Le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat

Traduction d’un article intitulé « A CO2 Memorandum » écrit par Albert Köhler, Membre Officiel de l’Organisation Météorologique Mondiale (WMO)

Avec ce manuscrit, je voudrais aborder le sujet du CO2, qui semble actuellement si extrêmement important pour les médias et la politique, uniquement selon les préceptes d’une argumentation scientifique libre et réelle, mais aussi motivé par ma conscience de physicien qui a été actif dans ce domaine depuis les années 1960. Je suis contraint par une obligation morale envers mes semblables, auxquels on s’attendrait à des sacrifices financiers de l’ordre de mille milliards de dollars et à des pertes très importantes de qualité de vie dans les années et décennies suivantes, bien que le CO2 ait pratiquement rien à voir avec le changement climatique.

Après avoir joué un rôle majeur dans le développement et le fonctionnement du réseau allemand de surveillance de la pollution de l’air pour la DFG (fondation allemande pour la recherche) et l’UBA (agence allemande de l’environnement), j’ai eu l’occasion d’acquérir une grande expérience en tant que chef de la Division de l’environnement à l’Organisation météorologique mondiale (OMM/WMO) des Nations Unies. J’étais également responsable du bureau du «Groupe d’experts de l’OMM sur les aspects météorologiques de la pollution de l’environnement. Ses membres, sous la direction du directeur du MPI (Max Planck Institute) de chimie de Mayence, le Prof. Chr. Junge, en sa qualité de président, étaient les plus grands experts mondiaux, pour la plupart des directeurs d’instituts universitaires, dont certains étaient également les auteurs de manuels classiques d’alors. Ce panel a également traité de l’intérêt émergeant récemment pour le CO2 et de son impact présumé sur le climat.

Vapeur d’eau 1000 fois plus importante. Il était alors très clair que, si l’on adoptait une vision quantitative, plutôt que qualitative comme auparavant, le CO2 devrait être pratiquement insignifiant. En effet, la vapeur d’eau omniprésente dans l’atmosphère (H2O sous forme de nuages, de brouillard, etc.), qui est présente à des concentrations beaucoup plus élevées (jusqu’à 10-20 litres / m3). La vapeur d’eau absorbe dans toutes les fréquences IR et le fait 1000 fois plus fortement et plus que le CO2 anthropique, qui dans sa très faible concentration (20-40 millilitres / m3). absorbe beaucoup moins dans seulement deux bandes IR. Pour le bilan de rayonnement IR, le CO2 anthropique est inefficace. Les fréquences d’absorption naturelles des deux molécules sont différentes car celles de l’atome O=C=O (poids moléculaire 44) et les deux molécules sont fondamentalement différentes dans leur comportement IR. Le CO2 n’est pas conçu par nature comme un paramètre climatique. Grâce à son long temps de séjour, il sert à transporter du carbone organique réactif dans les zones de végétation.

La corrélation n’est pas causale. Maintenant, une corrélation statistique entre la concentration de CO2 et la température atmosphérique a été trouvée à partir de données d’observation. Mais il est important de savoir qu’une telle corrélation ne dit rien sur laquelle des deux variables est cause ou effet, et surtout il n’est pas possible de voir si la corrélation est directement causale. Car une corrélation entre deux variables semble exister même si les deux répondent dans le même sens avec une ou plusieurs autres variables. Cela pourrait être clarifié avec des données suffisantes. Puisque la connexion présumée n’a été vue d’abord que qualitativement, des hypothèses fantastiques sont disponibles pour une hypothèse : elles devraient paraître plausibles. Il ne peut être question d’un critère suffisant. Le lien suspecté reste une pure hypothèse tant que tous les doutes n’ont pas été sérieusement vérifiés et discutés.

