Généalogie de la diabolisation de l’hydroxychloroquine

Par Meryl Nass, Docteur en médecine, publié le 27 Juin 2020. Les astérisques signalent les liens en fin d’article. Quelques insertions de mon fait en italique.

Il est remarquable qu’une série d’événements ayant eu lieu au cours des 3 derniers mois ait produit un message unifié sur l’hydroxychloroquine et produit des politiques similaires sur le médicament aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Europe occidentale. Le message est que l’hydroxychloroquine, un générique peu coûteux* est dangereuse et ne doit pas être utilisée pour traiter une maladie potentiellement mortelle, Covid-19, pour laquelle il n’existe aucun (autre) traitement fiable.

L’hydroxychloroquine est utilisée en toute sécurité depuis 65 ans chez des millions de patients. Et donc le message a été conçu de telle façon que le médicament est sûr pour ses autres utilisations, mais dangereux lorsqu’il est utilisé pour le Covid-19*. Cela n’a pas de sens, mais cela semble avoir fonctionné.

Ces actes ont-ils été soigneusement orchestrés ? À vous de décider.

Ces événements auraient-ils pu être planifiés pour maintenir la pandémie ? Vendre des médicaments et des vaccins coûteux à une population captive ? Ces actes pourraient-ils entraîner des difficultés économiques et sociales prolongées, transférant finalement la richesse de la classe moyenne aux très riches ? Ces événements témoignent-ils d’un complot ?

Voici une liste de ce qui s’est passé, sans ordre ordre chronologique précis. J’ai écrit cela comme s’il s’agissait de la liste des tâches à effectuer par ceux qui tirent les ficelles. Les éléments de la liste ont déjà été exécutés. On se demande quoi d’autre pourrait être sur leur liste et qui reste à réaliser dans le cadre de cette pandémie.

1. Vous empêchez les médecins d’utiliser le médicament de la manière la plus susceptible d’être efficace (en ambulatoire au début de la maladie, comme l’a préconisé très tôt le Professeur Didier Raoult en France). Vous interdisez son utilisation en dehors des situations que vous pouvez contrôler.

Les situations contrôlées pour ne montrer aucun avantage comprenaient 3 grands essais cliniques randomisés multicentriques (Recovery, Solidarity et REMAP-Covid), le type d’essais en double aveugle qui sont généralement considérés comme fournissant les preuves les plus fiables. Cependant, chacun d’eux a utilisé des doses excessives d’hydroxychloroquine qui étaient connues pour être toxiques et peuvent avoir été fatales dans certains cas*,*.

2. Vous empêchez ou limitez l’utilisation en ambulatoire en contrôlant l’approvisionnement du médicament, en utilisant différentes méthodes dans différents pays et états*. Dans l’État de New York, sur ordre du gouverneur*, l’hydroxychloroquine ne pouvait être prescrite qu’aux patients hospitalisés. La France a publié une série de réglementations différentes pour empêcher les prescripteurs de l’utiliser. La France a également changé le statut de ce médicament, en vente libre, en médicament nécessitant une ordonnance.

3. Vous jouez sur le danger du médicament, en mettant l’accent sur les effets secondaires qui sont très rares lorsque le médicament est utilisé correctement. Vous vous assurez que tout le monde a entendu parler de l’homme décédé* après avoir consommé de l’hydroxychloroquine sous forme de nettoyant pour aquarium.

4. Vous limitez les essais cliniques aux patients hospitalisés, au lieu de tester le médicament en ambulatoire, au début de la maladie, quand il devrait être le plus efficace*.

5. Vous concevez des essais cliniques pour administrer une dose beaucoup trop élevée*, garantissant que le médicament causera des dommages à certains sujets, dommages suffisants pour masquer tout effet bénéfique possible. Vous vous assurez que des dizaines d’essais dans des dizaines de pays à travers le monde* utilisent ces doses dangereuses.

6. Vous concevez des essais cliniques pour ne recueillir presque aucune donnée de sécurité*, donc toute cause de décès due à la toxicité du médicament sera attribuée à la maladie au lieu du médicament.

7. Vous émettez des règles d’utilisation du médicament sur la base des résultats de l’étude Recovery utilisant un surdosage contraire à l’éthique. (Bien sûr, leurs résultats ont montré plus de décès avec l’hydroxychloroquine, car ils ont donné aux patients 2,4 g dans les 24 premières heures).

