L’ombre fasciste de la nuit la plus longue de l’opération Barbarossa hante toujours l’Europe. C’est incroyablement préoccupant

Article de Finian Cunningham paru le 22 juin sur le site strategic-culture.org. « Pour comprendre le présent il faut connaître le passé »*.

Cette semaine marque le quatre-vingtième anniversaire de l’invasion nazie de l’Union soviétique. Il s’en est suivi une longue nuit d’horreur au cours de laquelle la Seconde Guerre mondiale s’est intensifiée pour anéantir des dizaines de millions de vies. L’opération Barbarossa a été lancée le 22 juin 1944, à quelques heures du solstice d’été, le jour le plus long de l’année dans l’hémisphère nord. L’invasion comprenait 3,3 millions de soldats du Reich nazi déployés sur une ligne de front de près de 3 000 kilomètres. Elle est considérée comme la plus grande force d’invasion de l’histoire militaire. L’Allemagne nazie était déjà en guerre avec la Grande-Bretagne et la France après avoir conquis la Pologne en septembre 1939. Mais ce qui a suivi dans l’offensive contre l’Union soviétique était la solution finale du génocide nazi à plein régime.

Parmi les troupes régulières de la Wehrmacht se trouvaient des escadrons de la mort SS dont la tâche infernale assignée par les dirigeants nazis était l’extermination des Juifs, des Slaves et des Bolcheviks. Au cours des deux années et demie qui ont suivi avant que l’Armée rouge ne repousse et finalement anéantisse l’Allemagne nazie, jusqu’à 27 millions de citoyens soviétiques mourraient de violence et de privation.

De nombreuses victimes ont été tuées dans des massacres à grande échelle ou après avoir été parquées dans des camps d’extermination, dont la plupart ont été créés sur le territoire polonais. Les plus connus étaient Auschwitz, Treblinka, Belzec, Chelmno, Sobibor et Majdanek, où les chambres à gaz et les crématoires ont fait des millions de morts.

Lors d’une cérémonie de commémoration à Berlin, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a parlé solennellement de la guerre nazie lancée contre l’Union soviétique, qualifiant son horreur de « barbarie meurtrière ».

« Dès le premier jour, la campagne allemande a été motivée par la haine, l’antisémitisme et l’anti-bolchevisme, par la folie raciste contre les peuples slaves et asiatiques de l’Union soviétique », a déclaré Steinmeier. « Ceux qui ont mené cette guerre ont tué de toutes les manières possibles, avec une brutalité et une cruauté sans précédent », a-t-il ajouté. « C’était la barbarie allemande, elle a coûté des millions de vies et a dévasté le continent ».

Une correction importante à ces remarques est qu’il ne s’agissait pas uniquement de « barbarie allemande ». La machine à tuer nazie a été aidée et encouragée par d’autres forces européennes, y compris des rangs de collaborateurs d’Ukraine, de Pologne, de Roumanie, de Hongrie, entre autres, ainsi que des États baltes d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie. C’était la barbarie fasciste.

L’Allemand Steinmeier a poursuivi en déclarant : « Seuls ceux qui apprennent à lire les traces du passé dans le présent pourront contribuer à un avenir qui évite les guerres, rejette la tyrannie et permet une coexistence pacifique en toute liberté ».

Et c’est ce qui est déconcertant. De nombreux hommes politiques à travers l’Europe et aux États-Unis semblent incapables de lire « les traces du passé dans le présent » pour éviter les guerres et permettre une coexistence pacifique. L’expansion incessante des forces de l’OTAN autour des frontières de la Russie se poursuit sans relâche et avec une rationalisation inquiétante. Comme l’a souligné le président russe Vladimir Poutine dans un article publié dans les médias allemands cette semaine pour commémorer le 80e anniversaire de l’opération Barbarossa, l’expansion imprudente de l’OTAN menace directement la sécurité de l’Europe.

