La guerre « froide » entre les États-Unis et la Chine

Dans une économie mondialisée le conflit économique entre les USA et la Chine  place les alliés de Washington sous des tirs croisés et causera des dommages GRAVES

Par Finian Cunningham, 27 juillet 2020

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo appelle à « une alliance des démocraties » pour affronter la Chine. Cela équivaut à une nouvelle guerre froide dans laquelle les nations sont obligées de se ranger du côté de Washington ou du côté de Pékin. C’est un jeu de pouvoir tyrannique classique de Washington, mais ironiquement, ce sont les Américains qui accusent Pékin d’être la « nouvelle tyrannie » du monde.

Cependant, une telle démarcation polarisée de la planète telle que désignée par Washington est impossible dans une économie mondiale hautement intégrée, des marchés financiers et des consommateurs aux chaînes d’approvisionnement. Le cas des « terres rares » montre une fois de plus à quel point même l’armée américaine dépend de la Chine pour l’approvisionnement en lanthanides utilisés dans ses systèmes d’armements. L’armée américaine a outrepassé les dispositions de protection de l’environnement pour remettre en exploitation le gisement de Moutain Pass en Californie au grand dam des écologistes.

Toute l’économie américaine dépend en effet de la Chine, qui est le plus grand partenaire commercial de l’Amérique. En 2019, les États-Unis ont accusé un déficit commercial de 345 milliards de dollars avec la Chine malgré trois ans de politique « Making America Great Again » sous l’administration Trump. Le déficit avec la Chine représente environ la moitié du déséquilibre commercial total des États-Unis avec le reste du monde. Et c’est ainsi depuis de nombreuses années. Donc, la notion autoritaire de « couper les liens avec la Chine », comme Trump dit qu’il a l’intention de le faire, est facile.

C’est ce qui rend tout aussi futile la montée de l’hostilité style guerre froide envers la Chine. La fermeture des consulats et l’émission de mises en accusation pour espionnage présumé ne conduisent qu’à une impasse que les États-Unis ne peuvent pas vraiment appliquer ni éviter vis-à-vis de l’opinion.

Il en va de même pour les alliés américains que Washington pousse à se joindre à une bataille de la guerre froide. L’Australie, la Grande-Bretagne, le Canada, entre autres, sont pris dans un feu croisé idéologique qui entraînera de graves pertes pour leurs économies. Les agriculteurs australiens paient déjà un prix douloureux après l’annulation de commandes par la Chine à l’exportation en raison du fait que Canberra est perçue comme un substitut de Washington pour des allégations provocantes de coronavirus contre Pékin.

Pompeo était à Londres il y a deux semaines (ce billet a été écrit le 27 juillet 2020) et il a exhorté le « monde libre » à tenir tête à la Chine. Cela fait suite à l’annonce par le gouvernement britannique de supprimer un accord de partenariat avec la société chinoise Huawei pour moderniser les télécommunications britanniques. Cette décision a été motivée par une pression intense exercée sur Londres par l’administration Trump pour snober la Chine en raison d’un prétendu « risque pour la sécurité nationale ». Mais les décisions des autorités britanniques auront probablement des répercussions néfastes sur l’économie britannique. La modernisation de son infrastructure de télécommunications sera retardée et beaucoup plus coûteuse. De plus, la Chine est un partenaire commercial majeur de la Grande-Bretagne, comme elle l’est avec la plupart des pays, car elle est la deuxième économie mondiale après les États-Unis. Alors que la Grande-Bretagne trace un nouvel environnement commercial mondial après le Brexit, elle aura plus que jamais besoin de la bonne volonté de la Chine.

L’Union européenne est également dépendante de la Chine pour le commerce et l’investissement. Cela expliquerait pourquoi les dirigeants européens se méfient de la politique polarisante de Washington qui consiste à fracturer le monde en une crise de type guerre froide. Une telle représentation à somme nulle du monde est tout simplement intenable et encore plus intenable dans une économie mondiale intégrée. Couper les liens avec la Chine, c’est comme se couper le nez pour améliorer l’aspect de son visage.

Pendant la guerre froide avec l’Union soviétique, le monde était largement isolé entre les deux blocs. L’interconnexion économique était minime. Un rideau de fer était possible à maintenir en raison de la séparation rigide entre les économies. Ce type d’isolement artificiel est impossible dans le monde d’aujourd’hui de plus en plus interconnecté.

Même Pompeo l’admet, quoique péjorativement. Dans un discours liminaire cette semaine, il a fait remarquer avec dédain : « Contrairement à l’Union soviétique, la Chine est profondément intégrée dans l’économie mondiale (…) L’URSS était isolée du monde libre. La Chine communiste est déjà à l’intérieur de nos frontières ».

Lorsque même le Pentagone doit se plier aux réalités de l’économie mondiale et à sa dépendance à l’égard de la Chine pour des produits vitaux, alors nous devons savoir que la nouvelle guerre froide recherchée par Washington avec la Chine est une chimère. C’est une rhétorique vide de sens pour justifier une idéologie de conflit que Washington doit poursuivre pour ses prétentions anachroniques de domination mondiale.

Malheureusement, en imposant cette vision hostile du monde, de nombreux pays, y compris les soi-disant alliés des Etats-Unis, souffriront économiquement. Et pendant ce temps-là les tensions internationales s’intensifient dangereusement.

Finian Cunningham , ancien rédacteur scientifique pour la Royal Society of Chemistry, Cambridge, Angleterre, a poursuivi une carrière dans le journalisme. Il est également musicien et auteur-compositeur. Pendant près de 20 ans, il a travaillé comme rédacteur en chef et écrivain dans de grandes organisations de médias d’information, notamment The Mirror, The Irish Times et The Independent. Article paru sur le site informationclearinghouse.info

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s