8. Vous publiez, dans la revue médicale la plus lue au monde, The Lancet, une étude d’observations provenant d’une énorme base de données mondiale qui indique que l’utilisation de la chloroquine a provoqué une augmentation significative de la mortalité. Vous vous assurez que tous les principaux médias rendent compte de ce résultat. Ensuite, 3 pays européens annoncent qu’ils ne permettront pas aux médecins de prescrire le médicament.

Et puis Sanofi a annoncé qu’il ne fournirait plus le médicament à utiliser avec le Covid et arrêterait ses deux essais cliniques sur l’hydroxychloroquine, sur la base de l’étude fabriquée publiée par Lancet. L’un des essais Sanofi annulés devait permettre de tester 210 patients ambulatoires au début de la maladie. L’essai reste suspendu, longtemps après que l’étude du journal Lancet ait été qualifiée de frauduleuse. Vous ne voulez donc sûrement pas un essai de traitement à l’hydroxychloroquine au début de la maladie, car il pourrait montrer un excellent effet.

9. Même après que des centaines de personnes ont renoncé à l’étude observationnelle du Lancet en raison de fabrications facilement identifiables – qui, comme James Todaro, MD, l’a écrit était une «étude à ciel ouvert» – le Lancet a tenu bon pendant deux semaines, servant à brouiller les cartes, jusqu’à ce que finalement 3 de ses 4 coauteurs (mais pas la revue) se retirent de l’étude. Vous vous assurez que très peu de médias signalent que les données ont été fabriquées et que «l’étude» était frauduleuse. Vous laissez les gens croire en l’histoire originale : que l’hydroxychloroquine tue régulièrement.

10. Vous vous assurez que les agences fédérales comme la FDA et le CDC respectent la politique que vous souhaitez. Par exemple, la FDA a recommandé son utilisation uniquement chez les patients hospitalisés* (trop tard) ou dans les essais cliniques (qui sont limités, difficiles à mettre en place ou peuvent utiliser des doses excessives). À la mi-juin, la FDA conseille aux patients et aux médecins de ne donner le médicament aux patients que s’ils sont dans un essai clinique où, vraisemblablement, les résultats peuvent être contrôlés.

Un autre exemple : vous avez la FDA qui fait des allégations non fondées et fausses, telles que : « Les patients hospitalisés étaient susceptibles d’avoir de meilleures perspectives d’avantages (par rapport aux patients ambulatoires avec une symptomatique bénigne) »* et prétendent que les médicaments à base de chloroquine ont un début d’action lent. Si cela était vraiment vrai, elle ne seraient pas utilisée pour les crises aiguës de paludisme ou chez les patients gravement malades atteints de Covid. Pourquoi alors la chloroquine est-elle aussi rapidement efficace pour une attaque aiguë de paludisme à P. vivax ? Ne fournissant aucun autre conseil de traitement, le CDC renvoie les cliniciens aux directives du NIH mentionnées ci-dessous.

11. Vous vous assurez d’éviter de financer ou d’encourager les essais cliniques qui testent des combinaisons de médicaments comme l’hydroxychloroquine avec du zinc, avec de l’azithromycine, ou avec les deux, bien qu’il existe de nombreuses preuves cliniques que de telles combinaisons offrent un avantage cumulatif aux patients.

12. Vous avez des agences fédérales et onusiennes qui font de fausses déclarations illogiques basées sur des modèles plutôt que sur des données humaines. Par exemple, la FDA indique le 15 juin que la dose requise pour traiter Covid est si élevée qu’elle est toxique, après que les essais Recovery et Solidarity ont été effectuées avec un dosage toxique. Ce double langage scientifique donne une certaine couverture juridique aux essais cliniques qui ont surdosé leurs patients. Selon Denise Hinton, scientifique en chef de la FDA (admirez le double langage de cette personne :

« En supposant que l’accumulation cellulaire in vivo est similaire à celle des tests cellulaires in vitro, les concentrations pulmonaires libres calculées qui résulteraient des schémas posologiques suggérés par l’EUA sont bien inférieures aux valeurs EC50 / EC90 in vitro, ce qui rend l’effet antiviral contre le SRAS-CoV-2 probablement irréalisable avec les schémas posologiques recommandés dans l’EUA. L’augmentation substantielle de la dose qui serait nécessaire pour augmenter la probabilité d’un effet antiviral ne serait pas acceptable en raison de problèmes de toxicité ».

