Vaccins anti-SARS-CoV-2 : massacre de masse !

Aux USA seulement, à la date du 16 avril 2021 le décompte morbide des effets de que l’on appelle communément le vaccin anti-SARS-CoV-2 qui n’est pas un vaccin au sens où l’entendaient Pasteur et ses successeurs mais une thérapie génique, voici le décompte des morts signalés au CDC (Center for Disease Control) et compilé par le National Vaccine Information Center :

À titre de comparaison entre le premier janvier 2005 et le 30 novembre 2020, toujours aux USA le nombre de morts occasionnés par des vaccinations a atteint 3446, la moitié des morts étant des enfants de moins de 3 ans :

Donc en ce qui concerne le SARS-CoV-2, au 16 avril 2021 le nombre morts (3186) a presque atteint en un an le nombre de morts répertoriés en 16 ans tous vaccins confondus auparavant. Le vaccin anti-SARS-CoV-2 a donc tué, en considérant ces données brutes temporelles, 11 fois plus de personnes que tous les vaccins classiques et comme les enfants de moins de 3 ans ne sont pas vaccinés contre le coronavirus c’est en réalité 22 fois plus de morts qu’il faut déplorer si on s’en tient aux statistiques fournies par VAERS. Les calculs se compliquent si on considère maintenant le tableau récapitulatif ci-dessous :

Le nombre de morts « officiels » répertoriés par le CDC est en réalité de 3486 et selon ce tableau les vaccins à ARN messager ont tué 48,5 fois plus de personnes que tous les autres vaccins confondus et en omettant les enfants de moins de 3 ans c’est donc 97 fois plus de morts alors que le nombre de personnes concernées par les vaccination de routine, essentiellement des enfants, était identique aux 67 millions de naissances durant la période 2005-2020 aux Etats-Unis. Sur cette même période figurant dans le tableau ci-dessus la palme du crime revient à Pfizer/BioNtech avec 1540 décès suivi de Moderna avec 1474 décès. Considérant le nombre de doses, 116 millions pour Pfizer, 97 millions pour Moderna et 8 millions pour Janssen, soit 110 millions de personnes qui ont reçu deux injections c’est de loin Moderna qui décroche le premier prix pour cette administration criminelle d’un vaccin expérimental dont les effets sur le long terme n’ont jamais été étudiés et pour cause les permis de commercialisation répondaient à un caractère d’urgence. Les fabricants, toujours dans le cadre de l’urgence sanitaire, ont été déchargés de toute responsabilité juridique. Ce sont donc les autorités politiques qui sont des criminels en série. Or ces décideurs politiques ne sont pas censés respecter le Code de Nuremberg (ci-dessous en anglais) et ils le sont encore moins puisqu’ils ont été manipulés par les médias contrôlés par les puissances financières qui elles-mêmes contrôlent les laboratoires pharmaceutiques avec l’approbation « bienveillante » de Bill Gates. Il est impossible de trouver des statistiques concernant les pays européens mais ces figures provenant des USA s’appliquent peu ou prou à l’Europe occidentale.

Devant de tels résultats catastrophiques continuer à obliger les populations à se soumettre à la vaccination avec ces produits à ARN messager est criminel et contraire au Code de Nuremberg. L’argument avancé par les décideurs politiques est le suivant : il n’existe pas de traitement contre ce virus. Mais c’est encore de la propagande de la part du lobby pharmaceutique. L’Inde et le Brésil, confrontés à des mutants apparemment plus dangereux que la souche originelle viennent de décider de traiter massivement les populations avec de l’ivermectine ou le cocktail hydroxychloroquine + azithromycine pour juguler l’épidémie. Cette décision était d’autant plus urgente que tous ces produits à ARN messager ne protègent pas les personnes contre ces nouveaux mutants puisqu’ils ont tous été confectionnés à partir de la séquence du coronavirus isolé à Wuhan et publiée au début du mois de janvier 2020 par les biologistes chinois.

