Brève. Géopolitique européenne

La tension est ravivée en Ukraine par l’entremise du parti démocrate américain. C’est une vieille histoire qui date de l’administration Obama. La vraie raison de ces déclarations tonitruantes provenant surtout de l’Ouest est le gazoduc NordStream-2. Les Américains veulent contrôler les approvisionnements énergétiques de l’Europe occidentale et à quelques mois du départ à la retraite de la Chancelière Merkel il était nécessaire de mettre la pression sur l’Allemagne, le pays européen le plus impatient de pouvoir disposer du gaz naturel russe. La politique de « verdissement » du secteur de l’énergie allemand a rencontré d’immenses difficultés au cours de l’hiver passé : des moulins à vent en berne, des panneaux solaires recouverts de neige, ce qui a démontré que le passage aux énergies renouvelables (intermittentes) n’était pas acquis. À tel point que des centrales thermiques censées être fermées définitivement ont du reprendre du service in extremis en raison des conditions météorologiques. Si dans moins d’un an le gazoduc NordStream-2 n’est pas opérationnel alors la situation de l’ensemble de l’économie allemande deviendra très délicate.

Alors que se passe-t-il dans de Donbass ? Le gouvernement central de Kiev a donné carte blanche aux groupes néo-nazis lourdement armés de « se défouler » en bombardant ici et là des populations civiles. Ces néo-nazis sont soutenus par la CIA qui veut attiser les tensions entre le Donbass russophone et chrétien orthodoxe et le reste du pays « ukrainophone », un dialecte proche du polonais, il faut appeler un chat un chat, et à majorité catholique. Que les Russes aient décidé d’effectuer des manœuvres militaires sur son territoire, rien ne les en empêche. Les aboiements du Secrétaire général de l’OTAN frisent le comique. Imaginez que le gouvernement suisse manifeste sa désapprobation auprès du gouvernement français parce que des bataillons de chasseurs alpins de l’armée de terre française sont en manœuvre dans le massif du Mont-Blanc, le monde entier serait pris d’un immense fou-rire.

Les USA, dans leur rêve hégémonique, veulent intégrer l’Ukraine dans l’OTAN et ni la Russie ni la Biélorussie ne veulent en entendre parler. D’autre part la CIA prétend que l’Oblast de Kaliningrad doit être supprimé car il n’a aucune raison d’être. Il est d’ailleurs révélateur que les actions de la CIA dans ce territoire russe coïncident avec les récents évènements d’Ukraine. La désinformation organisée par la CIA est tellement efficace que les chefs d’Etat européens demandent maintenant à la Russie de retirer ses troupes du Donbass ! On croit rêver. La Russie se moque de l’Ukraine mais elle réagira si des aventuriers suicidaires osent pénétrer sur le territoire russe. C’est normal.

Le parti démocrate US veut déclencher une guerre pour relancer l’économie américaine car seul le complexe militaro-industriel américain est encore en état de fonctionnement. La Russie veut vendre son gaz et n’a cure des gesticulations des Ukrainiens. D’autre part quelle que soit sa nationalité et la nature de sa mission un navire pénétrant dans la Mer Noire ne peut pas y séjourner plus de trois semaines (Convention de Montreux, 1936) s’il ne bat pas le pavillon de l’un des pays riverains et des navires de l’US-Navy ont été contraints de quitter la Mer Noire très récemment. Enfin l’Ukraine est un pays divisé et selon les statuts de l’OTAN aucun pays candidats pour rejoindre cette organisation doit d’abord régler ses problèmes nationaux. Or ces problèmes datent de plus de deux siècles et il y a fort à parier que la seule solution est une partition de ce pays artificiel. Quant au gaz russe l’Allemagne finira par taper du poing sur la table pour signifier aux Américains qu’ils s’occupent de leurs problèmes domestiques, qu’ils cessent de mentir comme ils l’ont fait depuis le 11 septembre et qu’ils reconnaissent qu’ils n’ont plus aucun droit sur les autres pays du monde.

Note à l’intention de mes honorables lecteurs. Cette semaine je fais visiter l’île de Tenerife à l’un de mes neveux et j’en ferai profiter mes lecteurs avec quelques photos de cet endroit parfois surprenant.