Vous avez alors un rapport de l’OMS affirmant que des doses toxiques sont nécessaires. Bien sûr, cela n’a pas de sens car a) les chercheurs du CDC ont montré de forts effets contre le SRAS-1 à des concentrations pouvant être atteintes en toute sécurité*, b) le médicament à des doses normales est testé dans plus de 30 conditions médicales différentes* (voir clinictrials.gov), et c) les rapports de nombreux pays différents disent que le médicament est efficace pour Covid-19 à des doses normales, tandis que d) un essai de traitement à la chloroquine à haute dose a été interrompu au Brésil et une préimpression de l’étude a été publiée le 11 avril, après avoir découvert que les effets toxiques provoquaient des arythmies ventriculaires et des décès, après seulement 3 jours de traitement*. Mais les essais Solidarity, Recovery et REMAP-Covid ont continué à surdoser des patients jusqu’en juin, malgré les preuves apportées par le Brésil de décès par surdosage.

13. Vous créez un comité des directives du NIH pour les recommandations de traitement Covid, dans lequel 16 membres ont ou ont eu des liens financiers avec Gilead, fabricant du Remdesivir*(vidéo). Les membres ont été nommés par les coprésidents. Deux des trois coprésidents sont eux-mêmes financièrement liés à Gilead. Êtes-vous surpris que leurs lignes directrices* soient spécifiquement contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine et en faveur du Remdesivir, et qu’ils considèrent cela comme la nouvelle « norme de soins »?

14. Vous effrayez les médecins pour qu’ils ne prescrivent pas d’hydroxychloroquine, si la prescription est même autorisée dans leur juridiction, parce que la prescription en dehors de la nouvelle «norme de soins» des NIH les laisse exposés à des poursuites pour faute professionnelle. Vous leur dites en outre (par le biais de la FDA) qu’ils doivent surveiller divers paramètres de laboratoire et les électrogrammes des patients lors de l’utilisation du médicament, bien que cela n’ait jamais été conseillé auparavant, ce qui rend très difficile l’utilisation du médicament en ambulatoire. L’Agence européenne des médicaments émet des avertissements similaires*.

15. Vous parvenez à contrôler la conduite de la plupart des essais dans le monde en concevant mal les essais Solidarity gérés par l’OMS, actuellement menés dans 35 pays. L’OMS a suspendu deux fois les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine dans le monde. La première fois, le 25 mai, l’OMS a affirmé que c’était en réponse à l’étude (frauduleuse) du Lancet. La deuxième fois, le 17 juin, l’OMS a affirmé que l’arrêt était en réponse aux résultats de l’essai Recovery. Recovery a utilisé des doses hautement toxiques d’hydroxychloroquine chez plus de 1 500 patients, dont 396 sont décédés. Vous arrêtez l’essai avant que le comité de surveillance de la sécurité des données n’ait examiné vos données, ce qui est peu susceptible d’être conforme au protocole d’essai. L’essai de l’OMS dans plus de 400 hôpitaux a surdosé avec 2,0 g d’hydroxychloroquine au cours des 24 premières heures. L’essai a été interrompu quelques jours après que les doses toxiques ont été exposées (par moi).

16. L’OMS fait pression sur les gouvernements* pour qu’ils empêchent les médecins de prescrire de l’hydroxychloroquine.

17. L’OMS fait pression sur les sociétés professionnelles* pour qu’elles empêchent les médecins de prescrire de l’hydroxychloroquine.

18. Vous vous assurez que l’encyclopédie médicale américaine la plus consultée, UptoDate, fournit de mauvais conseils aux médecins, leur conseillant de restreindre l’hydroxychloroquine aux seuls patients participant aux essais cliniques*, en citant les sources d’information ci-dessus.

19. Vous avez le chef du groupe de travail sur les coronavirus, le Dr Tony Fauci, qui insiste sur le fait que le médicament ne peut pas être utilisé en l’absence de preuves solides* … alors qu’il disait exactement le contraire dans le cas de l’épidémie de coronavirus MERS il y a plusieurs années, quand il recommandait l’utilisation d’une combinaison de médicaments non testés*… qui avait été développée à cet effet par son agence. Et alors qu’il déplorait le manque de preuves, il refusait de payer les essais pour étudier l’hydroxychloroquine*. Et il changeait les objectifs des essais du Remdesivir, non pas une mais deux fois*, pour que Remdesivir ne montre qu’un tout petit avantage, mais aucun avantage en termes de mortalité. Et n’oubliez pas, Fauci était ravi de parrainer un essai d’un vaccin Covid chez l’homme avant même qu’il y ait une quelconque donnée provenant d’essais sur des animaux*. Voilà pour exiger des preuves de haute qualité avant de risquer l’utilisation de médicaments et de vaccins chez l’homme !

