Nouvelles du coronavirus : Japon et Chine

À ce jour (28 septembre 2020) le nombre de morts provoqués par le coronavirus était de 1544 pour le Japon, un pays de 126 millions d’habitants dont 28 % ont plus de 65 ans et dont plus de 80 % de la population vit dans des villes tentaculaires comme l’immense conurbation autour de la baie de Tokyo qui représente plus du quart de la population du pays avec 38 millions de personnes (préfectures de Tokyo, Chiba, Kanagawa, Saitama et Ibaraki) toutes connectées avec des lignes de chemin de fer, des métros et des autoroutes urbaines. Naturellement c’est la préfecture de Tokyo qui a connu le plus grand nombre de décès de personnes présentant des signes évidents de grippe coronavirale. Les Japonais, contrairement aux Européens, sont très pointilleux en ce qui concerne la santé et ils n’ont jamais considéré que le coronavirus était un fourre-tout comme cela a été pratiqué à outrance en Europe. Pourquoi un pays aussi urbanisé, avec une population vieillissante, n’a-t-il eu à déplorer que 1544 morts « coronaviraux », presque un record mondial que peu de médias occidentaux soulignent : 12,4 morts par million d’habitants ?

Ce résultat exemplaire que d’autres pays de la région ont aussi atteint, en particulier la Chine continentale, Taïwan et la Corée, tient au fait que les habitudes de vie quotidienne se sont parfaitement adaptées à cette épidémie. Dans ces pays quand on souffre d’un simple rhume ou d’une grippe on porte spontanément un masque pour protéger son entourage, y compris à la maison en famille. Mes petits-enfants franco-japonais protègent leurs grands-parents s’ils sont enrhumés avec un masque qu’ils portent spontanément, on leur apprend ça à l’école !

Les Japonais se lavent les mains quand ils rentrent à la maison, ils apprennent aussi cela à l’école. Et petits ou adultes les Japonais répugnent à se livrer à des embrassades interminables quand ils se rencontrent, ils se saluent en respectant une distance de près d’un mètre. Enfin au Japon on ne se serre jamais la main, c’est un manque de respect de l’intégrité du corps d’autrui. Tous ces petits détails ont contribué à un bilan de mortalité globale due spécifiquement au coronavirus incroyablement bas. Il faut tout de même ajouter que les médecins généralistes japonais ont, pour plus de 50 % d’entre eux, prescrit un traitement comprenant de l’hydroxychloroquine associée à de l’azithromycine à tous les patients présentant des signes grippaux précoces pouvant être provoqués par le coronavirus ou un autre virus compte tenu de la totale innocuité de ce traitement, les médias européens oublient forcément de le mentionner. J’ai écrit « forcément » parce que les salles de rédaction des médias ont été contraintes de ne pas en parler.

Aux yeux des autorités japonaises, j’habite dans un pays à risque et il m’est formellement interdit d’aller à Tokyo voir mon fils et mes deux petits-enfants franco-japonais. Il y a maintenant un an que je ne les ai pas vus. J’ai été privé de mon séjour programmé au printemps dernier et je n’ai aucune indication sur la possibilité d’aller au Japon dans les prochains mois.

Examinons maintenant le cas de la Chine qui est intéressant à de nombreux points de vue. L’Europe et l’Amérique du Nord ont écrit et clamé sur les plateaux de télévision que, comme d’habitude, le gouvernement central chinois trafiquait les statistiques, une habitude pour ce pays selon une multitude d’analystes qui suivent servilement la réthorique américaine anti-chinoise. La rumeur d’un virus fabriqué intentionnellement par des scientifiques chinois malveillants avait été répandu dans le but de créer le chaos en Occident, du grand n’importe quoi ! Que s’est-il passé en Chine ?L’épidémie est apparue dans la ville de Wuhan, province du Hebeï, au centre du territoire de l’Empire du Milieu. Comme les autorités n’étaient pas préparée à cette épidémie qui ressemblait étrangement au SARS-CoV-1 apparu en 2002 également en Chine dans la ville de Guangdong et également sur un marché où étaient vendus des animaux sauvages, des mesures sanitaires drastiques ont été immédiatement prises. Encore une fois les médias occidentaux ont raconté n’importe quoi au sujet de la gestion de cette épidémie par les autorités locales puis par Pékin. Le virus SARS-CoV-1 fut extensivement étudié et permit de mettre au point un éventuel traitement basé sur l’association d’hydroxychloroquine et d’un antibiotique dérivé de l’érythromycine, nommément l’azithromycine. Au cours des études dont fit l’objet ce virus il apparut que ces deux molécules présentaient des propriétés anti-virales contre ce coronavirus mais toutes ces études avaient été réalisées in vitro seulement car la grippe à SARS-CoV-1 disparut rapidement. La similitude au niveau des symptômes entre le SARS-CoV-1 et le SARS-CoV-2 conduisit les autorités à utiliser massivement le traitement hydroxychloroquine + azithromycine dès qu’une personne présentait des symptômes de fébrilité y compris très rapidement à Wuhan.

Des usines chinoises disposaient de stocks massifs de thermomètres infra-rouge et le pays fut inondé d’agents des services sanitaires et de volontaires pour mesurer systématiquement la température frontale de toute la population. Dès qu’un individu était détecté comme fiévreux on lui prescrivait la bi-thérapie mentionnée ci-dessus. À l’entrée des magasins les clients étaient contrôlés, les chauffeurs de taxi et les employés des transports en commun, les policiers, les administrations, les entreprises contrôlaient systématiquement tout le monde … Et comme une fièvre est le premier signe tangible d’une infection, toute personne détectée était immédiatement traitée avec la bi-thérapie mentionnée ci-dessus qui, faut-il le répéter, ne présente aucun danger aux doses prescrites.

