Conseil de défense sanitaire (fictif)

La scène se passe dans l’un des salons du Palais de l’Elysée. Autour d’une grande table dressée sous les ors républicains sont réunis le Président, le premier ministre, le ministre de la santé et quatre « conseillers scientifiques » dont les indéboulonnables Dutruc et Sansnom et deux comparses connus pour leurs liens avec les grands laboratoires pharmaceutiques.

Le Président ouvre le débat : « Alors Messieurs (il n’y a pas de représentant du sexe dit faible) comment vont vos comptes en banque ? ». La réponse est unanime pour une fois : « on en veut encore ! ». Le Premier ministre suggère de décider la vaccination massive et rapide de tous les enfants à partir de cinq ans d’âge. Vingt millions de nouveaux rats de laboratoire c’est toujours ça fait remarquer le Premier ministre. D’autant plus que les tests PCR maintenant payants ne nous rapportent presque plus rien, abonde le Ministre de la santé, par conséquent il faut rendre obligatoires les rappels tous les 4 mois.

« Ça me paraît judicieux » concède Dutruc car il y a urgence, le variant sud-africain ne satisfait pas nos attentes, il n’y a pratiquement pas de morts ! Il faudra rapidement confier une mission spéciale au porte-parlotte du gouvernement consistant à maintenir la peur et la panique. « Et les clubs d’échangistes on fait quoi ? » demande le Président. Le premier ministre se risque à une petite remarque en catimini à son chef lui murmurant à l’oreille que cette dérogations était une exigence de sa part alors qu’on en avait débattu lors du dernier conseil. On ne reviendra pas sur cette décision.

Pas un document sur la table, tous les téléphones portables éteints, aucune note manuscrite, tout doit rester dans la tête de chacun. Le Président prendra encore une fois ses responsabilités, c’est lui le grand timonier et le Premier ministre distillera les injonctions à la faveur d’un déplacement en province. Voilà le plan pour que les commissions versées par les labos continuent à arriver sur les comptes en banque off-shore de ces grands hommes dévoués corps et âme à la nation et à la santé de chacun et que ces comptes continuent à s’arrondir. Après tout ils risquent tous d’être au chômage dès la fin du mois d’avril prochain. Le conseil se termine par une remarque du Président : « je vais demander des infos à notre ambassadeur à Pretoria, ces cons de Sudafs n’ont pas été capables de nous faire un variant correct. Ils auraient pu demander des conseils aux Indiens, eux au moins ont assuré ». Faisant mine d’être un expert en la matière le Président continue : « dites-moi les gars ça ne serait pas le truc de Gilead qu’on a fourgué aux Indiens qui aurait favorisé l’apparition du mutant ? ». Silence dans la salle car cette opération a coûté un max à la France. Donc ils en restent là pour cette fois : les enfants tous vaccinés, les rappels tous les 4 mois et … Une voix timide s’élève du fond de la salle : « Messieurs, les cocktails apéritifs sont servis » … Dans un château on mène une vie de château et on parle de pognon.

6 réflexions au sujet de « Conseil de défense sanitaire (fictif) »

  1. Les informations et décisions prises par le Conseil de Défense sanitaire français sont classées « secret-défense » et sont mises sous-scellés pendant une période de 50 ans minimum. La CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) a demandé au gouvernement de lui transmettre les données prouvant que le passeport sanitaire français fonctionne (efficacité de la vaccination dont on sait qu’elle est très faible, la vaccination étant pourtant interdite depuis le non-dépôt des informations nécessaires au renouvellement de son AMM par l’EMA). Le gouvernement n’a pas répondu, se cachant derrière l’argument du secret des informations émanant du Conseil de Défense qui prend les décisions sanitaires notamment pour la vaccination des adultes et des enfants. La gestion du système de santé français est donc très opaque et cela semble faite bien entendu à dessein comme protection juridique si jamais il y a un « Nüremberg de la vaccination Anti-Covid » qui se met en place dans un proche avenir.

    • L’opacité ne serait pas un dont vous faites part n’est qu’apparente il suffit de lire entre les lignes pour comprendre l’objectif dont une étape est décrite par… F. Asselineau qu’on ne pourra pas traité de complotiste !
      Ce secret n’est que de Polichinelle et est acté dans le WEF (Forum Economique Mondial) avec comme pilote de la Formule France le dénommé Macron, qui appuie sur la pédale à fond (ça il sait de quoi il parle lol) en convertissant le pass sanitaire en pass vaccinal en même pas 6 mois (sans résultat bien sûr) avec un Véran qui explicite ouvertement que ce dernier est encore mieux qu’une obligation vaccinale (car les lois en AMM conditionnel ça fait chié). Et tellement content de son idée géniale que personne – enfin les médias à la botte – ne rechigne alors on accélère le conseil des ministres entre Noël et jour de l’An : bonnes vacances les gueux !!!
      Je conseille à chacun d’écouter les 26minutes d’Asselineau car il en va du type de société que nous voulons pour nous et nos enfants. J’affirme que les gens ont ce qu’ils méritent et le peuple (devenu asservi) a le gouvernement qui leur ressemble.
      https://www.upr.fr/actualite/passe-vaccinal-comment-lempecher/
      Il n’est plus l’heure de pleurnicher (i.e. de commenter, d’analyser dans les nuances) mais de réagir fort en osant couper le cordon ombilical d’une mafia mondialiste : pour annuler le pass vaccinal il faudra sortir des traités UE, de l’OTAN (si nous ne voulons pas être sevrez en gaz et électricité) et de remettre une monnaie qui correspond à notre type d’économie (le Franc).
      Ce n’est plus une question de chacun pour soi dans une survie de « ce qui m’arrange » mais d’un effort collectif pour sauver notre descendance.

      • Erratum à la première phrase : »L’opacité ne serait pas un dont vous faites part n’est qu’apparente », à rectifier par « L’opacité dont vous faites part n’est qu’apparente … »

      • Merci pour les infos 🙂
        Je viens d’apprendre que l’EMA a délivré « une variation de l’AMM conditionnelle » du Comirnaty en date du 4 octobre 2021. En gros, l’EMA (qui est financée à plus de 80 % par Big Pharma) a prolongé l’AMM provisoire de ce produit sans attendre que Pfizer ne fournisse les données de sécurité demandées lors de l’examen du premier dossier qui était passablement vide. La date de fin de l’AMM conditionnelle était de mémoire entre le 15 et le 30 juin 2021. Ceci justifie les injections de rappel tous les trimestres. Le produit sera fini d’évaluer en phase III en 2023. Même procédé pour les injections concernant les enfants qui se basent sur le même produit mais avec une concentration plus faible (10 microgrammes de mémoire) que pour les adultes. Donc AMM conditionnelle également et résultats définitifs de l’évaluation du produit dans 5 ans chez les mômes. On vaccine ainsi les mouflets et les adultes avant d’évaluer les effets secondaires à long terme. Cherchez l’erreur 🙂
        Je me souviens que ce genre de pratiques a eu des conséquences dramatiques par le passé (Isomeride, Mediator, Distilbène, Vioxx, Thalidomide, Staltor, Oxycontin, etc.). Apparemment cela n’inquiète personne au gouvernement et dans les ministères. C’est la preuve que nous sommes gouvernés par des malades mentaux incompétents qui ont des collaborateurs du type « moutons suiveurs » archi hyper conformistes qui n’osent pas remonter des informations gênantes à leur hiérarchie. On doit être très prudent car l’émergence et le développement du IIIème Reich se sont faits sur les mêmes bases. 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s