SARS-CoV-2 : une étude en provenance d’Israël est une véritable bombe

Avec Sahar Gavish, statisticien, le Docteur Steve Ohana, économiste, s’est penché sur les décès dus au SARS-CoV-2 depuis la mise en place de la vaccination à grande échelle contre ce virus avec la technologie nouvelle dite à ARN messager. Sur les 212 pays que compte la planète Terre, seuls ont été retenus ceux utilisant exclusivement ce type de vaccin (tableau ci-dessous). La mortalité provoquée par le coronavirus a été prise en compte seulement après un délai de 120 jours après administration de la première dose (au moins) du vaccin. Le nombre de doses injectées a été homogénéisé en considérant le nombre de ces doses / 100 personnes et la mortalité, toujours dans un but d’homogénéisation, a été exprimée en nombre de morts par million de personnes et par an puisque l’étude a été étendue entre 30 et 120 jours après la première dose de vaccin. Et cette mortalité ainsi exprimée a été comparée à celle répertoriée dans les mêmes populations avant toute vaccination avec la même unité de mesure par million et par an.

Les résultats sont étonnants pour ne pas dire déroutants. Si on considère les pays où le taux de vaccination est le plus élevé 120 jours après le début de la campagne de vaccination rapporté à 100 habitants on constate par exemple qu’aux Seychelles le nombre de morts (par an et par million) avant vaccination était de 12 et après vaccination de 1031. Pour Israël, par ordre décroissant de ce taux de vaccination, mêmes figures : avant vaccination, 445 morts par million et par an et après vaccination 1059. Arrive ensuite les Emirats arabes unis : 292 et 82, puis Malte : 614 avant vaccination et 1102 après ces 120 jours suivant le début de la vaccination.

Peu de pays échappent statistiquement à cette situation. Il s’agit du Liechtenstein, de Panama, de l’Arabie saoudite, Singapour, l’Islande et curieusement mais de manière non significative du Royaume-Uni de la Belgique et des Etats-Unis. À croire que ces derniers pays ont largement surestimé le nombre de morts par coronavirus avant le début des campagnes de vaccination. La Principauté de Monaco se distingue car le nombre de morts enregistrés 120 jours après le début de la vaccination est 4 fois supérieur à celui ayant été enregistré avant cette vaccination.

Quelle conclusion en tirent ces deux auteurs ? Tout simplement que plus le nombre de doses administrées – de 0 à plus de 120 – rapporté à 100 habitants est élevé plus la mortalité augmente. La question qui se pose alors est la suivante : ces vaccins à ARN protègent-ils vraiment les personnes ou bien sensibilisent ces mêmes personnes à tel point qu’elles développent ultérieurement une forme grave de cette maladie si elles entrent en contact avec le vrai virus ? Cette situation rappelle étrangement le scandale du vaccin mis au point par la firme Sanofi pour protéger contre la dengue. Des essais en phase III ont été réalisés aux Philippines auprès de dizaines de milliers d’enfants. Ayant été ultérieurement en contact avec l’un ou l’autre des virus (il en existe 4 sérotypes différents) plus de 2000 d’entre eux en sont morts car ils ont développé une forme grave de cette fièvre hémorragique. Leur système immunitaire a été hyper-sensibilisé à l’une ou l’autre forme du virus car le vaccin de Sanofi était sensé protéger contre les 4 formes de ce virus. Ces pseudo-vaccins anti-coronavirus qui ne sont que quelques microgrammes d’un brin d’ARN codant pour la protéine spike d’attachement du virus sur la surface cellulaire ne provoqueraient-ils pas ce genre de cas de figure ?

Source et tableau : https://steve-ohana.medium.com/have-covid-vaccines-saved-lives-a-cross-country-approach-b6b38754e181 (trouvé sur le web via France-Soir)

11 réflexions au sujet de « SARS-CoV-2 : une étude en provenance d’Israël est une véritable bombe »

  1. « Peu de pays échappent …mais de manière non significative … le Royaume-Uni … »

    Le début de la vaccination est mi décembre (je crois) pour le UK, et la différence de mort du covid entre eux et la France était alors de +5000 (pour eux). A la mi-mai 2021, on est passé à … +20000 selon WorldOMeter.
    Bien sûr, on peut toujours arguer que si on n’avait rien fait çeut été pire, mais comparé à la gestion française, c’est à voir…

    PS: Je recommande (comme d’autres l’on fait) ce site Youtube d’un statisticien (« Décoder l’éco ») qui évalue la mortalité par covid compte tenu de la démographie et des crises épidémiques précédentes. Sa conclusion est mi figue mi raisin : « pourquoi suis je le seul à remarquer que la mortalité du covid est équivalente aux pics de grippe précédentes (à données comparables) ? »

  2. La conclusion est claire, nette et sans appel : la protéine Spike est une protéine pathogène et l’injecter revient à inoculer la maladie (avec un pouvoir pathogène certes plus faible car on l’injecte sous forme d’ARN messager, donc sous forme incomplète, mais la maladie est injectée tout de même).
    Par contre, les enfants qui vont hériter de ces morts prématurées ne vont certainement pas porter plainte. C’est un élément dont personne ne tient compte.
    Autre élément dont personne ne tiendra compte, ce sont les économies en pensions de retraites que ces morts prématurées vont faire profiter aux Etats qui comme la France ont un système par répartition et qui ne vont pas pleurer ces morts trop précoces.
    Beaucoup de personnes finalement vont profiter de ces décès provoqués et au total, peu de gens iront s’en plaindre.
    Difficile dans ces conditions de dire à qui profite le crime.
    C’est pourquoi ce plan est diaboliquement bien construit.

    • Pour ce qui est des systèmes de retraite capitalistiques, genre fonds de pension type Black Rock et compagnie, je vous laisse conclure comme des grands, vous allez vous marrer un grand coup quand vous aurez compris l’entourloupe.

      • Facile à comprendre en effet: les caisses de retraites toutes confondues, françaises, ont fait l’économie de 3 milliards d’euro avec tous les morts par coronavirus dont l’âge médian était de plus de 82 ans et c’est exactement la même situation pour l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Belgique ! Je n’en dirai pas plus ….

  3. On a commencé à vacciner les gens essentiellement en hiver.
    Ca n’est peut-être pas un hasard ! On sait que la charge virale diminue à l’arrivée du printemps.
    Ainsi l’amélioration de la situation épidémique est due, non pas à la saison, mais bien aux vaccins !
    Vivent les vaccins !
    J’ai cru percevoir en la personne de Richard Boutry { France Soir }, la manifestation d’un tant soit peu de contrariété vis à vis de ce pauvre Laurent Alexandre, qui personnifie pourtant le symbole d’un vrai mèdecin intègre :

    Covidement vôtre. JEAN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s