Des scientifiques sérieux bloqués. Mais cela ne s’est pas produit, car ce thème de la physique était déjà retiré de la science classique dans les années 1970, repris de manière décisive par la politique et les médias et utilisé avec zèle pour faire croire que le CO2 est un « gaz à effet de serre ». Les scientifiques sérieux n’étaient plus autorisés à avoir leur mot à dire, et depuis lors, seule l’hypothèse du « CO2, gaz climatique », qui a été façonnée par les médias, la politique, des profanes fanatiques, des médias catastrophiques, des savoir-tout autoproclamés. facultés et partis politiques, est devenue valable. Au vu de la masse de partisans toujours plus verts, de leurs adeptes incités sans objectivité, les partis conservateurs se sont sentis obligés de tout faire pour garder leurs électeurs, mais surtout pour reconquérir ceux qu’ils avaient perdus. C’est ainsi que sont nés les nombreux slogans de protection du climat et finalement aussi les lois parlementaires sur la « protection du climat », auxquelles la physique ne doit pas s’appliquer.

Les moteurs diesel étaient initialement les bienvenus. Le combat pour le climat est devenu une question de vie ou de mort. Cela a déjà été démontré par la première action verte qui a d’abord choyé le moteur diesel. Selon les lois de la thermodynamique, il a un rendement légèrement meilleur que le moteur à essence, car le cylindre diesel est plus chaud en raison de la pression plus élevée, mais il produit également des particules potentiellement mortelles. La littérature scientifique des années 1960 avait mis en garde avec véhémence contre le moteur diesel car ses microparticules pénètrent directement dans les cellules humaines où elles provoquent des cancers (en particulier dans les poumons et le cerveau), un effet renforcé par le fait que des molécules de gaz nocifs adhèrent fermement à cette matière particulaire. Des milliers de conducteurs doivent donc mourir plus tôt chaque année. Mais en matière de protection du climat, une vie humaine ne valait évidemment rien.

Prix acceptable (?) de la vie humaine pour économiser du CO2. Dans le passé, la protection de l’environnement prenait surtout soin de la santé humaine. Aujourd’hui, une vie humaine pour quelques molécules de CO2 économisées est désormais une bonne nouvelle pour les protecteurs verts du climat. À propos, les conducteurs diesel ont ensuite opté pour des moteurs plus puissants en raison du carburant moins cher, émettant ainsi plus de CO2 qu’ils n’en ont économisé. Les gens continuent de se comporter comme des assassins sans hésitation et en toute conscience parce qu’ils sont censés économiser du CO2, une morale très macabre. Les fines particules de carburant diesel ne peuvent être retenues par aucun filtre qui puisse être installé dans une voiture. Les filtres qui peuvent faire cela devraient avoir une surface énorme ou auraient une résistance à l’écoulement si élevée que le moteur ne pourrait pas bien fonctionner. Il est donc compréhensible que les constructeurs automobiles aient recours à des astuces car ils ne peuvent pas changer les lois de la physique, même si les politiciens pensent apparemment que c’est possible. Il n’y a qu’une seule possibilité : le moteur diesel devrait être retiré de la route si l’on voulait éviter des milliers de morts chaque année, mais cela ne semble plus être un problème. Tuer pour la « protection du climat » ? Tout simplement incroyable ! Et même une voiture électrique n’économise guère d’énergie car elle doit transporter une énorme batterie avec elle, tandis qu’une voiture à carburateur obtient gratuitement l’oxygène de l’air dont elle a besoin comme élément essentiel pour fonctionner.