Pour revenir à Moderna le CEO de ce laboratoire, Stéphane Bancel, a déclaré sur le site Yahoo Finance que « son » vaccin nécessiterait des rappels pour maintenir la protection immunitaire dès l’automne 2021 mais qu’il faudrait attendre le printemps 2022 pour que les populations disposent d’une nouvelle formule tenant compte des nouveaux mutants pour des rappels annuels. Ben voyons ! Source partielle : globalresearch.ca

25 réflexions au sujet de « Vaccins anti-SARS-CoV-2 : massacre de masse ! »

  1. Je ne suis pas spécialiste en biologie moléculaire, je comprends à peine et vaguement comment une cellule vivante fonctionne. Mais je me pose une question toute bête de néophyte : si je fais fabriquer à mes cellules la protéine S qui est responsable de la virulence d’un micro-organisme pathogène pour moi et qui induit le Covid-19, comment mon système immunitaire va-t-il considérer cet organisme ? Normalement, comme il est fabriqué avec une protéine S issue de mon métabolisme, mon système immunitaire devrait considérer le pathogène comme une partie de lui-même, auquel cas il ne fait rien. Ou alors s’il attaque ce pathogène, cela revient à créer des processus d’auto-immunité dommageables, ce qui n’est pas terrible. S’il ne l’attaque pas, c’est la porte ouverte à la maladie, car on a obligé l’organisme à ne pas lutter contre le pathogène.
    Dans les trois cas, on est dans la pathologie et pas la guérison.
    Alors, quel est le fondement conceptuel de l’injection d’ARNm comme agent thérapeutique ?
    J’ai vraiment du mal à comprendre la stratégie de guérison de Pfizer-Bio&Tech et de ModeRNA, présentée par les médias comme une révolution scientifique qui va ouvrir la voie à des vaccins 2.0.

    • Petite précision : je ne suis pas le seul à me poser ce genre de questions, des généticiens spécialistes de l’ARN de la trempe d’Alexandra Henrion-Caude parlent de ces phénomène en utilisant un jargon compliqué qui me dépasse mais en gros, il s’agirait « d’anticorps facilitateurs » qui vont justement réduire l’action du système immunitaire et rendre les vaccinés encore plus sensibles au Covid-19 après une certaine période de latence.

      • Si la vaccination conduit à faciliter l’infection par le pathogène (le SARS-Cov2), alors cette vaccination devrait s’accompagner d’une augmentation significative de la mortalité, ce qui semble effectivement être le cas comme on l’a vu dans ce billet (en France, le Dr Gérard DELEPINE étudie également de près sur le plan statistique ce problème très grave qui a été éludé par les instances gouvernementales et médias internationaux).

    • La technologie est très bonne contre le cancer. Contre un virus, c’est moins évident.
      Le problème est dans le court-circuit des lymphocytes T qui ne semblent pas sollicités.

      • @dupontg : Pour répondre à votre question, n’étant pas expert du sujet, je vous fais un copier-coller d’un site de l’INSERM au sujet des vaccins Pfizer/Moderna :
        « dans le cas de ces nouveaux vaccins, il s’agit de faire produire les fragments d’agents infectieux directement par les cellules de l’individu vacciné. Pour cela, ce n’est pas le virus dans sa forme atténuée qui est injecté mais seulement des molécules d’ADN ou d’ARN codant pour des protéines de l’agent pathogène.
        Les cellules de la personne vaccinée localisées au niveau du site d’injection (principalement les cellules musculaires et les cellules du système immunitaire) sont alors en mesure de fabriquer elles-mêmes lesdites protéines, choisies en amont pour leur capacité à déclencher une réponse immunitaire significative et protective. Le candidat vaccin de Pfizer/BioNTech comme celui de Moderna sont des vaccins à ARN. Ils reposent sur l’injection d’un ARN messager codant pour la protéine Spike présente à la surface du coronavirus SARS-CoV-2. Cette protéine constitue la « clé » permettant au virus de s’accrocher aux cellules puis d’y pénétrer et de les infecter. Ce choix d’un vaccin à ARN plutôt que d’un vaccin à ADN a été fait pour que la protéine Spike puisse être produite directement dans le cytoplasme des cellules de la personne vaccinée, sans passer par le noyau ».
        https://presse.inserm.fr/les-vaccins-a-arnm-susceptibles-de-modifier-notre-genome-vraiment/41781/

      • merci
        la video que je vous ai mise en lien du Dr Christian VÉLOT decrit de façon plus precise tous les mecanismes de vaccinations existants ainsi que les composants du virus mis en jeu…tres bien expliqué et facile à comprendre

      • @dupontg : merci, le Pr VELOT de Paris Saclay est un excellent vulgarisateur. Il n’a pas répondu à ma question sur les risques de maladies auto-immunes liées à l’utilisation de vaccins à ARN, mais pour quelqu’un qui n’a pas de bagages en biologie, c’est magnifique. A partir de la minute 38, il évoque la recombinaison génétique des virus in vivo, ce qui est une interrogation sur les effets délétères des vaccins à ARN ou ADN. Il a juste oublié de mentionner que les Russes ont 30 ans de travaux derrière eux dans le développement du Spoutnik V. Sinon c’est parfait. 🙂

  2. 1540 décès pour 97 millions de vaccinés (Moderna) sauf erreur grossière de ma part ça nous fait 1,5 décès pour 100 000 ce qui est quand même bien inférieur aux 2% de probabilité de décéder si on est contaminé par le virus (chiffres worldmeter : 3,2 millions de morts pour 153 millions de contaminés officiels) . Donc globalement l’opération resterait rentable et vaudrait le coup d’être tentée . Ceci ne vaut bien sûr que pour la première phase de la vaccination sans tenir compte d’effets retard ultérieurs .

