Un avant-gout de l’horreur de la guerre biologique (Eric Margolis)

Capture d’écran 2020-03-28 à 17.58.59.png

Les Américains et les Britanniques expérimentent maintenant chez eux le type d’armes qu’ils ont jadis dispersé contre l’Iran. Le monde tombe malade à cause de la propagation du virus COVID-19. Les Nord-Américains et les Européens sont maintenant aussi horrifiés que les Chinois par le tueur invisible qui a mis leurs hôpitaux en état de siège.

Ils ont également un sombre avant-goût de ce que serait une guerre biologique. Ceux qui ne tremblent pas de terreur chez eux seraient probablement étonnés d’apprendre que certains de leurs gouvernements produisent encore des agents chimiques et biologiques hautement toxiques dans des usines cachées.

Mais nos démocraties nénuphars ne cessent-elles pas de produire du gaz toxique et des germes?

En 1990-1991, j’étais basé à Bagdad pour couvrir la première des guerres du Golfe. Les États-Unis menaçaient d’attaquer l’Irak pour avoir osé envahir le Koweït riche en pétrole, qui faisait partie de l’Irak jusqu’à ce qu’il soit «détaché» par l’Empire britannique. Dans le même temps, la guerre Iran-Irak de huit ans venait de se terminer dans une impasse sanglante. Les États-Unis et la Grande-Bretagne avaient fait pression sur l’Irak de Saddam Hussein pour envahir l’Iran, saisir son riche pétrole et renverser le gouvernement islamique de Téhéran.

Face à une invasion américano-britannique, Saddam Hussein a ordonné à tous les étrangers en Irak d’être rassemblés et confinés dans des hôtels touristiques. Parmi les étrangers, j’ai découvert quatre techniciens scientifiques britanniques qui avaient été envoyés ou «détachés» dans un nouveau complexe chimique de guerre biologique au sud de Bagdad à Salman Pak. Ils ont ensuite été transportés par camion à Bagdad en tant qu’otages contre une attaque américaine.

J’ai réussi à me glisser dans l’enceinte où ils étaient détenus et à parler pendant des heures autour de tasses de thé. L’équipe technique britannique m’a dit qu’ils avaient été secrètement envoyés en Iraq de Saddam Hussein par le ministère britannique de la Défense et le service britannique de renseignement secret MI6 pour aider les militaires irakiens à développer et à déployer des armes biologiques pour les utiliser contre les forces iraniennes numériquement supérieures sur le front central, la Péninsule Al-Faw, et aussi contre les rebelles kurdes dans le nord.

Les armes biologiques comprenaient l’anthrax, le botulisme, la fièvre Q et la tularémie qui attaquent les yeux, la gorge, la peau et les ganglions lymphatiques. Le laboratoire de Salman Pak a également produit des quantités de gaz innervant et de gaz moutarde utilisés contre les formations d’infanterie iraniennes.

La plupart des matières premières pour les germes et les gaz provenaient d’Europe. Les souches pour les armes biologiques et certains gaz toxiques provenaient du principal centre de guerre chimique et bactériologique de l’armée américaine à Ft. Detrick, Maryland.

Une plaisanterie populaire parmi les journalistes occidentaux à Bagdad était de dire : «Bien sûr que Saddam Hussein a des armes de destruction massive. Nous avons les reçus de livraisons. »

Lorsque l’Irak a déployé ses armes chimiques et biologiques contre l’Iran, les résultats ont été cauchemardesques : des soldats aveuglés s’étouffant à mort, incapables de respirer, des soldats dont la peau se détachait en lambeaux, des mères mortes tenant des bébés dans leurs bras. Beaucoup de ces attaques ont été ciblées par des satellites américains positionnés au-dessus de l’Irak. Les officiers de l’US Air Force ont travaillé en étroite collaboration avec leurs homologues militaires en Irak.

Aujourd’hui il reste des dizaines de milliers de soldats irakiens mutilés, aveuglés et estropiés. Il s’agissait de la version irakienne de la Première Guerre mondiale, financée avec enthousiasme par les États-Unis, l’Arabie saoudite et le Koweït. L’économie jadis florissante de l’Irak est en grande partie en ruine. Les bombardements américains et britanniques ont même détruit la plupart des réseaux d’égouts, des réserves d’eau, des hôpitaux et des ponts irakiens. L’eau contaminée à elle seule a tué 500 000 enfants irakiens, selon l’ONU, un prix « qui vaut la peine d’être payé », avait déclaré la secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright.

La morale de cette terrible histoire et de l’épidémie mondiale actuelle est d’interdire immédiatement toutes les armes chimiques et biologiques partout, Il faut détruire toutes les usines de guerre chimique et biologique partout dans le monde, y compris aux États-Unis, en Russie, en Chine, en Inde et en Israël.

Le virus COVID-19 n’est qu’un avant-goût de ce que serait une véritable guerre biologique. Beaucoup de personnes dans le monde qui sont actuellement malades ne peuvent s’empêcher de remarquer comment la nation la plus riche et la plus puissante du monde peut être mise à genoux par des insectes invisibles.

Lorsque le président Trump a été pris de rage contre la Chine à propos du COVID-19, il devrait se souvenir que l’anthrax et les autres armes à germes utilisées contre l’Irak en 1990 provenaient de Fort Detrick, à seulement 80 km au nord-ouest de la Maison Blanche, à seulement une heure de route si le trafic n’est pas trop encombré.

Traduit de l’anglais depuis le blog d’Eric Margolis, ancien grand reporter, essayiste. https://ericmargolis.com/2020/03/a-foretaste-of-the-horror-of-biological-warfare/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s