La conversion d’énergie conduit à de la chaleur perdue. À la thermodynamique qui vient d’être mentionnée à propos des moteurs diesel, l’efficacité de chaque conversion d’énergie est déterminée par les lois de la thermodynamique. Donc, si nous convertissons l’énergie chimique (pétrole, charbon, gaz) en d’autres formes d’énergie (mouvement, pression, énergie électrique ou potentielle, etc.) à l’aide de notre technologie hautement intelligente, selon la thermodynamique, cela ne se produit que partiellement avec une efficacité généralement de moins de 50%, en moyenne environ 20 à 40%. Les 60 à 80% restants sont irréversiblement perdus sous forme de chaleur « perdue » et provoquent un réchauffement de l’environnement, en particulier des couches inférieures de l’air. Il existe certaines possibilités, par exemple avec le système combiné de chaleur et d’électricité (cogénération) pour utiliser la chaleur résiduelle, mais ici aussi, la loi de la chaleur résiduelle s’applique à chaque conversion. Ainsi, dans toutes les conversions d’énergie, nous émettons environ deux fois la quantité d’énergie utilisée sous forme de chaleur perdue vers les couches d’air inférieures, une quantité considérable. (À propos, chaque adulte est également un radiateur de 75 watts). Notre consommation d’énergie à elle seule réchauffe donc l’environnement. Et cette consommation d’énergie est bien entendu proportionnelle au nombre de personnes habitant la terre. Il permet aux gens de profiter de tous les conforts fournis par la science et le progrès technique.

Le CO2 conduit au verdissement. Cette corrélation entre la consommation d’énergie et la température de la terre, déterminée par la physique, n’a jusqu’à présent été attribuée, sans jamais vouloir en douter, qu’au CO2 produit par la consommation de combustibles fossiles. Le CO2 provient finalement des océans. Au fond de l’océan, la croûte terrestre se trouve à seulement 7 km de l’intérieur chaud de la terre. Et les volcans au fond de la mer libèrent du magma dans la mer. Cela entraîne la formation de divers composés, dont le CO2 dissous à la surface de la mer. Là, il s’évapore, également selon la loi de la pression partielle, et grâce à son temps de séjour suffisamment long dans l’atmosphère, il atteint ensuite l’intérieur des grands continents, où il est nécessaire à la végétation. À mesure que la concentration de CO2 augmente, les espaces verts de la Terre augmentent, comme l’ont montré les observations de la NASA. La nature est intelligente.

La vapeur d’eau régule presque entièrement le bilan énergétique. Le CO2 sert donc avant tout à nous nourrir et à fournir à la biosphère l’oxygène libéré lors de la photosynthèse. Par conséquent, le CO2 a son maximum de 24 heures la nuit. Néanmoins, il est insignifiant pour l’équilibre de l’énergie rayonnée par le soleil pendant la journée et de l’énergie libérée dans l’espace la nuit sous forme de rayonnement infrarouge, bien plus de 90% de l’énergie rayonnée. Cet équilibre est, comme expliqué ci-dessus, régulé presque exclusivement par la teneur en eau de l’atmosphère. Chaque matin, nous en avons la preuve. Après une nuit nuageuse, la température du matin est à peine plus basse que celle de la veille au soir, mais par temps clair elle peut être jusqu’à 10 °C plus fraîche que la veille, malgré le maximum nocturne de CO2 anthropique. Si vous essayez d’imaginer les énormes quantités d’énergie impliquées (lors de l’alternance jour-nuit), il est facile de comprendre que le peu de CO2 anthropique est complètement insignifiant.

Augmentation de la température « presque rien à voir avec le CO2 ». La forte augmentation de la densité de population, presque décuplée, tout un ordre de grandeur, survenue en à peine 150 ans avec le début de l’industrialisation, un clin d’œil dans l’histoire de la Terre, a été parallèle à la montée relativement brutale de la température de l’atmosphère. Comme déjà mentionné, cela n’a pratiquement rien à voir avec le CO2. On peut certes considérer le CO2 comme un indicateur de la consommation d’énergie, mais pas comme la cause du réchauffement. Il est non seulement impossible de réduire le CO2, mais c’est aussi totalement inutile. Toutes les mesures planifiées, coûteuses et douloureuses qui réduisent notre qualité de vie peuvent être épargnées sans affecter la courbe de température.