    • Le rapport risque/bénéfice semble satisfaisant encore faut-il être certain que des sujets vaccinés ne seront jamais contagieux au cas où ils sont à nouveau contaminés par un mutant nouveau : on n’en sait rien ! Donc j’ai des doutes légitimes …

      • De mémoire, pour l’Europe, et pour l’instant (ça risque de vite changer en fonction de la progression des campagnes de vaccination), on a autant de chances de mourir du Covid-19 que de la vaccination anti-Covid…les probabilités étant aux alentours de 0.8 % si ma mémoire ne me fait pas trop défaut.

      • @jacqueshenry et je partage les mêmes doutes que vous , mais pas sur la base des effets secondaires actuels qui me semblent relativement bénins aujourd’hui eut égard au risque que ferait courir le vrai virus. Le problème se situe effectivement plutôt sur la possible contagion portée par les vaccinés, la possibilité qu’ils soient des usines à mutants et enfin sur leur sort lors d’une prochaine contamination

  3. Vous qui aimez piquer les américains, eh bien au moins ils font preuve d’un minimum de transparence, sur ce sujet en tout cas.
    Vous aimerez ce cas :
    Ce petit bébé, 5 mois, est décédé suite à la vaccination de sa mère, moins de 24 h après, le bébé qui devait encore téter, a développé un « rash ».
    https://www.medalerts.org/vaersdb/findfield.php?IDNUMBER=1166062

    Il y a aussi une petit fille de 2 ans, je n’ai pas l’ID, quelqu’un l’a?
    Mais qu’est-ce qui leur prend de traiter des enfants? L’hubris leur monte à la tête?

    • Wouahh, le bébé de 5 mois qui a tété le sein de sa mère fraîchement vaccinée au vaccin à ARN de Pfizer développe une maladie auto-immune (un purpura thrombocytopénique, très très méchant comme pathologie) et en meurt le lendemain ! Les anticorps de la mère sont passés dans le sang du bébé apparemment. Et comme je le suspectais, cela provoque une maladie auto-immune. Franchement, je ne les sens pas trop ces vaccins à ARNm. 🙂

  4. Sans compter les 1 cas de myocardite sur 20000 traités chez les jeunes hommes de moins de 30 ans en Israel. 62 hommes +- invalides dans la durée. Et 2 décès.

  5. @Paul-Emic J’ai souffert d’une forme longue du coronavirus et je ne suis pas entièrement guéri après plus d’une année. Je vais voir cette fin de semaine le dermatologue qui m’a soigné. Le problème central ici en Espagne mais également en France est le fait que les médecins, spécialistes ou généralistes ne font pas de bibliographie pour se tenir informés parce qu’ils n’ont pas de temps disponible pour le faire. J’ai lu des douzaines d’articles scientifiques ces derniers mois et vu des dizaines de conférences en particulier celles de l’IHU de Marseille au sujet du coronavirus, croyez-vous qu’un médecin généraliste de ville se tient au courant des progrès de la connaissance ? Savent-ils ce qu’est ce vaccin à ARN message qui n’est pas un vaccin ? Non !

    • Les praticiens n’ont pas le temps de s’instruire en continu, ils ont pour seule source d’information les arguments de vente des visiteurs médicaux des labos pharmaceutiques qui viennent leur présenter leurs nouveautés.
      C’est clair comme de l’eau de roche, ces produits de Pfizer er ModeRNA ne sont pas des « vaccins », mais des « OGM » ou si on préfère des « solutions de micro-organismes de synthèse contenant de l’information génétique à base d’ARN » dont le contenu et le process de fabrication précis sont inconnus car en cours de brevets, et dont les effets ne seront connus qu’en 2023 au minimum.
      En attendant, les premiers effets ne sont pas encourageants : environ 9000 décès en UE au 26 avril 2021 et plus de 220,000 effets secondaires graves non résolus selon l’EMA – European Medicines Agency- ce qui est du jamais vu pour des « vaccins ». Vu la croissance exponentielle des chiffres de décès et des effets secondaires (AVC, accidents cardiaques, thromboses, embolies pulmonaires, thrombocytopénies, etc..) qui sont liés aux systèmes immunitaire et circulatoire, il faut s’attendre à des chiffres cumulés effrayants d’ici l’année prochaine. Sans compter ce qu’on appelle aujourd’hui « le Covid long », c’est-à-dire une asthénie et des troubles divers (essoufflement, baisse de la capacité de travail, de la concentration, de la mémorisation, etc.) qui n’en finissent plus.

