Grande-Bretagne : L’énergie nucléaire est nécessaire pour produire de l’hydrogène

Traduction d’un article paru sur le site World Nuclear News

Pour faciliter une décarbonisation rapide et réduire la dépendance aux combustibles fossiles, l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables sont nécessaires pour la production d’électricité et d’hydrogène, a conclu une nouvelle étude indépendante. L’étude, réalisée par Aurora Energy Research, examine les avantages du déploiement à la fois du nucléaire et des énergies renouvelables pour la production d’hydrogène, afin de soutenir la transition énergétique et d’atteindre les objectifs climatiques du Royaume-Uni. Le rapport – intitulé « Decarbonising Hydrogen in a Net Zero Economy » – a été commandé par Urenco et a été soutenu par l’Agence internationale de l’énergie atomique, EDF et Lucid Catalyst.

Il fait suite à la stratégie du gouvernement britannique sur l’hydrogène, publiée le mois dernier. La Stratégie sur l’hydrogène indiquait que le nucléaire offrait un certain nombre d’options pour produire de l’hydrogène propre, mais ce rapport ne modélisait pas les coûts et la compétitivité de la contribution du nucléaire. « La majorité des études sur l’avenir du secteur de l’hydrogène en Grande-Bretagne se concentrent sur l’hydrogène électrolytique issu de sources d’énergie renouvelables (SER) et l’hydrogène fossile avec capture et stockage du carbone (CSC) », indique le rapport. « Le potentiel du nucléaire à participer à l’économie de l’hydrogène n’est souvent pas pris en compte en raison des coûts élevés des actifs récents et du manque d’orientation politique claire conduisant à la suspension des projets prévus.

« Cette étude examine comment le soutien politique aux nouvelles technologies nucléaires et aux modèles commerciaux pour fournir de l’hydrogène électrolytique à faible émission de carbone pourrait réduire les coûts nucléaires et des systèmes tout en réduisant la dépendance aux combustibles fossiles lorsqu’ils sont déployés aux côtés des SER sur la voie du zéro net ».

Le rapport d’Aurora utilise la suite de modélisation intégrée de l’entreprise pour capturer les interactions du marché et les impacts du déploiement des SER et du nucléaire pour atteindre le zéro net. Le scénario interne Net-Zero d’Aurora reflète tous les objectifs récents du gouvernement britannique, y compris les 40 GW d’énergie éolienne offshore du livre blanc sur l’énergie et la capture de 10 millions de tonnes de dioxyde de carbone via le CSC d’ici 2030. La capacité électrique installée devrait passer de 107 GW en 2021 à 257 GWe en 2050, portée par la croissance rapide des énergies renouvelables et la capacité de pointe. La capacité de production nucléaire passerait de 9 GW à 21 GW sur cette période. La production d’électricité passerait de 312 TWh en 2021 à 643 TWh en 2050, la production nucléaire passant de 59 TWh à 159 TWh. Parallèlement, la capacité de production d’hydrogène passerait de 5 GW à 69 GW sur la même période.

Le modèle de décarbonisation d’Aurora diffère des approches traditionnelles en ce qu’il suppose que toutes les technologies de production sans émissions sont traitées sur un pied d’égalité et rivalisent sur le plan des coûts. Après 2030, les enchères de capacité ne sont disponibles que pour les producteurs zéro carbone et les coûts nucléaires et les applications du marché sont pleinement représentés dans le modèle.