Réduire la chaleur résiduelle de 9 milliards de personnes. Il n’y a donc que deux façons d’éviter la soi-disant « catastrophe climatique ». Et ce sont : Une restriction claire de la consommation d’énergie de toute nature, et, encore plus utopique, restreindre la population de la terre, ce qui demanderait beaucoup de longtemps, si possible un siècle. Pour nourrir encore plus d’habitants, la chimie des engrais ne suffirait plus. La planète est probablement déjà surpeuplée. Il ne reste donc que l’économie d’énergie. Ici, la politique, les médias, les fanatiques, les Verts, les connaisseurs mal avisés et notoires et les experts autoproclamés de toutes les couleurs doivent abandonner la stratégie de consensus confortable du passé et laisser le CO2 à la nature. Sans les glucides contenus dans nos aliments d’origine végétale, il n’y aurait plus de vie humaine. Sans CO2 ne brûlerions pas dans une catastrophe climatique apocalyptique mais au contraire nous suffoquerions tous d’abord sans l’oxygène obtenu à partir du CO2.

Oubliez les menaces de catastrophe climatique. Mais tous ceux qui se présentent avec autant de dévouement et de confiance en eux-mêmes comme les agents de prévention d’une apocalypse, doivent se rendre compte que la nature ne peut pas être changée et que l’homme ne peut pas et ne veut pas lutter contre les événements naturels. Ils devraient l’accepter avec modestie et même inspiration. Ils ne doivent pas non plus constamment imaginer des catastrophes et les présenter comme un avenir assuré pour nos enfants, qui sont incapables de les traiter psychologiquement et doivent donc être traités avec psychologie, y compris probablement Greta Thunberg.

De nombreux moyens simples et pratiques d’économiser de l’énergie. Lorsqu’il s’agit d’économiser de l’énergie, il existe encore d’innombrables possibilités de chauffage, de cuisson, de refroidissement, de transport, etc. Nous le savons déjà. Un petit exemple seulement : lors de la préparation des repas, même une petite famille peut facilement économiser 1 à 2 kWh chacun si les marmites ne sont pas remplies d’eau. Quelques gouttes et un couvercle bien ajusté suffisent pour une cuisson vapeur saine à une température de cuisson réduite, car pour chauffer l’eau de 20 à 100°C, vous avez besoin d’environ 80 kcal par ml, mais pour évaporer l’eau chaude à 100°C, vous en avez besoin de 540 kcal par ml. Là où vous voyez de la vapeur, l’énergie est gaspillée massivement. Cela dit tout. Avec un peu de réflexion, tout le monde peut trouver de nombreuses façons d’économiser de l’énergie, il n’y a presque pas de limites à votre imagination. Et en plus, vous économisez même de l’argent. Mais vous pouvez oublier le CO2 en toute sécurité ! Sa suppression ne nous apporterait que malheur. Et même si nous pouvions éliminer complètement le CO2 anthropique, la nature le récupérerait simplement des océans. Même l’enfouissement du CO2 serait inutile.

Aucun modèle ne s’est réalisé, hypothèses incorrectes et arbitraires. Quelques mots sur les modèles climatiques souvent cités. Ces modèles sont adaptés aux données météorologiques connues du passé, puis extrapolés dans le futur. Aucun modèle n’a été correct au-delà d’une période de prévision de quelques mois avec des prévisions encore acceptables. La question est donc justifiée de savoir dans quelle mesure les modèles peuvent prédire le climat pendant des décennies et des siècles. En tout cas, rien de ce que les premiers modèles climatiques prédisaient pour aujourd’hui en 1970 ne s’est réalisé, pas d’élévation du niveau de la mer d’un mètre, pas de températures plus élevées de 4-5°C. Trop de choses avaient été ignorées dans les modèles, ils contiennent également des facteurs dont la valeur ne peut être déterminée expérimentalement et doit être estimée arbitrairement. On est donc facilement tenté de les choisir de telle sorte que l’on se rapproche du résultat espéré. Mais comme l’influence de H2O était sous-estimée dans les modèles, l’effet CO2 a dû être surestimé pour obtenir la courbe de prédiction souhaitée, comme l’a récemment rapporté un article universitaire finlandais.

