Le Cartel de la Réserve fédérale : les huit familles qui dirigent le monde de la finance.

Capture d’écran 2020-07-13 à 19.06.23.png

Article de Dean Henderson, journaliste d’investigation. J’avais archivé cet article qui visiblement n’a pas plu en haut lieu outre-Atlantique puisque le site de l’auteur a été supprimé par les fournisseurs d’accès au Web. J’ai donc décidé de prendre le risque de le traduire pour mes lecteurs afin de les éclairer sur les grands desseins du monde financier apatride. Ce texte un peu décousu mérite une lecture détaillée. J’ai mis en exergue quelques passages en caractères gras. Les propos de ce texte n’engagent que son auteur. Source via free21.org. Illustrations : siège de la Banque des Règlements Internationaux à Basel en Suisse (Wikipedia) et première réunion de la mise en place de la « FED » en 1913.

Qui sont donc les actionnaires des banques créatrices de monnaie américaines et mondiales ? Cette information est très soigneusement gardée secrète. Mes requêtes auprès des agences de réglementation bancaire concernant la propriété d’actions dans les 25 principales sociétés de portefeuille bancaires américaines ont obtenu le statut du Freedom of Information Act, avant d’être refusées pour des raisons de « sécurité nationale ». C’est assez ironique, car de nombreux actionnaires de la banque résident en Europe. US Trust Corporation – fondée en 1853 et maintenant détenue par Bank of America – est un dépositaire important de la richesse de l’oligarchie mondiale qui possède ces sociétés de portefeuille bancaires. Walter Rothschild était récemment administrateur de sociétés et fiduciaire honoraire de US Trust.

Les autres administrateurs étaient Daniel Davison de JP Morgan Chase, Richard Tucker d’Exxon Mobil, Daniel Roberts de Citigroup et Marshall Schwartz de Morgan Stanley. JW McCallister, un initié de l’industrie pétrolière avec des liens avec The House of Saud, a écrit dans The Grim Reaper que les informations qu’il avait acquises auprès de banquiers saoudiens faisaient état de la propriété à 80% de la New York Federal Reserve Bank – de loin la succursale de la Fed la plus puissante – par seulement huit familles dont quatre résident aux États-Unis. Ce sont les Goldman Sachs, Rockefeller, Lehman et Kuhn Loeb de New York, les Rothschild de Paris et de Londres, les Warburg de Hambourg, les Lazard de Paris, et les Israel Moses Seif de Rome. Le CPA (certified public accountant) Thomas D. Schauf corrobore les affirmations de McCallister, ajoutant que dix banques contrôlent les douze succursales de la Federal Reserve Bank. Il nomme NM Rothschild de Londres, Rothschild Bank de Berlin, Warburg Bank de Hamburg, Warburg Bank d’Amsterdam, Lehman Brothers de New York, Lazard Frères de Paris, Kuhn Loeb Bank de New- York, Israel Moses Seif Bank d’Italy, Goldman Sachs de New York et JP Morgan Chase Bank de New York.

Schauf répertorie William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman parmi les individus qui détiennent des parts importantes de la Fed. Les Schiff sont liés à Kuhn Loeb. Les Stillman sont liés à Citigroup, qui se sont associé au clan Rockefeller au tournant du siècle. Eustace Mullins est arrivé aux mêmes conclusions dans son livre The Secrets of the Federal Reserve, dans lequel il affiche des organigrammes reliant la Fed et ses banques membres aux familles de Rothschild, Warburg, Rockefeller et les autres. Le contrôle que ces familles bancaires exercent sur l’économie mondiale ne peut être sous-estimé et est tout à fait intentionnellement entouré de secret. Leur branche des médias d’entreprise est prompte à discréditer toute information exposant ce cartel de banque centrale privée comme une « théorie du complot ». Pourtant, les faits demeurent.