L’étude a révélé que pour faciliter une décarbonisation rapide et réduire la dépendance aux combustibles fossiles, le nucléaire et les énergies renouvelables sont nécessaires pour la production d’électricité et d’hydrogène. Ensemble, le nucléaire et les énergies renouvelables peuvent fournir les volumes d’hydrogène nécessaires pour un net-zéro en 2050. Le déploiement de grands volumes de nucléaire parallèlement aux énergies renouvelables est économiquement efficace, réduisant la valeur actuelle nette des dépenses totales du système du Royaume-Uni de 6 à 9 % (40 à 60 milliards de livres sterling ) à l’horizon 2050. Il a également constaté que la combinaison de l’hydrogène et du nucléaire conduit à des coûts compétitifs. L’utilisation conjointe de la chaleur et de l’électricité d’une centrale nucléaire pour la production d’hydrogène offre un avantage de coût important. Les émissions cumulées de gaz à effet de serre jusqu’en 2050 peuvent être réduites de 80 millions de tonnes de CO2 et la consommation de gaz sous forme d’électricité et d’hydrogène conduirait à une réduction de la consommation de 8000 TWh thermique.

Le dernier rapport fait suite à l’étude 2020 d’Aurora Hydrogen for a Net Zero GB: An Integrated Energy Market Perspective. Il note que bien que la nouvelle étude se concentre sur le Royaume-Uni, les résultats étant applicables à d’autres pays, y compris les pays en développement. « Il existe un potentiel passionnant pour combiner le nucléaire, les énergies renouvelables et l’hydrogène pour offrir une économie nette zéro », a déclaré Felix Chow-Kambitsch d’Aurora Energy Research. « Le nouveau rapport d’Aurora est la première étude du genre à démontrer comment le nucléaire peut compléter les énergies renouvelables et l’hydrogène. Atteindre les volumes d’hydrogène requis pour un net-zéro sans combustibles fossiles sera un défi sans hydrogène électrolytique issu du nucléaire et des énergies renouvelables. Un système énergétique avec une grande ambition dans l’énergie nucléaire peut réduire sa dépendance aux combustibles fossiles, réduire les émissions de carbone et réduire les coûts du système ».

« L’énergie nucléaire a clairement un rôle important aux côtés des énergies renouvelables dans la transition vers une énergie propre en soutenant une production d’électricité fiable et à faible émission de carbone et la production future d’hydrogène », a déclaré Boris Schucht, PDG du groupe Urenco. « Pour réaliser cela, nous devons débloquer les investissements, en créant un nouveau modèle de financement pour le nucléaire et un environnement de marché pour l’hydrogène. Le développement de réacteurs à haute température serait un moyen pour le nucléaire de soutenir l’hydrogène, étant donné que ces conceptions sont très efficaces pour la production d’hydrogène. « Cette dernière recherche est une étape importante pour permettre aux décideurs politiques d’ouvrir la voie à la livraison de net-zéro d’ici 2050. Nous attendons avec impatience des conversations constructives dans les mois à venir et une forte collaboration entre l’industrie et le gouvernement sur ce travail essentiel ».

Notes. Urenco est une entreprise britannique d’enrichissement d’uranium majoritairement détenue par l’Etat. Dans le scénario retenu dans le rapport Aurora les énergies dites renouvelables, moulins à vent et autres panneaux solaires, seraient entièrement dédiées à la production d’hydrogène par électrolyse de l’eau. Si la production d’électricité par ces éoliennes devait être intégrée au réseau il faudrait en effet des productions d’appui avec des turbines à gaz. Cette éventualité est donc considérée comme devant être exclue du scénario 2050. Enfin le Président de la République française a récemment déclaré que le pays devait s’intéresser au petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR) alors qu’il a obtenu autoritairement la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et ordonné l’arrêt du projet Astrid. Peut-être confondait-il les usines de production électriques utilisant le gaz naturel pour pallier avec les SMRs à l’intermittence des énergies dites renouvelables. À l’évidence il ne sait pas de quoi il parle et sa politique énergétique est totalement erratique.

12 réflexions au sujet de « Grande-Bretagne : L’énergie nucléaire est nécessaire pour produire de l’hydrogène »

  1. Ping : Grande-Bretagne : L’énergie nucléaire est nécessaire pour produire de l’hydrogène – Qui m'aime me suive…

  2. Laisser la responsabilité de la stratégie énergétique opérationnelle d’un pays à des politiques n’ayant pas de formation d’ingénieur revient tout simplement à confier les clés d’un Airbus A380 à un gamin : ça n’a aucune chance de décoller et si par un miracle ça décolle, le crash n’est pas loin et garanti sur facture.

