La parabole du football

Un match de football met en scène 11 joueurs par équipe. Lors d’un match il y a, disons, 5 remplaçants par équipe. Ajoutons les arbitres, disons 8, et des soigneurs qui ne sont pas visibles pour le public. Il y a donc approximativement 30 personnes qui se démènent sur la pelouse et 10 remplaçants qui font quelques exercices physiques pour se maintenir en forme. Autour de la pelouse il y a 100000 personnes assises qui profitent du spectacle. Ce sont tous des fanatiques de ce sport, ils sont complètement subjugués par le spectacle, ils crient, font du bruit avec des petites trompettes, c’est le délire à chaque action spectaculaire : 40 personnes sont capables de tenir en haleine, de surchauffer cent mille spectateurs. Changez la donne : les 22 joueurs, leurs remplaçants et les arbitres quittent la pelouse, se rhabillent et vont se disperser dans l’anonymat des 100000 spectateurs. Ils deviennent non reconnaissables dans cette foule. Que se passe-t-il alors ? La foule devient muette et elle se désintéresse du spectacle puisqu’il n’y a plus de spectacle.

Mes lecteurs doivent être circonspects surtout en ayant lu le titre de ce billet. Aurais-je perdu la tête ? J’avoue que je ne suis pas du tout un amateur de football et que je préfère de loin le rugby. Je m’explique donc maintenant. Les joueurs, les arbitres et les remplaçants, soit 40 personnes, représentent la teneur en CO2 de l’atmosphère : 40/100000 = 400 ppm. Les 22 joueurs et les arbitres sont capables d’exciter une foule de 100000 personnes d’une manière démesurée. C’est exactement ce qui se passe pour le CO2 : tout le monde en parle en continu, les uns alarmistes, les autres fatalistes et ceux qui veulent réaliser des fortunes avec les énergies nouvelles, de même que les chaines de télévision réalisent des fortunes avec la retransmission des matchs de football.

Quand tous ces acteurs ont disparu, 40 au total, dispersés parmi les 100000 spectateurs, l’hystérie collective retombe instantanément. C’est exactement comme si on dispersait 40 molécules de CO2 dans un mélange de 100000 molécules d’oxygène, d’azote et de vapeur d’eau : il ne se passe plus rien ou si peu. Mais quand ces 40 molécules sont rassemblées elles font la une de toutes les télévisions. Voilà dans une version footballistique ce qui se passe pour le climat : l’opinion se focalise sur les 400 parties par million de ce CO2 présent dans l’atmosphère. Cette opinion a tellement été forgée en répétant sans cesse le même discours que tout le monde a fini par acquiescer sans prendre la peine de réfléchir un instant. La science a toujours progressé avec le doute et la remise en cause des théories et des résultats expérimentaux. Dans le cas du climat, la « science climatique » est restée figée au stade du dogme de l’effet de serre du CO2 d’origine humaine décrété une fois pour toutes. Par conséquent ce n’est plus une science mais une relique du passé.

La propagande climatique a fait de véritables ravages dans les esprits et dans les pays aveuglés par cette propagande qui vont détruire leurs économies dans la poursuite d’une chimère. Par exemple, j’écoutais il y a peu une émissions rassemblant 4 protagonistes autour de Frédéric Taddeï, un des très rares journalistes laissant parler ses interlocuteurs sans les interrompre sans arrêt, au sujet des enjeux économiques de l’eau. L’un des intervenants a sorti son couplet sur les sécheresses qui menaceraient de nombreux pays en raison du réchauffement climatique. Ineptie totale ! Si les températures moyennes augmentaient de 2,5 degrés, ce qui fut le cas lors de l’optimum climatique médiéval, les océans s’évaporeraient plus intensément, il se formerait plus de nuages et il y aurait plus de précipitations donc une végétation plus abondante et même des pâturages verdoyants dans des régions où il n’y a aujourd’hui que des steppes arides à la suite de 6 siècles de climat plutôt froid. C’est précisément ce qui permit à Gengis Khan d’atteindre l’Europe occidentale au XIIe siècle. La propagande climatique est tellement intense que des spécialistes, droits dans leurs bottes, affirment des idioties tout en croyant à ce qu’ils disent. Je déteste le football mais je déteste aussi la fausse science …

14 réflexions au sujet de « La parabole du football »