Impact humain statistiquement insignifiant et non mesurable. Les modèles ont également calculé dans quelle mesure l’Allemagne peut contribuer à abaisser la température grâce à la réduction prévue du CO2. Résultat : 7/100 degrés, théoriquement, et donc non mesurables. Pas de succès notable pour deux mille milliards d’euros. La création ne peut pas être modifiée. L’homme ne peut pas changer le monde. Il ne peut pas, comme déjà indiqué, mobiliser les énergies nécessaires. Voici quelques exemples : Chacun des quelque 7000 orages quotidiens sur la Terre dissipe l’énergie de la bombe d’Hiroshima en une heure (ce qu’elle a fait en une fraction de seconde) ; un cyclone tropical d’extrême ampleur dissipe l’énergie qui correspond à la consommation mondiale d’énergie électrique de l’humanité en un an, et si l’on voulait générer la chaleur que transporte le petit Gulf Stream, il faudrait exploiter 110000 centrales nucléaires outre-Atlantique, soit une tous les 50 mètres (pas km). Cela montre à quel point les humains sont faibles. Dieu merci, car si l’homme pouvait maîtriser la météorologie, il aurait une nouvelle arme de guerre. Heureusement que nous en savons si peu sur la météo que nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes. (Des précipitations très limitées dans l’espace et dans le temps peuvent être influencées, rien de plus). En fin de compte, la nature sage nous protège.

Le CO2 suit la température. Une autre observation nous donne des indices sur la séquence temporelle de la chaleur et de la concentration de CO2. Des études paléoclimatiques récentes montrent qu’au cours de l’histoire de la Terre, elle s’est d’abord réchauffé, puis le CO2 a augmenté. Il faut considérer que, comme déjà mentionné, la plus grande partie du CO2 sur terre se trouve dans les océans. Les concentrations dans les profondeurs sont plus élevées que dans les couches supérieures, conséquence des nombreux volcans actifs au fond de l’océan. À propos, le CO2 dans l’océan sert également à permettre la vie des plantes aquatiques calcaires (par exemple les coraux et également le plancton et les algues).

Le consensus sur la climatologie est un mythe, les scientifiques réduits au silence. Le consensus mondial sur la question du CO2 est souligné à maintes reprises. Cela était principalement dû au fait que les scientifiques sceptiques étaient souvent réduits au silence de manière inconvenante et que leurs travaux n’étaient plus publiés (également parce que les éditeurs avaient peur des fanatiques prêts à répandre la terreur). Les sceptiques, souvent appelés à tort « négateurs du climat », sont insultés, réduits au silence sous les menaces ou les conséquences de leur carrière. Pourtant, les instituts de recherche scientifique (recherche sur l’impact climatique) gérés par l’État à un coût élevé devraient être fermés s’ils acceptaient le CO2 comme insignifiant. De nombreux emplois seraient perdus. Cela ne peut pas être risqué. Mais un consensus parmi ceux-ci (où une grande majorité ne peut pas être des experts dans le domaine – il n’y en a pas beaucoup) n’est pas un critère scientifique. Le consensus comme preuve ? Seulement pour les ignorants !

Bref résumé et nouvelles intéressantes. Le système de contrôle climatique de la planète régule le bilan de rayonnement infrarouge avec la vapeur d’eau et les nuages. Une réduction du CO2 anthropique, avec une dépense énormément coûteuse et une perte de qualité de vie, ne convient pas à cet effet en raison de sa faible sensibilité IR. La chaleur perdue inévitablement générée par 9 milliards de terriens selon la physique de la thermodynamique ne peut être réduite que par des économies d’énergie strictes ou à un moment donné par une diminution de la population. (…) La question est de savoir si les politiciens souhaitent utiliser davantage ces possibilités relève de leurs normes éthiques. Ce qui est nouveau, c’est que les chercheurs chinois sur le climat ont récemment signalé plusieurs cycles de température à long terme avec des périodes de durée variable. Celles-ci auront un minimum à peu près simultané dans les décennies à venir, conduisant à des températures nettement plus basses initialement en Asie centrale. Il ne peut être exclu que le reste du monde soit également touché. (Albert Köhler Msc., Allemagne, novembre 2020)