Lors de son sommet annuel qui s’est tenu la semaine dernière à Bruxelles, l’alliance de l’OTAN dirigée par les États-Unis a vilipendé à plusieurs reprises la Russie pour avoir « menacé la sécurité de l’Europe ». Ces accusations déforment la réalité. C’est la posture offensive de l’OTAN envers la Russie qui met en péril la stabilité stratégique.

Comme Poutine l’a noté, lorsque la guerre froide entre l’Occident et l’Union soviétique a pris fin il y a trois décennies, l’Europe a manqué une occasion de faire évoluer les structures de sécurité dans le cadre d’un partenariat avec la Russie. Sous la direction des États-Unis, l’OTAN est devenue une agence de recrutement contre Moscou. Confrontation au lieu de coopération. Malheureusement, il y a peu de signes de ce changement dynamique, malgré les appels de la Russie pour des relations plus raisonnées.

L’alliance de 30 membres comprend désormais des États européens dont les politiciens expriment une russophobie ouvertement déclarée. Sous l’influence malsaine des partis ultranationalistes polonais et baltes, s’est développé un révisionnisme inquiétant concernant la Seconde Guerre mondiale, ou la Grande Guerre patriotique comme on l’appelle en Russie, où les crimes de l’Allemagne nazie sont assimilés, de manière méprisable, aux crimes de l’ère soviétique.

La polarisation de l’Europe a été une politique délibérée sous l’OTAN qui a entraîné des tensions extrêmes entre les États-Unis et leurs alliés, d’une part, et la Russie de l’autre. La désignation de l’Ukraine et de la Géorgie, deux anciennes républiques soviétiques, pour devenir membres de l’OTAN est une provocation calculée contre la Russie. Cette décision pourrait potentiellement voir des missiles balistiques américains installés à la frontière de la Russie par une alliance militaire qui définit la Russie comme une menace pour l’Europe.

Lors de la récente cérémonie commémorative présidée par le président allemand Steinmeier pour rappeler au monde la pire horreur de l’histoire moderne, il faut déplorer que l’ambassadeur d’Ukraine ait refusé d’y assister. L’événement a eu lieu au Musée germano-russe de Berlin. C’était le site où l’Allemagne nazie a signé une capitulation inconditionnelle le 8 mai 1945, devant des représentants de l’Union soviétique, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. (La date était le 9 mai à l’heure de Moscou.)

L’ambassadeur ukrainien Andrij Melnyk a rejeté l’invitation car il a déclaré que le lieu était « un affront » car trop axé sur les souffrances de la Russie.

C’est alors que les forces ukrainiennes soutenues par l’OTAN sous le contrôle d’un régime de Kiev qui glorifie les collaborateurs nazis bombardent le peuple russe de l’est de l’Ukraine dans une guerre qui dure depuis plus de sept ans. Le régime de Kiev a été porté au pouvoir par un coup d’État soutenu par les États-Unis et l’Europe contre un président élu en février 2014. Le régime est enhardi dans son agression anti-russe par le soutien financier et militaire de Washington et de Bruxelles.

Il est en effet troublant de constater que même lorsque des dirigeants comme le président allemand Frank-Walter Steinmeier semblent parler solennellement et sagement de l’horreur de la guerre, il y a toujours un manque étonnant de conscience du danger de guerre comme en témoignent les politiques de Washington et de ses alliés. Est-ce vraiment un manque de conscience ou quelque chose de plus cynique ?

L’ombre fasciste de la nuit la plus longue de l’opération Barbarossa hante toujours l’Europe. C’est incroyablement désolant. *Citation ajoutée par votre serviteur et dont j’ai oublié l’auteur.