  1. « Un épisode de gel a touché de nombreuses cultures cette semaine en France. Les températures ont chuté, à certains endroits, sous 0 degré à une vitesse jamais observée depuis 1947 pour un mois d’avril. Thierry Castel, chercheur associé dans l’équipe de climatologie du laboratoire Biogéoscience* et enseignant à Agrosup Dijon, répond à nos questions sur ce phénomène inquiétant ». Cet éminent chercheur dijonnais a ainsi révélé que si le froid bat des records en avril 2021, c’est à cause du réchauffement climatique, par le biais d’un mécanisme (encore mystérieux) qui concerne la haute atmosphère.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/episode-de-gel-sans-le-rechauffement-climatique-les-plantations-auraient-du-resister-20210409

    • PS : ce monsieur qui professe de pareilles énormités n’est bien entendu en aucun cas un agronome, un biologiste ou un climatologiste, mais un « data scientist » branché modélisation du climat : https://thierrycastel.github.io/tcastel/cv
      Ces modélisateurs dont les modèles se plantent dans 100 % des cas font beaucoup de mal à la vraie science.

    • Quand on recherche un tant soit peu les relevés de température du passé récent, on réalise que les épisodes de gel en avril ne sont pas rares. Les vieux dictons comme les saints de glace sont d’ailleurs des bons principes de nos anciens. Le problème qui frappe les vergers et les vignes, c’est que la douceur extrême du mois de février et mars dans une moindre mesure, a provoqué des floraisons et des bourgeons très précoces (plus d’un mois et demi d’avance). Et bien sûr, le gel qui a suivi a gelé les jeunes fruits pre-formés. Faut pas chercher plus loin. L’adaptation naturelle pour se défendre n’est pas assez rapide pour faire face.

      • Eh bien pour une fois Zimba je vous approuve, c’est tout a fait ce qui s’est passé. Et ce n’est pas du tout exceptionnel pour un mois d’avril.

      • Ici le mois de mars a été dans la moyenne, pile poil. peut-être quelques jours de très chaud ont lancé la végétation, le soleil dardant de ses UV.
        Plus il fait plus chaud et plus il fait plus froid :mrgreen:

      • mais bien sur
        les épisodes de gel en avril du passé… n’avaient aucune conséquence car la végétation , ben en ce temps là, elle se méfiait?
        ah ben non, tout était cramé, comme ces derniers jours
        dingue hein
        quant à l’adaptation naturelle, les arbres qui ont poussé jadis dans le lit des glaciers actuels, ils sont vite redescendu,pas fous

      • Autant le Figaro (plus de 330,000 exemplaires vendus par jour et second titre le plus lu en France après « Le Monde ») défend la propagande « réchauffiste » du GIEC , autant des médias comme Sky News Australia luttent contre cette propagande, ce qui est rassurant et va dans le bon sens :

      • @Flying Dutchman,
        Je ne suis pas certain que media australiens luttent contre la propagande et que les lobby du premier pays exportateur de charbon le fassent au nom de l’honneteté et de la liberté d’expression..
        « business first as usual »
        On a vu que c’etait pas tres net chez eux sur le plan du covid et de la vaccination
        Disons que pour nous ça tombe plutot bien que certains pays aient des interets à claironner ce qui decoiffe

  2. @bebop
    le réchauffement climatique qui provoque des poussées précoces n’a pas atteint l’Alsace ; par contre le refroidissement climatique se manifeste dans le sud où les vignes font confiance à ce qu’on leur raconte dans les journaux
    Zimba est un écolo bobo qui trouvera des explications anthropiques à tous les problèmes sur Terre;
    d’ailleurs il le dit lui même : L’adaptation naturelle pour se défendre n’est pas assez rapide pour faire face.
    On se demande d’ailleurs s’il parle de réchauffement climatique anthropique ou de pandémie liée au coronavirus
    Répondre ↓

    Répondre ↓

  3. ça change des climatohysteriques qui ne savent pas pour beaucoup quelle est la proportion de CO2 dans l’air et vont jusqu’à comparer à Venus et ses 96% de CO2 ,sans oublier sa pression atmospherique de 93 bars!!

  4. « Un match de football met en scène 11 joueurs par équipe. »
    J’ajouterais, avec un brin d’humour, 😉 le propos de l’attaquant anglais Gary Lineker, tenu en 1990 – et resté « culte » depuis, en raison des nombreuses victoires (certaines in extremis) de la sélection allemande de foot lors de compétitions internationales :
    « Football is a simple game ; 22 men chase a ball for 90 minutes and at the end, the Germans always win. »

  5. La parabole est faussée par le covid, 40 pékins qui jouent au ballon, 0 spectateurs….ça fait une concentration infinie de CO2, c’est marrant comme on peut tout faire avec le covid, non?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s