Qui gouvernera le monde occidental ?

La crise sanitaire du coronavirus devenue maintenant une crise économique organisée par le monde politique avait pour but, d’une part, de déterminer quelles pourraient être les conditions évènementielles, provoquées ou spontanées, susceptibles d’asservir des populations entières. L’autre objectif, caché celui-la, était de provoquer une crise financière, économique et sociale par voie de conséquence. L’arrêt total et autoritaire de toutes les liaisons aériennes a profondément et durablement impacté toutes les relations commerciales mondiales puisqu’en 2019 par exemple près de 1,8 milliard de personnes ont utilisé un avion pour se déplacer d’un point à un autre de la planète soit environ 1/5e de la population mondiale. Les effets de cette seule décision prise de concert par de nombreux gouvernements a conduit à des désastres économiques. Le confinement afin de réduire l’intensité du pic épidémique de la grippe coronavirale (oui, je continue à classer cet épisode de grippe et je persisterai) a été du jamais vu dans l’histoire de l’humanité. Même en temps de guerre aucune autorité politique n’avait osé prendre une telle décision. Elle a été avalée aveuglément par les populations car la propagande jouait sur la peur de la mort et dans une telle situation même le plus éduqué des citoyens se plie aux diktats de ses représentants politiques.

Tous ces politiciens, quels qu’ils soient, quel que soit leur passé éducationnel, n’ignoraient pas que leurs décisions allaient conduire à un désastre économique. Si ces politiciens étaient pleinement conscients des conséquences de leurs décisions surannées alors il faudra les mettre en prison à vie. La question que se pose légitimement n’importe quel individu dont je fais partie est la suivante : pourquoi avoir anéanti l’économie et dans quel but ?

Le fonctionnement du monde occidental, Amérique du Nord, Europe et quelques autres pays faisant partie de ce club comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont fidèlement suivi les ordres de confinement dictés par un pouvoir supra-national dont le seul but est d’asseoir son hégémonie sur ce monde « anglo-saxon », les pays européens latins, les PIGS, étant absorbés depuis des décennies par ce pouvoir anglo-saxon dont les leaders sont les USA et la Grande-Bretagne. C’est depuis ces deux pays, toujours main dans la main depuis la fin de la première guerre mondiale, que la finance internationale est contrôlée. Tout, absolument tout, se passe à la City et à Wall-Street sur le plan financier mondial. Tout le monde financier dépend de ces deux places financières, les autres bourses, banques centrales et autres institutions sont aux ordres de la City et de Wall-Street. Il existe néanmoins quelques pays qui font exception comme la Russie, peut-être le seul pays du monde à ne pas dépendre du circuit financier anglo-saxon pour la raison évidente et enviée qu’elle n’est pas endettée et la Chine qui a mis en place deux monnaies, l’une domestique, le renminbi, et l’autre cotée sur les marchés internationaux, le yuan. Le pouvoir central chinois module selon les circonstances le taux de conversion entre le yuan et le renminbi et aucun citoyen chinois ne pâtit des décisions de la banque centrale chinoise.

Pour en terminer avec ce bref tour d’horizon de la finance, plutôt des monnaies, le dollar US remplit la fonction artificielle de monnaie de référence mondialement reconnue pour toutes les transactions internationales depuis les accords de Bretton Woods. Or cette référence est de plus en plus remise en question avec l’instauration contraire à tous les traités internationaux de l’extraterritorialité de la juridiction américaine relative au dollar. Les Etats-Unis confondent leur dollar domestique avec le dollar international. Et cette situation n’est plus supportable pour de nombreux pays. La première conséquence est le mouvement de dédollarisation amorcé par la Chine avec de nombreux pays ou encore, mais timidement, par le Japon qui achète des titres de dette souveraine de pays comme la France avec des dollars, un phénomène peu connu des Français puisqu’un tiers de la dette de la France entre les mains de non-résidents est détenue par le Japon. Mais la Chine fait de même ! Tous les investissements réalisés à l’étranger par ce pays ne sont payés ni en or ni en yuans mais en dollars US.

Le deuxième volet de la mise en place de l’hégémonie anglo-saxonne sur le monde, au mieux sur l’Europe, est le complexe militaro-industriel américain soutenu encore une fois par la Grande-Bretagne via l’OTAN, une organisation qui n’a plus d’objectif précis comme cela avait été défini au cours de la « guerre froide ». Depuis la chute du mur de Berlin les pays européens membres de l’OTAN ont été entrainés dans des conflits qui ne les concernaient pas, les plus significatifs étant la guerre en Afghanistan et le démantèlement de la Yougoslavie. La stratégie américaine était claire : obliger les pays européens à devenir complices des exactions américaines sur le continent européen et au Moyen-Orient dans le seul but de satisfaire l’appétit sans limite du complexe militaro-industriel américain. Depuis les évènements de Kiev et le retour de la Crimée dans le giron de la Russie le nouvel ennemi de l’OTAN est la Russie « qui ne respecte rien » et surtout pas le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes … contrairement aux Etats-Unis qui, eux, respectent les traités internationaux. C’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Le troisième volet de la mise en place de l’hégémonie anglo-saxonne sur le monde est la « soft »-puissance américaine qu’il s’agisse des GAFAM qui contrôlent le World Wide Web et le « cloud », du système de positionnement mondial (GPS) ou encore une fois des entreprises américaines qui ont mis en place une position dominante sur toutes les transactions financières avec Visa, Mastercard et le système Swift sans omettre ici le système global de surveillance contrôlé par les « cinq oreilles » anglo-saxonnes : USA, Canada, Grande-Bretagne, Australie et Nouvelle-Zélande. Tous ces outils sont prêts pour favoriser la prise de contrôle du monde occidental et des satellites américains que sont la Corée, Taïwan et le Japon. Il reste le secteur industriel de la santé dont les manigances ont été révélées lors de la grippe coronavirale. L’épicentre de la soif outrancière de pouvoir des grandes compagnies pharmaceutiques a eu lieu curieusement en France. Disposer d’un traitement préventif et efficace contre ce nouveau virus démontré incontestablement par l’équipe de médecins dirigée par le Professeur Raoult a contrecarré les projets de ce complexe industriel tentaculaire et corrupteur puisque ce traitement ne coûte rien : autant de profits substantiels qui s’évaporent pour les laboratoires pharmaceutiques. Cette « crise de la chloroquine » a également montré à quel point le monde politique français est compromis dans cette affaire déplorable.

