Fessenheim : le décompte sordide a commencé

Les réacteurs de la centrale électrique de Fessenheim ont été mis à l’arrêt plus pour des raisons de basse politique politicienne que technique ou de sureté. Les barres de contrôle intriquées dans les assemblages de combustible sont tombées comme on met un couvercle sur un cercueil en regrettant le mort qui s’y trouve comme tous les ingénieurs et techniciens de cette usine on du le regretter. Puis du borate de sodium a été injecté dans le circuit primaire de refroidissement. Quand la température atteinte s’est trouvée proche de la température extérieure, le réacteur a été ouvert et l’extraction des assemblages de combustible a pu être opérée. Ces assemblages, les uns après les autres, ont été transférés un à un dans une piscine de désactivation située hors du bâtiment-réacteur, piscine refroidie car l’eau de cette piscine capte la chaleur résiduelle de la fission des transuraniens apparus lors du flux de neutrons créés par la fission, source de chaleur exploitée pour produire de la vapeur ainsi que la fission résiduelle due en particulier à l’apparition de plutonium par capteur d’un neutron dans le noyau de l’uranium-238. La plupart des assemblages seront exploités dans d’autres réacteurs du même type dans les mois et les années à venir. L’usine de Fessenheim est maintenant déconnectée du réseau alors qu’elle aurait pu continuer à produire de l’énergie sans aucun incident ou accident pendant peut-être encore 30 ans voire plus.

Il faudra attendre près de 20 ans pour commencer à couper en morceau toutes les installations situées dans les bâtiments-réacteur. Dans deux ans environ tous les assemblages de combustible auront été évacués. Alors seulement les ouvriers-casseurs encartés au parti EELV pourront commencer avec un plaisir non dissimulé leur travail de démolition d’une partie du patrimoine industriel national français que nous, les anciens, avons payé avec nos impôts mais ils s’en moqueront, trop heureux d’avoir fait un sale coup aux « consommateurs ».

Pendant ce temps les jours passent et depuis le premier juillet 2020 ce sont 56 millions de voitures électriques qui n’auront pas pu être rechargées avec l’énergie électrique de la centrale nucléaire de Fessenheim (en considérant qu’une recharge dure 12 heures) et chaque 5 semaines qui passeront ce seront toujours 56 millions de voitures électriques privées de rechargement qui aurait pu être gratuit si les écologistes avaient accepté que cette installation continue à fonctionner à condition que toute l’énergie électrique qu’elle aurait produit soit dédiée au rechargement gratuit de voitures électriques. C’est un peu de la fiction mais ce court récit met en évidence la totale incompétence de ces politiciens de pacotille qui veulent, quelles qu’en soient les conséquences sur le peuple, détruire le tissu industriel énergétique français, soumis pieds et poings liés aux diktats des écologistes qui réussiront, eux, avec leur démagogie effrayante, à soumettre les peuples, d’un commun accord avec les puissances apatrides de la finance dont ils servent d’outils serviles sans même s’en rendre compte. C’est beau la vie politique française de ce début de XXIe siècle avec une sortie de crise économique créée de toute pièce par la totale incurie gouvernementale, gouvernement qui va consacrer 25 milliards d’euros à cette transition énergétique dont on entrevoit la tournure qu’elle va prendre dans les toutes prochaines années. Associer le retour d’une croissance économique à la sacro-sainte transition énergétique (avec la première étape emblématique de sa stupidité qu’est la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim) ne pourra au contraire qu’aggraver cette situation et jeter dans la misère des millions de Français …

5 réflexions au sujet de « Fessenheim : le décompte sordide a commencé »

  1. Oui je ne peux que vous suivre. Ces politiciens de pacotille sont en train de continuer un sans retour, celui de détruire le tissu industriel énergétique français et industriel tout court, en faisant fuir les industries soumises à trop de charges dont celle exemplaire des retraites. Les mêmes qui font semblant de s’offusquer quand une industriel japonais va fermer son usine de pneumatiques. J’avais compris que quand on on tue la voiture on n’a plus besoin de fabriquer des pneumatiques. Et bientôt on fermera les usines de fabrique des moteurs diesel. Ce qui fera hurler devant les micros ces mêmes incapables que les patrons sont des voyous. Oui ces rigolos qui nous gouvernent sont des vrais guignols. Faut leur reconnaitre une performance dans la durée, celle de nous plumer vivant et même mort pour faire durer leur système de gavage. Payé à ne rien faire de productif. Même le vent qu’ils produisent est inutilisable.

  2. Il suffirait pourtant de jeter un coup d’œil (critique) sur l’Allemagne. Un point intéressant est que l’électricité est de plus en plus produite loin de son lieu de consommation : de région à région, de pays à pays, de la mer vers le continent. D’où un réseau coûteux, élargi, à l’équilibre difficile. Avant je craignais l’orage au-dessus de ma tête. Faudra-t-il que je craigne tous les orages se produisant en Europe ?

  3. Il va falloir se munir d’onduleurs sérieux parce que la sinusoïde va devenir triangulaire…
    Et cela, les appareils électroniques n’aiment pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s