Les non-dits du contrat sous-marinier France-Australie

Si les Américains sont coutumiers des coups tordus pour faire annuler des contrats entre leurs alliés et d’autres clients il faut rappeler quelques précédents qui ont concerné la France. Par exemple, sous la pression des USA ont dénoncé le contrat de fournitures de porte-hélicoptères à la Russie. La France aurait pu protester mais a adopté un profil bas. La Suisse a acheté des F35 alors que la France était très bien placée dans les négociations pour vendre des Rafale. La Suisse a donc à son tour subi la pression américaine. Et une multitude d’autres contrats concernant l’armement n’ont pas pu être négociés encore une fois sous la pression américaine. Mais le cas des sous-marins à propulsion diesel, si la dénonciation du contrat par Canberra paraît humiliant, ce n’est pas tout a fait le cas.

Ce contrat était mal ficelé dès le départ. Les Australiens voulaient un « design » extérieur identique à la série Barracuda des sous-marins nucléaires français sans chaudière nucléaire mais avec un moteur diesel. Ce design externe entrainait de nombreuses modifications à l’intérieur de la coque puisque la chaudière nucléaire a un encombrement très inférieur à celui d’un diesel. Problème : les Français ne sont plus propriétaires des turbines vapeur actionnant les groupes électrogènes d’un sous-marin nucléaire puisque la technologie a été vendu avec une désinvolture condamnable par Macron à General Electric. Vendre des sous-marins à propulsion nucléaire à l’Australie n’était donc plus possible pour cette première raison. De plus l’Australie est signataire du traité de non-prolifération nucléaire (comme la France) mais dans le cas de sous-marins à propulsion nucléaire les pays concernés ignorent ce traité. Ce n’est pas du tout un détail puisque l’IAEA vient d’être saisie du dossier AUKUS.

Dès le départ le contrat France-Australie était mal ficelé, la construction effective des submersibles n’était pas définie clairement, l’Australie mettant en avant une expertise nationale qui malheureusement n’existe pas dans les faits. Le Japon et l’Allemagne étaient en lice pour l’obtention de ce contrat non pas avec des moteurs diesel mais avec des piles à hydrogène, ce qui correspond mieux aux impératifs des critères de détection sonore dans la zone englobant toute l’Asie du sud-est. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne disposant de la technologie des sous-marins nucléaires et ont donc fait le nécessaire pour que Canberra mette fin à ce contrat. Depuis 2016, en effet, les Américains n’ont cessé de reprocher à l’Australie sa légèreté, arguant du fait que la Chine risquait d’envahir Taïwan bien avant la fourniture du premier sous-marin français prévue pour 2030 au plus tôt. Dès la signature de ce contrat l’Allemagne, également, fit pression sur le gouvernement fédéral australien pour qu’il finisse par comprendre qu’il avait fait un mauvais choix, entendez les sous-marins allemands ont une meilleure autonomie que ceux équipés de moteurs diesel. Il s’agit d’un argument de poids plaidant en faveur des sous-marins à pile à hydrogène, allemands ou japonais, mais ne tenant plus dans le cas de sous-marins nucléaires dont l’autonomie n’est limitée que par l’arrêt pour rechargement en uranium légèrement enrichi, de l’ordre de 8 % en isotope 235.

Si la France n’avait pas vendu Alstom-Energie à General Electric elle aurait pu proposer la vente de sous-marins nucléaires à l’Australie mais ce n’est qu’une hypothèse car elle aurait nécessité l’accord de la Maison-Blanche. De plus pour des raisons de respect de non-prolifération des technologies nucléaires militaires, l’Australie n’aurait pas vu la création du moindre emploi sur son sol, ce qui sera le cas dans le cadre de l’accord AUKUS puisque ces sous-marins à propulsion nucléaire seront fournis clé en main avec contrat de maintenance qui échappera totalement à l’Australie. Donc la France, coutumière des contrats mal ficelés, a évincé l’Allemagne et le Japon. Ce contrat était tellement mal rédigé qu’en réalité seulement une dizaine de milliards d’euros nets seraient revenus dans les caisses françaises et non pas 56 comme la grande presse l’écrit ou le clame. Macron s’est donc retrouvé ridiculisé sur deux tableaux : impossibilité de vendre des sous-marins nucléaires et un contrat aux aboutissants totalement flous. Le cœur des vierges effarouchées, y compris avec la voix de Le Drian, sonne donc vraiment faux. La France est définitivement marginalisée sur la scène internationale avec un Président totalement incompétent et un Ministre des affaires étrangères qui n’a même pas été capable d’obtenir un quelconque renseignement des « services ». Comme a coutume de l’écrire H16 ce pays est définitivement foutu.

