Réflexions sur la politique française

Après ces élections départementales et régionales en France, en tant que spectateur puisque je n’habite plus dans mon pays natal, je voudrais faire quelques remarques certainement pas très pertinentes puisque je suis de très loin ce qui se passe en France. La première remarque est évidente : les électeurs français sont désabusés par la tournure du fonctionnement de la politique française. Ils ne croient plus en la démocratie et pour cause, le pouvoir a mis la main sur la justice, le Parlement s’est vu privé de tout pouvoir législatif et le peuple n’est plus représenté. Enfin le pouvoir est un théâtre de marionnettes manipulées par Bruxelles et Francfort. L’électorat a perdu confiance. Alors pourquoi voter puisque l’élite politique au pouvoir considère que le peuple n’a qu’à se taire et payer ses impôts en silence. C’est tout.

Le monde politique n’a pas l’air d’avoir pris conscience que l’orage est en préparation dans les « classes populaires » méprisées par les ministres et les secrétaires d’Etat ou encore les Préfets qui ne représentent plus qu’un pouvoir de pacotille à bout de souffle et qui n’a plus aucune ligne de conduite clairement identifiable. Je n’ai pas vraiment d’opinion politique, en d’autres temps j’aurais été gaulliste et j’aurais voté oui au référendum sur la participation, le grand projet de De Gaulle, visionnaire, qui aurait donné une toute autre tournure au tissu industriel de la France. De Gaulle avait quitté le commandement de l’OTAN et prié les GI américains de bien vouloir quitter le territoire français. Les projets d’union européenne lui semblaient mal ficelés et il avait raison.

Aujourd’hui la France souffre de son appartenance à l’Union européenne, elle n’est plus maîtresse de sa monnaie ni de ses lois, c’est beaucoup trop. Le pouvoir central s’est privé de son pouvoir au profit de la Commission européenne et de la BCE. C’est à mon humble avis l’une des raisons de la désaffectation des électeurs pour les scrutins : ça ne sert plus à rien. Enfin, les nostalgiques de la souveraineté de la France (dont je fais encore partie) défendue par le Front National il y a encore quelques années ont été déçus par le revirement du leader de ce mouvement qui s’est ralliée aux « Européistes ». À mon avis toujours aussi insignifiant la déroute du parti souverainiste qui n’a plus rien de souverainiste maintenant s’explique par ce revirement de tendance politique.

J’avoue que je suis déçu par le monde politique français, déçu par l’avancée insidieuse du « gauchisme plus ou moins vert » qui envahit toutes les sphères du pouvoir. À moins d’un événement tout aussi imprévisible que la chute d’une météorite l’avenir de la France est compromis et ce pays ne s’en relèvera pas.

15 réflexions au sujet de « Réflexions sur la politique française »

