La NASA premier comploteur climatique

Il existe des dizaines de milliers de stations météo dans le monde et toutes les données provenant de celles-ci sont collectées par la NASA et un autre organisme américain, la NOAA. Depuis de nombreuses années – sur ordre ? – la NASA reprend les données brutes de relevés de température et les ajuste puis les homogénéise. On ne connaît pas quels sont les critères qui autorisent ces modifications flagrantes des données brutes mais le but final de ces manipulations est à l’évidence d’obtenir des résultats « arrangeants » pour présenter des arguments justifiant la terreur planétaire du réchauffement climatique. La blogueuse japonaise Kirye, très attachée à l’éthique scientifique, a donc repris les données brutes disponibles concernant 6 stations météo du Middle-West américain et les a comparées à celle produite par la NASA après ajustement et homogénéisation tenant compte, et on constate là son honnêteté, de l’indice de luminosité de ces stations. La NASA dispose en effet d’images de l’ensemble de la Terre prises la nuit. Et si une station météo se trouve dans une zone très claire provenant de l’éclairage urbain il faut alors considérer avec précaution les données datant au moins des 50 dernières années. En d’autres termes cette station météo se trouve probablement dans un îlot de « réchauffement urbain » provenant des surfaces bétonnées ou goudronnées réchauffant localement l’atmosphère au niveau du sol.

Examinons particulièrement à la station située dans une zone rurale près de la bourgade de Conception Junction dans l’Etat du Missouri, 196 habitants, à plus de 15 kilomètres de toute agglomération :

Capture d’écran 2020-06-13 à 10.48.36

Entre les années 1910 et 1960 la NASA a systématiquement sous-évalué les températures minimales et également sous-évalué les températures maximales et pour dissimuler ce trucage les manipulations effectuées sur les données brutes sur la période 1980-2018 sont probablement à dessein moins claires. Quel était le but de ce « bidouillage » honteux des données brutes ? Il apparaît qu’il fallait absolument dissimuler l’optimum climatique qui eut justement lieu à peu près au cours des 50 premières années du vingtième siècle clairement visible sur ce graphique : pendant 50 ans les températures moyennes annuelles ne sont jamais descendues en dessous de 10,5 °C. Dissimuler cet optimum climatique permettait de faire apparaître un « réchauffement » plus récent dont on tente toujours de justifier l’existence à l’aide de toutes sortes de fausses observations et de fausses nouvelles. Cette attitude contraire à tous les principes scientifiques s’appelle d’ailleurs en anglais du « cherry-picking », la cueillette des meilleures cerises de l’arbre foisonnant d’informations dont on dispose à l’ère d’internet.

La fonte des glaciers et des calottes glaciaires observée ces 50 dernières années est la conséquence, avec une latence d’environ 50 ans également, de cet optimum climatique de la première moitié du vingtième siècle. Pour l’effet sur les océans c’est plus compliqué car cette latence est plus longue mais l’effet est également mesurable avec l’augmentation constante de la teneur en CO2 dans l’atmosphère qui provient du dégazage de ces océans puisque la contribution de l’activité humaine dans ce CO2 n’est que de 5 %. Les climatologues partisans de la thèse du réchauffement du climat d’origine humaine ont d’ailleurs soigneusement dissimulé ce dernier point.

La NASA est donc un organisme auquel on ne peut plus faire confiance. La NASA participe à l’évidence à la dissémination de la peur climatique. Sans même en être conscients les techniciens de la NASA participent à cette escroquerie planétaire du réchauffement du climat tellement bien ancrée dans le cerveau des décideurs après des décennies de propagande que la situation ne pourra que s’acheminer vers une gouvernance mondiale coercitive. Et tout cela est basé sur de la fausse science …

Source : https://notrickszone.com/2020/06/12/dtata-show-rural-american-midwest-cooled-over-past-100-years-until-nasa-fudged-the-data-to-show-warming/

5 réflexions au sujet de « La NASA premier comploteur climatique »

  1. Ping : Vidage de crâne : Pourquoi l’Homme n’influe pas sur le climat par le CO2 – Attention aux mythes contemporains !

  2. Ping : Vidage de crâne : Pourquoi l’Homme n’influe pas sur le climat par le CO2 – Attention aux mythes contemporains !

  3. Ping : Attention aux mythes contemporains ! – Attention aux mythes contemporains !

  4. Ping : Attention aux mythes contemporains !:Et si le CO2 produit par l’Homme n’influençait pas le climat ? – chaos

  5. Ping : Attention aux mythes contemporains !Et si le CO2 produit par l’Homme n’influençait pas le climat ? – chaos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s