Chronique cinématographique : « La Loi »

C’est en mettant un peu d’ordre dans mes disques durs que j’ai découvert un film jamais encore vu, un pur chef d’oeuvre, La Loi. C’est un film franco-italien réalisé par Jules Dassin paru sur les écrans en 1958. Inspiré d’un roman de Roger Vailland le scénario et les dialogues ont été écrits par Jules Dassin et Françoise Giroud. Un petit mot au sujet de Françoise Giroud, journaliste et écrivain était elle-même la fille d’un journaliste turc. Le début de sa carrière d’écrivain et de journaliste est marqué par ses apparitions dans quelques films et surtout des scénarios et des postes d’assistante-réalisatrice. Jules Dassin, d’origine grecque, a eu une carrière de cinéaste mouvementée, débutée à Hollywood il devra venir en Grande-Bretagne puis en Grèce et enfin en France pour échapper à la « chasse aux sorcières » en raison de ses opinions politiques puis à la dictature des colonels. Il rencontra l’actrice grecque Melina Mercouri qu’il épousera lors du tournage de « Jamais le Dimanche », film sorti sur les écrans en 1960 et qui éclipsa totalement par son immense succès « La loi », film sorti deux ans plus tôt.

« La loi » est un jeu traditionnel assez bizarre pratiqué dans les bars un peu clandestins au cours duquel le maître du jeu impose sa loi. Le film lui-même relate une histoire imaginée par Vailland qui se situe dans le petit village de pêcheurs de Porto Manacorea. Je ne me lancerai pas dans un récit de cette histoire mais brièvement les événements qui se déroulent illustrent la vraie vie où il y a des dominants et des dominés, les premiers imposant leur loi aux seconds. Parmi les dominants pas toujours reluisants on trouve Pierre Brasseur (Don César), un vieux hobereau ruiné vivant reclus dans un capharnaüm encombré de statues d’origine grecque. Il est servi par un équipe de belles servantes dont Gina Lollobrigida (Mariette) que tous les mâles du village convoitent. Le pouvoir est également partagé par un juge éclipsé par la beauté et la prestance de son épouse incarnée par Melina Mercouri, l’inspecteur de police et le caïd collaborateur de la police Yves Montand (Brigante). Arrive un ingénieur agronome chargé d’étudier l’assèchement des marais environnants incarné par Marcello Mastroianni qui va apprendre le jeu de la loi dans la taverne mais également dans la vraie vie.

L’histoire est une peinture réaliste de la vie dans un petit village où tous les habitants sont à l’affut des moindres faits et gestes de chacun, histoires d’amour et histoires d’argent. Et la loi du plus fort ne triomphe pas toujours … À voir ou revoir absolument !

Illustration : capture d’écran, la scène au cours de laquelle Mariette se laisse séduire par Brigante dans le but de le « marquer » au visage avec son propre couteau que lui a volé l’un des adolescents désoeuvrés du village qu’elle contrôle, elle-même acteur du jeu de la loi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s