Le féminisme a ruiné l’équilibre sociétal des femmes et déstabilisé les hommes.

Deuxième billet de Paul Craig Roberts au sujet du féminisme et de ses effets pervers sur la société.

Outre le féminisme, l’équilibre familial est attaqué par bien d’autres causes idéologiques. Les pressions économiques ont forcé les épouses et mères à entrer sur le marché du travail. Auparavant les règle qui prévalaient était que les entreprises avaient les mêmes responsabilités vis-à-vis de la maind’oeuvre, des clients, de la communauté et des actionnaires. Ces règles ont fait place à la seule responsabilité des entreprises envers leurs actionnaires, une attitude qui trouve sa source dans les menaces des milieux financiers de financer les prises de contrôle de toute entreprise qui n’a pas fait tout ce dont elle était capable pour maximiser ses profits pour le seul bénéfice des actionnaires. L’une des conséquences est la suppression, autant que faire se peut, des salaires en délocalisant les emplois et en accordant des « visas de travail » précaires tout en rognant sur les avantages sociaux. Dès lors le poste de travail peut disparaître du jour au lendemain sans préavis. Cette insécurité économique grandissante oblige les épouses et mères à délaisser leur rôle « femme à la maison » et à entrer dans le marché de l’emploi.

Les services de protection de l’enfance, une organisation type gestapo créée par les « méchants défenseurs des enfants » ont ruiné l’autorité parentale. Tellement de faits relèvent maintenant de la maltraitance d’enfants que ces derniers peuvent exercer des représailles contre l’autorité parentale en appelant ces services étatiques. Il existe un numéro d’urgence accessible aux enfants qui peuvent faire appel aux services de police s’ils considèrent qu’ils sont maltraités par leurs parents. Conséquence : ce sont les enfants qui ont pris de pouvoir !

Selon l’analyse d’un archiprêtre russe la structure familiale et le mariage ont été détruits par le féminisme qui a transformé le couple en une lutte pour le pouvoir. La femme – et mère – a accaparé le pouvoir en élevant l’enfant au statut d’idole dont elle devient la prêtresse et reléguant l’homme – le père – à un statut purement économique. Il en résulte que la cellule familiale est alors complêtement détruite et l’homme n’a plus d’autre choix que de quitter sa famille pour trouver des jours meilleurs en dehors de cet enfer. C’est l’une des raisons pour lesquelles il y a de plus en plus de femmes mères célibataires ou divorcées dans les classes moyennes et pas seulement en Russie.

Dans une vidéo Stefan Molyneux décrit la nature du féminisme ( http://www.unz.com/video/stefanmolyneux_sugar-baby-feminism/ ). Il insiste cependant trop sur le fait que la propagande féministe considère que l’homme n’est intéressé chez les femmes que par le sexe. C’est peut-être en partie le cas avec les « hommes à femmes » mais dans la réalité la majorité des hommes recherchent l’amour et une relation mutuellement harmonieuse. Il est important de noter que l’homme est réellement heureux quand c’est la femme, sa compagne ou épouse, qui prend l’initiative dans le registre sexuel. Il n’apparaît plus alors comme celui qui est toujours dans une attitude suppliante si son épouse ou compagne éprouve de la passion lors de la relation physique. Le féminisme a donc eu pour résultat pervers de rendre de plus en plus difficile une telle relation pourtant idéale et souhaitée par les hommes. Endoctrinée par le féminisme, la femme considère donc son sexe comme la source de son pouvoir. Dès lors elle espère être rémunérée pour que l’homme puisse avoir accès à son sexe, qu’elle soit une femme anonyme ou l’une ce des millions d’étudiantes servant de concubines à des hommes économiquement prospères (Cf. les propos de Molyneux) en échange du prix de leurs études et de leur vie de tous les jours. Les étudiantes vendent leurs services sexuels mais les femmes au foyer sont également rémunérées. Par exemple le salaire de l’époux constitue l’acceptation par ce dernier que sa femme ait le pouvoir de décision en matière familiale. C’est alors la femme (au foyer) qui décide de l’endroit où partir en vacances, dans quelle maison vivre, dans quelles écoles iront les enfants, quelle sera la couleur de la cuisine rénovée, quels amis ils fréquenteront. Le prix de cette « résistance » est la rigidité de la femme-épouse au foyer.