27 réflexions au sujet de « L’ombre fasciste de la nuit la plus longue de l’opération Barbarossa hante toujours l’Europe. C’est incroyablement préoccupant »

  1. Ping : L’ombre fasciste de la nuit la plus longue de l’opération Barbarossa hante toujours l’Europe. C’est incroyablement préoccupant – Qui m'aime me suive…

  2. Bonsoir. L’armistice du 9 mai 1945, signé à Berlin, a été signé par la France aussi; représentée par le général De Lattre de Tassigny. Les représentants soviétiques ont rajouté le drapeau français en catastrophe aux drapeaux des alliés. Le général De Gaulle a tenu à ce que la France soit signataire de tous les armistices, même au Japon.
    Cordialement. Bernard

  3. Je me pose des questions sur la « grande guerre patriotique » comme l’appellent les Russes qui la célèbrent tous les mois de mai depuis 1946 je crois. D’abord quelques faits historiques :
    1 – Nombre de tués pendant la seconde guerre mondiale :
    – URSS : 27 millions
    – Chine : environ 15 millions
    – USA : 420,000 (oui, oui, quatre cent vingt mille, presque rien donc).
    Les Américains ont-ils vraiment gagné la seconde guerre mondiale, comme ils le déclarent depuis presque 80 ans à grand renfort de propagande et de films hollywoodiens ? Juste en regardant les chiffres des décès, on peut en douter fortement.
    La cavalerie américaine arrive toujours après les combats, c’est une habitude chez ces gars là qui ne date pas d’hier. L’Oncle Sam qui aime réécrire l’histoire et se glorifier dans les médias internationaux a omis des milliers de choses, comme par exemple de mentionner tous les morts et monuments détruits après les bombardements aveugles de la fin de la seconde guerre mondiale en France entre autres pays…pour rassurer la conscience des citoyens américains, les médias outre-atlantique ont mis en scène par exemple le parachutiste américain de Sainte-Mère l’Église sans dire que la Normandie a été rasée à 80 % sans aucune raison objective.
    2 – Pays collaborateurs du régime Nazi : La Russie a absorbé les pays pro-nazis et les a lourdement financé pendant presque 50 ans, en pure perte, en raison de l’idéal imbécile de « L’Internationale Communiste » . En effet, ces mêmes pays fervents pro-nazis à une époque, mais heureux d’avoir bénéficié des subsides soviétiques, ont toujours craché à la gueule de leurs financiers russes qu’ils qualifient de dictateurs fascistes et aujourd’hui, ils vivent tranquillement aux crochets de l’UE avec les mêmes méthodes (on prend l’argent et on vomit sur ses mécènes en achetant par exemple des avions de chasse aux USA et en exportant sa main d’oeuvre bas de gamme en UE grâce aux directives Bolkenstein entre autres) : Pologne, Ukraine, Roumanie, pays Baltes.
    → Questions :
    1 – Dans ces conditions, quelle confiance la France peut-elle accorder à la Pologne et l’Ukraine et aux autres ex-républiques soviétiques ? Pour ma part, la confiance est de zéro, on n’essaie pas d’embrasser un scorpion.
    On remarquera que le fait que la Russie se soit débarrassée de ces pays parasites lui ont permis de passer de l’état de pays du tiers-monde à un état de super-puissance en moins de 20 ans.
    2 – En ce qui concerne l’Allemagne, quelle confiance peut-on accorder à un pays au passé aussi sulfureux, et qui, dès qu’on lui laisse les coudées franches, se met à dominer brutalement ses voisins ? (L’Allemagne est qu’on le veuille ou non un cancer qui est en train d’essayer d’avaler toute l’Europe via une structure mise en place par les USA qui s’appelle l’Union Européenne et qui fonctionne avec un mark dévalué qu’on a appelé « l’Euro »).

    • Les USA (et dans une moindre mesure la GB) ont inondé l’URSS de matériel militaire et civil (trains, rails), de matières premières et de vivres pendant la seconde guerre mondiale. Sans cette aide l’URSS aurait elle pu se remettre du choc de l’attaque allemande ? A voir…
      L’URSS a payé la guerre avec des vies, les USA avec du matériel est des $.

      La Pologne fait partie des rares pays qui refuse de participer aux délires progressistes de l’UE qui entrainent toute l’Europe occidentale vers l’abîme. Félicitations à eux.
      Et s’ils « parasitent » l’UE, il ne tient qu’à elle de s’adapter.

