Climat et dérive idéologique : Un éminent météorologiste admet que le débat sur le climat concerne aussi la justice sociale.

Eric Holthaus, un éminent activiste climatique et météorologue, a admis que l’activisme pour le changement climatique ne concerne pas la science du climat, mais vraiment la « justice ». Cet aveu de Holthaus n’est que le dernier de ceux d’une longue lignée de « scientifiques » et d’autres personnalités admettant que le radicalisme politique de gauche est le véritable objectif de la crise climatique affirmée.

Dans un Tweet, Holthaus a rejoint ces alarmistes climatiques de gauche, admettant désormais pleinement qu’après tout la « crise » ou « l’urgence » climatique n’est pas une question de science :

Capture d’écran 2020-09-06 à 11.52.57.png

« L’urgence climatique n’est pas une question de science, mais de justice ».

Ce n’est pas la première fois que Holthaus révèle que la révolution sociale guide son plaidoyer, le changement climatique servant de cheval de Troie à la révolution sociale. Holthaus avait précédemment affirmé que les rapports climatiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC/GIEC) des Nations Unies nécessitaient d’imposer « un soutien rigoureux pour démanteler systématiquement le capitalisme ».

Dans le monde de Holthaus, c’est aussi la « suprématie blanche » qui doit également être démantelée sous prétexte de lutter contre le changement climatique. Kate Marvel, une militante pour le climat également scientifique de la NASA, a fait cette affirmation farfelue le 1er juin 2020: « La justice climatique et la justice raciale sont la même chose … nous ne pourrons jamais éviter une catastrophe climatique sans démanteler la suprématie blanche ».

Mais attendez, il y en a plus!

La députée Alexandria Ocasio-Cortez a commis des erreurs similaires sur la vraie raison du « Green New Deal ». Le chef de cabinet d’AOC a reconnu que le Green New Deal n’était pas conçu pour faire face au changement climatique. « Ce qui est intéressant à propos du Green New Deal, c’est que ce n’était pas du tout une question climatique à l’origine », a déclaré le chef de cabinet de l’AOC, Saikat Chakrabarti, au Washington Post.

« Pensez-vous que c’est un problème climatique ? » a-t-on à Chakrabarti clairement. Sa réponse a été : « Parce que nous pensons vraiment à cela comme à la façon de changer l’économie dans son ensemble ».

En outre, l’ancien assistant de campagne de l’AOC, Waleed Shahid, a admis que le Green New Deal est une « proposition de redistribution de la richesse et du pouvoir des gens d’en haut vers ceux d’en bas ».

La chef des Nations Unies pour le climat, Christiana Figueres, déclarait déjà en 2012 qu’elle cherchait une « transformation centralisée » qui « rendre la vie de chacun sur la planète très différente ».

L’éminente militante pour le climat chez les adolescents Greta Thunberg a déclaré lors de la conférence de Madrid sur le climat en 2019 : « La crise climatique ne concerne pas seulement l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de la justice et de la volonté politique. Des systèmes d’oppression coloniaux, racistes et patriarcaux l’ont créée et alimentée. Nous devons tous les démanteler. Nos dirigeants politiques ne peuvent plus se soustraire à leurs responsabilités ».On peut se demander qui a écrit cela pour elle, car elle avait 16 ans à l’époque.

Il est clair que les hurlements d’une catastrophe planétaire imminente et les revendications d’une « urgence climatique» sont simplement un moyen de contraindre les politiciens et les bureaucrates en charge de notre économie à prendre le contrôle de l’énergie. Leur programme a perdu tout semblant de science et n’est plus qu’un outil pour prendre aussi le contrôle de nos vies.

Article paru sur le site Wattsupwiththat. Note : Eric Holthaus est météorologiste. Il écrit des articles pour Grist, Slate et le Wall Street Journal. Il a récemment publié fin Juin 2020 un essai intitulé « The Future Earth » qui est un exposé des méthodes radicales pour changer les effets adverses sur le climat de l’activité humaine comme par exemple instituer un contrôle généralisé des naissances, une limitation des transports aériens et maritimes et un « retour à la terre ». Dans son article Antony Watts ne mentionne pas la pandémie coronavirale qui a été mise à profit par les mêmes radicaux de gauche pour accélérer la mise en place d’un gouvernement mondial. En Europe nous souffrons déjà tous de privations de liberté individuelle et la situation ne pourra qu’empirer. Triste avenir pour mes petits-enfants …

3 réflexions au sujet de « Climat et dérive idéologique : Un éminent météorologiste admet que le débat sur le climat concerne aussi la justice sociale. »

  1. Et il y a même des gens qui croient, ou essaient de nous faire croire, que le Green New Deal est une « proposition de redistribution de la richesse et du pouvoir des gens d’en haut vers ceux d’en bas » !
    Stultorum infinitus est numerus….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s