Quelle est la compréhension du mariage aujourd’hui ? Autrefois (du moins à l’époque où j’ai épousé la mère de mes enfants) le mariage était compris comme un « contrat sexuel » à vie assurant la fidélité dans le couple et la légitimité des enfants. Aujourd’hui il n’y a plus vraiment de « contrat sexuel » car si la femme refuse d’avoir une relation sexuelle avec son époux elle peut le poursuivre pour viol. Autrefois le « viol de sa propre femme » n’était même pas considéré car il ne s’agissait pas d’un délit. C’est un nouveau crime inventé par le féminisme ! Il procure à la femme mariée une certaine autonomie sexuelle. Impensable il y a encore 30 ou 40 ans. Le féminisme a tellement endommagé la relation entre hommes et femmes que l’institution du mariage est devenue défaillante alors que c’est le pilier fondamental de la cohésion sociale.

Cette cohésion sociale est en train d’être détruite par le féminisme, par l’immigration à grande échelle depuis les pays du sud et les politiques identitaires mises en place pour préserver la paix sociale dans le monde occidental. La civilisation est vraiment en train de s’effondrer. Beaucoup de gens en sont conscients, ils ont les chiffres sous les yeux mais ils n’ont pas de responsables politiques pour organiser une résistance massive contre le féminisme et aux politiques identitaires (le féminisme est également une politique identitaire) qui ont pris le contrôle du système éducatif et inculturent les jeunes en les précipitant dans des attitudes socialement destructrices. Pour la totalité du monde occidental la fin semble proche à bien des égards…

15 réflexions au sujet de « Le féminisme a ruiné l’équilibre sociétal des femmes et déstabilisé les hommes. »

  1. Commentaire juste sur le premier paragraphe de l’article de PCR :
    un des effets pervers des délocalisations est le transfert induit de connaissances et de flux financiers : en effet, quand on délocalise une usine, on délocalise en même temps toute la chaîne de production (« supply chain » qui comprend les fournisseurs, l’usine, et les systèmes logistiques) : du coup, on offre sur un plateau en argent les achats, la R & D (recherche et le développement), la fabrication, et le contrôle de la qualité à celui qui en a hérité. La conséquence logique est que la société mère passe de l’état de société productrice à l’état de société distributrice dans les faits. Elle s’atrophie et cette atrophie va s’accentuer si elle décide de sous-traiter sa force de vente.
    Une fois ceci fait, elle n’a plus les trois fonctions essentielles d’une entreprise pérenne : conception, fabrication, vente. Elle est prête à mourir. Il en va de même des sous-traitants et des fournisseurs locaux qui mettent la clé sous la porte. On estime qu’une usine de 200 personnes fait vivre un tissu social de 1000 à 3000 personnes selon les secteurs, en comptant le salariés, les fournisseurs, la sous-traitance, la distribution, les commerçants, les banques, l’immobilier etc… ça fait du monde.
    Pendant ce temps là, les usines de fabrication qui ont bénéficié de la délocalisation peuvent apprendre et discrètement développer pour leur compte de nouveaux produits plus sophistiqués. En médecine, cela s’appelle un cancer, en écologie, une prédation et la destruction progressive d’une niche écologique. En clair, on a fait rentrer le renard dans le poulailler.
    Seuls des financiers totalement azimutés peuvent concevoir de tels systèmes destructeurs de valeur qui sacrifient salariat, actionnariat, clients et environnement sociétal simplement pour gagner quelques points de profits à très court terme. Les américains qui ont largement profité de ce système totalement stupide quand il est généralisé commencent à le comprendre seulement maintenant. Par exemple, le Pentagone vient de réaliser que l’armée américaine n’est pas apte au combat car la majorité des fournisseurs de pièces détachées ont disparus et sont aujourd’hui chinois en majorité ! (Cf le F-35 par exemple).
    Sauf qu’il est trop tard et qu’on ne peut pas reconstruire un tissu industriel en une ou deux mandatures présidentielles (2 fois 4 ans donc). La remarque vaut pour tous les pays industrialisés. C’est évidemment une grosse baffe aux théories fumeuses des néo-conservateurs.
    Trump peut toujours s’agiter et faire les gros yeux, cela ne changera rien à l’affaire…sauf si l’Etat décide de reconstruire par lui-même tel un chirurgien les tissus industriels gangrenés ou disparus.