      • Vous racontez n’importe quoi et rien de ce que vous dîtes n’est étayé par des faits. Retournez à l’école ré-apprendre l’Histoire, la Géographie, l’Economie et les Sciences Politiques.

      • il semble que la veritable motivation des US soit clairement exposée par une declaration de H.Truman…

        Le futur président Harry Truman a fait son choix lui aussi : « Si nous voyons que l’Allemagne gagne, nous devons aider la Russie ; mais si c’est la Russie qui gagne, nous devons aider l’Allemagne, afin qu’ils s’entre-tuent au maximum. »

        strategie qu’ils utilsent au maximum dans tous les conflits

    • @dupontTG : Très bien vu, merci ! Excellente citation, qui nous explique comment les gouvernants Américains envisagent les relations étrangères et les détournent à leur profit, au sens financier du terme. Une seconde citation que j’ai apprise en travaillant avec des investisseurs américains est : « Steal with pride » (on pourrait rajouter « Take the money and run »). Les arnaques sont tellement nombreuses dans ce pays qu’ils sont obligés d’avoir un droit des affaires écrit très fouillé et des ribambelles d’avocats (qui coûtent d’ailleurs un bras).

  4. Après le sommet Poutine-Biden de Genève du 16 juin 2021 qui a tenté de normaliser les relations entre les deux plus grosses puissances nucléaires du monde, relations détériorées par « le Deep State » américain et « Trump » dans une moindre mesure, les deux leaders de l’UE (Allemagne et France) ont suggéré d’organiser un rapprochement avec la Russie comme les liens politiques et diplomatiques entre ces deux blocs sont également profondément détériorés…et ce n’est pas le (pseudo) ministre des affaires étrangères de l’UE Josep Borrel qui a arrangé les choses.
    Après discussions entre les 27 Etats-membres, l’Allemagne et la France ont pris un camouflet : les anciennes républiques socialistes d’Europe de l’Est sont farouchement opposées à un rapprochement avec la Russie qui est en train de devenir un acteur international de premier plan (et qui a une économie sans la moindre dette, cela étant dû au fait qu’ils se sont débarrassés des pays qui leur coûtait de l’argent). L’Union Russie + Chine a fait de ce ce bloc de pays anciennement communistes la zone économique, politique et militaire la plus puissante de la planète. Autant dire qu’il vaut mieux être en bons termes avec ces deux pays que de s’en faire ses ennemis. Mais les ex-pays de l’Est ne veulent pas en entendre parler. Voila donc un exemple désastreux de l’intégration de pays comme la Pologne et les pays Baltes dans l’UE : on paie un bras pour les remettre à niveau économiquement, ils nous sabotent nos affaires étrangères, ils font installer des usines low-cost chez eux en nous obligeant à fermer les nôtres, achètent des avions de chasse américains plutôt que des Eurofighters ou des Rafale bien meilleurs et moins chers, nous envoient leur main d’oeuvre sous-qualifiée provoquant encore plus de chômage chez nous, et en plus, il faudrait leur faire des courbettes et cirer leurs pompes parce que ces messieurs ont des états d’âme et voudraient installer des canons et des missiles sous le nez de l’ours russe ?
    Non mais et puis quoi encore ? Va falloir arrêter de nous prendre pour des débiles mentaux.

    • Suite à votre réponse insultante du message précédent, voici les faits en question qui montrent que VOUS devriez à défaut de retourner à l’école faire preuve d’un peu d’humilité.
      Ce programme a pour nom « Lend-Lease » et à été mis en place en 1941.
      Voici le lien wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%AAt-bail

