Brève. « Scandale nucléaire » en Chine ? Fake-news ?

La société française Framatome, partenaire avec EDF de la construction des deux EPR de Taishan en Chine, a envoyé un courrier à la chaine américaine CNN bien connue pour sa recherche de scoops pour l’informer que l’un des réacteurs rejetait de la radioactivité au delà des normes permises. Framatome n’a pas cru ni opportun ni élégant d’en informer les autorités chinoises avant cette « fuite » d’une information provenant comme on pouvait s’y attendre de l’AFP, agence elle-même avide de sensationnel. C’est tout simplement consternant quand on constate que le sieur Jadot en France, farouche opposant au nucléaire , a repris l’information pour en faire des gorges chaudes.

Il faut mettre les choses au clair. Le réacteur d’un EPR contient 241 assemblages de combustible et ces assemblages comportent chacun 265 « crayons », des tubes en acier au zirconium contenant des pastilles d’uranium naturel et également enrichi en isotope 235. Il est prévu lors du fonctionnement d’un réacteur nucléaire qu’un des crayons puisse se fissurer et laisse alors échapper du xénon-135 dont la demi-vie est de 9 heures. À côté de ce xénon les réacteurs nucléaires rejettent également du tritium. Les quantités rejetées sont toujours infimes et parfaitement contrôlées. Il existe des normes strictes relatives à ces émissions dans l’atmosphère dans quel pays que ce soit y compris en Chine dont les installations électro-nucléaires sont régulièrement inspectées par les ingénieurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Normalement les assemblages sont tous contrôlés au cours de ce qui est appelé un « sipping-test ». Il consiste à introduire l’assemblage dans un tube vertical équipé d’une multitude de microphones ultra-sensibles et d’établir une dépression dans ce tube. Si un crayon est fuyard l’analyse des données sonores permet de localiser le crayon et de le changer le cas échéant. Tous les assemblages de combustibles sont soumis à ce contrôle.

Les autorités chinoises n’ont rien observé d’anormal et n’ont fait état d’aucune alerte au niveau du site de Taishan. EDF, partenaire à hauteur de 30 % de ce projet n’a pas commenté le message de Framatome. Il pourrait s’agir d’une malveillance de la part d’un des employés de cette société compte tenu de l’indélicatesse du procédé utilisé. Il est nécessaire d’ajouter ici que Framatome est le maître-d’oeuvre de l’îlot nucléaire de Flamanville dont la mise en fonctionnement est retardée pour des problèmes de soudures et que l’EPR finlandais dont l’îlot nucléaire était également confié à Framatome n’est toujours pas raccordé au réseau. Encore une « fake-news » pour occuper l’opinion ou fait-elle ressortir un profond malaise au sein de Framatome ? Il est vrai que « Fra » a de quoi être au bord de la dépression puisque le projet Hinkley Point C devra être assuré dans les temps et les vieilles querelles entre EDF (qui a démenti toute fuite sur le site de Taishan) et cette société n’ont jamais cessé depuis la construction du premier PWR, en l’occurence Fessenheim-1 qui a été mis en liquidation à la suite d’une saute d’humeur électorale de Sarkozy reprise par Hollande puis Macron.

5 réflexions au sujet de « Brève. « Scandale nucléaire » en Chine ? Fake-news ? »

  1. Ping : Brève. « Scandale nucléaire » en Chine ? Fake-news ? – Qui m'aime me suive…

  2. Les  » anti-nuc. » dans mon entourage se sont empressés d’évoquer le danger du nucléaire, tout en revenant bien évidemment sur l’accident de Tchernobyl, et l’incident de Fukushima, les 2 seuls  » accidents ? Incidents ?  » de l’histoire du nucléaire civil.
    Bien entendu, ils ne font aucune allusion aux conséquences économiques, sanitaires et environnementales d’un remplacement utopique du nucléaire par de l’éolien et du solaire ; qui resteront à jamais de l’énergie intermittent et non stockable !
    Ils ne veulent pas non plus de l’énergie thermique qui pollue — sans aborder toutefois la question  » climatique « . Auraient-ils des doutes à ce sujet ? On peut l’espérer !
    Climatiquement vôtre. JEAN

  3. Le laboratoire P4 de Wuhan : une histoire française
    https://www.franceculture.fr/sciences/le-laboratoire-p4-de-wuhan-une-histoire-francaise
    La société française Framatome, partenaire avec EDF de la construction des deux EPR de Taishan en Chine,
    https://jacqueshenry.wordpress.com/2021/06/15/breve-scandale-nucleaire-en-chine-fake-news/#comments
    La France est quand même grandement impliquée dans ces histoires de fuites en Chine qui finiront par mettre nos scientifiques , industriels et notre avenir économique par terre

  4. A la veille de la rencontre Biden-Poutine à Genève, cette nouvelle amplifiée par les médias occidentaux sert de propagande à l’OTAN qui vient d’identifier un nouvel « axe du mal » : celui qui passe par la Russie et …la Chine justement (on appréciera la métaphysique quasi-religieuse des techniques de diabolisation américaines qui parlent « d’axe du mal » (« axis of evil »), en utilisant des termes qui sortent de la Bible ou de la Thorah…Bush fils avait utilisé le même vocabulaire pour faire passer sa stratégie belliqueuse contre le Moyen-Orient suite aux attentats du 9/11 qui n’ont évidemment jamais été commis par les deux pelés et trois tondus saoudiens, saouls la plupart du temps et incapables de piloter un Cesna). On peut donc conclure que cette info est une intox qui a pour but de casser les relations entre la Russie et la Chine qui sont les deux seuls pays vraiment en pointe dans le domaine de l’industrie nucléaire (la France était en pointe avant que Jospin ne mette un terme aux sur-générateurs il y a une vingtaine d’années pour faire plaisir à ses copains écologistes). On remarquera également que l’OTAN fait tout son possible en ce moment pour provoquer militairement la Russie et la Chine. Ce jeu malsain risque de mal finir, en défaveur bien entendu des Américains qui ont élu une momie incapable de monter un escalier tout seul mais capable de se perdre dans un espace de 10 mètres carrés, comme on a pu le constater pendant le sommet du G7 alors que ce monsieur qui commence à sucrer les fraises cherchait désespérément l’espace restaurant pour VIP, avant que sa femme ne lui mette la main dessus. Avec des branquignols pareils à la tête des pays les plus riches du monde, moi je dis qu’on est franchement mal barrés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s