    • Cher électron fromagé au lait cru,
      J’ai écouté le débat qui eut lieu lors de l’université d’automne de l’UPR sous la question de savoir si le monde devra bientôt faire face à une crise financière, aucun des participants n’a fait mention des entreprises et pourtant je les considère comme étant ceux ayant la meilleurs perception des problèmes économiques en cours.
      Je ne suis pas déçu, je comprends parfaitement les mécanismes mentaux en jeu actuellement, du-moins quand le système sera forclos ce déni qu’ils sont loin d’être les seuls à partager ne pourra que retarder le temps de réaction.
      Je compte quand à moi, tout comme vous, dix ans pour que la reconstruction industrielle, minière et agricole devienne opérationnelle, plus l’année du tout début où il faudra gérer le nécessaire.
      Le problème c’est qu’il faudrait une équipe de nombreux secteurs qui s’occupent de préparer le terrain par avance en le conceptualisant, encore faudrait-il que la situation de base soit déjà comprise par une part de la population et ce que cela pourrait générer comme effets.
      Or je doit dire que ça n’a pas l’air d’être vraiment le cas.
      Il nous faudrait, en un commencement de liste, des ingénieurs, des sociologues et psychosociologues, des économistes, des pédagogues, des spécialistes des services publics, du personnel politique sérieux, des scientifiques, dont des historiens, des scénaristes…, enfin donc, il faudrait faire travailler tout un tas de gens pour prévoir par avance au mieux ce qu’il se passera et d’en formuler un début de réponse.
      Ceci d’autant plus que j’ai déjà relevé 5 à 6 scenarii possibles de l’effondrement du système et il doit y en avoir d’autres.
      Cela va d’un France-quitte à un coup d’état en France, d’une cessation de fonctionnement rapide du système économique globalisé par la faillite d’une banque US à celle plus lente due à une même faillite européenne, d’un commencement de guerre civile aux USA à une crise politique majeur en Allemagne.
      Rien que cela devrait être envisagé, mais entre les errements des collapsologues patentés ou pas et ceux qui en dénient l’évidence, je me demande si une telle équipe serait possible de réunir.
      Il faudrait déjà savoir, au jour le jour, ce qui est encore produit, et dans une moindre mesure stocké, dans notre pays, la superficie de terre agricole fonctionnelle, celle encore en jachère et celle qu’il faudra défricher, comme de fabriquer de nouveaux billets de banque et les distribuer…………
      C’est maintenant qu’il faudrait penser à tout ça et il est même possible qu’il soit déjà trop tard.

