SARS-CoV-2 en France : « nous sommes en guerre » !

Quand Macron a clamé « on est en guerre » au début de l’épidémie de coronavirus il a pris le soin machiavélique de constituer un comité de défense sanitaire. Ce comité prend toutes les décisions susceptibles de maîtriser l’épidémie en étant aidé par des « experts » choisis par les membres, mais pas tous, du gouvernement. Ce comité n’est pas censé rendre les compte-rendu de ses réunions publiques. Personne, hormis les quelques ministres qui font partie de ce comité et le Président, ne sait ce qui est discuté et sous prétexte que la France est en guerre (contre le virus), le monde parlementaire n’a plus aucun droit de regard sur les décrets publiés au Journal Officiel presque chaque jour. Tous les organes législatifs, Parlement, Sénat et de contrôle, Conseil Constitutionnel et Conseil d’Etat, sont ainsi court-circuités.

Nous sommes en guerre ! Ce conseil de guerre, comme en 1914, prend des décisions collectivement, mais quelle en est la signification ? Aucun compte-rendu n’est disponible : secret défense oblige, les décisions sont prises collectivement et aucun des membres de ce conseil, y compris le Président de la République, n’est personnellement responsable. La finalité de ce stratagème est évidente : aucun des membres du gouvernement français ne pourra être poursuivi pour avoir pris des décisions liberticides ou aggravant la situation sanitaire conduisant à un accroissement du nombre de morts. Il ne se passera rien, ils seront tous responsables mais aucun d’entre eux ne pourra être reconnu comme coupable. Toutes les actions pour déférer devant la justice l’un ou l’autre des membres de ce conseil de guerre contre le SARS-CoV-2 sont donc vouées à l’échec car il faudra attendre 50 ans pour que le compte-rendu de ces réunions soit rendu public.

Il existe cependant une faille dans cette cuirasse qu’a si admirablement mis en place le Président Macron en déclarant : « nous sommes en guerre ». Il faut arriver à démontrer, preuves incontestables à l’appui, que tout ce petit monde de dictateurs en puissance a été dès le début de l’affaire SARS-CoV-2 corrompu par les laboratoires pharmaceutiques. La première évidence de cette corruption fut de déclarer que l’HCQ était un produit toxique (voir note) et dangereux, la deuxième évidence fut d’interdire simultanément d’interdire aux médecins généralistes de prescrire ce médicament. La troisième évidence fut la politique du « tout vaccin et rien que vaccin ». Aujourd’hui rien n’a changé dans cette politique sanitaire imposée par les laboratoires pharmaceutiques. L’Ivermectine est interdite et il sera bientôt obligatoire aux population de se plier à une troisième injection puis à une quatrième … selon le bon-vouloir de ces mêmes laboratoires pharmaceutiques.

C’est sur ces divers points que ce conseil de défense non responsable mais « irresponsable » peut être attaqué : la corruption généralisée depuis le Président jusqu’au plus insignifiant « conseiller expert ». Il est donc urgent que des journalistes courageux arrivent à mettre au grand jour ce système de corruption qui a commencé avec le choix du cabinet McKinsey pour gérer cette crise sanitaire, de qui se moque le gouvernement ? Il semblerait que la pléthore de hauts fonctionnaires de l’Etat soit incompétente au point de faire appel à un cabinet américain. Mais c’était calculé par le Président français pour d’une certaine manière se couvrir vis-à-vis des Américains. McKinsey par ci, BlackRock par là (pour les retraites) : de quoi faire bonne figure. Paradoxalement la solution pourrait parvenir des Etats-Unis puisque ce pays sait tout, dans le moindre détail, de ce qui se trame sous les ors des palais de la République française et ses services chassent partout la corruption. Un jour ou l’autre il y aura une enquête du FBI relative aux malversations des laboratoires pharmaceutiques et les pays européens seront dans le collimateur des limiers de cet organisme qui, on le sait, collabore avec les quelques 14 autres agences de renseignement américaines. Tous les pays européens plongeront ! J’ajouterai que les services américains connaissent tous les détails de la cession d’Alstom-Energie à GE supervisée par Macron alors qu’ils officiait au Ministère des finances sous l’administration Hollande. Rien à signaler ? Non, pas vraiment. Juste un peu de patience…

Note. Le journal The Lancet a été corrompu par les laboratoires pharmaceutiques en publiant un article rétracté ensuite sur la toxicité de l’HCQ mais le contenu de cet article a permis aux gouvernants d’interdire l’HCQ et les médias tout aussi corrompus et aux ordres du gouvernement n’ont eu de cesse de clamer que les traitements précoces avec HCQ étaient inutiles voire dangereux. Le « conseil de guerre » n’a jamais remis en cause sa décision.