La Maison Morgan, en d’autres termes La Federal Reserve Bank, est née en 1913, la même année que le décès du banquier américain J. Pierpont Morgan et la Fondation Rockefeller a été également créée cette même année. La House of Morgan dirigeait la finance américaine au carrefour de Wall Street et Broad à New-York, agissant en tant que quasi-banque centrale américaine depuis 1838, lorsque George Peabody l’a fondée à Londres. Peabody était un associé commercial des Rothschild. En 1952, le chercheur s’intéressant à l’histoire la Fed, Eustace Mullins, a émis l’hypothèse que les Morgan n’étaient rien de plus que des agents des Rothschild. Mullins a écrit que les Rothschild « préféraient opérer de manière anonyme aux États-Unis derrière la façade de J.P. Morgan & Company ». L’auteur Gabriel Kolko a déclaré : « Les activités de Morgan en 1895-1896 dans la vente d’obligations d’or américaines en Europe étaient basées sur une alliance avec la maison Rothschild ». La pieuvre financière Morgan a rapidement déroulé ses tentacules dans le monde entier. Morgan Grenfell opérait à Londres. Morgan et Cie régnait sur Paris. Les cousins Lambert de la famille Rothschild ont créé Drexel & Company à Philadelphie.

La maison Morgan s’adressait aux Astor, DuPont, Guggenheim, Vanderbilt et Rockefeller. Elle a financé le lancement d’AT&T, de General Motors, de General Electric et de DuPont. Tout comme les banques Rothschild et Barings basées à Londres, Morgan est devenue partie intégrante de la structure du pouvoir dans de nombreux pays. En 1890, la Maison Morgan a prêté à la banque centrale égyptienne, financé des chemins de fer russes, des obligations flottantes du gouvernement provincial brésilien et financé des projets de travaux publics argentins. Une récession en 1893 a renforcé le pouvoir de Morgan. Cette année-là, Morgan a sauvé le gouvernement américain d’une panique bancaire, formant un syndicat pour soutenir les réserves du gouvernement avec un envoi de 62 millions de dollars or des Rothschild. Morgan a été le moteur de l’expansion de l’Ouest aux États-Unis, finançant et contrôlant les chemins de fer à destination de l’Ouest par le biais de droits de vote de fiducies. En 1879, le New York Central Railroad financé par la branche Morgan de Cornelius Vanderbilt accorda des tarifs d’expédition préférentiels au monopole naissant de la Standard Oil de John D. Rockefeller, consolidant ainsi la relation Rockefeller / Morgan. La Maison de Morgan tomba désormais sous le contrôle des familles Rothschild et Rockefeller.

Un titre du New York Herald disait: « Railroad Kings Form Gigantic Trust ». J. Pierpont Morgan, qui déclara un jour : « La concurrence est un péché », déclara joyeusement par la suite : « Pensez-y. Tout le trafic ferroviaire concurrent à l’ouest de Saint-Louis est placé sous le contrôle d’une trentaine d’hommes ». La banque Morgan et Edward Harriman de la banque Kuhn Loeb, détenaient le monopole des chemins de fer, tandis que les dynasties bancaires Lehman, Goldman Sachs et Lazard se joignaient aux Rockefeller pour contrôler la base industrielle américaine. En 1903, le Banker’s Trust a été créé par les huit familles. Benjamin Strong du Banker’s Trust a été le premier gouverneur de la Banque de réserve fédérale de New York. La création de la Fed en 1913 a fusionné le pouvoir des huit familles avec la puissance militaire et diplomatique du gouvernement américain. Si leurs prêts à l’étranger n’étaient pas payés, les oligarques pourraient désormais déployer des Marines américains pour recouvrer les dettes. Morgan, Chase et Citibank ont formé un syndicat de prêt international. La maison de Morgan était bienvenue à la maison britannique des Windsor et la maison italienne de Savoie. Les Kuhn Loeb, Warburg, Lehman, Lazard, Israel Moses Seif et Goldman Sachs avaient également des liens étroits avec les familles royales européennes.