    • @jacqueshenry, les médecins généralistes ne se tiennent au courant sur rien ou pas grand chose, je comprends parfaitement que la complexité de cette maladie leur échappe en grande partie . Ça ne les a pas empêchés le plus souvent de renoncer sans broncher à leur liberté de prescription .
      A ce que j’entends ou je lis, la forme longue est assez pénible et je ne peux que vous souhaiter des voeux de bon rétablissement.

  6. Je ne saisis pas cette partie :
    « Le nombre de morts « officiels » répertoriés par le CDC est en réalité de 3486 et selon ce tableau les vaccins à ARN messager ont tué 48,5 fois plus de personnes que tous les autres vaccins confondus »
    Aucun de vos tableaux n’affiche de valeur à 3486 morts, ou j’ai raté quelque chose…

  7. Voyons les choses plus simplement et aussi d’une manière non binaire :
    Les moins de 60-65 ans en France n’ont pas eu de baisse d’espérance de vie et une baisse de 3 mois pour les plus âgés (chiffre Raoult, mais idem pour France pris en globalité).
    Le rapport bénéfice risque semble évident , non ? Ensuite à chacun d’évaluer ses propres sensibilités immunologiques pour faire pencher la balance et prendre une décision.
    Si chacun était rationnel et n’avait pas la trouille alors un petit 30% (à la louche) se ferait vacciner, peu importe le composant (on perd la vie par le tabac et l’alcool -entre autres ! – pourquoi pas avec un vaccin en phase 3 ).
    Seulement voilà avec un tel tapage médiatique on fait croire à un retour de nos « privilèges » de petit bourgeois avec sa soi-disant liberté d’action (en fait de circulation) et de pensée (là je rigole comme Coluche) SI on atteint une immunité collective, non plus de 60%, 70% mais maintenant de 90%.
    Elle est pas belle la banane !!!
    Et notre petit peuple va docilement se faire piquouser, avec cette sempiternelle excuse du « je le fais pour les autres » ; une belle l’hypocrisie qui cache le biais, dans cette attitude, que chacun instaure son passeport sanitaire qui ne pourrait jamais se mettre en place si uniquement les 30% sensible se faisait piquer. Donc, paradoxalement, les non rationnels guidés par leur peur s’imposent leur restriction de circulation…qu’ils vont s’auto-appliquer dans leur smartphone. M’en fous j’en ai pas …mdr.
    La liberté s’arrête où commence celle des autres.

    • même à 90% de vaccinés je vois mal en quoi un « vaccin » qui n’empêche pas d’être contaminé, ni de contaminer les autres et encore moins d’être malade pourrait assurer une quelconque immunité personnelle et collective; « La vérité est ailleurs »

      •  » Si vous ne le faites pas pour vous, ( la vaccination ) faites-le pour les autres !  »
        A partir du moment où je suis ( relativement ) jeune et en bonne santé, j’ai peu de chance d’avoir une forme grave du virus. Donc, je ne le fais pas pour moi !
        Mais pourquoi le ferais-je pour les autres ? Puisque celà ne m’empêcherait pas d’être contaminé ni de contaminer les autres ?
        Il y a une dose de vaccin disponible ! Si li y en a que ça intéresse …… !
        Covidement vôtre. JEAN

  8. Le problème à la base, c’est qu’il ne s’agit pas de vaccins stricto sensu mais de prototypes non finalisés dont on ne connaît pas les effets sur le moyen et le long terme! C’est pour cette raison qu’ils produisent autant de conséquences négatives et de décès! Ceux qui les prennent, jouent le rôle du rat de labo – qui les remercie au passage… mais le pire, c’est que les « vaccinés » sont capables de transmettre des protéines spike sans que les spécialistes comprennent pourquoi – et cela commence à se savoir… par ailleurs, ils produisent des réactions immunitaires comme l’explique en détail le professeur Bhakdi qui a été interviewé par France soir il y a peu et cela risque de très mal se terminer quand les « vaccinés » seront à nouveau en contact de virus de ce type – cf . Sherri Tenpenny, Lee Merritt, J. Mikovits et nombre d’autres médecins et spécialistes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s