Exploitation du corps féminin (4) : L’attitude des féministes japonaises

Au Japon les mères porteuses étrangères devinrent progressivement, malgré les interdictions juridiques qui du fait de la demande croissante s’assouplirent au cours des années, d’abord russes puis ukrainiennes et enfin géorgiennes bien que certains couples faisaient encore appel à des organisations américaines. Les Ukrainiennes et les Géorgiennes étaient considérées comme des Occidentales, blanches et chrétiennes, donc pénétrées des enseignements altruistes de leur religion même si pour nombre de Japonais la religion chrétienne paraît mystérieuse voire incompréhensible en regard du bouddhisme et du shintoïsme. L’attitude des mouvements féministes japonais est ambigüe dans le mesure où d’une part ces mouvement considèrent que les mères porteuses pour autrui constituent un élément indéniable de la libération de la femme japonaise. D’autre part les féministes considèrent qu’accepter d’être une mère porteuse contribue au développement d’une collaboration ou d’une nouvelle forme d’entraide entre femmes. Rarement les mouvements féministes ont considéré que rémunérer une mère porteuse était une forme de prostitution. En effet, la mère porteuse-concubine n’était pas considérée comme une prostituée bien qu’elle ait pu être parfois obligée de consentir à avoir, selon toute vraisemblance, des relations sexuelles répétées et plus ou moins consenties avec le chef de famille. La mère porteuse moderne, pour certaines féministes japonaises, paraissait être une résurgence d’une forme d’autorité patriarcale ancienne mais révolue dans le Japon moderne. Enfin pour les féministes le spectre de la soumission par l’homme n’est plus une cause à défendre dans le cas de la grossesse pour autrui car ces femmes choisissent librement de « louer » leur utérus puisque personne ne les contraint à faire ce geste.

La forme moderne de la grossesse pour autrui a établi une séparation totale entre la sexualité et la reproduction. La seule intrusion physique dans le corps de la femme porteuse est l’introduction d’une sonde dans l’utérus via le vagin pour y transférer l’embryon, en général plusieurs embryons car l’expérience a montré que l’implantation d’un seul embryon était dans la grande majorité des cas vouée à l’échec.

Capture d’écran 2020-08-21 à 16.54.21.png

Enfin, ce mythe de la femme blanche, chrétienne et occidentale comme idéale pour porter l’enfant d’autrui a franchi les frontières du Japon. Et ce phénomène est tout à fait inattendu car il s’est répandu en Chine. Depuis l’autorisation faite aux couples chinois d’avoir à nouveau deux enfants, la fin de la politique de l’enfant unique qui avait provoqué une recrudescence des foeticides de sexe féminin dans ce pays, on assiste à l’apparition d’une multitude d’agences proposant les services de mères porteuses essentiellement dans les pays occidentaux, la Russie et la Géorgie faisant partie de ces pays ainsi que paradoxalement les Etats-Unis. Pour l’Eurasie l’agence Newlife Georgia établie à Tbilisi, par exemple, est implantée dans de nombreuses grandes villes de Chine. On peut conclure que la grossesse pour autrui a suivi le mouvement de la mondialisation de l’économie. Le cas de la Chine est significatif : comment avoir imaginé il y a 30 ans que des couples de Chinois aisés fassent appel aujourd’hui à des femmes de Californie, pas nécessairement blanches mais avant tout chrétiennes, pour porter leurs enfants (illustration). N’est-ce pas une preuve de l’émergence dans ce pays d’une classe moyenne aisée ?

Tous les billets de cette série ont été inspirés d’un article de Madame Yoshie Yanagihara, Professeur à la Tokyo Denki University, doi : https://doi.org/10.1111/bioe.12758, qui m’a été gracieusement communiqué par l’auteur, vivement remerciée ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s