Nouvelles du Japon. Énergie : ce sera le charbon !

Capture d’écran 2020-07-04 à 13.03.47.png

Au Japon il n’y a ni pétrole, ni charbon ni uranium. Le pays est dépendant à 100 % des pays étrangers pour son approvisionnement en énergie. Certes il existe dans les profondeurs océaniques des hydrates de méthane et les Japonais sont pionniers dans la mise au point de l’exploitation industrielle de ce gisement (voir lien en fin de billet) mais il faudra encore attendre au moins dix ans pour que la technique d’exploitation de ce type de gisement devienne économiquement rentable.

Pour l’instant l’urgence du Japon est de produire une énergie à un prix abordable pour l’industrie et les secteurs tertiaire et résidentiel. Après le grand tsunami du 11 mars 2011 la production d’énergie électrique d’origine nucléaire a été fortement réduite et le Japon n’a plus d’autre choix que de mettre en œuvre des centrales électriques brûlant du charbon, la forme d’énergie fossile la plus rentable et la moins coûteuse. Tournant délibérément le dos aux accords de Kyoto, à la COP21 et à la propagande climatique douteuse de l’IPCC le Japon a donc décidé de construire 22 nouvelles centrales électriques utilisant le charbon comme combustible. Dans la région, la Chine, le Vietnam, la Corée, l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines et naturellement l’Inde ont fait le même choix et ce n’est pas un hasard puisque la Chine est le premier producteur de charbon au monde suivi par l’Inde. Viennent ensuite dans la même région l’Indonésie puis le Vietnam comme producteurs notoires. Le principal fournisseur du Japon est l’Australie, cinquième producteur mondial, qui produit 90 % de son électricité à partir de charbon. Ce pays a également tourné le dos à la COP21.

Seuls les « vieux » pays européens ont choisi de se faire seppuku en développant de manière outrancière les énergies dites renouvelables. Après la crise sanitaire de ces derniers mois l’Europe, déjà à l’agonie, va précipiter sa mort certaine avec sa politique énergétique stupide, subissant la pression des mouvements écologistes. Au Japon ce n’est pas à l’ordre du jour. Et ce pays se trouve de surcroit au sein du nouvel épicentre de l’économie mondiale.

Source : The Economist  Note. Dans la catégorie dite renouvelable la principale source japonaise est l’incinération des ordures. Il existe par exemple dans l’agglomération de Tokyo de nombreuses petites installations d’incinération utilisant les ordures ménagères et industrielles pour produire de l’électricité tout en réduisant les coûts de transport.

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/03/12/une-avancee-decisive-dans-lexploitation-de-lhydrate-de-methane/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s