      • Merci pour votre analyse theuric.
        – J’évalue la reconstruction industrielle de la France à 20 ans compte-tenu de nos sources de ralentissement naturelles comme notre carcan législatif hypertrophié qu’on se traîne comme un boulet en France (entre 300 et 400 mille textes de lois pour un pays microscopique géographiquement) et comme les associations écolos anti-industrielles qui brûlent des cierges pour remercier Sainte Greta dès qu’une usine ferme.
        – Sortir des traités européens, réintroduire le franc (qui n’a pas disparu contrairement à ce qu’on entend dire dans les médias, le Franc français est une division nationale de l’Euro qui vaut 6.56 francs environ) et le faire fonctionner en parallèle de l’euro me paraît un élément facilitateur pour la compétitivité.
        – Ensuite, j’avais à une époque travaillé sur un projet de réindustrialisation de la France pour faire baisser le chômage et je l’avais soumis à divers partis politiques et autres think-tanks, sans aucun retour positif, ce qui nous montre que réindustrialiser n’est pas la priorité des partis politiques d’aujourd’hui et de leurs dirigeants qui n’ont plus aucune véritable compétences de fond.
        Dans les choses simples qu’on peut faire au départ, il y a :
        – le rapatriement des produits simples à fabriquer : saviez-vous qu’on offrait aux chinois et maintenant aux pays à bas coûts nos papiers de bureau et qu’ils les transforment en encres de récupération et en papier toilette pour nous les revendre ? Avec tous les ingénieurs qu’on forme chaque année, on ne serait pas capable de faire la même chose ? Bizarre.
        – Ensuite, progressivement, il faudra reconstruire les secteurs disparus par petites étapes, comme par exemple la chimie française (un certain Jean-René Fourtou a été le fossoyeur de Rhône Poulenc dont la dernière filiale rentable a été rachetée par le belge Solvay, on remercie ce monsieur à qui on a donné la légion d’honneur).
        – L’agriculture doit impérativement être rebâtie et l’industrie agro-alimentaire reconstruite (en 2018, pour la première fois depuis l’après-guerre, l’excédent commercial agro-alimentaire français a été négatif, ce qui fait drôlement réfléchir). Sans agriculteurs, pas d’industries agricoles et alimentaires et pas d’autosuffisance alimentaire.
        – Pour ce qui est de l’électronique et de l’informatique, il devient urgent d’avoir des systèmes d’exploitation et autres ordinateurs-produits localement et sécurisés- avec le développement exponentiel du « cloud computing » et des « data centres » sans lesquels l’Internet ne fonctionnerait pas.
        – Pour ce qui est des industries mécaniques, on est pas mal, c’est le seul secteur que les hommes politiques comprennent à peu près (la route, l’auto, le rail, les train, les avions, les aéroports). On appelle cela « les industries de la ligne droite ».
        – La façon de mettre en musique tout cela : mettre des business-men et des ingénieurs en charge du programme. Le financement se fera sur fonds publics dans un premier temps (on amorce la pompe) et les économies qui vont en découler (baisse du chômage, baisse du volume des prestations sociales, hausse des revenus liés aux cotisations diverses) serviront à financer en partie de programme (donc Bercy, pas touche au grisbi !).
        – Revoir la taxation des grosses entreprises (CICE, etc…) et les réinjecter sur les PME et TPE. L’évolution économique du système industriel se fera en mode boule de neige.
        – Pour les services afférents, supprimer le Pôle-Emploi (allocations chômage données directement via Internet à coût marginal presque nul, supprimer les contrôles coûteux et inutiles) et le transformer en centre d’allocations de compétences : transformer les chômeurs en artisans et entrepreneurs à statut privilégié, à qui on trouvera des chantiers, le reste étant à la charge de ce centre (comptabilité, centrale d’achat nationale pour les fournitures, etc…).
        – Encourager le regroupement de petites structures non pérennes en structures plus importantes de telles façons à ce qu’une PME française atteigne la taille critique d’une PME allemande qui est par définition une concurrente potentielle.
        – Introduire dans le rôle des laboratoires publics une mission obligatoire chiffrée (30 % du temps par exemple) de recherche, développement et support technique gratuit pour les TPE et les PME françaises.

        Voila en gros les lignes de ce plan de réindustrialisation qui n’a jamais intéressé personne…lol 🙂 Je pense qu’avec ce genre de programmes, on peut créer une bonne dizaine de millions d’emplois. Ensuite, quant à voir si ces entreprises doivent à terme avoir un statut public ou privé, ce sera à mon avis du cas par cas et il faudra éviter de légiférer à la serpe sur ce sujet. Il est essentiel que ces nouvelles entreprises jouissent d’un statut spécial qui annule ipso-facto les entraves administratives qui poussent dans nos codes de lois dans tous les sens. Réduire le nombre de textes de lois de 400 mille à 10 mille maxi me paraît être également une priorité dans le cadre de ce type de programmes.