  1. Ping : Réflexions sur la politique française – Qui m'aime me suive…

  2. Je suis 100 % d’accord avec votre synthèse. Je suis gaulliste dans l’âme, c’est-à-dire que je crois que la France est un juste équilibre entre un socialisme progressiste et éclairé et un capitalisme rationnel et patriote, l’un n’étant pas l’antithèse de l’autre. Sans travailleurs, point de travail, et sans capital point de travail non plus. Les travailleurs, qu’ils soient à leur compte ou salariés du privés ou fonctionnaires, qu’ils soient ouvriers ou cadres supérieurs, ne doivent pas être la variable d’ajustement de financiers extérieurs à l’entreprise. Mais la rémunération du capital doit tenir compte de la part de risque que les actionnaires prennent en mettant de l’argent dans l’entreprise, qu’elle soit privée ou d’état (l’Etat est à la fois un actionnaire capitaliste et un redistributeur socialiste). Je n’ai jamais été -loin s’en faut- un soutien ou un admirateur des pseudos gaullistes du RPR, alias LR, qui a été spolié par un certain Nicolas Sarkozy, qui a imposé le traité de Lisbonne à qui les Français ont dit non. Il n’est pas normal que l’État Français n’ait pas jugé bon de retirer la nationalité française à ce mafioso (qui traîne un nombre incroyable de casseroles) et à qui les USA auraient de toutes façons offert un passeport américain pour services rendus.
    Le Général de Gaulle faisait donc bien la balance entre ces deux tendances contradictoires en apparence, et surtout, en tant qu’ancien Général, avait la morale républicaine chevillée au corps en allant jusqu’à payer les repas que sa femme prenait à l’Elysée ou bien sa propre place de cinéma.
    En tant qu’ancien Général, il savait parler à ses hommes (les hauts fonctionnaires de l’époque, pas les guignols de l’ENA d’aujourd’hui) et mettait la barre très haut pour en tirer le meilleur. Ce fut un excellent manager donc. Sur l’Europe, sa position était claire et Poutine se l’est appropriée d’ailleurs (Poutine est un vif admirateur de de Gaulle) en ayant comme vision une Eurasie unie du Portugal à l’Est de la Sibérie, prolongée par une partie de l’Asie, avec des nations autonomes ayant chacune d’elle leur propre culture plongeant leurs racines dans une histoire mouvementée mais riche.
    La classe politique actuelle est le fruit d’un déclin cognitif de masse, voulu d’ailleurs depuis la fin des années 70 (il suffit de regarder le niveau actuel des étudiants qui passent le Brevet des Collèges ou des Bacheliers qui font une faute d’orthographe toutes les demi-phrases pour s’en rendre compte…quant à la compréhension du monde par les sciences, l’histoire, la philosophie, les arts et la littérature, n’en parlons pas, c’est trop moche).
    Philippe Seguin (que je n’ai jamais porté sur mon coeur) a pourtant eu un sursaut héroïque de la conscience et d’intelligence quand il a fait son discours d’octobre 1998 où il avait annoncé tout ce qu’il se passe actuellement. La classe politique était donc prévenue depuis longtemps. Aujourd’hui, les mêmes feignent d’ignorer ce qu’il se passe réellement : l’UE est devenue une colonie de l’OTAN sous le contrôle du Bundestag. Les seuls qui s’en soient émus, ce sont les frères De Villiers et certains cadres du Front National. Ce n’est franchement pas normal qu’une Extrême-Droite intellectuellement à la ramasse soit la seule à détecter des problèmes de fond (et de front), et ça en dit long sur la médiocrité des pseudo-élites qui ont l’immense prétention de vouloir nous gouverner.
    Non pas que les Français soient ingouvernables. Les Gaulois ont des exigences élevées. Ils ne disent rien mais n’en pensent pas moins. Et au bout d’un moment, la cocotte-minute finit par exploser.
    Désolé pour la longueur du commentaire, je tape très vite et j’écris comme je pense…va falloir que je me discipline pour faire plus court.

    • @le volant hollandais
      «  » » » » » » »Sans travailleurs, point de travail, » » » » » »
      Désolé , vous dites n’importe quoi; du travail il y en a plein , mais des travailleurs on n’en trouve pas ; la seule chose qu’on trouve , ce sont des chômeurs et qui se portent bien et veulent le rester

      • Commentaire idéologique digne des pires périodes de l’histoire. Les 12 à 15 millions de chômeurs français doivent apprécier. A titre personnel, les provocateurs de bas niveau dans votre genre, ça me passe au dessus de la tête, je suis chef d’entreprise dans les nouvelles technologies appliquées à la médecine dans le 11ème arrondissement de Paris et j’embauche à tour de bras.
        Les profils comme les vôtres n’ont pas leur place dans ma boîte.
        Nous, on aime l’entraide et la solidarité.

    • aucune excuses pour la longueur de votre commentaire. C’est presque comme un second billet dans la même journée, alors c’est plutôt à nous de vous remercier.

  3. «  » » » » » » » »Désolé pour la longueur du commentaire, je tape très vite et j’écris comme je pense…va falloir que je me discipline pour faire plus court. » » » » » » »
    Vous êtes comme lemière sur CONTREPOINTS ;je lis la première et la dernière phrase et je passe au commentaire suivant

