Coronavirus vs. Influenza : où est le problème ?

Des épidémiologistes italiens ont publié en 2019 une étude détaillée des grippes saisonnières qui eurent lieu en Italie comme dans la plupart des pays européens de 2013/14 à 2016/17. Pour tous les cas confirmés de grippes à Influenza la mortalité chez les personnes de plus de 65 était la plus élevée : environ 95 % des morts quelles que soient les virus impliqués, Influenza A H3N2 ou H1N1 et dans une moindre mesure Influenza B-Yamagata ou B-Victoria. Tous ces épisodes grippaux différaient les uns des autres selon la proportion des trois virus présents. Comme pour la grippe 2019-2020 à coronavirus les enfants de moins de 15 ans avaient été relativement épargnés. Les populations âgées n’étaient plus systématiquement vaccinées depuis plusieurs années en raison de l’inefficacité du vaccin comme par exemple pour la grippe saisonnière de 2016-2017 majoritairement à H3N2 mais dont le vaccin prévu selon les recommandations de l’OMS n’était pas efficace car le virus avait muté entre le moment de la prise de décision des souches à utiliser et la fabrication du vaccin. C’est la raison pour laquelle la grippe de 2016-2017 fut la plus meurtrière avec 27000 morts dont 21270 de plus de 65 ans en Italie (tableaux 2 et 3 de la publication en référence). Toutes ces grippes saisonnières se ressemblèrent et se déroulèrent selon un profil classique de courbe en cloche aussi appelée courbe de répartition de Gauss bien connue des épidémiologistes (ILI = influenza like illness).

Capture d’écran 2020-06-03 à 14.34.40

Juste une remarque à propos de cette courbe en cloche. Le confinement décidé de manière autoritaire par les politiciens pris de panique n’a fait qu’abaisser le pic de cette courbe et de détruire sa symétrie avec pour conséquence de faire durer cette épidémie et donc d’aggraver le désastre économique qui va certainement provoquer un nombre de victimes que nul (même Neil Ferguson) ne peut prévoir.

Alors qu’en Europe l’épidémie coronavirale touche donc à sa fin il est intéressant d’établir une comparaison entre cette grippe saisonnière – pour les pays européens du moins – avec ces grippes passées et parfaitement documentées. Le virus de l’Influenza est bien connu et les traitements sont également bien connus. De plus il existe un vaccin, certes pas toujours totalement efficace, mais qui contribue à maintenir dans les populations une immunité partielle de groupe. Enfin les traitements avec des antibiotiques permettent de prévenir l’apparition de pneumonies fatales dans la majorité des cas, surtout chez les « vieux ». Par exemple, toujours pour la grippe de 2016-2017, il y eut au total 5,5 millions de cas de grippe à Influenza en Italie dont 660000 concernant des personnes de plus de 65 ans et 21200 morts pour cette même tranche d’âge. Pour la grippe à coronavirus (SARS-2/covid-19) les dernières statistiques font état d’un nombre total de 233500 cas et 33500 décès en Italie. Si on ne connait pas précisément le nombre de décès par tranche d’âge il est probable que la grande majorité des morts se situe également dans la même tranche d’âge de plus de 65 ans. La très grande différence entre ces deux grippes réside donc dans le taux de létalité (nombre de morts / nombre de cas confirmés). Dans le cas de la grippe à Influenza pour la saison 2016-2017 ce taux global était de 0,0049 (27000/5,5 millions) alors que pour la grippe à coronavirus il était donc de 0,14. Mais ce calcul du taux de létalité prête à confusion car si on ne se penche que sur la tranche d’âge de plus de 65 ans, pour la grippe à Influenza ce taux est de 0,032 (21267/664400, tableaux 2 et 3 de l’article) soit près de 5 fois plus faible que pour le coronavirus.

