Une autre approche des cycles du climat.

Il y a quelques jours Michael Mann, l’auteur controversé de la courbe en crosse de hockey, déclara haut et fort que la température de 100°F (37,7 °C) relevée à Huntsville, Alabama une semaine auparavant était à l’évidence le résultat du réchauffement climatique. Mann a-t-il vraiment fait une petite recherche sur les températures relevées dans le sud-est des Etats-Unis depuis la fin du XIXe siècle ?

Capture d’écran 2019-09-18 à 19.34.44.png

Voici le nombre de jours chaque année durant lesquels les températures relevées dans toutes les stations météo de l’Arkansas, Louisiane, Missouri, Alabama, Floride, Géorgie,Caroline du Sud, Caroline du Nord, Tennessee, Kentucky et Virginie ont dépassé 90°F soit 32°C avec en bleu le nombre brut de jours et en rouge la moyenne courante de ce nombre de jours sur 5 années.

Ce type de résultats peut être trouvé non seulement aux USA mais également en Europe ou encore au Japon. C’est une des présentations graphiques privilégiées par Kirye, fameuse blogueuse japonaise au sujet du climat (@KiryeNet) car elle considère, à juste titre, que mentionner des moyennes de températures est un non-sens scientifique. Ce que l’on remarque tout de suite est qu’entre les années 1920 et 1960 « il faisait plus chaud » qu’aujourd’hui. Cet optimum de températures se retrouve également en Europe et en particulier dans les pays traversés par la chaine des Alpes. Ce qui est également évident est une stabilisation du nombre de jours au cours desquels des températures « extrêmes » ont été comptabilisés depuis 1980. Il ne s’agit pas ici, et il est important de le noter, de manipulations des températures pour établir des écarts ou des « anomalies » rapportés à des moyennes dont on ignore le plus souvent l’origine, il s’agit de nombres de jours durant lesquels les températures ont atteint un certain seuil. Ces résultats concernent un grand quart Est des Etats-Unis et peuvent donc être considérés comme significatifs.

Au sujet de cet « optimum » 1920-1960 il faut garder en mémoire que le recul des glaciers observé au front de ces derniers se produit avec une latence d’environ 30 à 40 ans par rapport au début d’une période « plus chaude ». C’est ce qui s’est produit dans les Alpes françaises et suisses. On incrimine à tort le recul des glaciers au soi-disant réchauffement moderne du climat lié à l’accumulation de CO2. En réalité les glaciers alpins ont amorçé leur recul dès le début des années 1950 après avoir considérablement « avancé » au cours du XIXe siècle, le petit âge glaciaire. Et puisque j’ai mentionné le CO2 l’augmentation considérée comme spectaculaire et provoquée, selon les affirmations de l’IPCC, par l’activité humaine est le résultat d’un dégazage des océans provoqué par cet « optimum » 1920-1960, dégazage qui lui aussi présente une latence en raison de l’inertie thermique des eaux océaniques.

Capture d’écran 2019-02-14 à 16.00.33 - copie.png

Pour assortir mon propos je rappelle l’illustration très parlante du nombre de taches solaires observées et le calcul tout simple de l’excès ou du déficit de ce nombre de taches solaires exprimé par rapport au nombre moyen de celles-ci observées depuis 1750 pour chaque cycle solaire dix ans et un mois après le début de chaque cycle. J’ai déjà mis en ligne à plusieurs reprises cette représentation très parlante, si on peut dire les choses ainsi. Les glaciers alpins ont considérablement avancé en raison du « petit âge glaciaire » qui débuta à l’orée du XIXe siècle pour être suivi par un réchauffement brutal à la fin des années 1930 provoquant le retrait des glaciers alpins. Le glacier d’Argentières menaçait le village éponyme à la fin du XVIIIe siècle comme le montre l’illustration ci-dessous …

Capture d’écran 2019-09-19 à 13.05.51.png

Source et illustration : blog de Tony Heller (realclimatescience.com), Wikipedia et sur ce blog le billet du 21 février 2019

17 réflexions au sujet de « Une autre approche des cycles du climat. »

  1. Mann a tellement triché et raconté de conneries qu’on devrait lui retirer son doctorat et l’obliger à en repasser un autre.
    J’aime beaucoup le premier graphique : le nombre de jours où la température est supérieure ou égale à une température de référence a du sens sur le plan physique, à la condition qu’on soit dans une zone géographique restreinte où le gradient adiabatique n’a pas d’influence bien entendu.
    Les moyennes de températures ont peut-être une signification mathématique mais n’ont en effet aucune signification physique.

  2. Un record de température ponctuel dans le temps ne peut signifier une preuve de réchauffement global!

    C’est une chose absolument évidente à laquelle tous devraient réfléchir! Mais il est tellement difficile de contrecarrer l’infection massive propagée par les chantres du CAPITALISME NÉOCONSERVATEUR MONDIALISTE (Al Gore, Hilary Clinton, George Soros, et bien d’autres).

    Reliable allies in the European Parliament (2014 – 2019) – KUMQUAT CONSULT for the Open Society European Policy Institute:

    Cliquer pour accéder à soroskooptbrussel.pdf

  3. De 1955 à 1985 le glacier de trient s’était allongé de près de près de 350 m.
    D’après la doxa CO2 responsable, cela n’aurait pas du se produire.
    Le retrait des glaciers n’est donc pas une nouveauté.