26 réflexions au sujet de « Brève. Géopolitique européenne »

  1. Voila un sujet qui me passionne en ce moment, et dont je suis chacun des rebondissements.
    Maidan 2014 : révolution de couleur organisée par la CIA et des agitateurs professionnels avec le support de factions d’obédience nazies de l’Ouest de l’Ukraine qui a hérité de la culture polonaise (catholique + culture de l’assistanat). A l’Est, on des populations orthodoxes, de tradition industrielle, industrieuse et russophile. Autant dire qu’on a un gradient thermodynamique plutôt sévère entre l’Est et l’Ouest. Et c’est là tout le fond de cette affaire complexe.
    Poutine est en train de distribuer des passeports aux citoyens des républiques de l’Est qui ont décrété leur indépendance d’un pouvoir ukrainien composé essentiellement d’oligarques millionnaires voire milliardaires corrompus qui ont fait fortune en s’appropriant des biens publics ukrainiens à la chute de l’URSS et qui ont placé leurs avoirs mal acquis dans diverses établissements bancaires étrangers dont la Suisse bien entendu.
    Kiev essaie tant bien que mal (mal car les soldats ukrainiens de l’Ouest sont des bras cassés, souvent ivrognes, camés au Captagon, admirateurs des Nazis de la Gestapo, même s’ils bénéficient de formations d’experts militaires américains depuis de nombreuses années) de reconquérir les territoires de l’Est (Donbass = Donesk + Lougansk + zones de combat entre l’Ouest et l’Est).
    Poutine hésite à absorber ces républiques dont les coûts de restauration et de restructuration seront beaucoup plus élevés que pour la Crimée.
    En attendant, face aux injonctions belliqueuses de Biden et de l’administration américaine, et également celles de l’actuel président ukrainien (Volodymyr Zelensky, un humoriste qui avait son show à la télé ukrainienne et qui est devenu subitement président), la Russie a mis sur sa frontière avec l’Ukraine 100 à 200,000 soldats lourdement armés, en réponse aux 40,000 soldats de l’OTAN qui patrouillent dans la zone d’en face.
    Nouveauté : la Russie a commencé ses célèbres brouillages électro-magnétiques qui annulent le fonctionnement des télécommunications (GPS compris), et qui interfèrent avec le bon fonctionnement des équipements électroniques (électronique des missiles compris).
    Réplique immédiate : Zelensky montre patte blanche et souhaite soudain discuter avec le Kremlin, après l’avoir insulté…Biden qui avait traité Poutine de tueur à qui il réservait un sort peu enviable, propose tout aussi soudainement et mielleusement un sommet entre chefs d’état dans un pays neutre. En vérité, toutes les troupes ukrainiennes et otaniennes sont complètement dépassées par l’avance technologique de l’armée russe qui s’est juste contentée de se positionner. On ne parle pas encore des missiles hypersoniques russes, ni de leurs torpilles hyper-véloces.
    Les Américains viennent de réaliser que la Mer Noire est une nasse dans laquelle -une fois qu’on est pris dans le brouillage russe- on sert uniquement de cible aux missiles rouge-bleu-blanc et aux Sukhoï et autres Mig. C’est la raison pour laquelle ils ont demandé à leurs deux vaisseaux de guerre de rebrousser immédiatement chemin. Les Britanniques ont également envoyé deux vaisseaux histoire de faire bonne figure, mais ils n’iront pas loin. La France et l’Allemagne, pas folles, ne risqueront pas leur marine de guerre dans ce qui pourrait ressembler à un futur Waterloo sur l’eau.
    Les Russes souhaitent désamorcer ce conflit sans faire la guerre car cela serait préjudiciable commercialement à l’exploitation du second gazoduc North Stream II, dont le chef de projet n’est autre que l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder qui a besoin de montrer que la Russie tient ses engagements d’affaires quelle que soit la situation géopolitique.
    Le dossier est donc très complexe, mais il ne fait aucun doute, sauf sabotage de dernière minute, que les Russes termineront leur gazoduc et neutraliseront en douceur les provocations de Kiev qui n’en finit plus de s’enfoncer dans sa propre médiocrité.

    • Concernant les navires , il existe , je crois , un traité qui interdit de rester plus de trois mois dans les eaux de la mer noire à tout pays étranger qui n’a pas de frontière avec elle .Ceci expliquant peut-être cela .

