Le secret du Pyrethrum enfin dévoilé

Le « pyrethrum » est une décoction des fleurs séchées de la famille des chrysanthèmes (Tanacetum cineraariifolium) connues depuis des centaines d’années pour ses propriétés toxiques à l’égard des moustiques et pour ses propriétés répulsives. La matière active toxique pour les insectes a été identifiée, largement étudiée et exploitée, il s’agit des pyréthrines I et II. Cependant l’effet légèrement répulsif de la décoction traditionnelle n’avait jamais été élucidé jusqu’à une étude récente plurinationale comprenant des biologistes américains, chinois, japonais et brésiliens (lien en fin de billet). Pour étudier les récepteurs olfactifs du moustique il s’agit d’un véritable défi car ces récepteurs se trouvent sur des cils microscopiques tapissant le tronc de l’antenne de l’insecte. Il a fallu mettre au point une technique électrophysiologique utilisant des électrodes microscopiques pour être capable de détecter le potentiel d’action des terminaisons nerveuses tapissées de récepteurs olfactifs. Le moustique utilisé dans cette étude a été l’anophèle gambiae après avoir vérifié que le gène codant pour la protéine réceptrice était bien conservé parmi les espèces de moustiques vecteurs de maladies virales ou parasitaires.

Au cours de cette étude il a été montré que bien que non répulsifs les pyrèthres eux-mêmes agissent au niveau des cils olfactifs des antennes du moustique en bloquant également les canaux sodium des terminaisons nerveuses de ces cils. Il a alors été nécessaire d’identifier le produit répulsif contenu dans l’extrait appelé pyrethrum puisque cet extrait de chrysanthèmes séchées ne semble pas lui-même présenter de propriétés répulsives. La molécule chimique identifiée est le (E)-beta-Farnesene (EBF) qui provoque une forte réponse électrophysiologique au niveau des cils sensoriels des antennes du moustique :

Ces travaux d’une minutie extrême ont donc ouvert la voie vers la synthèse de nouvelles classes de répulsifs comme par exemple le citronellyl cyclobutanecarboxylate récemment mis au point, un dérivé du citronellol. Source et illustrations : https://doi.org/10.1038/s41467-021-22847-0

6 réflexions au sujet de « Le secret du Pyrethrum enfin dévoilé »

  1. Ping : Le secret du Pyrethrum enfin dévoilé – Qui m'aime me suive…

  2. Je ne sais pas si c’est moi, mais quand je regarde la liste des auteurs dans les publications scientifiques américaines, j’ai l’impression que la moitié des étudiants en doctorat et chercheurs aux USA sont chinois ou d’origine chinoise. Le Pentagone, le FBI et la CIA ne s’en inquiètent pas ? Ah non, bien sûr, suis-je bête, j’avais oublié, ils préfèrent en ce moment titiller les Russes et faire des misère aux Iraniens.

    • Eh oui! Il suffit pour comprendre de regarder autour vous, ici chez nous:
      Qui bosse et se pose des tas de questions?, qui n’en fiche pas une ou a remisé sa curiosité au placard…..
      Si vous voulez faire tourner un pays, une industrie, une compagnie, un institut, la recherche, il vous faut des « compétents »…qui bossent….CQFD

      • Depuis que je tiens ce blog j’ai élargi mon champ de connaissances d’une manière que je n’aurais jamais imaginé auparavant. Je vous cite un exemple vécu. J’ai, comme une majorité d’hommes de mon âge, des problèmes de prostate. Quand l’oncologiste qui traitait mon cas m’a prescrit de la triptoreline, un analogue du GHRH (Gonadotropin hormone Releasing hormone) qui inhibe la production de testostérone chez l’homme et d’estradiol chez la femme, il a été surpris que je connaisse très bien ce produit. Quand je lui ai dit qu’il serait plus adapté que procéder à une injection tous les 4 mois au lieu de deux fois par an en raison de la demi-vie du produit de 85 jours il m’a répondu (ce con !) que ça coûterait trop cher … et que le protocole c’était le protocole. Croyez-vous que le dermatologue qui a traité mes problèmes de pieds à la fin du printemps dernier s’est posé la moindre question ? Non, car les médecins n’ont pas le temps de faire de la bibliographie : ils travaillent 12 heures par jour pour payer leurs impôts et payer les traites de la Porsche qu’ils ont offert à leur épouse. Voilà la médecine actuelle.

  3. Certains disent peut être à juste titre que la politique universitaire visant à favoriser les descendants des esclaves dite discrimination positive était une façon détournée de discriminer négativement les asiatiques dont la réussite scolaire est indéniable. Il suffit de regarder les chaînes de télévision américaines pour constater l’excellence des élites asiatiques… souvent au teint un peu plus clair qu’à Pékin ou Tokyo !

    • Carrément d’accord ! C’est indéniable, les élites asiatiques sont remarquables, ça me rappelle ce que disait le Pr Raoult sur la recherche en Chine : 10 ans d’avance que le reste du monde…d’ailleurs, les Chinois viennent coup sur coup d’envoyer une sonde sur la lune avec récupération d’échantillons, un tronçon de station spatiale, et une sonde sur Mars…excusez du peu 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s