En 1895, Morgan contrôlait le flux d’or entrant et sortant des États-Unis. La première vague américaine de fusions en était à ses balbutiements et était promue par les banquiers. En 1897, il y a eu soixante-neuf fusions industrielles. En 1899, il y en avait mille-deux-cent. En 1904, John Moody – fondateur de Moody’s Investor Services – déclara qu’il était impossible de parler des intérêts de Rockefeller et de Morgan séparément. La méfiance du public à l’égard de ces deux entités bancaires s’amplifia. Beaucoup les considéraient comme des traîtres travaillant pour le vieil argent européen. Standard Oil de Rockefeller, US Steel d’Andrew Carnegie et les chemins de fer d’Edward Harriman ont tous été financés par le banquier Jacob Schiff de Kuhn Loeb, qui a travaillé en étroite collaboration avec les Rothschild européens. Plusieurs États occidentaux ont interdit les activités de ces banquiers. Le prédicateur populiste William Jennings Bryan a été trois fois candidat démocrate à la présidence US de 1896 à 1908. Le thème central de sa campagne anti-impérialiste était que l’Amérique tombait dans le piège de la « servitude financière envers la capitale britannique ». Teddy Roosevelt a vaincu Bryan en 1908, mais a été contraint par cette traînée de poudre populiste de promulguer la loi anti-trust Sherman. Il a ensuite poursuivi le Standard Oil Trust. En 1912, les audiences Pujo ont eu lieu, portant sur la concentration du pouvoir à Wall Street ( https://en.wikipedia.org/wiki/Pujo_Committee ).

La même année, Mme Edward Harriman a vendu ses parts substantielles dans la Guaranty Trust Bank de New York à J.P.Morgan qui créa alors le Morgan Guaranty Trust. Le juge Louis Brandeis a convaincu le président Woodrow Wilson de demander la fin des directions imbriquées les unes dans les autres des conseils d’administration. En 1914, le Clayton Anti-Trust Act a été adopté. Jack Morgan – le fils et successeur de J. Pierpont Morgan – a répondu en appelant ses clients Remington et Winchester à augmenter la production d’armes. Il a soutenu que les États-Unis devaient entrer dans la Première Guerre mondiale. Aiguillonné par la Fondation Carnegie et d’autres grands noms de l’oligarchie, le Président Wilson a fini par céder. Comme l’a écrit Charles Tansill dans America Goes to War : « Avant même le choc des armes, la firme française Rothschild Frères a câblé à Morgan & Company à New York pour suggérer la proposition d’un prêt de 100 millions de dollars, dont une partie substantielle devait être levée aux États-Unis pour payer les achats français de produits américains ». La Maison de Morgan a financé la moitié de l’effort de guerre américain, tout en recevant des commissions pour aligner des entrepreneurs tels que GE, Du Pont, US Steel, Kennecott et ASARCO. Tous étaient des clients de Morgan. Morgan a également financé la guerre des Boers britanniques en Afrique du Sud et la guerre franco-prussienne. La Conférence de paix de Paris de 1919 était présidée par Morgan, qui dirigeait les efforts de reconstruction des allemands et des alliés. Dans les années 1930, le populisme a refait surface en Amérique après que Goldman Sachs, Lehman Bank et d’autres ont profité du krach de 1929. Le président du comité bancaire de la Chambre des représentants, Louis McFadden (D-NY), a déclaré à propos de la Grande Dépression : « Ce n’était pas un accident. C’était un événement soigneusement conçu… Les banquiers internationaux ont cherché à provoquer une condition de désespoir ici afin qu’ils puissent émerger en tant que dirigeants de nous tous ». Le sénateur Gerald Nye (D-ND) a présidé une enquête sur les munitions en 1936. Nye a conclu que la maison Morgan avait plongé les États-Unis dans la Première Guerre mondiale pour protéger ses activités de prêts et créer une industrie des armes en plein essor. Nye a produit plus tard un document intitulé The Next War, qui faisait référence cyniquement à « la vieille déesse de la démocratie », à travers laquelle le Japon pourrait être utilisé pour attirer les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