      • Cher fromage au lait non pasteurisé,
        Pour ce qui concerne le carcan législatif, tout dépendra de comment se passera la passation du pouvoir étant donné que, dorénavant, nombre de scenarii sont possibles.
        Si, d’une façon ou d’une autre, le gouvernement est remplacé manu militari, les institutions, d’après Jacques Sapir, se retrouveront forcloses, comme il en fut en 1871 lors de la création de la III° république après que Napoléon III ait abdiqué.
        s’il s’agit d’une fuite gouvernementale ou du décès de notre président, par exemple, là la continuité institutionnelle se fera normalement puisque ce sera le président du sénat qui gèrera les affaires courantes et organisera les élections nationales suivantes.
        La question ne se posant pas si en 2022 il y a de nouvelles élections présidentielles.
        Si c’est François Asselineau qui est élu ,en ce cas il y a de fortes chances que ces institutions soient largement dépoussiérées.
        Une rapide disparition de l’Union-Européenne, précédée ou suivi de celle des États-unis-d’Amérique, quelle qu’en soit, là aussi, la cause, génèrera un choc psychologique violent à l’endroit des européistes accompagné d’une fuite de même ordre, tout dépendra, dès lors, de la réaction des ministres, députés et sénateurs, dont au premier chef de celle du président du sénat d’alors.
        Nous pourrions tout autant être en but d’un vide politique total ou partiel à l’exécutif comme au législatif.
        Quand à notre président, vu son courage, il disparaîtra dans la nature.
        Le problème étant si le pays se retrouvait au-devant d’un tel vide qu’il faudrait, là encore, prendre en compte puisque ce peut être envisageable.
        Je pense que, en cette situation, trois mois doivent être considérés avant que nous ne retrouvions un minimum de représentation nationale et de stabilité, d’où mes conseils de faire des réserves de nourriture d’un tel laps de temps.
        En notre époque, concevoir toutes éventualités est, je le pense, d’une grande nécessité au vu de l’accélération croissante, mais aussi discrètes, des fluctuation politiques en France, et c’est cette discrétion, due à la censure, qui rend de plus en plus imprévisibles les événements futur en notre beau pays.
        Bien à vous.

  2. Certaines féministes considèrent le mariage comme de la prostitution légale imposée (« en échange du gîte et du couvert, je fais le ménage, la cuisine et je satisfais sexuellement mon époux »), ce qui semble une vision excessivement réductrice du mariage –> https://www.slate.fr/story/37851/mariage-pute-sexe-contrat
    On peut objecter à ces féministes ceci : que penser d’une femme qui se marie avec un homme riche, se fait faire un enfant et divorce dans la foulée en demandant une pension alimentaire d’un montant exorbitant pendant 25 ans ? Cela fait cher de l’acte copulatoire.
    Dans tous les cas de figures, et cela s’applique surtout aux hommes : toujours penser que le mariage est un contrat commercial et financier, et que sa rupture se fait toujours au détriment de l’homme, qui est considéré de plus en plus par le législateur comme un inséminateur, et un porte-monnaie ambulant. Il est chef de famille sans les attributs du chef depuis une trentaine d’années en France.

    PS : attention aux pensions alimentaires non payées, elles vont bientôt être directement prélevées sur le salaire ou le compte en banque et en cas de non-paiement, les coupables peuvent aller en prison (s’ils sont devenus SDF car l’épouse a priorité sur le logement, aller en prison peut être un soulagement,…LOL). A ce sujet, j’ai un ami d »enfance, ex PDG, dont l’épouse depuis 15 ans a demandé le divorce le lendemain même où il avait perdu son job à la suite à une restructuration ultra-violente de sa boite par son siège aux Pays-Bas. Il a découvert que sa Dulcinée avait mis de côté son salaire de vendeuse pendant une vingtaine d’années (lui payait tous les frais du couple, y compris la maison et les impôts, et ne faisait jamais attention aux comptes de sa femme). Elle a réclamé la maison et le JAF lui a ordonné de quitter le domicile familial. C’est ainsi que ce PDG trop naïf est devenu SDF et continue de payer à ce jour une pension alimentaire pendant que son ex-épouse qui le trompait sans vergogne pendant les 5 dernières années de son mariage (il travaillait trop pour s’en rendre compte) vit confortablement dans la maison qu’il a lui même intégralement faite construire et financé. Ce genre d’histoires n’est jamais présenté aux actualités bien entendu…on entend plus souvent des choses du type « balance ton porc », « monsieur Untel m’a mis sa main sur les fesses, oh le vilain ! etc… ».

