Brève. La psychose coronavirale a dépassé les limites de la bêtise humaine.

Durant le XVIIIe siècle et la première moitié du XIXe siècle, la période dite Edo, le Japon se replia sur lui-même. Cette période de strict isolationisme arriva à son terme avec la restauration Meiji (1867-1912) qui préfigurait le Japon moderne. La fin de la période Edo japonaise coïncida avec la fin de la seconde guerre de l’opium (1856-1860) organisée par les pays européens pour ouvrir la Chine au commerce. Peut-être que le Japon accepta de s’ouvrir au monde occidental en constatant les atrocités invraisemblables commises par les Anglais, les Français et les Américains sur le sol chinois. Le pillage du palais d’été de l’empereur n’est qu’un épiphénomène car la réalité de cette guerre de l’opium est toute autre. Il y eut environ 30 millions de Chinois proprement massacrés dans la joie partagée par les trois puissances hégémoniques de l’époque, les livres d’histoire tant français qu’anglo-saxons semblent l’avoir oublié. Les informations circulant jusqu’au Japon, le nouvel empereur ouvrit son pays à l’influence occidentale pour éviter que des puissances occidentales envahissent le pays et massacrent ses sujets. Néanmoins le Japon est resté fondamentalement un pays insulaire et ce petit rappel historique permettra à mes lecteurs de comprendre l’objet de mon billet du jour.

Einstein disait que la bêtise humaine donnait une assez bonne idée de l’infini et il semble bien que cette bêtise n’a en effet pas de limite. L’exemple actuel du Japon en est une illustration. Mon fils est résident permanent au Japon depuis près de 15 ans. Il habite et travaille à Tokyo, il a fondé une famille en épousant une Japonaise avec laquelle il a eu deux charmants enfants inscrits au Consulat de France, donc de nationalité française au moins jusqu’à leur majorité. En ces temps troublés par la pandémie de grippe coronavirale (« la » Covid comme disent certains, j’ignorais que les virus avaient un sexe) si mon fils, pour des raisons professionnelles ou familiales, devait se rendre en France il ne pourrait plus rentrer au Japon bien qu’étant résident permanent. Si un Japonais résidant à Paris désirait aller visiter sa famille au Japon il pourrait sans problème entrer au Japon – parce qu’il est Japonais – mais pas mon fils puisqu’il arriverait d’un pays à risque comme pourtant ce Japonais hypothétique que je viens de mentionner.

Comme chaque année je vais voir mon fils et sa famille à Tokyo au printemps et à l’automne. J’ai été privé de mon séjour printanier en raison de la quarantaine et j’envisage d’aller à Tokyo fin septembre-début octobre. Mon fils m’a vivement conseillé de me renseigner auprès du Consulat du Japon à Madrid avant de décider des dates de mon séjour.

Il m’est difficile de comprendre pourquoi les autorités japonaises font une distinction entre les ressortissants japonais résidant à l’étranger et les ressortissants étrangers résidant au Japon. C’est peut-être le cas pour d’autres pays mais à mes yeux je trouve ce type de disposition totalement stupide sans aucune espèce de justification ni logique ni scientifique. On a donc bien ici une preuve de l’infinité de la bêtise humaine surtout quand le cerveau est déréglé par la peur … ce qui est le cas dans le monde entier en ce moment.

Comme je l’ai exposé dans l’introduction historique de ce billet le Japon est un pays insulaire et tout intrus est considéré comme étranger donc d’un statut social inférieur. Ces dispositions sanitaires stupides et discriminatoires prises par les autorités japonaises ne sont motivées que par ce lointain souvenir de l’ère Edo qui prônait un isolationnisme strict … en quelque sorte un retour aux heures sombres de l’histoire, mais je m’égare, très nerveux à l’idée que je ne pourrai peut-être pas voir mes petits-enfants ni mon fils cet automne.

3 réflexions au sujet de « Brève. La psychose coronavirale a dépassé les limites de la bêtise humaine. »

  1. La covid, avec le d de disease, c’est la seule raison, comme 19, l’année d’identification, quoi qu’en disent éhontément des « pro de santé institutionnels » qui -comme certains nuages s’arrêtant aux frontières-, n’est pas un perdreau de l’année. Et vous nous avez d’ailleurs montré des liens fort intéressants sur une antériorité de cette infection.
    Je vous souhaite de retrouver au plus tôt vos proches insulaires.
    À vous relire bientôt,
    Isabelle

  2. Il est normal qu’en cas de pic pétrolier, le transport soit reserve aux nationaux, et que tout soit fait pour décourager ou empêcher la majorité de voyager. Ma famille est dans le meme cas que vous..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s