  4. Si on récapitule les élections régionales françaises 2021, on peut dire que :
    – aucun média n’a communiqué sur l’analyse politique de ce scrutin, y compris Wikipedia qui a laissé cette section vide
    – l’abstention est stratosphérique (70 % environ en Île-de-France et 93 % dans le Val d’Oise au premier tour)
    – le parti présidentiel LREM est totalement désavoué
    – les partis classiques sont en cours d’effondrement (même si les caciques de LR et du PS ont conservé leurs sièges).
    Mon analyse : Sarkozy a réussi à tuer le RPR, alias LR ; Hollande a réussi à tuer le PS ; Macron a terminé le travail de massacre des structures politiques françaises avec les partis extrêmes (PC, LFI, RN) et est en train de saborder au passage son propre parti (LREM).
    On constate -et ce n’est pas un hasard- que ces trois présidents ont tous été au programme des « Young Leaders » de la « French American Foundation », et sont des atlantistes convaincus.
    L’objectif est clair : casser la France et la mettre sous tutelle de l’Allemagne (c’est exactement le but du traité d’Aix-La-Chapelle signé par Macron).
    La conclusion s’impose d’elle-même : la France n’est plus gouvernée et sa souveraineté est inexistante. Les électeurs l’ont bien compris et ont décidé de faire autre chose pendant ces élections. Seuls les « vieux » survivants au Covid ont fait leur devoir électoral (par habitude ?).

      • Très bonne remarque. La réponse est non (à mon avis).
        Les Verts sont des transfuges du Parti Socialiste, tendance « bobo » ou Education Nationale. La liste EELV (on peut remplacer le terme EELV par PS) est arrivée seconde en Ile-de-France. Avec 2/3 d’abstention, et 1/3 de votants EELV, ça ne pèse quasiment rien (10 % à tout casser dans la plus grande région de France, ce n’est même pas le tiers du score du PS dans ses grandes heures). Normal, les gens en ont ras-le-bol des délires des écologistes parisiens. Après l’interdiction des chaudières à mazout, un projet de loi liberticide concocté par le ministère de Mme Pompili est en cours d’examen par le Sénat, après avoir été voté par l’Assemblée Nationale (interdiction de circuler dans des voitures un peu anciennes dans les grandes agglomérations). Cela est en train de provoquer la fureur des gens qui habitent la province proche de Paris (ils ont été poussés là par l’augmentation démentielle des prix de l’immobilier depuis qu’on est passé à l’Euro) et qui suent sang et eau pour joindre les deux bouts. Maintenant, on va les obliger à acheter des voitures neuves pour aller bosser. En l’absence d’infrastructures ferroviaires adaptées, et sans la possibilité de contracter un emprunt, comment vont-ils faire ? Sans compter le prix des carburants qui a flambé. Et ce n’est pas le télétravail qui va résoudre le problème crée ex-nihilo par une caste politique hors-sol. Une seconde vague de Gilets Jaunes est en train de se préparer. L’écologisme politique, c’est bien pour les gens à l’aise financièrement, mais pour les gens de la rue qui émargent avec à peine 1500 € ou 2000 € par mois (couple avec enfants), c’est l’enfer…pavé comme d’habitude de bonnes intentions. Quand on, touche au portefeuille, les intentions louables sur l’environnement passent au second plan.
        La France n’est pas un parc national ou une réserve zoologique.

      • Ils attendent juste leur tour pour se faire torcher comme des mal-propres.
        Patience.

  5. On dirait que LaREM a bien marché sur quelque chose, mais quoi, a glissé et s’est étalé de tout son long. Ne serait-ce l’état du pays, ce serait comique.
    On va rire pour les présidentielles. La couleur du rire, je ne sais pas, rien de bon, ils sont incapables de changer, sauf les chaussettes.

  6. « la France qui souffre de son appartenance à l’UE »… « La France » peut-être, mais celles et ceux qui en reçoivent un certain nombre/volume de subventions ou de financements, agriculteurs, industrielsn créateurs d’entreprises, « territoires », et d’autres; ne sont peut-être pas de cet avis.
    En revanche, c’est une litote de dire que l’UE n’est pas parfaite dans son organisation.

    • Ah bon, vous pensez vraiment que « celles et ceux » (!) en France reçoivent globalement plus que ce que la France verse pour les autres-et-autres ?
      Pour l’image, c’est plutôt un passage d’une poche à l’autre du même ou d’un autre pantalon… La France pourrait très bien faire plus simple, non ?

      Le problème n’est pas l’organisation de l’UE, c’est sa finalité : un gros marché pour les gros producteurs comme les gros consommateurs

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s