Brève remarque de mon cru. J’ai ajouté quelques notes figurant entre parenthèses et en caractères italiques et quelques courtes phrases trop sibyllines à mon humble avis. La raison pour laquelle j’ai traduit ce document réside dans le fait qu’il est clair et didactique. De plus sont mentionnées dans ce document des anecdotes présentées avec des arguments scientifiques compréhensibles. J’ai par exemple compris pour quelle raison les Japonais utilisaient des « rice-cookers », des petites machines automatiques qui cuisent le riz exclusivement à la vapeur. L’économie d’énergie est évidente. Monsieur Köhler soulève, et il est courageux, le dilemme clairement avancé par le World Economic Forum : choisir entre une réduction des émissions de CO2 ou une réduction de la population. Dans les deux cas émergent des problèmes éthiques et sociétaux. Réduire les émissions de CO2 est synonyme d’une chute de l’activité économique avec toutes les répercussions sociales inévitables. Réduire la population mondiale ? Comment mettre en place une telle mesure justement à l’échelle mondiale me paraît relever de la science-fiction. Ces deux propositions sont en réalité contradictoires car seul le développement économique et social aboutira à une baisse significative du taux de natalité. Source : document traduit en anglais et disponible sur le site de Pierre Gosselin notrickszone.

16 réflexions au sujet de « Le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat »

