Pfizer n’est pas à court d’idées … pour encore plus de profits !

Alors que des voix s’élèvent de toute part pour dénoncer les effets secondaires de la thérapie génique à base d’ARN messager censée combattre le coronavirus et aussi et surtout pour rendre publique le fait que la supposée protection que devrait conférer ce « vaccin » est une vue de l’esprit. Pire encore le nombre de personnes hospitalisées atteintes de coronavirus comprend maintenant majoritairement des personnes « vaccinées ». La société Pfizer a donc pris les devants pour éviter de voir chuter ses bénéfices. Il existe un gène du SARS-CoV-2 qui code pour une protéase, un enzyme clivant des protéines, nécessaire pour la mise en place du complexe de copie de l’ARN du virus et ainsi sa multiplication dans les cellules infectées de l’organisme. Si on inhibe cette protéase à l’aide d’une molécule pouvant être administrée par voie orale c’est le jack-pot assuré, j’y reviendra dans la suite de ce billet. Cette protéine est particulière dans la mesure où une cystéine et une histidine sont requises pour son activité. De nombreux travaux ont été réalisés ces derniers mois pour trouver des inhibiteurs de cet enzyme en s’intéressant en particulier au thé vert conduisant à des résultats souvent difficiles à appliquer en raison de la complexité des molécules identifiées comme étant actives contre cette protéase. Mais la direction prise par Pfizer a été dictée par des travaux relatifs à la péritonite infectieuse du chat provoquée par un coronavirus qui possède également ce type de protéase. Une molécule s’est révélée active pour traiter la péritonite du chat. Il s’agit de la molécule GC376 ( https://en.wikipedia.org/wiki/GC376 ) initialement découverte par Anivive Lifesciences.

La firme Pfizer s’est inspirée de cette molécule en changeant le groupement sulfite par une fonction nitrile (ou cyanogène) très réactive pour obtenir le PF-07321332 avec un certain nombre d’autres modifications pour favoriser la fixation de la molécule dans le site actif de la protéase virale 3CLpro-1 ( https://en.wikipedia.org/wiki/PF-07321332 ). Les essais de toxicité sur des animaux ont été satisfaisants et ce produit est maintenant en cours d’étude en phase II/III sur des volontaires humains. L’approbation par la FDA n’est qu’une affaire de semaines et le cours de l’action Pfizer a bondi au détriment de celles de Moderna et Astra-Zeneca. Pfizer a déjà envisagé de commercialiser cette molécule au prix de 700 euros pour un traitement précoce pour une personne dès l’apparition des premiers symptômes et la confirmation par test RT-PCR, en association avec du ritonavir qui prolonge la durée de demi-vie du PF-07321332 dans l’organisme. Il n’y a qu’un petit détail dans cette histoire. Où on été publiées les études de toxicité réalisées sur qui, sur les chats ? Une telle molécule incluant un groupement particulièrement réactif ne peut pas ne pas avoir d’effets secondaires. Encore une fois les études de Pfizer ont été tout simplement bâclées ! Pour la petite histoire je me souviens avoir collaboré à un projet de recherche consistant à déterminer comment l’estradiol interagissait avec un enzyme qui était pour moi une vieille connaissance. Les chimistes de l’équipe de recherche avaient introduit ce groupement nitrile (C-triple liaison-N). Et surprise ce dérivé de l’estradiol se fixait irréversiblement sur la protéine via une sérine et non une cystéine comme c’est le cas, selon Pfizer. Balayer des effets secondaires sur l’organisme humain est criminel.

Pour conclure cette information un traitement par le PF-07321332 pour une personne sera aussi coûteux que de traiter 250 personnes avec de l’hydroxychloroquine ou de l’ivermectine, deux produits toujours interdits à la vente et à la prescription en Europe sur ordre des grands acteurs occidentaux de la pharmacie … Avec les prévisions apocalyptiques de l’OMS-Europe, 600000 morts par SARS-CoV-2 durant l’hiver à venir, les thérapies géniques et peut-être bien le nouveau produit de Pfizer ont un bel avenir ! En effet, alors que l’Union européenne veut interdire toute expérimentation en laboratoire sur les animaux, cette même Union européenne a autorisé l’administration massive de la thérapie génique supposée protéger contre le coronavirus et de ce fait autorisé des essais à grande échelle sur des êtres humains dont le consentement a été obtenu par un odieux chantage consistant à mettre en place le pass sanitaire, synonyme de « vaccination » obligatoire. Nous vivons dans un monde étonnant !

