Nouvelles des Îles Canaries. Les profits pervers réalisés sur le dos des mesures anti-SARS-CoV-2

Ici à Santa Cruz de Tenerife les restaurants ont été autorisés à ouvrir à nouveau leurs tables intérieures à leur clientèle mais tout en respectant la fameuse distanciation sociale. La baisse de fréquentation de certains restaurants dont la solide clientèle est constituée d’habitués doit donc faire face à peu près au même volume de clients que « avant covid » mais compte tenu de cette stupide règle gouvernementale de distanciation sociale le propriétaire du restaurant où travaille comme chef de cuisine le seul ami français que je vois régulièrement, mais brièvement, ici a donc décidé d’employer les deux aides-cuisiniers (expérimentés) à mi-temps. Il en a le droit, c’est conforme aux dispositions gouvernementales puisqu’en théorie la distanciation sociale a pour conséquence un moindre remplissage des tables.

Dans le cas présent ce n’est pas le cas car ces clients « habitués » ont trouvé une parade toute simple : il viennent déjeuner plus tôt pour le repas de midi (ici ce repas est plutôt servi à 15 heures) et le soir ils viennent nettement plus tôt aussi en raison du semblant de couvre-feu en vigueur à 22 heures. Bref, le volume de repas servis est le même qu’avant covid, sauf qu’il n’y a plus que deux personnes en cuisine au lieu de trois. La moitié du salaire de ces employés à mi-temps techniquement pour des raisons sanitaires est payée par le gouvernement !

Vous avez compris l’astuce : le propriétaire du restaurant réalise maintenant le même chiffre qu’avant la crise sanitaire mais il fait payer par le gouvernement un salaire plein net sans payer de charges sociales soit une économie de 2000 euros par mois. Mais comme le gouvernement canarien n’a plus un centime puisqu’il n’y a plus de touristes il demande à Madrid de l’aide. Alors le gouvernement central emprunte sur les marchés financiers pour financer ce genre d’absurdité économique.

C’est pour quand la fin de cette hystérie ?

Information pour mes fidèles lecteurs. Je vais ce mercredi 10 mars me changer les idées auprès d’une de mes nièces et de ses enfants près d’Alicante. Je ne suis pas certain d’assurer ma mission de blogueur. Ne désespérez pas, je serai de retour le 20 mars pour de nouveaux billets contrariens et toujours décoiffants.

3 réflexions au sujet de « Nouvelles des Îles Canaries. Les profits pervers réalisés sur le dos des mesures anti-SARS-CoV-2 »

  1. Merci à vous pour avoir pensé à épargner à vos fidèles lecteurs d’avoir à se perdre en conjectures en raison d’une soudaine absence de publication sur votre site.
    Je vous souhaite un agréable séjour auprès de vos proches !

    • un rien sarcastique … En ce qui me concerne, j’attends le retour au clavier de Jacques Henri. Ses articles posent de bonnes questions même si je ne partage pas toujours ses opinions.

  2. Quelle sévérité !
    Ce pauvre restaurateur a perdu l’an dernier plus de la moitié de son chiffre d’affaires cause du confinement idiot décrété par la dictature espagnole et cette année il va souffrir encore.
    Ce n’est pas lui qui partira en vacances aux Bahamas, c’est le président de l’ultra-corrompu Gobierno de Canarias, avec l’argent qu’il lui vole depuis longtemps.
    S’il peut se venger un peu de la parasitocratie, il a bien raison : c’est une revanche du genre arroseur arrosé.
    J’espère que vous y mangez bien malgré l’absence du chef français, qui est celui que je plains le plus dans cette triste histoire…
    Bon courage et qu’Esculape vous protège,
    Jean Claude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s