      Si vous avez la flemme de lire, l’URSS a benéficié de la part des USA de :
      Avions 14 795
      Chars d’assaut 7 056
      Jeeps 51 503
      Camions 375 883
      Motos 35 170
      Tracteurs 8 071
      Pièces d’artillerie 8 218
      Mitrailleuses 131 633
      Explosifs 345 735 tonnes
      Équipement de construction pour une valeur de 10 910 000 dollars
      Voitures de fret de chemin de fer 11 155
      Locomotives 1 981
      Navires cargo 90
      Escorteurs chasseur de sous-marins 105
      Vedettes lance-torpilles 197
      Moteurs de bateaux 7 784
      Nourriture 4 478 000 tonnes
      Machines et équipement 1 078 965 000 dollars
      Métaux non ferreux 802 000 tonnes
      Produits pétroliers 2 670 000 tonnes
      Produits chimiques 842 000 tonnes
      Coton 106 893 000 tonnes
      Cuir 49 860 tonnes
      Pneus 3 786 000
      Bottes 15 417 001 paires

      • C’est bien, vous donnez enfin des chiffres et quelques faits, malgré votre égo froissé qui s’en remettra. Oui en effet, vous venez de démontrer avec les chiffres de Wikipedia (médias souvent suspecté de manipulation, mais bon pourquoi pas) que les USA ont fait un gros business avec la seconde guerre mondiale. Ils ont vendu pour des milliards de dollars d’équipements de guerre à tout le monde en faisant tourner leur industrie avec des pertes militaires minimes (1 % des pertes soviétiques et chinoises cumulées). Notons que les soviétiques n’étaient pas à la traîne en matière d’armement mais le complexe militaro-industriel soviétique n’avait pas la productivité du complexe industriel nazi qui avait démarré depuis 1934 avec l’aide des banques américaines, gros financiers du régime nazi, ce que peu de gens savent. Il faut ajouter un élément capital à l’interprétation des décès pendant ce conflit hautement meurtrier, c’est que les soldats Nazis ont bénéficié de la « Pervitin », une drogue fabriquée par les chimistes allemands capable de faire travailler un soldat H24 pendant une semaine sans dormir. Ca aide beaucoup, mais ça n’a pas suffit face au froid sibérien du front de l’Est.
        Pour en revenir au business américain, pendant et après la seconde guerre mondiale, grâce aux accords de Bretton-Woods, l’Oncle Sam a fait de sa monnaie un étalon mondial adossé sur l’or jusqu’en 1971, et le plan Marshall a permis de faire tourner l’industrie et l’économie américaine à pleins tubes. Seconde guerre mondiale = gros business pour les USA. En attendant, ce sont les soviétiques qui ont défaits les Nazis au prix de pertes colossales, et qui sont remontés sur l’Allemagne, et les pays satellites nazis dont la Pologne. Et ce sont toujours ces mêmes Soviétiques qui ont libérés les Juifs rescapés des camps d’extermination nazis. Les alliés dont les Soviétiques ont ensuite mis en place le procès de Nüremberg. Il faut rendre à César ce qu’il lui appartient et arrêter de gober naïvement la propagande américaine qui est une formidable machine à laver les cerveaux. D’où l’intérêt de bien connaître l’Histoire et la Géographie, ce qui est le thème de ce billet. Qui a parlé des viols commis par les GI’s sur le sol français ? Personne. Sujet tabou. Qui a forcé les pays d’Europe a recevoir des bases américaines qui perdurent jusqu’à aujourd’hui et qui sont équipés d’ogives nucléaires pointées sur la Russie ? Les USA (qui se sont autoproclamés grands vainqueurs et qui voulaient coloniser ni plus ni moins l’Europe…ce qu’ils ont fini par faire par la structure ectoplasmique qui s’appelle « L’Union Européenne »). Qui a tapé du poing sur la table pour fermer les bases militaires américaines installées sur le sol français ? Le Général de Gaulle.
        Tout ça, on ne le verra jamais dans une production hollywoodienne.

  5. Alors contre-argumentez en vous appuyant sur des faits plutôt que de faire part de vos préférences politiques dont on se contrefout comme de notre première chemise. Je ne « poste » pas de Moscou mais j’écris du 11ème arrondissement de Paris où j’ai mes bureaux.

