Le traitement en ambulatoire précoce du SARS-CoV-2 est efficace !

Un physicien brésilien enseignant à l’Université fédérale d’Espirito Santo au Brésil a exhaustivement analysé l’évolution des deux « vagues » épidémiques de coronavirus dans son pays entre le début du mois d’avril 2020 et la mi-mars 2021 en utilisant les données fournies quotidiennement par les autorités des gouvernements des Etats et du gouvernement central. Aucun préjugé n’a guidé a priori ces analyses. Constatant une différence notoire entre les Etats de Para et de Amazonas, de superficies sensiblement identiques et de conditions climatiques et pluviométriques similaires, différant quant aux populations, 8,7 millions pour Para et 4,2 millions pour Amazonas, l’auteur de cette étude publiée dans l’International Journal of Environmental and Public Health, le Professeur Francisco Emmerich, a tenté de trouver une explication à cette différence illustrée ci-dessous.

Dans ces graphiques le nombre de décès a été rapporté en données brutes (échelle de gauche) et divisée par la population totale de chaque Etat (échelle de droite). Lors de la première vague épidémique le nombre de morts par million d’habitants était sensiblement le même dans chacun des Etats mais lors de la seconde vague la différence est considérable puisque dans l’Etat d’Amazonas le nombre de morts par millions d’habitants était près de 6 fois plus élevé que dans l’Etat de Para. Que s’est-il passé ? Au cours de la première vague les traitements précoces n’ont pas systématiquement comporté de l’hydroxychloroquine ni d’azithromycine ni d’ivermectine alors que ces trois médicaments étaient en vente libre sans prescription. Lors de la deuxième vague les autorités sanitaires de l’Etat de Para ont systématiquement préconisé la prescription d’hydroxychloroquine + azithromycine ou d’ivermectine au stade précoce de la maladie malgré le fait que les tests RT-PCR étaient loin d’être fiables dès l’apparition de symptômes grippaux tels que fièvre et toux sèche. Pendant quelques mois les autorités fédérales ont interdit l’utilisation de ces médicaments, suivant les recommandations de l’OMS, puis sont revenues sur leur décision.

Si le prix de ces médicaments a parfois triplé en raison des difficultés d’approvisionnement les traitements ambulatoires précoces ont été néanmoins assurés dans l’Etat de Para, ce qui n’était pas le cas pour l’Etat d’Amazonas, traitements assurés par les médecins aussi bien du secteur public de santé que du secteur privé. Bref, une diminution d’un facteur 6 de la mortalité par million d’habitants explicable uniquement par la qualité des traitement précoces devrait conduire les pays dits occidentaux. En effet ces pays ont interdit la vente et la prescription de ces produits, hors azithromycine qui est un antibiotique, et le nombre de morts a atteint des records mondiaux, en particulier dans les pays européens. Les gouvernements de ces pays ont adopté des stratégies criminelles en interdisant l’hydroxychloroquine puis l’ivermectine préférant choisir la stratégie de la vaccination alors que personne ne dispose d’études détaillées sur le long terme concernant les effets de ces vaccins d’un type nouveau. Il s’agit d’un autre crime que d’utiliser des populations entières comme animaux de laboratoire ! Juste pour avoir une idée de la culpabilité des dirigeants politiques européens voici quelques chiffres. France 102000 morts, mortalité divisée par 6 avec traitements précoces : 17000 morts, Espagne : 77000 morts → 13000, Italie : 118000 morts → 20000. Pourquoi tous ces morts supplémentaires ?

Source et illustration : https://doi.org/10.3390/ijerph18073371

6 réflexions au sujet de « Le traitement en ambulatoire précoce du SARS-CoV-2 est efficace ! »

  1. En discution avec quelqu’un qui n’est pas plus mèdecin que moi, mon interlocuteur m’a dit que la vaccination était le seul moyen efficace pour lutter contre la covid. A ma suggestion, je lui est dit que les traitements préventifs existaient et étaient connus dès le début.
    Il m’a répondu qu’il n’y avait pas de remèdes, et que même s’il y en avait, c’était trop tard pour la prévention, qu’on avait pas à revenir en arrière et que seul la vaccination était efficace, la balance bénéfice/risque étant largement en faveur de celle-ci.
    Et lorsque je lui est suggéré qu’avec les traitements préventifs, associés à une augmentation de lits de réanimation, on aurait pu sûrement éviter l’épidémie, ou tout au moins diminuer significativement le nombre de victimes ; il ne m’a tout simplement pas crû !
    A noter que mon interlocuteur suit et approuve aveuglément le protocole officiel ; il n’est ni pro, ni anti-Raoult !
    C’est le genre de débat que l’on peut avoir entre citoyens non-initiés, formatés à des nouvelles contradictoires et souvent incohérentes les unes des autres.
    Covidement vôtre. JEAN

  2. Les vaccins sont actuellement en phase III et la fin de cette étape de validation doit durer jusqu’en 2023, pour les vaccins à ARNm de Pfizer et ModeRNA. Toutes les personnes vaccinées avec ces deux produits sont donc des cobayes (qui s’ignorent pour la plupart).
    D’autre part, je réalise qu’à chaque fois qu’on vaccine quelque part avec les vaccins à ARNm, il y a regain de Covid et création d’au moins un nouveau variant encore plus sévère que le précédent (Grande-Bretagne, Afrique du Sud, Brésil, Inde).
    Y aurait-t-il une relation entre injection d’ARNm et sélection de nouveaux mutants, ou est-ce juste un hasard ?

    • Je confirme (merci Jean-Claude) qu’il n’y a pas de fumée sans feu et que la vaccination crée bien des malades, selon cette fois l’analyse plus rigoureuse d’une statisticienne (Christine Cotton, très agréable à écouter car elle a les idées claires) dans la vidéo suivante diffusée par l’excellent France-Soir : https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/debriefing-de-christine-cotton-expertise-des-resultats-des-essais-des-4
      L’augmentation du nombre de malades est abordée aux environ de t = 32 mn, mais la vidéo mérite d’être visionnée depuis le début si on veut comprendre quelque chose aux tripatouillages marketing des gros labos pharmaceutiques.

      • Conclusion : avec ces données, un ministre de la santé un minimum professionnel et un minimum sain d’esprit devrait instamment miser sur la prévention et la médication avec des produits déjà éprouvés (hydroxychloroquine, zinc, vit D, vit C, ivermectine, etc..), et laisser tomber la vaccination dont la mise au point a été totalement bâclée.

  3. Le hasard, ça existe dans Bibi Fricotin ou les Pieds Nickelés.
    Là, nous avons devant nous un génocide planétaire massif en bonne et due forme, exécuté à nos frais et tout bénéfice pour ses commanditaires.
    C’est cool !
    Préparez vous bien et soyez complotistes, car le pire est encore à venir.

  4. Pour répondre à la question « Pourquoi ces morts supplémentaires , », je répondrais, pourquoi pas, si ça rapporte ? Sachez qu’il y a des gens qui conçoivent, enfin qui concevaient les mines anti-personnelles, en se creusant la tête pour que ça déchiquète le plus de jambes de gosses possible. Pardon, je reformule : « Il y a des premiers de cordée, qui nous guident vers le progrès, le monde de demain, sachant qu’il faut en accepter les dommages collatéraux pour ceux qui ne sont rien. » Plus sérieusement, quand on élit un sociopathe, aussi idiot qu’il se croit brillant, valet de la maffia multinationaliste, juste avant que le Titanic ne heurte l’Iceberg, vous vous étonnez qu’on envoie la foule dans la direction opposée à celle ou se trouve les canots de sauvetage ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s