  1. Ping : Wikistrike – Le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat – Le Blog de Thérèse

  2. L’Histoire du Carbone : remise des pendules à la « bonne Heure ».

    Nous avons dit, précédemment, qu’il existe deux principes indispensables à la production de la vie : les radiations d’oxygène positif et négatif, et l’eau. Il nous reste à chercher maintenant qu’elle est l’action chimique qui s’accomplit au moment où les deux radiations se rencontrent dans un milieu humide, en un mot quelle est l’origine chimique de la substance vivante ? Faire cette histoire c’est faire l’histoire du carbone.
    Jusqu’ici trois éléments seulement sont en présence l’oxygène, l’hydrogène et l’azote qui règnent dans l’atmosphère.
    Et cependant, après que la combinaison s’est effectuée, la matière primordiale qui commence à vivre contient du carbone.
    Ce carbone n’apparaît dans la nature que sous l’influence de la vie, il n’existe pas sur la terre à l’état libre ; il est même devenu, pour la science, le symbole de l’organisation vitale.
    Quelle est sa place dans la classification chimique ? D’où vient-il ? Qu’est-il ?
    Pour répondre à ces questions il faut faire une révolution dans la science, révolution qui, si on la comprend bien commencera une ère nouvelle pour les études biologiques.
    Par malheur, comme tout ce qui est nouveau, comme tout ce qui a été longtemps inaperçu, cette solution va sembler d’une hardiesse folle. Et cependant, ce caractère d’originalité et d’imprévu qui accompagne les idées nouvelles est la condition de toute découverte. C’est parce que les vérités sont cachées que les hommes ont vécu longtemps sans les apercevoir et ont mis à leur place des erreurs. Et si elles sont restées longtemps sans être trouvées c’est parce que les voies suivies pour les chercher étaient mauvaise ou insuffisante. C’est donc en sortant des méthodes classiques qu’il faut chercher et non en continuant à suivre les sentiers battus de la routine.
    Après ce petit préambule destiné à nous faire pardonner l’audace de ce qui va suivre, nous commençons l’exposé de notre théorie de l’origine du carbone…
    (…)
    Tout ce que nous avons dit jusqu’à présent du carbone n’est relatif qu’à son assimilation. Il nous reste à parler de sa désassimilation, c’est-à-dire de sa présence dans l’organisme à l’état d’acide carbonique qui est la forme ultime qu’il prend et sous laquelle il est expulsé du corps.
    Cette désassimilation s’opère aussi bien dans les plantes que dans les animaux. Le carbone qu’elles ont fabriqué par le procédé que nous avons indiqué plus haut, subit dans l’organisme mille modifications en s’unissant aux divers éléments qu’il rencontre ; ces modifications sont toute l’histoire de la chimie organique.
    Finalement, il est rejeté du corps et, alors, remis en liberté dans l’atmosphère où, après fort peu de temps, et sous différentes actions physiques et chimiques, l’acide carbonique est décomposé en ses éléments, c’est-à-dire retourne à son état primitif et rentre dans le grand réservoir commun d’azote et d’oxygène.
    S’il n’en était pas ainsi, si l’acide carbonique jeté dans l’atmosphère y restait, dans les grands centres industriels où il y a toujours très peu de végétation pour le reprendre (suivant la théorie de Senebier) l’air serait constamment chargé de ce gaz et irrespirable pour les hommes.
    L’acide carbonique se décompose par la chaleur ce qui est encore un fait à invoquer contre l’hypothèse de Senebier. En été, alors que la vie végétale a le plus d’activité, la chaleur est presque toujours assez élevée pour décomposer l’acide carbonique de l’atmosphère. C’est parce qu’en été tout l’acide carbonique jeté dans l’air par les animaux et par les foyers de combustion est promptement décomposé et rendu à son état primitif, que l’air est pur, tandis qu’à basse température cette décomposition ne s’opère pas ; donc, en hiver l’air est moins pur.
    Les partisans des causes finales expliquent l’apparition des végétaux sur la terre avant celle des hommes et des animaux par la nécessité de purifier l’atmosphère par leur respiration, en lui enlevant l’acide carbonique qu’ils supposent y avoir régné, et en fabriquant des tissus qui puissent servir de nourriture aux herbivores, lesquels, plus tard, pourront servir de nourriture à l’homme. Donc, pour eux, il existe un Créateur qui, dès l’origine du monde, a eu en vue la création de l’homme, but et fin de toutes choses, qui a préparé, longtemps à l’avance, cette création ultime par une série de création préparatoires, qui a façonné un monde pour pouvoir, un jour, inviter cet être privilégié à venir en prendre possession.
    Et pour soutenir de pareilles extravagances, on invoque des faits scientifiques, on torture la pauvre science qui sert de prétexte à tant de divagations.
    C’est pour soutenir cette idée absurde qu’on a imaginé de dire qu’il fallait des végétaux pour enlever à l’air un excès d’acide carbonique que l’on a inventé pour la circonstance, afin que l’homme et les animaux pussent venir, plus tard, vivre dans cette atmosphère primitivement impure.
    De cette manière on fait servir les conclusions de la théorie de Senebier, qui est fausse, à la confirmation d’une idée qui n’est pas moins fausse. Tout cela est de la fable et constitue la mythologie scientifique des modernes. Il n’y a pas eu de création préméditée dans un but déterminé, les végétaux ont paru avant les animaux parce qu’ils sont le premier stade de l’évolution animale ; ils sont avant les animaux comme l’enfant est avant l’homme. Il n’y avait pas d’excès d’acide carbonique dans l’atmosphère, attendu qu’aucune plante ne peut vivre dans un milieu chargé d’acide carbonique. Bien plus, nous soutenons qu’il n’y avait « pas de carbone du tout », sous aucune forme, avant l’apparition de la vie, puisque ce corps ne prend naissance que sous l’influence de la vie, et n’existe, sous forme d’acide carbonique, qu’après qu’un travail de décomposition organique s’est opéré (exception faite de celui qui se produit dans les foyers de combustion. Mais il n’y a pas de combustion artificielle dans un monde sans habitant. Bien plus, il n’y a pas de combustibles, puisque tous ont une origine organique.)
    Si sans carbone il n’y a pas d’êtres vivants, nous pouvons affirmer que sans être vivants il n’y a pas de carbone.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lavie.html

    • « Mais quiconque a des vues un peu plus larges reconnait que la vie n’est pas une manifestation nécessaire et éternelle et qu’elle a eu un commencement sur notre planète … »

      Considerez-vous que notre planete ce n’est pas de la vie?