      • Pas trois mois, mais trois semaines, 21 jours. Convention de Montreux, de 1936 si mes souvenirs sont clairs.
        La situation reste tendue, mais pour l’instant nous bénéficions d’un sursis, car avec la fonte des neiges, les routes du Donbass sont un bourbier impraticable pour les blindés, ukrainiens comme russes.
        Mais ensuite, si le Pentagone a un coup de délire et lance les Ukronazis à l’attaque, nous serons très, très près de la troisième.

    • « Le dossier est donc très complexe… »
      Je n’ai lu jusque là que la description de la narrative simpliste du Bloc Occidental. Où voyez vous de la complexité ?

      • « la narrative » ? Je ne comprends pas la remarque, vous voulez dire la « narration » ou « l’historiographie » ?

  2. La Russie ne veut surtout pas que l’Ukraine entre dans l’OTAN. et comme le premier pas pour ça est l’entrée dans l’UE. or un conflit larvé ou mme potentiel est un élément rédhibitoire pour l’adhésion d’un nouveau pays dans l’UE.
    conclusion le « conflit » du Dombass arrange bien la Russie qui y a mme tout interêt.

    • Tout-à-fait, mettre l’OTAN à la porte de la Russie, c’est une chose dont les Russes ne passeraient bien volontiers.
      – Cela dit, vu que l’Ukraine est un pays archi-ruiné qui ne tient que par des subventions, du travail au noir (sans compter les travailleurs qui se sont expatriés en masse en Russie et en Europe de l’Ouest), je vois mal Zelensky trouver suffisamment d’argent pour payer son adhésion au club fermé de l’OTAN, qui stipule qu’il y a de plus obligation d’acheter du matériel américain (hors de prix et qui ne fonctionne pas : Cf Arabie Saoudite contre Yemen). L’Ukraine est également sous la menace de la fermeture du robinet de gaz par les Russes, Gasprom étant lassée de voir ses factures impayées.
      – Le Donbass est une région à reconstruire complètement, je ne suis pas sûr que cela intéresse le Kremlin. En tous cas, la majorité des Russes est opposée à une reconstruction des républiques autonomes de l’Ukraine qui a une très mauvaise réputation en Russie (mafias de toutes sortes, corruption atavique, etc..).
      Ils ne veulent pas voir leurs impôts dilapidés pour une cause qui leur semble perdue d’avance, ce qui au vu de l’histoire de l’URSS est tout sauf bête….les choses étant toujours compliquées avec l’Ukraine (Cf par exemple Tchernobyl…une seule centrale nucléaire russe a explosé, et évidemment, ça s’est passé en Ukraine..voir également l’affaire Navalny qui est un ressortissant russe d’origine ukrainienne..dont la spécialités comme tous les hommes politiques ukrainiens est de dire blanc un jour et noir le lendemain, et d’organiser toutes sortes de trafics, d’influence ou financiers).

    • La Russie a en effet intérêt à geler ce conflit pour empêcher l’Ukraine de pouvoir adhérer légalement à l’OTAN.
      Mais j’ai peur que le cœur du problème ne se situe à Washington : toute l’équipe de conseillers de Biden pour les affaires étrangères est issu du lobby de l’armement et ces gens-là viennent de passer un mandat entier sans nouvelle guerre, avec juste les ventes de renouvellement de munitions comme chiffre d’affaires.
      Un conflit régional, même avec la Russie comme ennemi, leur rapporterait facilement 1000 ou plus milliards de dollars.
      Ils vont donc probablement pousser la Maison blanche à encourager une attaque du Donbass par les Ukronazis, qui rêvent chaque nuit de tuer du russe.
      Je lis régulièrement la presse russe en ligne et mon sentiment est que l’opinion publique en Russie n’aimerait pas que les citoyens russes (de droit, de langue et de fait) du Donbass soient massacrés par ces fous furieux.
      Si le parti de Poutine les abandonne, cela pourrait lui coûter sa majorité aux prochaines élections législatives et présidentielles.
      C’est pour ça que je suis assez inquiet et que je me prépare à du lourd.
      Bon courage à tous, et fasse le ciel que la raison l’emporte sur la démence.

