Petite coronarithmétique française

Selon les données de la CIA et du worldometers (liens en fin de billet) on peut se livrer à quelques petits calculs qui éclairent le commun des mortels ou plutôt ceux qui ont survécu au SARS-CoV-2 au sujet de l’« extrême » gravité et de la dangerosité de ce virus. Les données démographiques relatives à la France sont les suivantes (CIA) : 68 millions d’habitants, espérance de vie : 82,4 ans, mortalité : 651500 décès par an. Le nombre de morts par SARS-CoV-2 depuis le début de l’épidémie (mars 2020) est de 117000 avec un âge médian des morts de 82 ans. L’organisme officiel français INSEE a fait de savants calculs pour bien montrer que le SARS-CoV-2 a provoqué une hausse massive de la mortalité. Les données ci-dessus infirment les résultats de ces calculs de l’INSEE.

En effet, l’âge médian signifie que la moitié des morts avait plus de 82 ans et l’autre moitié moins de 82 ans. Durant ces 18 mois passés, dans la stricte théorie statistique toutes les personnes de plus de 82 ans seraient mortes, coronavirus ou pas. Pour les personnes plus jeunes la situation est plus complexe et c’est sur ce point que l’INSEE a commis un biais de perception comme l’indique dans son exposé Pierre de Décoder l’éco. Par une analyse statistique fine il a été montré qu’en 2020, et probablement aussi en 2021, la mortalité toutes causes confondues était identique à celle observée en 2010. Cette affirmation tient en effet compte de l’augmentation du nombre de personnes de plus de 80 ans au cours de cette décennie. Cet « ajustement » statistique élimine ainsi le biais de perception dont a été victime l’INSEE et il réduit l’incidence du SARS-CoV-2 sur les populations de moins de 82 ans.

Comme je ne suis pas du tout un statisticien chevronné j’ai donc fait mes petites règles de trois de mon côté. Sur la période de mars 2020 à septembre 2021 le nombre de morts « par covid » a représenté 11,9 % des décès toutes causes confondues et comme la moitié d’entre eux seraient morts (statistiquement parlant) coronavirus ou pas en raison de leur âge, ce pourcentage tombe à un peu moins de 6 %. Cette grandeur est très inférieure à la fluctuation observée année après année entre les étés et les hivers. Elle est très inférieure à celle de l’arrivée dans la tranche d’âge supérieure à 80 ans qui a augmenté de 3,9 millions en dix ans (voir l’illustration ci-dessus). Comme l’auteur de cette présentation l’a précisé, la mortalité n’a donc pas augmenté en raison de cette augmentation du nombre de « vieux » de plus de 80 ans car ils sont loin d’avoir tous été victimes du coronavirus !

L’épidémie de SARS-CoV-2 n’est donc finalement qu’une maladie virale plutôt peu mortelle affectant surtout les personnes âgées souffrant d’autres maladies, l’âge étant aussi considéré comme un facteur de « co-morbidité » et personne ne peut le nier. L’étude présentée par le prénommé Pierre mérite d’être vue et revue car son analyse bouscule les idées reçues et surtout la propagande gouvernementale mensongère. L’illustration est une capture d’écran de l’exposé de Pierre.

https://www.worldometers.info/coronavirus/country/france/

https://www.cia.gov/the-world-factbook/countries/france/

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/lesperance-de-vie-de-2020-est-exactement-la-meme-que-celle-de-2015

9 réflexions au sujet de « Petite coronarithmétique française »

  1. Ping : Petite coronarithmétique française – Qui m'aime me suive…

  2. la question que je me pose pourquoi ?
    pourquoi toute cette hargne pour nous faire croire que ce virus est trés mortel
    pourquoi vouloir a tout prix nous injecter cette merde qui est denommée vaxin
    pourquoi nous enfermer avec autant de haine

  3. Un article sur Bloomberg paru en août a tenté encore de dénoncer le choix de la Suède de ne (quasiment) pas confiner sa population. Deux arguments : Moins de cas qu’en UK ou en Italie (mais c’est une métrique trompeuse puisqu’elle est relative aux nombres de tests). Plus de mortalité que ses voisins : Finlande, Norvège et Danemark.
    Pour les 2 premiers, cela n’est pas convaincant, la concentration de la population étant plus faible, et d’ailleurs, la même chose existe en France, entre la Bretagne et le reste des autres régions, beaucoup moins touchée habituellement par la grippe (comme le montrait d’ailleurs déjà Décoder l’éco).
    Par contre, avec le Danemark, il y a une vraie différence d’efficacité, mais il semble que cela n’ait rien à voir avec les mesures de restrictions, et plus avec la politique de santé plus collective que la Suède, qui n’est pas un parangon d’état nounou. Le Pr Raoult avait loué la politique sanitaire des Danois.
    Bref, c’est le Danemark qui est à louer plutôt que la Suède à désavouer.
    Sur zerohedge

  4. Merci jaqueshenry pour ce rappel.
    C’est ce que l’on appelle aussi « la moisson des morts », triste mais malheureusement réel.
    En été 2003 par exemple, les plus fragiles sont partis … La mortalité en été 2004 et 2005 a été plus faible que la moyenne des années précédentes, Pierre l’explique très bien.

  5. Pierre, le statisticien économiste de la chaîne YT « Décoder l’Eco » a également démontré deux choses récemment :
    1 – Il apparaît que comme dans tous les pays où il y a eu une vaccination de masse contre le Covid (Pfizer, Moderna, J&J, AstraZeneca), ce sont aujourd’hui 80 % des malades Covid hospitalisés qui ont été vaccinés, et pas l’inverse, comme le prétend l’organisme qui fait les études statistiques du ministère de la santé (la DREES).
    2 – « Epi-phare », l’étude d’auto-validation du ministère de la santé qui prétend que la vaccination permet d’éviter 90 % des hospitalisations Covid est également une arnaque statistique et obéit à un agenda politique évident (convaincre de la nécessité de vacciner 100 % de la population).

  6. Pour info, le budget de l’EMA (l’agence européenne du médicament) était de 358 millions d’euros en 2020 dont 85 % est payé par l’industrie pharmaceutique (essentiellement les multinationales américaines du secteur). Voir page 12 de ce PDF :

    Cliquer pour accéder à OFCEpbrief90.pdf


    On comprend mieux pourquoi les homologations temporaires des vaccins anti-Covid ont été délivrées à la vitesse de la lumière pour les produits Pfizer, Moderna, J&J et AZ, et pourquoi l’EMA ne dit rien sur leur non-renouvellement. On comprend aussi pourquoi les dossiers d’homologations de tous les produits non anglo-saxons sont volontairement ignorés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s