Comme la séquence de nucléotides de l’ARN du virus fut décryptées dès le milieu du mois de janvier, il fut très facile pour les laboratoires chinois de mettre au point un test PCR (polymerase chain reaction) qui fut avantageusement utilisé pour se rendre compte que les installations d’air conditionné des hôpitaux étaient une source importante d’aspersion quasi littérale de virus dans toutes les parties d’un bâtiment, un peu comme ce fut le cas pour la maladie dite du « légionnaire ». C’est pour cette raison qu’à la hâte les autorités décidèrent de construire un hôpital à Wuhan car plusieurs établissements hospitaliers avaient été mis à l’arrêt pour modifier les systèmes d’aération et de conditionnement d’air. Ce n’est pas du tout l’histoire qu’ont raconté les médias occidentaux.

Revenons à l’hydroxychloroquine et à l’azithromycine. Comme ces deux molécules sont connues depuis de nombreuses années le corps médical, devant l’urgence, prit la décision de traiter systématiquement les patients malgré l’absence d’essais de validation en double-aveugle : ou bien on traitait systématiquement la population ou alors on prenait le risque de voir l’épidémie se répandre rapidement et d’assister à un nombre effroyable de décès provoqués spécifiquement par ce virus, outre les décès habituels quotidiens provoqués par toutes sortes d’affections. Avec une population de 1,39 milliard de personnes la Chine, grâce à ces mesures prophylactiques raisonnées, n’a déploré que 4739 décès provoqués par le SARS-CoV-2, chaque patient ayant été classé positif lors de son hospitalisation.

Ce n’est pas le Professeur Didier Raoult qui, en France, a inventé et préconisé aux sourdes oreilles de l’intelligentsia sanitaire parisienne, ce traitement à l’aide de deux molécules très connues et utilisées par des milliards de personnes chaque année, il a été appliqué massivement en Chine dans le but prophylactique et préventif spécifiquement pour le SARS-CoV-2, donc, mais également dans de nombreux pays d’Extrême-Orient. Actuellement plus de 90 pays l’utilisent dans le monde ! Comme je l’ai précisé dans un précédent billet et ci-dessus il n’y a pas eu, en Chine, de manipulation des statistiques et le coronavirus n’a pas été utilisé comme « fourre-tout ». Les mauvaises langues se plaisent à affirmer que la reprise de l’économie chinoise est artificiellement gonflée par les autorités de Pékin, mais il est nécessaire de rappeler ici que seule la ville de Wuhan et une partie de la province du Hubeï ont subi un confinement strict de plus d’un mois, ce qui représente 1,4 % de la population totale du pays. Il faudra qu’un jour les Européens se rendent à l’évidence : cesser de suivre aveuglément la propagande américaine anti-chinoise (à suivre).

Illustrations : https://ici.radio-canada.ca/info/2020/coronavirus-covid-19-pandemie-cas-carte-maladie-symptomes-propagation/ Autres sources d’information : notes prises depuis plusieurs mois au fil des informations sans avoir malheureusement répertorié de liens.

11 réflexions au sujet de « Nouvelles du coronavirus : Japon et Chine »

  1. Ping : Nouvelles du coronavirus : Japon et Chine | Qui m'aime me suive...

  2. Personnellement, je pense que c’est surtout dû au fait qu’ils n’ont pas obéi à l’OMS qui demandait de comptabiliser d’office tous les décès comme morts du covid, alors qu’en réalité, ils sont morts d’autre chose.
    Ceci doublé avec l’interdiction de pratiquer des autopsies, ce qui aurait permis de différencier les morts du covid des autres morts. Et ainsi de faire bondir artificiellement les morts du covid.

  3. La TV et les resosocios utilisent massivement les techniques du Brain-Hacking, la science exacte du lavage de cerveau, qui se glorifie d’un taux de succès de 98%.
    Ça ne laisse pas beaucoup de cerveaux fonctionnels.
    Toute ma famille française et mes connaissances françaises sont complètement nazes, répétant servilement et en boucle le dernier mensonge officiel.
    Qu’ils meurent bientôt n’est finalement pas grave, c’est le destin qu’ils se sont choisi en acceptant cette déchéance.
    Une solution de résistance existe : casser la télé et déconnecter son mobile d’Internet !
    Mais je prêche sans doute à des convaincus.

    • ça fait plus de 20 ans que je n’ai plus de tele ,bien que par moment je regarde sur internet certains reportages arte ou RT en restant tres prudent sur le risque de virus moutonneux..
      entre autre le fameux reportage sur la vie de Bernays ,neveu de freud que tous les refractaires devraient avoir vu pour mieux comprendre ce qu’il se passe..
      lire aussi « propaganda » du meme champion de la manipulation..

  4. Et oui, les joies de la dictature (je parle de la Chine, pas du Japon).
    Maintenant, que le virus ait été « modifié » dans le laboratoire de Wuhan, pas pour d’autres raisons que « guerre bactériologique », et qu’il y ait une « fuite » accidentelle, involontaire, pourquoi pas ?
    je veux juste dire que c’est une hypothèse à ne pasbalayer d’un revers de main et d’un haussement d’épaules.
    Cela ne remet pas en cause la rapidité (et la « brutalité ») des mesures sanitaires que les chinois ont mises en œuvre, avec efficacité semble t il (je ne serai pas aussi confiant dans la probité des statistiques chinoises);

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s