11 réflexions au sujet de « Pfizer n’est pas à court d’idées … pour encore plus de profits ! »

  1. Sur le plan marketing, c’est bien joué : on commence par vacciner en sachant à l’avance que les vaccins ne seront pas efficaces et provoqueront des décès et des effets secondaires graves (TTIV : thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite par un vaccin) et on utilise les gouvernements et les structures de santé supranationales comme vecteurs de promotion des produits à vendre. Ensuite, pour faire oublier les décès et effets secondaires graves liés à cette vaccination, on présente de « nouveaux produits » qui sont en fait d’anciens produits modifiées à la marge qui sont censés être meilleurs mais qui ont toutes les chances d’être foireux et dangereux comme ce produit de Pfizer. Inutile de se préoccuper des effets secondaires puisque ce sont les Etats qui en prennent la responsabilité, maintenant que les organismes en charge des homologations comme l’EMA, la FDA, et les contractants comme la Commission Européenne ont été achetés. Avantage par rapport au Remdesivir et aux anticorps monoclonaux d’Eli-Lilly et de Roche : plus besoin d’une perfusion et d’une structure hospitalière, on prend le cachet avec un verre d’eau. Magique. Bien joué Pfizer !
    Le cours de l’action a donc subit une érection aussi spectaculaire que si elle avait pris du Viagra (conçu par Pfizer bien sûr et énorme machine à cash oeuf corse). Le PDG de Pfizer porte bien son nom (Allez Albert, bourre-la ! 😂).
    Mais un jour, car tout se paie dans la vie, il faudra rendre des comptes. J’ai calculé que cette aimable escroquerie de vaccins anti-Covid pourrait coûter à Pfizer 500 milliards d’euros (si on applique les barèmes en vigueur dans les assurances pour indemniser les victimes).

  2. Pfizer a fait signer par les états des contrats leonins, dans lesquels les états prennent à leurs charges le prix des doses, le stockage sécurisé, et tous les frais concernant plaintes ,
    , indemnités , frais d’avocats, etc. Les états s’engagent sur tout et ne mettront pas Pfizer en cause, ni pour des retards de livraison, ni pour des effets indésirables quels qu’ils soient, toutes les clauses doivent rester confidentielles. Si un état veut donner des doses à un autre, Pfizer doit donner son accord. Des avances pécuniaires doivent être constituées pour les paiements, sur des comptes étrangers. Si un état ne paye pas, Pfizer peut directement avoir accès au trésor publique, etc.
    Comment ont-ils pu signer de pareils contrats ? Je suppose que Pfizer est plus fort que les états, du moins tient dans sa main les signataires. Il tient aussi la presse médicale, et les médecins…

    • Derrière Pfizer, il y a la triade américaine BVS (Blackrock + Vanguard + State Street) dont le montant des actifs sous gestion se chiffrait en 2018 à près de 18.000 milliards de dollars US soit quasiment le PIB des USA. Bill Gates est un des plus gros clients de cette triade. Cela permet d’acheter n’importe qui et d’imposer son point de vue. La mafia utilise les mêmes méthodes que BVS mais n’a ni statut légal et ni respectabilité. Dans notre monde, le respect se mesure uniquement à l’aune de ses actifs bancaires. Le reste (la morale, la loi, la démocratie, etc…), c’est une aimable plaisanterie pour gamins. Dans n’importe quelle boîte, les patrons ce sont la banque et les actionnaires. Les autres sont les esclaves de service. Les Etats sont devenus tellement faibles aujourd’hui que ce sont les grandes multinationales qui font la pluie et le beau temps. Ceci explique le fait que Blackrock ait été reçu en grandes pompes à l’Elysée en 2019 pour un séminaire de deux jours où tous les ministres sont venus à tour de rôle rendre des comptes à Mister Larry Fink, PDG de Blackrock qui semblait curieusement présider ce « séminaire de réflexion », alors que le président de la république française était là, à côté de lui. En fait, « Les clés du pouvoir sont dans la boîte à gants » comme l’écrivait feu Frédéric Dard en 1981. Ce Lyonnais père du Commissaire San Antonio avait apparemment tout compris avant tout le monde…il aurait pu dire en regardant le monde actuel : « Depuis Rome, finalement rien n’a changé »… 🙂