20. Vous convainquez la population que la crise durera longtemps. Vous avez le deuxième homme le plus riche du monde et le plus grand bailleur de fonds de l’OMS, Bill Gates, et vous continuez de répéter avec lui au mégaphone des médias que nous ne pouvons pas revenir à la normale tant que tout le monde n’a pas été vacciné ou qu’il n’y a pas de médicament parfait*. (La Fondation Gates a aidé à concevoir les essais cliniques de l’OMS, et Gates est fortement investi dans les produits pharmaceutiques et les vaccins).

Commentaire de votre serviteur. À la lecture de ce récit il apparaît clairement que, sous la pression constante du lobby mondial de la BigPharma, la gestion de la grippe coronavirale a été organisée pour affaiblir les économies en particulier occidentales. Une fois ces économies affaiblies et réduites à l’état de zombies il sera d’autant plus facile pour le « Deep State Mondial » d’imposer ses normes à l’ensemble des peuples. Les applications de traçage font partie de ces outils d’asservissement des peuples. La peur du virus est entretenue en montant en épingle les nouveaux foyers d’infection, ici à Barcelone, là en Corée du Sud, pour maintenir une pression psychologique sur les gouvernements et les populations dont ils ont la charge. Si on ajoute une couche de couleur verte à ce complot, ce qui est déjà le cas, alors on s’achemine vers une gouvernance mondiale dont il sera difficile de s’échapper. Et les instigateurs de ce complot ont pour habitude de se retrouver chaque année à Davos. Deux pays et non des moindres sont d’ors et déjà récalcitrants, la Chine et la Russie. Leur attitude explique pourquoi les pays occidentaux alimentent un dénigrement systématique de ces deux pays. Je ne suis pas vraiment un adepte de ces théories du complot mais je dois avouer que le billet de Meryl m’a ouvert les yeux …

Source : http://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/how-false-hydroxychloroquine-narrative.html  Liens :

https://www.sciencemag.org/news/2020/04/would-be-coronavirus-drugs-are-cheap-make

https://www.nbcnews.com/news/world/who-temporarily-halts-trial-hydroxychloroquine-over-safety-concerns-n1214341

http://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

http://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/even-worse-than-recovery-potentially.html 

https://www.ama-assn.org/system/files/2020-04/board-of-pharmacy-covid-19-prescribing.pdf

https://www.governor.ny.gov/news/no-20210-continuing-temporary-suspension-and-modification-laws-relating-disaster-emergency

https://www.bbc.com/news/52012242

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/05/it-is-medically-illogical-to-wait-until.html

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/global-research-on-novel-coronavirus-2019-ncov/solidarity-clinical-trial-for-covid-19-treatments

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

https://www.fda.gov/media/138945/download

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1232869/

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/04/covid-19-clinical-trials-databases-that.html

https://www.nytimes.com/2020/04/12/health/chloroquine-coronavirus-trump.html

https://youtu.be/zB-_SV-y11Y

https://www.covid19treatmentguidelines.nih.gov/introduction/

https://www.covid19treatmentguidelines.nih.gov/whats-new/

https://www.ema.europa.eu/en/news/covid-19-reminder-risks-chloroquine-hydroxychloroquine

https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-indonesia-chloroqu/exclusive-indonesia-major-advocate-of-hydroxychloroquine-told-by-who-to-stop-using-it-idUSKBN23227L

https://www.thejakartapost.com/news/2020/05/27/indonesia-major-advocate-of-hydroxychloroquine-told-by-who-to-stop-using-it.html

https://www.uptodate.com/contents/coronavirus-disease-2019-covid-19-management-in-hospitalized-adults

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/04/the-avuncular-dr-fauci-fluent-yet.html

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/04/fauci-hypocrite-do-niaid-royalties.html

https://edition.cnn.com/2020/03/28/health/coronavirus-hydroxychloroquine-trial/index.html

https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/05/faking-results-faucis-niaid-paid.html

https://www.niaid.nih.gov/news-events/nih-clinical-trial-investigational-vaccine-covid-19-begins

https://www.gatesnotes.com/Health/What-you-need-to-know-about-the-COVID-19-vaccine

 

 

 

 

 

 

 

7 réflexions au sujet de « Généalogie de la diabolisation de l’hydroxychloroquine »

  1. comme il est signalé au 2e point…
    « La France a également changé le statut de ce médicament, en vente libre, en médicament nécessitant une ordonnance. »
    Il faudrait se poser en plus la question de la date à laquelle cette modification a ete proposée…en septembre 2019 me semble t’il donc bien avant les premiers cas signalés en Chine.
    hasard ou premeditation ?
    la justification donnée à l’epoque par une toxicité lorsque mal utilisé pour les maladies « homologuées » est peut etre reelle ,mais pour les memes dangers de surdosage le paracetamol n’a ete que affublé d’une « mise en garde » à la vente et retiré simplement des rayons en libre service.