Cette différence peut s’expliquer par le fait que le coronavirus provoque une réponse immunitaire violente entrainant des lésions pulmonaires y compris, d’ailleurs chez des malades ne présentant pas de symptômes. On peut vivre avec ces lésions, j’en apporte la preuve puisque mes deux poumons sont détruits à hauteur d’environ de 20 % par une tuberculose dont j’ai souffert à l’âge de 15, je suis encore en vie. Une autre explication est le manque d’immunité pour ce « nouveau » virus, pas si nouveau que ça puisqu’une vingtaine de coronavirus circulent depuis on ne sait pas trop quand. Ce fait explique pourquoi la tranche d’âge 0-40 ans n’a pas subi d’attaque virale vraiment importante car elle a été en contact auparavant avec l’un ou l’autre de ces coronavirus. Ces dernières informations ont été clairement démontrées par l’équipe du Professeur Raoult en utilisant une technique immunologique très sensible appelée « western blot » que je connais bien pour l’avoir utilisée au cours de mes travaux de recherche en biologie en utilisant un deuxième anticorps marqué avec de l’iode radioactif. Pour l’anecdote sans avoir commis la moindre maladresse expérimentale ce fut l’occasion pour moi de me contaminer deux fois la thyroïde avec cet iode radioactif et je n’en suis pas mort.

Il reste tout de même un point qui ne me paraît pas très clair. Combien de cas de grippe à Influenza ont été répertoriés durant cette saison 2019-2020 puisque ce (ou ces) virus n’a pas pu disparaître magiquement pour laisser la place au coronavirus et à lui seul. Il est alors trop facile de nouer une étiquette au gros orteil des morts en inscrivant corona+. Cette dernière remarque me fait douter de la validité des statistiques actuelles. On connaîtra peut-être la contribution de cette grippe à influenza dans celle estampillée coronavirale. Il faudra probablement attendre quelques années, c’est-à-dire quand les politiciens auront oublié leurs décisions stupides de confinement afin que l’on ne soit plus en mesure de les leur reprocher.

Bref, on commence à connaître un peu mieux ce coronavirus. Comme tous les rétrovirus à ARN simple brin, c’est également le cas des Influenza, il a tendance à muter rapidement, un fait qui risque de rendre la mise au point d’un vaccin problématique voire impossible. Heureusement que l’on connaît la bi-thérapie appliquée par le Professeur Raoult et systématiquement utilisée maintenant dans plus de 20 pays du monde … sauf en France à l’exception de l’IHU de Didier Raoult.

Source : https://doi.org/10.1016/j.ijid.2019.08.003 en accès libre.

Et aussi : https://en.wikipedia.org/wiki/Western_blot

2 réflexions au sujet de « Coronavirus vs. Influenza : où est le problème ? »

  1. Voila un article : https://www.futura-sciences.com/sante/breves/coronavirus-coronavirus-explication-totalement-inattendue-forte-mortalite-italie-2350/
    qui se pose aussi la question sur l’impact combiné de la grippe saisonnière et du covid19. Par contre, l’hypothèse qu’un nombre conséquents de morts comptés pour la seconde auraient dû l’être pour la première, n’est pas du tout soutenue.
    D’abord, la dernière grippe saisonnière s’est montrée peu virulente au début de la saison (Cf figure), puis l’essentiel des morts ont été compté après la fin de la saison grippale, fixée à la mi mars (env.1000 morts de la covid19 après le 12 mars).
    Donc, à l’inverse, il aurait fallut que la saison grippale soit totalement exceptionnelle en étant décalée d’aux moins 3 mois. Existe-il un antécédent d’une grippe saisonnière de printemps ?

    • Oui, suis plutôt d’accord, la grippe saisonnière n’est pas extensible.

      Par contre je suivais assez régulièrement le site de l’insee comptabilisant les macchabés en france, aux environs du 4 mai il y avait une surmortalité vs 2018 (la courbe juste en dessous, celle 2019 n’était pas loin) de 16.000 personnes, avec à ce moment ds les 27.000 morts de la covid 19.

      je me demande bien de quoi sont morte les 11.000 personnes les années précédentes, maladies disparues, sans doute

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s