L’adénocarcinome mortel du pancréas provoqué par un champignon ?

Capture d’écran 2020-01-24 à 17.55.37.png

En janvier 2019 il était question sur ce blog d’une bactérie se trouvant communément dans la bouche et provoquant l’apparition de plaques dentaires. Il s’agissait de Porphyromonas gingivalis dont on a montré la présence d’un marqueur spécifique (ARN-16S) systématiquement dans les cerveaux de malades morts de la maladie d’Alzheimer et j’avais qualifié cette découverte de terrifiante. Auparavant un lien non ambigu entre cette même bactérie P. gingivalis et la polyarthrite rhumatoïde avait été démontré. Mais tant la bouche que les fosses nasales ou encore la peau sont colonisées par toutes sortes de microorganismes dont des champignons. C’est au tour d’un champignon très commun sur la peau mais pouvant provoquer toutes sortes de dermatites, Malassezia globosa, qui vient d’être identifié comme lié à l’adénocarcinome du pancréas, un cancer fatal dans tous les cas. L’identification de la présence de ce champignon a été réalisée à l’aide de sondes ADN en lien avec l’adénocarcinome.

Ce champignon microscopique entre dans le tube digestif facilement puisqu’il se trouve partout sur la peau et il a été également identifié comme l’un des facteurs promouvant certaines formes d’ulcères de l’estomac. Normalement le système immunitaire prend en charge ce type de microorganisme . Au niveau de la peau des réactions immunitaires parfois intenses peuvent provoquer des dermatites récurrentes mais au niveau du tube digestif c’est une autre propriété de ce champignon qui lui permettra de survivre et de coloniser éventuellement le pancréas. La première étape permettant l’apparition des conditions requises pour que l’adénocarcinome du pancréas se développe est une réaction immunitaire dirigée contre le champignon. Cette réaction provoque une inflammation du pancréas par l’activation de la « cascade du complément » : le composant C3 de cette cascade est activé par une protéine (MBL, mannose binding lectin) reconnaissant un sucre, le mannose, présent à la surface du champignon.

Le processus d’apparition d’une tumeur est alors initié et l’issue est généralement fatale car le diagnostic est souvent tardif. Les biologistes de la faculté de médecine de l’Université de New-York n’ont pas encore de réponses et ceci d’autant moins que ce champignon est très commun sur la peau.

Source : https://doi.org/10.1038/s41586-019-1608-2

Lien : https://jacqueshenry.wordpress.com/2019/01/27/maladie-dalzheimer-coup-de-theatre-terrifiant/

https://en.wikipedia.org/wiki/Complement_system

5 réflexions au sujet de « L’adénocarcinome mortel du pancréas provoqué par un champignon ? »

  1. Ce que j’apprécie le plus chez vous, cher Jacqueshenry, c’est votre esprit didactique, et de cela, veuillez croire que je vous en remercie pleinement.

  2. Jacques-Henry, pouvez-vous éclairer ma lanterne sur le bon fonctionnement d’un mécanisme immunitaire ? En effet si je lis « La première étape permettant l’apparition des conditions requises pour que l’adénocarcinome du pancréas se développe est une réaction immunitaire dirigée contre le champignon » et que cette défense immunitaire contribue à une inflammation potentiellement cancérigène, cette même défense serait à mettre entre guillemets en ce qui concerne son efficacité.
    Que se passerait-il si le champignon n’était pas sous les foudres de l’immunité de l’organisme quand il est à l’intérieur du corps et si j’ai bien compris hors de son périmètre externe d’activité – sa peau ou muqueuse buccale ? Ne va-t-il pas mourir ou arrêter de se multiplier et être éliminer par d’autres voies ?
    En attente de votre lumière sur ces points pour mieux comprendre le(s) système(s) d’épuration que peut mettre en oeuvre un organisme pour maintenir un équilibre – instable – de fonctionnement (ou autopoïèse).

    • Je suis loin d’être un spécialiste de ce type de champignon et encore moins cancérologue. Pourtant les processus d’inflammation dont la cause est souvent une infection qui stimule les défenses immunitaires ont été reconnus comme facteurs – je vais utiliser une prose compréhensible – désorganisant ce système immunitaire. Un aspect méconnu du public (dont je fais partie puisque je ne suis pas médecin) du système immunitaire est de cibler les cellules cancéreuses en permanence et de les tuer le plus rapidement possible. Si ce système immunitaire est perturbé par un facteur externe, ici un champignon, il ne peut plus jouer son rôle protecteur et une tumeur apparait.

      • ok et merci pour cette explication que je comprend (enfin j’espère !). Le système immunitaire s’occuperait donc de l’identité de l’organisme tandis que d’autres systèmes s’occuperaient de « défendre  » l’organisme de l’extérieur, c’est aussi une simplification de ma part ! Toutefois elle sert à établir une sorte d’activité complémentaire,voire en boucle rétroactive, pour montrer l’impact des hygiènes classiques d’entretien de notre corps (toilettes, aliments, boisson, etc.) que de l’hygiène mentale qui influe sur l’équilibre psychique où les affects peuvent être perturber modifiant la « perception de soi » et en contrecoup l’identité immunitaire. On voit alors que le somato-psychique s’équilibre avec le psycho-somatique, n’est-ce pas ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s