    • C’est beaucoup plus tard que l’OH-chloroquine a été classée parmi les substances toxiques ou vénéneuses, par Agnès Buzin, fin mars ou début avril 2020 en dehors de l’AMM, c’est-à-dire lupus, polyarthrite et malaria. L’histoire de la chloroquine dans ses applications hors AMM date du SRAS-Covid-1 dans les années 2000 mais on oublie de mentionner que la chloroquine entre dans le seul traitement connu de la fièvre Q mis au point par Didier Raoult au cours des années 1990. L’AMM a d’ailleurs été élargi pour l’OH-chloroquine pour cet usage précis de traitement de la fièvre Q. Contrairement à ce qu’affirme Meryl Nass ce sont les Chinois qui ont montré les premiers l’effet anti-viral de l’OH-chloroquine contre le SRAS puis contre le SRAS-Cov-2 au tout début de l’année 2020 et non pas Fauci. Raoult a repris les travaux des Chinois et les a considérablement confortés. Raoult a mis un gros grain de sable dans la machine à profits de la « Bigpharma », un trust international plus puissant encore que le complexe militaro-industriel américain puisqu’il est multi-national et profite d’une rente de situation mondiale : la santé. C’est tout simplement effrayant. Heureusement qu’il y a la Chine (et aussi Cuba !) pour ne pas entrer dans le jeu dominateur de cette oligarchie pour laquelle tous les coups sont permis. J’espère que ce sont eux qui seront les premiers à mettre au point un vaccin !!!

  2. Entend-on parler de la banque mondiale pour aider les pays en état de crise ? Niet
    Comment la banque mondiale ou le FMI ont maîtrisé les pays « satellites » ? Par la technique de l’endettement qu’ils ne pouvaient plus rembourser par la prise de capitaux des investisseurs étrangers.
    Quelles sont ces banques qui investissent ? Des banques PRIVEES; et quelle est la plus grande ? THE banque fédérale des USA.
    La BCE peut-elle émettre de la monnaie ? Théoriquement , non. Comment endetter l’Europe à l’instar d’un pays pauvre : par une crise qui permettra de faire d’une pierre 2 coups, sauver le déclin de l’économie européenne (transférée en Asie) en finançant leurs banques privées par la BCE et faire en sorte que celle-ci devienne une banque fédérale pour souder l’Union Européenne.
    Une zone euro est alors soumise à ses dettes et aux « marchés » comme on dit.
    L’aspect mondialiste d’une crise sanitaire ne sert qu’à l’établissement d’une domination de certaines banques privées sur la planète (seul rocher résistant , la Russie et la Chine qui ne sont pas et éviteront d’être endettées).
    Les vaccins et les contrôles à la Orwell sont des épouvantails à faire peur pour faciliter l’adhésion à faire accepter cette soumission par la dette (même si ça reste une atteinte grave à la liberté personnelle de son droit à l’existence et de circulation).
    Idem pour le passage à la monnaie virtuelle : c’est une soumission de l’individu pour qu’il deviennent un pur produit marchand. L’objectif est sa déshumanisation.
    La finance ne reste qu’un moyen. L’objectif est de faire taire l’homme (symbole le masque) dans sa capacité à se relier à son essence cosmique (son véritable Socius avec comme autre symbole la distanciation sociale) en le réduisant à une sous-espèce animale réagissant aux réflexes pavloviens de sa survie (cf. les thèses apocalyptiques depuis des dizaines d’années provenant des films dits catastrophes d’Hollywood). C’est une manipulation psychique à des fins spirituelles.
    Mais ces gens là laissent des traces de sang derrière eux : suivre par exemple l’affaire Epstein).

  3. « Recovery a utilisé des doses hautement toxiques d’hydroxychloroquine chez plus de 1 500 patients, dont 396 sont décédés.  »

    Le journal FranceSoir, rubrique Santé, est constamment sur la brèche pour donner un avis motivé des études de traitements contre la Covid19.
    Sur l’étude Recovery et son surdosage en HCO…
    http://www.francesoir.fr/societe-sante/oxford-recovery-clinical-trial-le-modele-pharmacocinetique-utilise-pour-calculer-le

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s