En 1937, le secrétaire à l’Intérieur Harold Ickes a mis en garde contre l’influence des « 60 familles américaines ». L’historien Ferdinand Lundberg a par la suite écrit un livre ayant le même titre. Le juge de la Cour suprême William O. Douglas a critiqué « l’influence de Morgan… la plus pernicieuse de l’industrie et de la finance aujourd’hui ». Jack Morgan a répondu en poussant les États-Unis vers la Seconde Guerre mondiale. Morgan avait des relations étroites avec les familles Iwasaki et Dan – les deux clans les plus riches du Japon – qui possédaient respectivement Mitsubishi et Mitsui, depuis que les sociétés sont sorties des shogunats du XVIIe siècle. Lorsque le Japon a envahi la Mandchourie, massacrant des paysans chinois à Nankin, Morgan a minimisé l’incident. Morgan avait également des relations étroites avec le fasciste italien Benito Mussolini, tandis que le nazi allemand Hjalmer Schacht était un agent de liaison de la Morgan Bank pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, des représentants de Morgan ont rencontré Schacht à la Banque des règlements internationaux (BRI, en anglais BIS) à Bâle, en Suisse. La BRI, créée en 1930, est la banque la plus puissante du monde, une banque centrale mondiale pour les huit familles qui contrôlent les banques centrales privées de presque tous les pays occidentaux et en développement.

Basel_-_Bank_für_internationalen_Zahlungsausgleich1

Le premier président de la BRI était le banquier de Rockefeller Gates McGarrah, un responsable de la Chase Manhattan et de la Réserve fédérale. McGarrah était le grand-père de l’ancien directeur de la CIA Richard Helms. Les Rockefeller – comme les Morgan – avaient des liens étroits avec Londres. David Icke écrit dans « Children of the Matrix », que les Rockefeller et Morgan n’étaient que des hommes de main pour les Rothschild européens. La BRI appartient à la Réserve fédérale, à la Banque d’Angleterre, à la Banque d’Italie, à la Banque du Canada, à la Banque nationale suisse, à la Nederlandsche Bank, à la Bundesbank et à la Banque de France. L’historien Carroll Quigley a écrit dans son livre épique Tragedy and Hope que la BRI faisait partie d’un plan, « pour créer un système mondial de contrôle financier entre des mains privées capable de dominer le système politique de chaque pays et l’économie du monde dans son ensemble… être contrôlé de manière féodale par les banques centrales du monde agissant de concert par des accords secrets ». Le gouvernement américain avait une méfiance historique envers la BRI, faisant du lobbying sans succès pour sa disparition lors de la conférence de Bretton Woods de 1944 après la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de cela, le pouvoir des huit familles a été amplifié avec les accords de Bretton Woods et la création du FMI et de la Banque mondiale. La Réserve fédérale américaine n’a pris des parts de la BRI qu’en septembre 1994. La BRI détient au moins 10% des réserves monétaires d’au moins 80 des banques centrales mondiales, du FMI et d’autres institutions multilatérales. Elle sert d’agent financier pour les accords internationaux, recueille des informations sur l’économie mondiale et sert de prêteur en dernier recours pour éviter l’effondrement financier mondial. La BRI promeut un programme de fascisme capitaliste monopoliste. Elle a accordé un crédit-relais à la Hongrie dans les années 1990 pour assurer la privatisation de l’économie de ce pays. Elle a servi de canal pour le refinancement des huit familles ayant soutenu financièrement Adolf Hitler, opération dirigée par J. Henry Schroeder de Warburg et la Mendelsohn Bank d’Amsterdam. De nombreux chercheurs affirment que la BRI est au centre du blanchiment d’argent mondial de la drogue. Ce n’est pas un hasard si la BRI a son siège en Suisse, cachette préférée de la richesse de l’aristocratie mondiale, pays où se trouve le siège de la loge Alpina de la franc-maçonnerie italienne P-2 et du mouvement cryptique Nazi International. Les autres institutions contrôlées par les huit familles comprennent le Forum économique mondial plus connu sous le nom de Forum de Davos, la Conférence monétaire internationale et l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Bretton Woods fut une aubaine pour les huit familles. Le FMI et la Banque mondiale étaient au cœur de ce « nouvel ordre mondial ». En 1944, les premières obligations de la Banque mondiale ont été émises par Morgan Stanley et First Boston. La famille française Lazard s’impliqua davantage dans les intérêts de la maison Morgan. Lazard Frères – la plus grande banque d’investissement de France – appartient aux familles Lazard et David-Weill – d’anciens seniors bancaires génois représentés par Michelle Davive. Un récent président-directeur général de Citigroup était Sanford Weill. En 1968, Morgan Guaranty a lancé Euro-Clear, un système de compensation bancaire basé à Bruxelles pour les titres Eurodollar. Il s’agissait de la première tentative automatisée de ce type. Certains ont décidé d’appeler Euro-Clear « la Bête ». Bruxelles servit de siège à la nouvelle Banque centrale européenne (BCE) et à l’OTAN. La BCE a immédiatement été déplacée à Francfort à la demande de l’Allemagne. En 1973, les fonctionnaires de Morgan se sont réunis secrètement aux Bermudes pour ressusciter illégalement l’ancienne maison de Morgan, vingt ans avant l’abrogation du Glass-Steagal Act. Morgan et les Rockefeller ont fourni le soutien financier à Merrill Lynch, le propulsant dans le Big 5 de la banque d’investissement américaine. Merrill fait maintenant partie de Bank of America. John D. Rockefeller a utilisé sa richesse pétrolière pour acquérir Equitable Trust, qui avait englouti plusieurs grandes banques et sociétés dans les années 1920. La Grande Dépression a contribué à consolider le pouvoir des Rockefeller. Sa Chase Bank a fusionné avec la Manhattan Bank de Kuhn Loeb pour former Chase Manhattan, cimentant ainsi une relation familiale de longue date. Les Kuhn-Loeb avaient financé – avec Rothschild – un prêt à Rockefeller pour devenir le roi du pétrole. La National City Bank de Cleveland a fourni à John D. Rockefeller l’argent nécessaire pour se lancer dans sa monopolisation de l’industrie pétrolière américaine. La banque a été identifiée lors des audiences du Congrès comme étant l’une des trois banques appartenant à Rothschild aux États-Unis dans les années 1870, lorsque l’empire Rockefeller s’est constitué en tant que Standard Oil of Ohio.