      • Vous avez tout-à-fait raison : sur le plan émotionnel, les Russes souhaitent voir « leurs frères du Donbass » vivre en paix.
        Maintenant, sur le plan financier, les Russes préfèrent également que l’argent pour restaurer ce même Donbass aille en priorité à améliorer leur vie de tous les jours et les infrastructures qui en ont besoin. C’est l’axe de travail que s’est fixé le Kremlin aux dernières élections après avoir écouté la population, d’où la nomination de Michoustine au poste de premier ministre.
        Il est tout aussi clair que le complexe militaro-industriel américain ne rêve que d’une chose : provoquer le chaos en Russie. Que Biden ose traiter Poutine de tueur, il faut quand même oser le faire…c’est du jamais vu dans les relations internationales. Plus belliqueux que ça, impossible !
        La population russe en est affectée et un certain nombre d’entre eux verraient d’un bon oeil que l’armée russe flanque une bonne tannée à ces « prétentieux d’Amerloques ».
        Mais Poutine, en bon joueur d’échecs et en bon judoka, préfère probablement gagner une partie juste en déplaçant le minimum de pions, en faisant le minimum d’efforts…et ne se pressera pas pour répondre à l’invitation empoisonnée de Biden, invitation qui ne vise qu’à montrer que le président russe est faible d’accepter aussi vite l’invitation de quelqu’un qui vient de l’insulter.
        La vengeance est un plat qui se mange froid.
        Poutine sait que la santé de Biden étant ce qu’elle est (il présente tous les signes d’une maladie neuro-dégénérative à un stade avancé), il a intérêt à bouger le moins possible, utiliser le peu d’énergie qu’il reste à son adversaire pour le déstabiliser et le décrédibiliser. Pour le moment, Poutine mène la danse et ne se laissera pas entraîner dans une guerre contre l’OTAN, même s’il sait qu’il peut la gagner très facilement.

  3. Le problème de fond à l’heure actuelle est que la violence atavique des Américains prend des proportions inédites. Ils souhaitent rayer de la carte tout ce qui ressemble à un Arabe, tout ce qui ressemble à un Chinois et tout ce qui ressemble à un Russe.
    Avoir à ce point les yeux plus gros que le ventre relève de la démence et c’est ce qui creusera la tombe de ce pays qui a érigé la violence comme valeur cardinale depuis sa création.
    Pendant ce temps là, Poutine, force tranquille s’il en est, vient de déclarer dans son discours à la Nation aujourd’hui qu’il a comme priorités le développement intérieur de la Russie, la paix avec l’extérieur mais qu’il a néanmoins de quoi habiller pour l’hiver le moindre ruffiant qui se permettrait de venir chatouiller ses frontières.
    « Si vis pacem, para bellum ».

  4. PS : je viens d’apprendre que Zelensky est en train de recruter via la Turquie d’Erdogan (qui mange à tous les râteliers) des combattants djihadistes pour aller plastiquer le gazoduc North Stream II. Si cela est vrai, cela confirme la fourberie des Ukrainiens de l’Ouest qui sont réputés être des mafieux n’ayant aucune parole.
    Et pendant ce temps là, Zelensky propose à Poutine de venir discuter sur le front ukrainien de la situation de guerre civile en Ukraine. Pour l’éliminer ? C’est un gag ou quoi ?
    Ah j’avais oublié, Zelensky est humoriste de profession, ceci pourrait expliquer cela…

  5. Zelensky n’est qu’un pantin entre les mains de la CIA qui gouverne véritablement l’Ukraine.
    Ses gesticulations amicales, comme celles de Biden, visent à occuper les médias et occulter les préparatifs de guerre des USA sur tout le front ouest de la Russie : la Norvège vient de concéder aux ricains l’usage de quatre bases maritimes situées à moins de 500 Km de sa courte frontière avec la Russie.
    Par ailleurs, la brutale explosion de l’hystérie anti-russe dans les médias aux ordres de l’occident commence vraiment à ressembler à de la préparation psychologique en vue d’une guerre : déshumaniser le russe pour que sa mort devienne une chose normale. C’est un procédé déjà ancien, qui a fait ses preuves.
    Cela fait un long moment que je pressens que les nazis déments sont aux commandes du Pentagone et de la Maison Blanche.
    J’espère encore me tromper, mais les signaux d’alerte s’accumulent.
    Il faut bien se rendre compte que les écoles militaires yankees n’enseignent plus rien d’autre que de l’idéologie, faute de professeurs compétents, et que les officiers de l’état major sont certes nazis, mais aussi à moitié idiots.
    Mon impression est que l’état profond US veut une guerre contre l’Orient très vite, tant qu’il pense avoir encore un avantage quantitatif en armement et en effectifs.
    Chaque mois creuse le retard technologique US et quelqu’un chez eux s’en est rendu compte.
    Bon, trêve d’horreurs, c’est l’heure de l’apéro.
    Flying Dutchman, est-ce une référence au Vaisseau Fantôme de Richard Wagner ? Si oui, réécoutez le chœur des marins, »Steuermann, lass die Wacht… »

