Fessenheim et Koeberg : toute la différence !

En 1976, alors que la construction des deux réacteurs à eau pressurisée de la centrale nucléaire de Fessenheim n’est pas terminée, la France exporte pour la première fois son savoir-faire dans le nucléaire à l’Afrique du Sud sur le site de Koeberg à une trentaine de kilomètres de Capetown. Les deux réacteurs seront connectés au réseau en 1984 et 1985. Il s’agit d’une copie stricte de l’usine de Fessenheim connectée au réseau en 1977. Cette centrale nucléaire de Fessenheim a été définitivement ( ? ) arrêtée en 2020 pour des raisons d’ordre politique.

L’usine de Koeberg est donc la sœur cadette de celle de Fessenheim avec sept ans d’écart. La fourniture de combustible et l’entretien de cette centrale sont toujours confiés à la France et la centrale nucléaire, la seule en Afrique du Sud, est opérée par la société Eskom. Après une inspection par l’IAEA le remplacement des générateurs de vapeurs a été décidé. Ces générateurs de vapeur, trois par réacteur, seront fournis par Framatome. Les travaux devraient débuter au cours du prochain printemps austral afin de ne pas perturber le réseau électrique durant l’hiver à venir. Ainsi la centrale nucléaire de Koeberg pourra être encore exploitée pendant au moins vingt années supplémentaires.

Il est opportun de relever ici le pragmatisme de la société Eskom. Quand un outil industriel est rentable et exploitable il doit l’être. La durée de vie de la Centrale de Koeberg atteindra donc 60 ans et une autre prolongation de 20 ans accordée par l’IAEA n’est pas exclue. Visiblement les autorités françaises n’ont pas la même conception de l’exploitation d’un site industriel. La fermeture de la centrale de Fessenheim contribue ainsi à l’appauvrissement de la France alors que la prolongation de l’exploitation de celle de Koeberg est un facteur d’enrichissement de l’Afrique du Sud, certes minime puisque cette usine produit 5 % de l’électricité du pays, mais néanmoins non négligeable. Quant à l’Allemagne ce sont des centrales nucléaires presque neuves qui ont été mises à l’arrêt pour être démantelées en raison d’une politique de transition énergétique désastreuse.

Illustration Eskom, au loin la célèbre Montagne de la Table surplombant la ville du Cap

2 réflexions au sujet de « Fessenheim et Koeberg : toute la différence ! »

  1. Ping : Fessenheim et Koeberg : toute la différence ! | Qui m'aime me suive…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s