Edward Harkness, un partenaire de la Rockefeller Standard Oil, prit le contrôle de la Chemical Bank. Un autre était James Stillman, dont la famille contrôlait le Manufacturers Hanover Trust. Les deux banques ont fusionné sous l’égide de JP Morgan Chase. Deux des filles de James Stillman ont épousé deux des fils de William Rockefeller. Les deux familles contrôlent également un gros morceau de Citigroup. Dans le secteur des assurances, les Rockefeller contrôlent Metropolitan Life, Equitable Life, Prudential et New York Life. Les banques Rockefeller contrôlent 25% de tous les actifs des 50 plus grandes banques commerciales américaines et 30% de tous les actifs des 50 plus grandes compagnies d’assurance américaines. Les compagnies d’assurance – la première aux États-Unis a été lancée par les francs-maçons par le biais de leur organisation Woodman’s of America – jouent un rôle clé dans le recyclage de l’argent de la drogue aux Bermudes. Les sociétés sous contrôle Rockefeller comprennent Exxon Mobil, Chevron Texaco, BP Amoco, Marathon Oil, Freeport McMoran, Quaker Oats, ASARCO, United, Delta, Northwest, ITT, International Harvester, Xerox, Boeing, Westinghouse, Hewlett-Packard, Honeywell, International Paper, Pfizer, Motorola, Monsanto, Union Carbide et General Foods. La Fondation Rockefeller a des liens financiers étroits avec les fondations Ford et Carnegie. Parmi les autres initiatives philanthropiques familiales, mentionnons le Rockefeller Brothers Fund, le Rockefeller Institute for Medical Research, le General Education Board, la Rockefeller University et l’Université de Chicago qui produisent un flux constant d’économistes d’extrême droite en tant qu’apologistes des capitaux internationaux, dont Milton Friedman.