  3. L’hydrogène en tant que tel n’a pas d’avenir. Trop dangereux, trop difficile à stocker et à transporter. Par contre on peut s’en servir pour fabriquer des carburants synthétiques avec le carbone. Tous les réseaux de stockage, transport, distribution et utilisation (moteurs thermiques) sont déjà en place.

    • Entièrement sur la même longueur d’onde. L’hydrogène ne sert que dans des applications particulières : piles à combustible des sous-marins, refroidissement des alternateurs des centrales électriques, métallurgie … Le problème de ce gaz est le coût de sa production et comme vous je pense qu’il n’a aucun avenir grand public.

  4. Produire de l’hydrogène par électrolyse est en soi une aberration technique et économique,sauf à disposer d’une électricité abondante et pas chère (or on est souvent à la limite de notre production ) vouloir ensuite l’utiliser dans un moteur thermique ou une pile à combustible (rendement de 30 à 50% maxi), en est une autre, autant ‘utiliser directement l’électricité pour recharger une batterie,etle ce sans parler des circuits de stockage et distribution de l’hydrogène . Quand ca explose,ca explose fort!

    • Je suis peut-être un vieux rétrograde grincheux mais je ne crois ni en l’avenir de l’hydrogène ni en l’avenir de la fusion nucléaire ni en celle des éoliennes. que fera-t-on dans 30 ans des cadavres d’éoliennes et d’ITER ?

      • La fusion…encore un truc qui me fait marrer. Qui a aujourd’hui réussi a produire un nanoJoule net d’énergie avec cette technologie ? Personne. Cela fait 50 ans que le mythe persiste. Je ne dis pas que cette voie de production énergétique est impossible, seulement qu’elle est pour le siècle qui vient hors de portée de capacités technologiques. Nos politiques incompétents feraient mieux de se concentrer sur les restes encore fumants de Superphénix.
        Je me souviens d’une interview de Noël Mamère (un journaliste très moyen, écologiste à ses heures perdues qui est devenu en l’espace d’un claquement de doigts suprêmement intelligent sur les questions énergétiques par le truchement du Saint-Esprit écologiste) qui expliquait au journal de 20 heures sa détestation des techniciens, des ingénieurs et des scientifiques, à qui il fallait enlever la responsabilité de gérer la stratégie énergétique de la France. C’est à cause de sombres crétins de cette envergure qu’on va connaître des blackouts à répétition les prochains hivers.
        Quant à l’hydrogène, c’est un très très très mauvais combustible qui par nature doit être considéré juste comme un vecteur énergétique..N’importe quel gamin qui fait un peu de physique au lycée et en fac le sait, …sauf bien entendu nos Khmers Verts qui ont réussi à noyauter l’éducation nationale…j’ai essayé d’en parler d’ailleurs avec des copines profs d’anglais dans un lycée technique (mon anglais est largement meilleur que le leur, ce qui donne une idée du niveau des enseignants d’aujourd’hui) qui me cassaient les burnes avec leur connerie de réchauffement climatique…aucune d’elle ne sait lire une facture EDF, elles pérorent sur l’éolien et le photovoltaïque sans savoir que ce sont des énergies intermittentes qui vont nous foutre dans le caca sous peu…avant je me donnais la peine de leur filer un cours express de physique (la météo c’est de la thermodynamique et de la mécanique des fluide, etc…) et aujourd’hui, je me tais, c’est peine perdue. Et toute cette clique est responsable de l’instruction de nos mômes…et quelque part, ça me file le bourdon.
        Mais ça n’empêchera pas les blés de pousser cet été 🙂

    • …… C’est peut-être ça qu’on appelle le moteur à explosion !
      Non non, j’ai rien dit. c’est juste une parenthèse un peu bêbête !
      Hydrogènement vôtre. JEAN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s