    • PS : le statut de chef de famille a été aboli juridiquement au début des années 70. Pourtant c’est l’époux qui doit payer en cas de divorce (quitter le domicile familial et s’acquitter d’une pension alimentaire même s’il est dans le besoin). Cherchez l’erreur. 🙂

      • Le mariage est un rite féminin liant l’homme infantilisé et, donc, déresponsabilisé, à la femme, dans une société fortement hiérarchisée, pour que celui-ci s’occupe de ses enfants.
        Nous nous retrouvons dans un entre-trois entre un désir d’égalité homme-femme rendant caduc le mariage, un déséquilibre au bénéfice des femmes, rendant théoriquement lui aussi le mariage caduc puisque il n’existe pas dans les société matriarcales, ceci dans un pays la France, qui reste, quoi qu’il en soit, patriarcal plus ou moins fort suivant les régions.
        Je ne reviendrais pas sur mon hypothèse du brouillard conceptuel mais je pense que cette situation perverse et angoissante pour tous a des origines propagandistes.
        Le problème posé par ces féministes extrémistes c’est que, quand le système sera forclos, nous reviendrons, sous une forme moins pressante, à ce qui prévalait des relations de couple du XIX° siècle jusqu’aux années 60.
        Le second de ces problèmes ce sont ces juges femmes qui, part trop attachées à cette doctrine et qui, en raison de leurs égarements, vont conduire à ce que cette fonction soit, dans le futur, essentiellement confiée à des hommes.
        D’ailleurs je serais pour que certains métiers demande,comme tout préalable, à ce que des tests psychologiques précis soient pratiqués aux jeunes étudiants.

      • Tout-à-fait d’accord 🙂 …et j’avais en effet oublié que les JAF (juges aux affaires familiales) sont majoritairement des femmes (à 80 %, excusez du peu), ce qui sur le plan de l’éthique peut poser parfois problème en effet ! D’autres remarques en passant :
        -D’un point de vue juridico-économique, l’abolition de la notion de chef de famille (qui donne la responsabilité de la conduite des affaires familiales co-partagées entre l’épouse et l’époux) est une erreur grave qu’on doit à nos chers députés au début des années 70. En effet, quand on regarde un contrat de mariage, il y est question essentiellement d’argent et de son partage (communauté réduite aux acquêts, séparation des biens, communauté universelle, etc)…car la cellule familiale est considérée par les hommes de loi comme une entreprise, un centre de profits qui a des revenus et des dettes. Partant de là, instituer un chef de famille c’est comme désigner un PDG ou un président pour un état. Supprimer cette notion de chef de famille, revient à attribuer une co-direction d’égale importance.
        Que se passerait-il dans une entreprise si on nomme deux PDG qui ne sont jamais d’accord sur rien et qui font peu de concessions ? La faillite de l’entreprise.
        Que se passerait-il si on nommait dans un pays deux présidents jamais d’accord sur rien ? La paralysie et à terme la faillite du pays.
        Certaines entreprises comme le groupe ACCORD du temps de ses fondateurs (Dubrulle et Pélisson) avaient une direction bicéphale, mais pendant que l’un était DG et s’occupait de l’opérationnel, l’autre était PDG et faisait de la stratégie. De façon alternée. Très astucieux et cela a très bien fonctionné car l’un était patron de l’autre, et les deux compères s’entendaient très bien.
        Il aurait ainsi mieux valu conserver la notion de chef de famille et la donner à tour de rôle, le tout défini clairement dans le contrat de mariage initial, quitte à le modifier à intervalle régulier selon les désirs de chaque membre du couple.
        – Postuler comme le font les féministes que seul l’homme a des besoins sexuels à satisfaire est ravaler la femme au rang de poupée gonflable. C’est pathétique. Les femmes ont autant de besoins sexuels que les hommes, et en cas de défaillances de l’homme, le divorce n’est pas loin (33 % des françaises se séparent car leur compagnon souffre d’éjaculation précoce : ce qui est énorme et stupide car des consultations chez le sexologue peuvent résoudre le problème sans trop de difficulté). Les hommes ont tendance à résoudre le problème en allant voir ailleurs, ce qui n’est pas non plus une solution acceptable et pérenne.
        – Donner le pouvoir aux mères de famille qui vont par réflexe fusionnel biologique faire de leurs enfants un enfant-roi égo-centré est un très mauvais service à leur rendre. Si on rajoute à cela que la loi n’autorise plus les parents à exercer leur autorité par des punitions corporelles (la fessée par exemple), on se retrouve aujourd’hui avec des jeunes notamment dans les banlieues qui n’ont plus aucune limite, et se permettent de frapper les enseignants pour la moindre contrainte scolaire normale (fermer son smartphone, enlever sa casquette, être à l’heure, venir dans une tenue correcte, etc..).
        – Les mères de famille ne sont pas toutes et naturellement des anges ou des saintes : voir le cas de la grand-mère et de la mère de famille qui ont menacé une institutrice de coups et blessures (https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/les-infos-de-6h-herault-une-institutrice-filme-deux-femmes-en-train-de-l-agresser-7799197971) près de Béziers. Là encore, pathétique et désolant.
        – Donner une foi absolue aux les propos d’une mère et de ceux de ses enfants peut conduire à des erreurs de jugement gravissimes comme dans le cas de l’affaire d’Outreau où une quinzaine de prévenus ont été incarcérés sans raisons pendant 4 ans pour certains (ls mettront des années à se reconstruire. Le juge qui a fait cette connerie magistrale (Fabrice Burgaud) est toujours en poste et n’a fait l’objet d’aucune poursuite au pénal et a même été promu à la cour de cassation. LOL).