    • Oui on est dans du « confidentiel défense » (le contrat de Pfizer de 67 pages ne peut être consulté que par les députés du parlement pendant seulement 45 minutes et il est copieusement caviardé. Toute photo ou prise de notes est interdite). In fine, c’est « privatisation des bénéfices, socialisation des pertes et des problèmes ». Ce contrat léonin me rappelle étrangement les contrats que Lockheed-Martin fait signer aux Etats clients pour l’achat des chasseurs de dernière génération F-35 (un fer à repasser volant hors de prix qui ne fonctionne pas selon le Pentagone : Cf https://www.youtube.com/watch?v=P8xa01iY3ug).

    • Merci pour le lien vers cet article.
      Le décalage entre ce que l’on apprend sur les média « officiels » et ce genre de sites est énorme !!
      Cela a nécessité la mise en place des « Fact checkers » et autres « Vrai du faux » etc … Dit autrement il y a le ministère de la vérité qui veille 🙂
      J’ai quand même une critique sur un point précis de cet article: en Afrique l’espérance de vie moyenne est bien plus faible qu’en Europe ou au Japon par exemple.
      En effet celle ci est de 82 ans environ (Suisse, France, Italie, Allemagne, …) alors qu’en Afrique plus de 20 pays ont une espérance de vie inférieure à 60 ans.
      Nous savons tous que le Covid19 tue principalement au delà de 80 ans.
      il faut donc prendre avec des pincettes les différents chiffres utilisés par certains pour illustrer l’exemple Africain, en effet le système immunitaire d’une personne de 60 ans est toujours plus performant que celui d’une personne ayant 20 ans de plus.
      Ce qui précède n’enlève rien au fond du problème décrit dans l’article: le business plan Pfizer suivi scrupuleusement par nos gouvernements corrompus.

      • Votre remarque sur l’âge est pertinente mais aussi sur le fait que ces pays prennent des molécules pour d’autres maladies pour lesquelles elles sont officiellement utilisées. N’oublions pas que chaque nation est un corps multicellulaire d’individus avec des meurs qui constituent une culture ; que chaque corps développent des relations sociétales avec son entourage, c’est une civilisation.
        L’Etat est un terrain qui figure de centre cérébelleux et si le terrain est tout selon le Dr Bernard, l’adage Chinois (japonais ?) dit que le poisson pourrit pas la tête.
        Seulement voilà, il n’y a plus de tête mais un réseau de neurones diffus sur le globe dont la tête n’est pas apparente et cherche à prendre forme sans l’accord des cellules qui assurent les fonctions de l’organisme global. C’est une sorte de cancer où certains prônent la liberté par l’indépendance d’une gestion planétaire telle que l’approche climatique. Ils oublient que le climat terrestre fait partie d’un écosystème plus vaste qui inclut le soleil et plus largement le cosmos. En cela ces financiers de la planète sont fondamentalement des cellules cancéreuses pas rupture de l’harmonie céleste.

      • Si vous allez sur le site worldometers.com parmi les 59 pays d’Afrique vous trouvez en première place l’Afrique du sud (15e rang mondial) avec 89000 morts, pays avec peu de malaria et donc pas d’hydroxychloroquine disponible gratuitement. Le gouvernement de ce pays a interdit l’ivermectine pour jouer dans la cour des grands. Le suivant est la Tunisie avec 25000 morts, même cas de figure, pas de malaria et peu de parasitoses, puis l’Egypte avec 19000 morts, idem, le Maroc, 14700 morts, pas de malaria non plus. Etc … Le Nigeria, 2900 morts pour une population de 212 millions, est emblématique. La totalité de la population dispose d’hydroxychloroquine et d’ivermectine, ceci explique cela. Certes la moyenne d’âge dans tous ces pays est beaucoup plus basse qu’en Europe ou au Japon mais le fait est que disposer de ces deux médicaments en permanence a certainement joué un grand rôle dans le déroulement de cette épidémie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s