    • Avec un PIB quasi équivalent à l’Espagne ( chiffres 2020) , faudrait peut-être remettre la Russie à sa vraie place dans l’économie mondiale . Elle n’a d’intérêt pour la chine que les immenses terres cultivables pour nourrir sa population .
      Mais , en restant poli , je dois sans doute dire n’importe quoi ….!

      • Si vous prenez le PIB en PPA (parité de pouvoir d’achat) de la Russie (6ème PIB mondial) et si vous intégrez le fait que la plupart des services publics sont gratuits pour les citoyens russes, vous vous apercevrez que votre affirmation doit être modulée fortement (dois-je sortir le lien Wikipedia sur le PIB en PPA des principaux pays ?). De plus, ce pays n’a pas de dettes contrairement au nôtre (si vous êtres français) qui a officiellement environ 4500 milliards d’euros de dettes officielles + les dettes camouflées (le « hors-bilan ») ce qui correspond à 3 années de PIB (même commentaire pour l’Allemagne qui a avec son hors-bilan environ 10,000 milliards d’euros de dettes + ses deux plus grosses banques qui ont fusionné sont plombées par des prêts pourris irremboursables). Rajoutons à cela que la Russie a 11 fuseaux horaires et les plus grandes réserves minérales de la planète pour une population qui excède tout juste celle du Japon…pas mal pour un pays prétendument pauvre, non ? Alors la comparaison par rapport à l’Espagne, c’est vraiment du grand n’importe quoi…désolé.

      • il y en a qui ne se sont jamais remis de l’échec cuisant du communisme
        et le régime actuel n’a rien de très rassurant, la course aux armements bat son plein, comme au plus beau temps de la dictature du peuple
        Les Polonais ont quelques raisons de se méfier de l’ogre russe, avoir un tel voisin n’est pas un gage de tranquillité, les ukrainiens en savent quelque chose
        bien sur quand le grand vizir est un ancien du KGB, pas de raisons que cela change

    • @joletaxi : vous être certainement un transfuge de la CIA ou payés par les USA pour désinformer et diaboliser la Russie. Dîtes-nous ce que vous pensez des crimes de guerre des Etats-Unis dans le monde, à commencer par Hiroshima et Nagasaki, en passant par les guerre du Vietnam et de Corée, de Yougoslavie, de l’Afghanistan, l’Irak ,la Syrie, la Libye, et je dois en oublier… et ensuite comparez les destructions et les millions de morts causées par les Américains avec celles de la Russie moderne qu’on rigole un peu. Pour vous aider, une petite page de Wikipedia pour vous rafraîchir la mémoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_de_guerre_des_%C3%89tats-Unis#:~:text=Au%20total,%20les%20seules%20pertes,12%20500%20ont%20%C3%A9t%C3%A9%20bless%C3%A9s.
      Bon courage !

      • Note : je vous fais grâce du massacre des millions d’Amérindiens et de celui des esclaves noirs ramenés de force aux USA…ça simplifiera vos calculs qui démarreront à partir de 1945.

      • à force, on fatigue…on est dans le cas de figure d’une discussion avec un témoin de Jehova

        vos pseudo arguments, éculés, ont tellement servi, qu’ils ne trompent plus personne
        vive la grande démocratie russe et son « conducator « éclairé
        mais gardons espoir, ils vont bien finir par se friter avec l’autre grand démocrate chinois, d’ailleurs, à l’Est, la présence chinoise va devenir »préoccupante »,
        Vlad , s’il ne veut pas que son bon peuple crève de faim, ce dont les dirigeants précédents se fichaient éperdument, mangera dans la main du bon XI…. nous aussi d’ailleurs