  3. @camembert électrique /message du 12 oct 19h02
    Une précision : la balance commerciale agro alimentaire est devenue négative au niveau européen mais pas au niveau mondial ( excédent de 9 milliards € ). La forte baisse de la compétitivité au sein de l’europe depuis 6 ans ( le solde était positif de 6 milliards €) s’explique par le poids des charges et impôts en France qui nous plombe par rapport aux autres, par le code du travail ( qui nous oblige à payer des charges énormes pour des étrangers qui ne bénéficieront pas des dépenses publiques), par le goût du  » petit » ( refus de la ferme des1000 vaches et plus généralement de tout ce qui pourrait développer notre agriculture). Notre agriculture continue d’être dirigée avec une idéologie socialiste et l’on sait depuis longtemps que cela ne fonctionne pas dans la durée.L’Alemagne exporte plus de fromages que nous!! Nous importons du bois d’Allemagne ( alors que nous avons 15 millions d’hectares de forêts) , on ne peut produire ce qui se demande ( interdiction de planter de la vigne, de produire des huîtres ..sans autorisation de l’état… qui protège les rentiers et bloque tout.
    Par ailleurs, les mondialistes ( politiques et direction des multinationales) se moquent pas mal de la France et , pour eux, la réindustrialisation de la France n’est pas un enjeu, bien au contraire ( il y a plus d’attrait dans la croissance des pays émergents qu’en France ). Leur priorité est de rééquilibrer les forces pour assurer une domination mondiale. Leur entreprise ne va pas mourir ( comme vous le dîtes) car les capitaux ne sont pas liés à une nation: que l’entreprise fonctionne avec des capitaux chinois ou autres n’a aucune espèce d’importance pour eux. Ayant dit cela ils sous estiment ce que peut faire un état communiste chinois ( qui eux sont patriotes!!).
    La réindustrialisation de la France n’est pas pour le court terme car il n’y a aucune force puissante qui la défende. Le chômage va s’aggraver ( c’est pour cela qu’ils veulent un revenu universel pour tous). N’oublions pas que pour les mondialistes 80% des gens sont inutiles ( seuls 20% suffisent à faire fonctionner toute l’humanité). Si on ajoute les afflux massifs de population africaine un esprit sain voit bien que l’idéologie des mondialistes va échouer car elle suppose une solidarité mondiale qui n’existe pas ou plus ( Chine, USA, Russie, Inde etc…) mais cela risque de faire très mal pendant une assez longue période.