  4. Bonjour,
    vous dites « ….En réalité les glaciers alpins ont amorçé leur recul dès le début des années 1950 … »
    il y a à mon avis une erreur de date ce serait plutot 1850 d’apres les ouvrages et encyclopedies dont je dispose..
    cordialement

    • Ce n’est pas uniforme. Le glacier du Rhône, c’est dès 1820, de manière continue. le glacier de trient a subi des reculées et des avancées, avant de reculer nettement ces dernières décennies.

    • C’est une excellente nouvelle, et en plus, la plainte émane de Mann lui-même qui n’est ni plus ni moins qu’un fraudeur opportuniste de bas niveau intellectuel et qui devrait à ce titre être exclu de la communauté scientifique (son avocat a dû lui dire que l’attaque est la meilleure des défenses).
      Maintenant, d’un point de vue plus général, en appeler à la justice pour une affaire de science est une véritable hérésie. Dans un monde normal, en science, les différends se règlent entre pairs et à coups de publications et donc de démonstrations.
      Cela me rappelle que la justice européenne a décidé récemment que le glyphosate, substance éminemment inoffensive, a été déclaré interdit d’utilisation en UE, au mépris des avis des agences scientifiques locales et européennes. Quand des politicailles lobbysées gagnent sur la science, on n’est pas loin de la dictature et du 1984 d’Orwell.
      Cela dit, cette « soviétisation lyssenkéenne » (1) de la science a donné du travail à une palanquée de fonctionnaires heureux de la polémique car elle a permis l’inflation inespérée de leurs maigres budgets…un certain Gilles-Eric Séralini, de l’université de Caen, activiste pseudo-écolo, aussi nul en sciences et en statistiques que Mann (et pratiquant comme Mann la rétention et le traficotage de données), en sait quelque chose. 🙂

      (1) : J’observe qu’en Fédération de Russie, la controverse climatique ou celle sur le glyphosate -bien qu’alimentées à grands frais par les mêmes agences de propagande écolos que sont Greepeace, le WWF et consorts- n’ont aucun écho auprès du public et du gouvernement fédéral. Poutine a d’ailleurs déclaré que le climat changeait en permanence et que comme l’Homme n’y peut rien, c’était à lui de s’y adapter. Sage devise de Sibérien.

      • Mais Mann cache des données décisives, prouvant sa théorie, mais dont il a peur qu’on les lui pique!

        « (…) Mann a toujours refusé de publier les nombres de régression R2 pour un examen indépendant. Il a affirmé avoir sur eux des « droits de propriété » (c’est-à-dire un produit d’un travail intellectuel de grande valeur personnelle). Si «précieux», cela valait la peine de perdre un procès de plusieurs millions de dollars et sa réputation de les cacher. » (Traduction Google)

        C’est cela « être scientifique » de nos jours! Le principe d’esprit critique (ne rien accepter pour vrai qu’on n’aie vérifié soi-même) est remplacé par le principe d’autorité. Autant dire que le principe de réfutabilité (toute assertion ne pouvant par principe être réfutée est dogmatique et non rationnelle) n’a plus cours!

        La science (rationnelle) a fait place à la religion (dogmatique).

        Le physicien américain Richard Feynman disait que la «science», c’est avoir confiance dans l’ignorance des «experts»!

  5. RECTIFICATIF:

    J’ai été un peu vite pour définir le principe de réfutabilité:

    « Toute assertion ne pouvant par essence être réfutée est, soit axiomatique (auquel cas toute théorie fondée sur l’axiome contraire est tout autant tenable), soit dogmatique (auquel cas elle ne peut être considérée comme rationnelle). »

    • Cette affaire du climat entre dans la catégorie du dogmatisme. C’est la raison pour laquelle je mentionne  » l’Eglise de Scientologie Climatique » , une expression qui n’est pas de mon fait mais d’un blogueur américain qui a disparu de la toile il y a plusieurs années.

      • Effectivement, si l’affirmation de modification du climat par le CO2 anthropique nous était donnée comme axiomatique, on nous laisserait développer l’axiome contraire! Jamais les tenant de l’axiome d’Euclide n’ont empêché de développer la géométrie non-euclidienne!

        Ici, c’est bien de dogme qu’il s’agit!

  6. Juste pour info et à titre d’illustration de la connerie ambiante, voici un papier relatant une cérémonie funéraire qui a eu lieu en Suisse pour célébrer la prétendue disparition d’un glacier helvético-autro-lichstensteinien.
    Un glaciologue dont les neurones ont dû congeler la veille a déclaré « Nous sommes là pour lui dire au revoir ». Un aumônier trop heureux de célébrer quelque chose en a appelé « à l’aide de Dieu pour relever le défi énorme du changement climatique ».
    https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/rechauffement-climatique-des-suisses-organisent-des-funerailles-en-montagne-pour-un-glacier-disparu_3627431.html
    Il y a vraiment des coups de pieds au cul qui se perdent…on en a interné pour moins que ça.

    • Vous êtes bien sévère 🙂 remarquez qu’il a dit « au revoir » et pas adieu !
      Peut-être ne vivra t il pas assez vieux pour le re voir ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s