  6. Il est des gens naïfs qui croient que l’histoire est le récit exact des faits du passé. Ils semblent ignorer que le monde est, depuis longtemps, régi par le mensonge et que le désordre de la société actuelle en est la conséquence.
    Il est curieux d’étudier comment cet ordre de choses a commencé, quels ont été les mobiles des premières erreurs voulues, et quels hommes, les premiers, ont eu l’audace de les écrire.
    (…)
    NB : Afin de faire toute la lumière sur les véritables « barbares » de la seconde guerre mondiale, voir l’ouvrage de Saint-Loup, « Hitler ou Juda ? Un second procès de Nuremberg ».
    À propos de la guerre de Sécession, qui n’a réglé aucun des problèmes américains et surtout pas la question noire (on peut aisément s’en apercevoir encore aujourd’hui), nous aurions tort de réduire ce conflit Nord-Sud à une lutte simpliste, c’est-à-dire entre adversaires et partisans de l’esclavage, ainsi que les « vainqueurs » tentent, par tous les moyens de nous le faire croire depuis des années. Rappelons simplement que l’étendard de la Confédération, le Stars and Bars, comportait treize étoiles représentant chacun des douze états du Sud, la treizième correspondait à la nation indienne constituée par la totalité des tribus qui, en quelque sorte, étaient venues chercher refuge auprès des « affreux esclavagistes » du Sud, afin d’échapper au génocide des « généreux libérateurs » Nordistes.
    Les indiens d’Amérique, bien avant certains, avaient compris que les « Yankees » représentaient avant tout et par-dessus tout, une civilisation mercantile et cynique, basée sur le profit à n’importe quel prix : la civilisation « rapace » de l’aigle pygargue, devenu depuis l’emblème national des USA.
    « L’Amérique allait naître de ce conflit (la guerre de Sécession) dans lequel sombrerait une civilisation… Mais le Nord vainqueur demeure l’ennemi haï et défié, dans la mesure où il représente une civilisation mercantile, basée sur le profit, par opposition à la civilisation aristocratique du Sud, basée sur l’honneur. » (James Mc Pherson, La guerre de Sécession)
    Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des évènements.
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

      • Vous prêtez des intentions aux gens car vous êtes relativement inculte et vous faites de la direction d’intention comme les Jésuites car vous n’avez aucun argument à faire valoir (quand on ne peut pas discuter du fond, on base tout sur la forme). Votre discours est du type pamphlétaire. Ce qui veut dire que vous ne savez pas argumenter et donc vous ne savez pas disserter (dissertation, vous savez le truc qu’on apprend à l’école et qu’on passe au lycée, au Bac de Français : introduction, thèse, antithèse, synthèse, conclusion), ce qui se devine facilement par votre style, votre orthographe et votre grammaire…je pense au jugé que vous devez être un type qui n’a pas fait d’études -du moins supérieures- et qui a dû cravacher comme un dingue toute sa vie pour essayer de réussir dans quelque chose -dans les affaires probablement, le petit commerce probablement- histoire de se faire respecter et de camoufler son manque d’instruction. Cela se voit tout de suite car votre perception des choses se base sur des croyances idéologiques, et votre admiration béate de la culture américaine qu’on devine derrière vos critiques me font penser que vous avez dû grandir dans un environnement propice à la propagande américaine…peut-être la Belgique ou encore le Canada ? En tous cas, il y a peu de chances que vous soyez français.
        Je ne serais pas surpris si vous êtes également fan de Johnny Hallyday, que vous aimiez les grosses bagnoles bling-bling et les motos du genre Harley-Davidson.
        Ce qui me désole pour vous, c’est que vous avez dû être biberonné au rêve américain. Je vais vous montrer ce qu’est devenu « The American Dream » et « The American Way of Life » en quelques images ci-dessous (on va voir Los-Angeles, capitale de la Californie et donc le fer de lance des nouvelles technologies US et Detroit, l’ancienne capitale de l’automobile).
        Accrochez votre ceinture, ça décoiffe !

      • prétentieux ,arrogant, insultant, vous cochez toutes les cases… comme tous les décérébrés gauchistes,

  7. Conclusion personnelle à ce billet très instructif : l’ignorance est le plus grand danger auquel les démocraties sont confrontées (ignorance des populations, et ignorance des dirigeants).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s