  3. @annwn
    Savez vous que l’atmosphère de la Terre au début de son existence il y a 4 milliard d’années était constituée principalement de CO2 ?
    Savez vous que vous vous adressez à des scientifiques ?

  4. par contre le menu unique à 5€ a un pouvoir énorme sur les poly-tocards

    Une fois n’est pas coutume et eu égard à l’urgence liber-taire (alors qu’il faut l’ouvrir ….
    31/01/2021 – https://wp.me/p4Im0Q-4w0
    – Demain 01/02/2021 doit être » jour I de la liberté retrouvée » (liberté gustative). En serez-vous ? Vous avez le droit de ne pas être solidaire et préférer un rôle de Kapo du pouvoir (dans ce cas que léguerez vous à vos enfants si ce n’est que votre condition d’esclave. Peut-être préféreraient-ils une condition sine qua none de liberté. Leur avez-vous demandé leur avis ?), cela ne vous évitera pas les chaînes ! Pour une fois on va inverser le cours des choses d’Obélix, on gastronome avant le combat !
    Suggérez aux « resto de la liberté » un menu unique à 5€ partout identique en France. Ils n’ouvrent pas pour faire du chiffre d’affaire, mais pour faire de la liberté

  5. Démographie, consommation d’énergie quelle qu’elle soit, besoin d’adaptation aux changements climatiques qui de toutes façons interviendront (dans un sens ou dans l’autre), Dame Nature est bien plus forte que nous… Bref j’adhère.
    Et savez-vous (amha) ce que la bien-pensance Giécienno-climatique dira(it) d’un tel papier ?
    « Encore un scientifique à la retraite (manière polie de dire un vieux c**) qui veut tout faire pour qu’on parle (à nouveau ?) de lui; »

    • @pastilleverte. Si mon blog était payant je me préoccuperais de ma notoriété, or ce n’est pas le cas. Je veux préserver ma liberté d’expression et mon blog m’est également utile pour garder mes neurones en bon état …

      • Je parlais du papier que vous citez et du scientifique qui l’a écrit, pas de vous qui le publiez !!!

    • === besoin d’adaptation aux changements climatiques qui de toutes façons interviendront === Aie ! vous ne nous rassurez pas là, je pensais que c’était une stupide escroquerie du Giec et de tous ses acolytes…
      Et est-ce que les GES y sont pour quelque chose ou pas ? (Pas encore peut-être ?)

      • Cf. un prochain billet relatif à l’alternance durant ces 12000 dernières années de périodes plus chaudes et de périodes plus froides : les supposés « gaz à effet de serre » d’origine humaine n’y jouaient aucun rôle

      • comme je suis l’auteur e la »citation », je précise que « les changements climatiques » c’est bien une tautologie ou une lapalissade : il y en aura, nul ne sait dans quel « sens » et de quelle amplitude; On en voit déjà, comme on voyait depuis des siècles et qu’on en verra dans les décennies à venir.
        Autant donc s’y préparer au mieux, et trouver les meilleurs adaptations. Que le CO2 et autre GES y participent fortement ou pour presque rien,iimporte peu du coup.

  6. « Les fines particules de carburant diesel ne peuvent être retenues par aucun filtre qui puisse être installé dans une voiture »
    Là il se trompe ! les filtres à particules qui se régénèrent sont très performants.

  7. Ping : Le CO2 n’a qu’un effet négligeable sur le climat – Le Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s