    • En effet, j’entends dire de toutes parts que ces préparatifs sentent la poudre à canon. Mais je ne serais pas surpris si Poutine coupait l’herbe sous les pieds de tous ces va-t-en-guerre en décrétant….hmmmm voyons…..une intervention humanitaire dans le Donbass par exemple, intervention dont le but serait de donner un abri à tous les Ukrainiens de l’Est qui souhaitent vivre en paix…la nécessité d’une guerre voulue par Zelensky et les faucons américains se viderait tout-à-coup de sa substance. On peut imaginer également tout un tas de subterfuges similaires comme encore par exemple une alliance biélo-russo-chinoise dont le but serait le même…bref, il y a toujours des déplacements de pions possibles sur l’échiquier de la géopolitique internationale, autres que le conflit armé. De plus, avoir tout d’un coup de la main d’oeuvre qualifiée n’est pas pour déplaire aux Russes, eux qui ont à gérer un gros problème avec la baisse de leur natalité. Mais il faudra le vendre aux Russes, et c’est pas gagné, mais cela coûtera beaucoup moins cher que d’annexer le Donbass et tout reconstruire.
      De plus, je pense que si Poutine a fait distribuer plus de 500,000 passeports russes aux Ukrainiens du Donbass, c’est qu’il avait une idée derrière la tête.
      Je suis optimiste par nature et je sais que les Russes sont très futés, en tous cas moins bourrins que les dirigeants américains (à propos, le secrétaire d’état des affaires étrangères américain, le fameux fouteur de merde qui a essayé d’humilier les Chinois en Alaska, un certain Anthony Blinken- est ukrainien par sa mère…intéressant, non ?). Du côté de l’administration de Harris, la Vice-Présidente, il semblerait que ça s’agite fort pour éviter un conflit armé…Harris semble réaliser que l’armée rouge qui est aujourd’hui suréquipée risque de mettre une tannée aux branquignols de l’OTAN qui n’ont jamais combattu ensemble.

      • C’est aussi l’opinion de Dimitri Orlov. J’espère que l’issue ne sera pas fatale, mais le danger reste grand..

  6. @Jean Claude : Orlov ? Excellent auteur 🙂
    Avez-vous une référence bibliographique disponible ? Merci d’avance 🙂
    Quant à moi, je suis de près les interventions d’un brillant analyste qui s’appelle Alexander Mercouris dont voici la dernière analyse sur le discours de Poutine d’hier, Poutine qui vient d’ailleurs de donner l’ordre de dispersion à ses troupes massées à la frontière russo-ukrainienne :

    • J’ai trouvé cet article où il traite du sujet qui nous occupe :
      https://lesakerfrancophone.fr/le-judo-ukrainien-de-poutine
      Rien ne me ferait plus plaisir que de voir s’éloigner le spectre de la troisième.
      J’espère que Poutine n’a pas, une fois de plus, été trop confiant envers les Ukronazis et Erdogan, à qui je ne prèterais pas un liard.
      J’apprécie beaucoup Mercouris aussi, c’est un puits de connaissances.
      Je regrette juste qu’il préfère s’exprimer dans des vidéos qu’écrire, car je préfère lire du texte.
      Bonne continuation….

  7. P.S. Je ne trouve nulle part la confirmation de l’ordre de retrait de Poutine.
    Pouvez-vous m’indiquer le lien pointant vers cette heureuse nouvelle ?
    Merci d’avance.

  8. Je ne toujours pas de confirmation claire d’un retrait réel dans les médias russes.
    Je commence à penser que c’est de la désinformation à usage interne français, dans un but qui m’est inconnu.
    Dans la situation actuelle, un retrait total des troupes russes de la frontière ukrainienne signerait l’arrêt de mort de dizaines de milliers de civils dans le Donbass.
    L’armée ukrainienne, aux ordres de lOTAN et de la CIA, n’a pas déployé autant d’hommes et d’armes lourdes sur la ligne de contact pour enfiler des perles.
    Je suis la situation comme je peux, si vous trouvez une confirmation du côté russe, faites le moi savoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s