On ne célèbre jamais les défaites de la République : la reddition de Bazaine

1920px-LesAdieuxL1110952_(3).jpg

Il y a 150 ans, en cette fin de mois d’août, vers le 18, le maréchal Bazaine, défait quelques jours auparavant par l’armée prussienne à Gravelotte, se réfugie à Metz, une ville fortifiée réputée imprenable. La deuxième armée prussienne s’installe alors autour de Metz pour l’assiéger le 20 août 1870. Le siège durera jusqu’à la fin du mois d’octobre alors que Napoléon III a été capturé le 2 septembre lors de la bataille de Sedan, et la capitulation de l’armée de Mac Mahon le même jour.

Cette résistance de la ville de Metz, traduction dans les faits de l’orgueil délirant de Bazaine, exacerbera la vengeance des Prussiens qui, le jour de la reddition de la ville le 28 octobre, se retrouvera de facto allemande, la ville de Metz devenant la préfecture de la « Lorraine allemande », le nouveau gouverneur étant le Comte Guido Henckel von Donnersmarck, bien avant la signature de l’armistice. La chute de la ville de Metz aura d’immenses répercussions dans l’opinion publique française et Bazaine sera plus tard condamné pour trahison et intelligence avec l’ennemi. Il a été contraint de livrer 226000 personnels militaires aux Allemands dont trois maréchaux et cinquante généraux. L’armement lourd de la ville de Metz contribuera à la mise en place du siège de Paris en 1870-1871 l’armée prussienne arrivant à Melun dès le 12 septembre 1870. On connait la suite …

Source : Wikipedia, peinture de Théodore Devilly décrivant l’adieu des soldats à leurs généraux près de la voie ferrée Paris-Metz

3 réflexions au sujet de « On ne célèbre jamais les défaites de la République : la reddition de Bazaine »

  1. Bonsoir.
    Pour avoir visité le musée de Gravelotte, il s’agit d’une victoire française, et si ça tombait comme à Gravelotte, c’était les prussiens qui sont tombés. (c’est une des rares victoires de la guerre de 1870).
    Quand à Bazaine, il a rendu Metz, alors que rien ne l’y obligeait, seulement son ambition politique: il voulait jouer un rôle dans le gouvernement de la jeune République!!! Il n’a pas été pardonné, et son nom est passé à la postérité comme un traître fini. Il aurait pu tenir comme Denfer-Rochereau. Tous ces événements font partie de ce qui mènera à la commune de Paris.
    Cordialement.
    Bernard

    • J’admets en effet ma confusion tant les évènements durant cet été 1870 étaient précipités. Ce court billet voulait mettre en évidence l’inutilité de la guerre entre peuples voisins dans le cas de la guerre de 1870 et de celles qui suivront. Je fais partie ce cette génération d’Européens qui n’ont jamais connu la guerre de leur vivant sur leur patrie puisque je suis né peu après l’armistice de 1945 grace à la mise en place de l’Union européenne pourtant tant décriée à juste titre bien qu’elle ait préservé la paix en Europe, pour combien de temps encore ? Voilà une bonne question.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s