12 réflexions au sujet de « SARS-CoV-2 en France : « nous sommes en guerre » ! »

  1. Ping : SARS-CoV-2 en France : « nous sommes en guerre » ! – Qui m'aime me suive…

  2. On est en guerre contre un Etat ou contre des organisations qui sont qualifiées de terroristes.
    On ne peut être en guerre contre des microbes. Si c’est le cas, alors cette « guerre », dure depuis le début de l’humanité et est perdue d’avance : en effet, la vitesse d’évolution d’un micro-organisme est par définition infiniment plus rapide que la vitesse moyenne de la réponse adaptative du système immunitaire humain (Cf le cas du SIDA pour s’en convaincre).
    Prétendre être en guerre pour attaquer des microbes est au mieux une plaisanterie de mauvais goût, au pire la preuve d’un hubris qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer.
    Laisser dire ce genre d’inepties sans réagir me rappelle les heures sombres de l’Histoire de France avec Vichy et son lot de collabos serviles.

    • Tout à fait d’ accord avec et comme dit ma collègue de travail «  on est où là ? ».
      Je regrette qu’ aucun n’ organe de notre république ne ce soit réellement dressé contre cela.

  3. L’ex Ministre A. Buzyn est convoquée à la Cour de Justice, mais dans tout ce qu’on lui reproche je n’ai pas lu ou entendu qu’on allait lui poser des questions sur sa décision d’interdire l’HCQ et de le mettre sur la liste des produits toxiques, ce qui est bien dommage.

    • Je ne pense pas que la CJR soit compétente pour juger cette interdiction mais Madame Buzyn n’a fait que suivre les injonctions de l’OMS, organisme onusien complètement corrompu, injonctions provenant des laboratoires pharmaceutiques. Elle sera de toutes les façons relaxée …

      • Interdire un médicament qui aurait pu sauver des vies humaines, s’il était administré à temps est bien à mon, avis une faute. Vous même vous dites avoir été sauvé par une vieille boite de chloroquine (Nivaquine) Elle est mise en examen, ce qui signifie que l’enquête continue et que les milliers d’infos récupérées lors des perquisitions permettront, peut-être, de se rapprocher de la vérité.

  4. Vous avez écrit : »un jour ou l’autre il y aura une enquête du FBI relative aux malversations des laboratoires pharmaceutiques et les pays européens seront dans le collimateur des limiers de cet organisme ». Macron n’est-il pas déjà l’agent le young leader de 3 organisations ? N’est-il pas l’allié des banquiers américains ? Quel poux pourrait-on chercher à ce serviteur pitoyable car mauvais comédien encore « drivé » par Mère Brigitte qui lui dit comment ajuster sa posture jusqu’à lui interdire un bonbon !
    Je ne pense pas que le FBI enquête sur Macron mais plutôt sur ceux qui envisagent autre chose que le Nouvel Ordre Mondial car comme Sarkozy, lors de sa prise de présidence concomitante avec la présidence européenne, avait si hautement déclamé « Personne, je dis bien personne, ne nous empêchera d’établir le Nouvel Ordre Mondial ».
    Maintenant je suggère aux lecteurs de regarder cet interview qui s’écrit aussi « Noir sur blanc* » et de faire la liaison entre le NOM (NWO) et le transhumain :
    https://ripostelaique.com/si-macron-reussit-les-tenebres-eternelles-sabattront-sur-la-france.html

    * humour potache sur le conseil de l’africain au français…j’adore leur style d’expression

    • Macron doit avoir peur pour son matricule car il est occupé à mettre en place un consortium français piloté par EDF pour racheter à GE ses activités nucléaires. Ce sont naturellement les Français qui paieront avec leur facture d’électricité … et Macron s’en lavera les mains.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s