se trouve à l’ouest du pays et le Donbas à l’est. Faute vénielle. Au Moyen-Orient la situation se complique avec l’accord de paiement du pétrole par la Chine en yuan adossés à l’or. Je rappelle que le rouble est également garanti sur l’or. Ceci me conduit à affirmer que la domination du dollar n’a plus que quelques mois, au plus une année, à vivre, d’autant plus que la parte de confiance de nombreux Etats en le dollar va faire voler ce dernier en éclat. Les USA vont se trouver dans une situation critique comme d’ailleurs l’euro : si vous pouvez confisquer nos avoir en dollars ou euros quand vous le décidez, alors on va commercer avec d’autres devises … aussi simple que cela. La BoJ laisse filer le yen mais son problème est de se débarrasser de ses T-bonds et de ses dollars. Le Japon, au même titre que Puerto-Rico, est une sorte de colonie américaine. le gouvernement japonais est le doigt sur la couture devant les Américains. Mais ça ne saurait durer, c’est mon point de vue que, comme je le dis toujours comme Desproges, je ne partage qu’avec moi-même.

    • Ma très légère dyslexie/ambidextrie naturelle a encore frappé : il faut lire en A ci-dessus : « l’Ouest ukrainien qui a été polonais est sans surprise pauvre, agricole, catholique et très russophobe, tandis que l’Est qui a été russe est également sans surprise riche, industrialisé, orthodoxe et russophone ». Merci à JH d’avoir repéré cette coquille. 🙂

    • Tout cela est vrai mais n’est que la partie émergée de l’iceberg, le problème est bien plus profond et relève d’une haine ancestrale contre la race blanche et l’Europe.

    • « L’Armée ukrainienne est actuellement en déroute »
      Les Russes ne progressent pas très vite. Les Suisses seraient plus rapides.
      la vérité, c’est que les Ukrainiens se débrouillent pas trop mal pour le moment.

      • @Michel C : vous êtes trop intelligent pour tomber dans ce bobard relayé partout dans la presse occidentale (« les Russes ont ralenti et stoppé leur avancée, ceci prouve qu’ils sont très mal en point ou qu’ils sont en train de perdre la guerre contre les Ukrainiens »). Voici de quoi voir les choses avec une perspective plus intéressante : http://thesaker.is/sitrep-russia-is-too-slow-and-other-canards/ 🙂

  5. La comparaison avec les Flamands et Wallons n’est pas totalement fausse mais les Flamands sont catholiques, ce qui les différencie des Hollandais, bien qu’ils soient néerlandophones (en Flandre, ils disent cependant parler le flamand, variante du néerlandais). Malgré la très grande proximité linguistique et culturelle entre Wallons et Français, je doute que la France lève le petit doigt pour soutenir les Wallons le jour où ils seraient attaqués par les Flamands. Les Wallons sont devenus des oubli de l’histoire française après 1815 et finalement s’en trouvent très bien comme cela ; sans préfets, sans centralisme autoritaire, ils font ce qu’ils veulent.

    • le jour où ils seraient attaqués par les Flamands.

      cela ne risque pas d’arriver,
      par contre ils veulent l’indépendance de leur région.. qui se heurte au mur de la dette héritée de l’état central
      la proximité culturelle entre wallonie et France , héritée de l’histoire, est bien vivante, Liège fête le 14 juillet
      concernant l’avenir de la wallonie oups le wallonistan, je serais moins optimiste, 100 ans de socialisme( conséquence inévitable de la révolution industrielle) ont laissé un champ de ruines
      la survie de l’état wallon dépend du bon vouloir des transferts de Flandre, on se souviendra de Dewever( présenté comme un nazi), gesticulant sur un camion bourré de billets et hurlant plus un cent pour la Wallonie
      Par contre , il y a tous les ans un rassemblement au pied de la tour de l’Yser(mémorial de la guerre 14) de gens qui feraient ressembler le bataillon azov, à des scouts en vadrouille, il y a sur cette tour l’inscription AVV et AVK , alles voor Flanderen et Vaanderen voor christus
      Et pourtant la majorité au parlement flamand est constitué , en dehors des reliquats de partis traditionnels, de ces « gens », sans que nul principe démocratique ne soit supprimé
      On pourrait écrire… un livre sans avoir pu examiner toutes les facettes de ce problème… et c’est juste à côté de la France… alors démêler l’imbroglio à l’Est…

  6. Des Démocrates américains (Adam Schiff, Nancy Pelosi, etc.) déclarent que les USA sont en guerre en Ukraine contre la Russie, alors qu’aucune déclaration de guerre n’a été signée. Et cela énerve apparemment leurs opposants Républicains (Tucker Carlson, etc.) qui ne se sentent absolument pas concernés par l’Ukraine et qui s’opposent à une guerre coûteuse et inutile contre les Russes :

    • Le point de vue officiel de la Chine sur la guerre en Ukraine : c’est de la faute de l’OTAN (donc des USA) – clip de 1′:13 »

  7. Pascal Boniface avait un peu d’épine dorsale. Il n’en a plus guère. Sinon, on ne le verrait pas sur les plateaux TV. Soit il dit ce que le système attend qu’il dise soit il n’aura plus aucune visibilité et peut-être-qui sait- plus de job. A son crédit, il faut parfois écouter « entre les lignes » et saisir la nuance extrêmement réservée il faut bien le dire. Pour ce qui est de son jugement à l’égard de Poutine, il est dans la ligne imposée et, tout ce qui est extravagant étant négligeable, il faut se dire qu’en son for intérieur il pense l’inverse.

    • Tout-à-fait. Déjà quand il a pris partie pour la Palestine contre Israël, il a eu très chaud aux fesses.
      A son âge, il s’est dit qu’il valait mieux relayer la propagande occidentale sans moufter s’il voulait faire de vieux os.
      Courageux, mais pas cinglé le petit père Boniface. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s