Avec la marchandisation de la santé favorisée par la peur de la maladie et de la mort et la marchandisation du changement climatique (que l’on attend depuis plus de 20 ans) tout est prêt pour asservir les démocraties occidentales et si elles osent protester la propagande mettra un terme à leur insoumission car il y a encore tout un arsenal de propagande comme la peur du changement climatique, la peur de la disparition des espèces, la peur des sécheresses, la peur d’un autre virus, la peur du CO2, de la pollution, de la surpopulation, de la viande rouge, etc …

Bienvenue dans un monde meilleur ?

3 réflexions au sujet de « Qui gouvernera le monde occidental ? »

  1. Bien que nous puissions imaginer qu’un tel plan ait été mis en place par des complotistes faisant du complotisme, sens réel de ces mots, j’ai toutefois 5 points que je voudrai souligner et qui me paraissent d’importance.
    Le premier concerne l’évidence bêtise des comploteurs, il n’est qu’à voir, par exemple, avec quelle facilité l’abracadabrantesque étude publié par le Lancet fut démasqué au sujet de l’hydroxychloroquine coquine et, ce, à l’international par des pays occidentaux: (https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/hydroxychloroquine-trois-des-auteurs-de-l-etude-du-lancet-se-retractent_2127521.html )
    La seconde concerne, là, le réchauffement climatique qui, en réalité et à mon sens, en plus de n’être en rien d’origine anthropique, vous trouverez dans ce texte de Dmitri Orlov ce que j’avais lu il y a très longtemps et que j’avais oublié, les abysses océaniques, donc les profondeurs terrestres, se sont réchauffé de 1 degré, est doublé d’un refroidissement dû à la réduction de l’irradiance solaire: ( https://www.dedefensa.org/article/le-culte-apocalyptique-du-rechauffement-climatique ).
    La troisième est la tendance du personnel politique occidental devenu grandement stupide et, aussi, d’une part de la hiérarchie scientifique, entre-autre, à ne poursuivre que des idées simples, voire simplistes, or, ayant vu la Chine mettre en quarantaine sa population de par cette pandémie, ils suivirent la même décision sans en avoir pensé ses effets économiques, à ceci y rajoutons les calculs statistiques ubuesques de je ne sais plus quel mathématicien britannique,
    Il est à relever que la plus grande mortalité due au SRAS-COV-2. en Europe s’est produite dans les pays anciennement de l’ouest, sauf dans les pays nordiques, pour l’essentiel de ce que j’en sais: France, Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Belgique et, dans une moindre mesure: la Grèce, le Portugal, l’Allemagne, ne sachant de ce qu’il en est de la Hollande.
    Il est même envisageable d’imaginer que ces décisions chinoises furent prises pour piéger les gouvernements occidentaux, non pas dès son début mais par la suite.
    En quatrième point, marquant l’aspect illogique d’un complot qui, je le conçois, pourrait très bien avoir été mis en place, marquant une fois encore la profonde stupidité, là, de nos élites économiques (et je sais que cette idée est difficilement acceptée parce que inacceptable pour beaucoup), le capitalisme consiste, en la matière, à fabriquer des biens pour pouvoir les revendre, or, d’appauvrir ainsi ses propres clients détruit de fait les détenteurs de fortune, de plus, l’économie spéculative s’appuie sur celle dite réelle, soit la fabrication desdits biens, détruire le second détruit le premier mécaniquement, tout comme surproduire de la monnaie la détruit également.
    Enfin, en cinquième point, Je vous suggérerais d’aller voir ce que raconte sur son site, « Chronique du grand jeu », Christian Greiling, sous le pseudonyme d’Observatus Politicus, où il y montre qu’au-delà des questions économiques et spéculatives, une autre, géostratégique celle-là, ayant traversé toute l’histoire US depuis au moins 1940, celle d’une domination thalassocratique du monde par un empire, ce qui expliquerait le pourquoi de certaines de ses décisions géopolitiques allant à l’encontre des intérêts de puissances pétrolières par exemple: ( http://www.chroniquesdugrandjeu.com/ ).

  2. Tiens, en parlant de « monde meilleur », Julian Huxley – frère de Aldous – était eugéniste, internationaliste, directeur de l’UNESCO et fondateur du WWF…
    Nul doute que Aldous avait pressenti le monde que son frère était en train de préparer.
    Bon week-end

  3. Ne dit-on pas que la peur est mauvaise conseillère ? Il n’y a pas de complot planétaire ! Par contre chacun cherche à tirer son épingle du jeu, en particulier quand la situation changeante permet d’améliorer sa position. On repasse d’une position de bisounours à une très traditionnelle stratégie de rapport du fort au faible.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s