La famille possède le 30 Rockefeller Plaza, où le sapin de Noël national est allumé chaque année ainsi que le Rockefeller Center. David Rockefeller a joué un rôle déterminant dans la construction des tours du World Trade Center. La maison principale de la famille Rockefeller est un complexe imposant dans le nord de l’État de New York connu sous le nom de Pocantico Hills. Ils possèdent également un duplex de 32 pièces sur la 5e Avenue à Manhattan, un manoir à Washington, DC, le Monte Sacro Ranch au Venezuela, des plantations de café en Équateur, plusieurs fermes au Brésil, un domaine à Seal Harbor dans le Maine et des complexes hôteliers dans les Caraïbes, à Hawaï et Puerto Rico. Les familles Dulles et Rockefeller sont cousines. Allen Dulles a créé la CIA, aidé les nazis, couvert le coup de Kennedy de par son influence sur la Warren Commission et conclu un accord avec les Frères musulmans pour créer des assassins à l’esprit entièrement contrôlé. Le frère John Foster Dulles a présidé les fausses fiducies Goldman Sachs avant le krach boursier de 1929 et a aidé son frère à renverser les gouvernements d’Iran et du Guatemala. Tous deux étaient des initiés de Skull & Bones, du Council on Foreign Relations (CFR) et des maçons de la 33e loge. Les Rockefeller ont joué un rôle déterminant dans la formation du Club de Rome axé sur la dépopulation dans leur domaine familial à Bellagio, en Italie. Leur domaine de Pocantico Hills a donné naissance à la Commission Trilatérale. La famille est un bailleur de fonds majeur du mouvement eugénique qui a engendré Hitler, le clonage humain et l’obsession actuelle de l’ADN dans les cercles scientifiques américains. John Rockefeller Jr. a dirigé le Population Council jusqu’à sa mort. Son fils éponyme est un sénateur de Virginie-Occidentale. Le frère Winthrop Rockefeller était lieutenant-gouverneur de l’Arkansas et demeure l’homme le plus puissant de cet État. Dans une interview d’octobre 1975 avec le magazine Playboy, le vice-président Nelson Rockefeller – qui était également gouverneur de New York – a expliqué la vision familiale d’un monde sous tutelle : « Je suis un grand partisan de la planification – économique, sociale, politique, militaire, de la planification mondiale totale ». Mais de tous les frères Rockefeller, c’est le fondateur de la Trilateral Commission (TC) et président de Chase Manhattan, David, qui a dirigé le programme fasciste de la famille à l’échelle mondiale. Il a défendu le Shah d’Iran, le régime d’apartheid sud-africain et la junte chilienne de Pinochet. Il était le plus grand financier du CFR, de la TC et pendant la guerre du Vietnam du Comité pour une paix efficace et durable en Asie – une aubaine pour ceux qui gagnaient leur vie avec ce conflit. Nixon lui a demandé d’être secrétaire au Trésor, mais Rockefeller a refusé le poste, sachant que son pouvoir était beaucoup plus important à la tête de la Chase. L’auteur Gary Allen écrit dans The Rockefeller File qu’en 1973, « David Rockefeller a rencontré vingt-sept chefs d’État, y compris les dirigeants de la Russie et de la Chine rouge ». Après le coup d’État de 1975 de la Nugan Hand Bank avec la CIA contre le Premier ministre australien Gough Whitlam, son successeur nommé par la Couronne britannique, Malcolm Fraser, s’est rendu aux États-Unis, où il a rencontré le président Gerald Ford après s’être entretenu avec David Rockefeller.

Une réflexion au sujet de « Le Cartel de la Réserve fédérale : les huit familles qui dirigent le monde de la finance. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s