L’illustration ci-dessus (source informationclearinghouse.info) montre la différence d’autonomie entre les sous-marins diesel (SSK) et les sous-marins nucléaires (SSN). Dans le contexte géopolitique actuel il est évident que les sous-marins nucléaires présentent des avantages incontestables, surtout pour les américains …

15 réflexions au sujet de « Les non-dits du contrat sous-marinier France-Australie »

  1. Ping : Les non-dits du contrat sous-marinier France-Australie – Qui m'aime me suive…

  2. Il y a une connerie monstrueuse au départ : la stratégie. Comment croire les américains, avec toutes les entourloupes qu’ils nous ont fait (par force de soumission à l’OTAN dont profite l’*Allemagne), que le coup de transformer un barracuda nucléaire en dorade diesel était innocent ?
    Forcément il y a des mecs qui pensent aux pièges dans les contrats, non ? Y’a pas des équipes de plusieurs ingénieurs et juristes dedans ? Je m’étais occupé de mettre en place le Mastère Spécialisé High Tech and Business (toujours à l’ENSAM en 1989) et ce genre de contrat (la DCN était un partenaire du financement) et je n’ai pas mémoire de d’imbéciles qui rédigeaient ce type de document plus difficile à lire que « L’être et le néant » (parce qu’il faut comprendre tous les détails hein !).
    Ce que je veux dire c’est que les manigances dans le dos sont des spécialités anglo-saxonnes. Ces gens créent un plan où les rivaux sont face à face tandis que eux préparent la terrain pour se pointer en 3ème homme. Exemple : les grands industriels pendant la 2nd guerre mondiale. Bref, je vais pas vous faire un dessin mais là … je me marre : tout le terrain était préparé comme pour faire un nouveau Waterloo (et encore je ne veux pas faire l’oiseau de mauvaise augure sur le rôle de l’Allemagne , j’y connais rien en pratique sur la géostratégie mais j’ai eu des cours par des officiers lors de ma formation complémentaire en stratégie de l’innovation). Bref, et Macron veux partager son siège avec l’Allemagne !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Ce n’est pas à mon avis un problème de qualification et de compétences de nos ingénieurs qui sont d’un très bon niveau techniquement. C’est un problème de qualité des forces de vente et du top-management.
      L’Allemagne a savonné la planche de la France, ce qui lui permettra de caser des commandes de sous-marins à l’avenir en écartant Naval Group des affaires militaires internationales pour un temps. Avec le traité d’Aix-La-Chapelle, l’Allemagne profitera de l’expertise française en matière aéronautique et navale et lui chipera son siège au conseil de sécurité de l’ONU sans avoir besoin d’avoir la bombe atomique. C’est bien joué de leur part. Quand on voit le niveau des gouvernants français qui depuis presque 25 ans n’ont même pas compris que l’Euro est depuis le départ un Deutsche Mark dévalué, et que l’UE est un cheval de Troie américain pour titiller les Russes, il ne faut pas s’étonner si on en est là…. Franchement, même bourré, je fais mieux 🙂