    • Merci pour ces précisions. Il est clair que nos dirigeants se moquent de la réindustrialisation de la France et comme Trump, quand ils comprendront que c’est un enjeu capital, ce sera largement trop tard.
      L’agro-alimentaire est un cas intéressant à cet égard : si on se fie aux études de l’INRA (en général aussi fiables que celles de l’INSEE ou du Pôle-Emploi sur le chômage), on s’est aperçu -en juin ou juillet dernier je crois- qu’au niveau des produits finis, la France avait accumulé un micro-déficit de 300 millions d’euros par rapport aux 3 milliards de l’année précédente, avec la Pologne, et l’Espagne fondamentalement (et accessoirement aussi avec les Pays-Bas et l’Allemagne).
      Ces données sont l’arbre qui cache la forêt : les matières premières alimentaires utilisées par nos IAA viennent largement de l’extérieur, et si l’INRA les avait prises en compte, la situation sur le papier serait infiniment plus désastreuse depuis longtemps.
      Le dernier rapport du Sénat et notamment les importations agricoles et alimentaires en France qui ont littéralement explosé depuis le début du siècle, est très instructif de ce point de vue, et évidemment personne dans les médias officiels ne s’est dépếché pour en faire la promotion : https://www.senat.fr/rap/r18-528/r18-528_mono.html#toc39 (source : « Rapport d’information n° 528 (2018-2019) de M. Laurent DUPLOMB, fait au nom de la commission des affaires économiques, déposé le 28 mai 2019 »).
      Si on y réfléchit deux secondes, avec un revenu moyen agricole qui tangente celui du RSA (hors gentlemen farmers de la Beauce donc) et un suicide par jour, on voit mal comment l’agriculture française qui est totalement sinistrée pourrait produire suffisamment pour alimenter les coopératives et autres industries de transformation.
      Vous avez raison : exploitations trop petites, trop de charges, trop de carcans législatifs impossibles à mettre en place (typiquement français), trop de structures publiques qui ne servent dans les faits pas à grand chose par rapport à ce qu’elles coûtent (chambres d’agriculture, etc…), suppression des subventions et de la PAC sans plan de transition et de modernisation étalé dans le temps, etc… bref, un sacré merdier organisationnel dispendieux qu’il faut casser et entièrement reconstruire.

  4. On n’évoque jamais le sujet, et pourtant… C’est à l’école – où ces dames dominent le corps professoral – que commence la guerre des sexes. Au détriment des garçons qui ne grandissent pas et n’évoluent pas au même rythme et de la même façon que les filles.
    Au Canada, les petits gars sont abandonnés à leur sort et pour calmer leur continuelle envie de bouger, les institutrices les bourrent de Ritalin.

    • La ritaline est un médicament neuro-psychiatrique (amphétamine à effet psychostimulant et apaisant) prescrit ici uniquement par un médecin spécialiste après de nombreux tests pour vérifier que les indications sont les bonnes (syndrome d’hyperactivité avec troubles de l’attention, narcolepsie, quelquefois traitement d’accompagnement pour les autistes Asperger,..). Autoriser une institutrice à donner ce médicament à un enfant me paraît très problématique compte-tenu de ses effets secondaires sérieux (hypertension, tachycardie, palpitations, coupe-faim, éruptions cutanées, hépatite, somnolence, vertiges, nausées, diarrhées, fièvre, sécheresse buccale, toux, perte de cheveux).
      Comme la ritaline est un sérotoninergique, je me demande s’il ne serait pas plus raisonnable de remplacer cette amphétamine par des molécules plus douces comme du citalopram faiblement dosé ou des gélules à base de plantes comme la Rhodiola rosea.

      • Depuis 1997, les prescriptions de Ritalin au Canada ont explosé. Les petits Québécois cumulent près de la moitié des ordonnances médicales de Ritalin (plus de 400 000 en 2010). La cause ? Leur hyperactivité.

      • @didier fessou : Je viens de le découvrir, la ritaline est une drogue (substance addictive chez l’adulte) que des toxicomanes français s’injectent au même titre que l’héroïne, la cocaïne ou le sulfate de morphine. Cependant, il semblerait selon l’agence française du médicament que chez l’enfant, cette molécule ne conduise pas à des risques d’addiction, ce qui est étonnant. Cela dit, le produit est classé dans la catégorie des stupéfiants en France et la première prescription doit être faite par un praticien hospitalier.
        https://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Methylphenidate-donnees-d-utilisation-et-de-securite-d-emploi-en-France-Point-d-Information
        Espérons que ce produit n’engendre pas les mêmes conséquences sanitaires catastrophiques qu’avec les opiacés antalgiques ( Oxycontin, etc…).

  5. Un ami vient de m’apprendre qu’en cas d’héritage en France, l’épouse est juste usufruitière des biens et écartée de facto de l’héritage au profit de ses enfants. Cette situation est ubuesque dans la mesure où il est logique de considérer que l’héritage a été en partie le fruit de son travail (si l’épouse a travaillé). Comme le divorce donne dans les faits pratiquement tous les droits à l’épouse au détriment de l’époux, la loi française incite ainsi les femmes à divorcer plutôt qu’à honorer leur contrat de mariage jusqu’au bout.
    Etonnant, non ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s