  3. Ce dossier m’évoque cinq réflexions :
    1- En France, on a d’excellents scientifiques et ingénieurs, mais on a des commerciaux qui sont de véritables bras cassés (il suffit de regarder le niveau des étudiants qui sortent des écoles de commerce, même les plus prestigieuses : zéro pointé en techniques de ventes, en langues étrangères, en gestion et en droit des affaires). Les Anglo-Saxons le savent et cela arrange bien leurs petites affaires.
    2- La qualité du management en France est médiocre à faiblarde en moyenne, surtout dans la sphère publique. Le Drian est une nullité diplomatique (dixit Sergeï Lavrov) comme il a été une nullité au ministère de la défense. Parly est du même niveau. Quant à Macron, n’en parlons pas, c’est trop moche. Ce sont tous les trois de farouches partisans néolibéraux mondialistes otaniens américanophiles déguisés en socialistes. Plus incompétents, tu meurs.
    3- Depuis que la France a rejoint le commandement intégré de l’OTAN et l’UE (on devrait traduire Sarkozy en justice rien que pour ça), la France est devenue le paillasson des USA et donc forcément de leurs affidés (Canada, Royaume-Uni, Allemagne, Japon, etc..). Rien de surprenant donc à ce que les USA aient ourdi leur complot derrière le dos des gouvernants français surveillés de très près par la NSA, et dont les services de renseignements n’ont strictement rien vu venir. Il serait temps de se poser de sérieuses questions sur la confidentialité des affaires de la nation et sur la qualité de la gestion du pays tous ministères confondus (c’est « normalement » le boulot du Sénat et de l’Assemblée Nationale).
    4- En réalité, derrière les larmes de crocodile de Le Drian et de Macron qui ont arrosé abondamment tous les médias (quel aveu de faiblesse !), il y a le fait que les Américains ont décidé de faire la guerre à la Chine par proxy interposé. Un des proxys est l’Australie, qui n’a rien gagné au change puisque son ardoise va s’élever à plus de 100 milliards de dollars et qu’ils deviennent de facto non plus partenaires commerciaux de la Chine mais adversaires déclarés de l’Empire du Milieu. La Chine va donc leur couper les vivres et ils vont le sentir passer. De plus, la coalition militaire Chine-Russie ne va pas s’en tenir là et va probablement riposter en créant de nombreux incidents militaires sur la zone Indo-Pacifique (les Russes ont des sous-marins nucléaires de première qualité, des torpilles hyper-véloces très sophistiquées et des brouilleurs radars/avions/satellites très puissants…la Chine n’étant bien entendu pas en reste de ce côté là).
    5 – Pour conclure, je dirais que l’Australie et le Royaume-Uni ont fait une très mauvaise pioche : ils se sont alliés avec le diable, et en général, ce genre d’alliances finit toujours mal. La France serait bien inspirée de sortir de l’OTAN et de l’UE et en parallèle, de recréer de véritables relations diplomatiques, économiques, scientifiques et culturelles avec l’Eurasie, et donc principalement la Russie et la Chine qui, qu’on le veuille ou non, sont déjà les leaders économiques, technologiques et militaires de demain.

  4. Il n’y a pas de lien direct avec le prochain référendum d’indépendance en Nouvelle Calédonie et la construction navale. Cependant en terme de stratégie la perte de ce territoire entraîne de fait une énorme réduction du poids de notre pays dans le Pacifique. Ce qui contribue fortement au retour de l’Australie dans le giron de l’anglo saxonie. Nos néocalédoniens sont d’ailleurs plus souvent en Australie qu’en métropole. On comprend mieux que nos dirigeants mettent en relief pour compenser les relations dans l’océan indien. C’est sur que Mayotte n’est pas sur la voie de l’indépendance !!!

  5. Pour avoir une idée de ce que les USA pensent de la France, une petite perle que je viens de visionner et qui m’a bien fait rire…je pense à la gueule que vont tirer Macron et ses aficionados quand ils sauront que la Maison Blanche l’a snobé dans les grandes largeurs en recevant en grandes pompes Boris Johnson…ah j’oubliais, Biden passera un petit coup de bigophone à Macron dans quelques jours…s’il y pense…Ah mais si si, Bojo et Biden sont amoureux de la France, ils l’ont dit à la télé ! Promis juré, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer 🙂

  6. Beaucoup de commentaires sensés et éclairants ici !
    Sur les médias peu d’analyses pertinentes …
    Ce que l’on peut en conclure: les US n’ont pas fini de s’essuyer les pieds sur le paillasson France !
    De fait cette histoire de vente Alstom nous interdit définitivement de vendre un quelconque sous marin nucléaire sans l’aval d’Oncle SAM.
    Je me souviens aussi de la vente de Rafales à l’Egypte, annulée car les US ont invoqué la présence d’un composant sensible dans la fabrication des missiles SCALP
    https://www.ege.fr/infoguerre/2018/11/enjeux-de-reglementation-itar-blocage-de-vente-missiles-scalp-a-legypte
    Il est loin le temps où la France était au premier plan des relations diplomatiques internationales.
    Ce n’est pas uniquement à cause des coups tordus de la perfide Albion ou des gros bras de l’Oncle SAM, la France pourrit de l’intérieur par des Elites qui détestent le peuple Français.
    Jaques Attali a bien dit un jour: la France est un hôtel.
    La clique mondialiste va l’utiliser à ses fins, il n’en restera rien, un décor en carton pâte que l’on viendra visiter comme un parc d’attractions !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s