Crise climatique à l’ONU !

À l’approche du grand raout onusien dont le plat de résistance sera le climat et ses conséquences invraisemblables pour l’ensemble de l’humanité à moins qu’un conflit moyen-oriental vienne perturber cette grand-messe de l’Eglise de Scientologie Climatique avec sa sainte et vierge Greta les médias tirent à vue leurs cartouches et ce lundi 16 septembre 2019 je me suis limité aux titres du Guardian, florilège :

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.21.06.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.21.58.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.24.01.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.24.39.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 09.27.35.png

Capture d’écran 2019-09-16 à 15.25.07.png

22 réflexions au sujet de « Crise climatique à l’ONU ! »

  1. C’est dommage qu’il n’y ait pas de traduction car un grand nombre de personnes ne comprennent pas l’anglais. Comme en plus il n’est pas possible de faire des copier/coller pour pouvoir traduire en ligne, la plupart des gens avec qui je vais partager ne comprendront pas !

    • Je « plussoie », comme on dit.
      J’ai fait les 7 années « réglementaires » d’apprentissage de la lange anglaise. Mais suivis de quelques décennies de pratique limitée et de flemme de m’entretenir. Alors, sa lecture m’est devenue pénible.
      Tandis que ceux qui publient des textes en langue étrangère n’ont, a priori, aucun souci de compréhension, sinon ils s’abstiendraient de le faire. Ils pourraient donc, sans trop de peine, proposer une traduction. Tant pis si elle n’est pas très littéraire.

      • Opinion
        Le changement climatique menace de compromettre le cricket, en mettant en danger les joueurs et en interrompant les matchs.
        Il y a un danger que les autorités supervisant le cricket se focalisent plus sur les symptômes que sur les causes de cette menace.
        ——————-
        Reportages actuels sur le climat
        « Comme un coup de soleil sur vos poumons » : comment la crise climatique affecte votre santé ?
        Les enfants, les femmes enceintes et les vieillards sont les plus menacés par les épisodes d’extrême chaleur – l’impact est déjà bien présent dans tous les domaines de la médecine
        ——————–
        « Les Américains se réveillent »: les deux tiers d’entre eux déclarent que la crise climatique doit être prise en compte
        Un important sondage d’opinion de CBS relaie la collaboration de plus de 250 médias dans le monde pour renforcer la couverture médiatique de cette histoire de climat.
        ——————-
        91 % des Américains disent que le changement climatique est réel , non
        ——————-
        Environnement
        Les grèves pour le climat : allez-vous prendre part aux protestations en septembre ?
        Nous aimerions entendre des personnes qui vont participer à la grève globale pour le climat en Grande-Bretagne le 20 septembre
        ——————-
        Changement climatique
        Rapport : Le monde est « gravement » mal préparé pour éviter un apartheid climatique mais c’est moins moins onéreux que l’inaction.
        (Traduit en quelques minutes pour mes lecteurs)

      • Les Français sont des gens étonnants ! Ils se gargarisent de mots anglais à longueur de journée, en tricotent à l’occasion (comme ce surprenant pom pom girl pour traduire cheerleader), mais sont incapables de comprendre une manchette de journal publié outre-manche ou outre-atlantique.

  2. On en arrivera bientôt à ce slogan « Respirer tue, mourrez pour vivre ».

    … et pourtant, je suis marxiste, n’en déplaise à Charles Gave…

  3. Plus l’approvisionnement pétrolier devient incertain, plus la folie climatique monte. Pourtant, ce qui nous menace le plus, c’est sans doute la discontinuité des approvisionnements énergétiques, et donc une récession globale, et donc un arrêt des émissions desperados gaz, n’est il pas?
    On en conclut donc logiquement que les deux sont liés. C’est parce que nous avons sans doute (avec cet arrêt de la raffinerie en Arabie Saoudite) fait notre pic pétrolier, qu’il va falloir économiser notre énergie.
    Mais peut on l’annoncer de cette manière? Peut on dire aux gens: Désormais, la quantité de pétrole disponible va décroître, et vous allez vous appauvrir. ? Certainement pas.
    Les investissements fuiraient les pays consommateurs vers les derniers pays producteurs. Une crise plus redoutable s’installerait sans nous donner le temps de nous adapter. Et l’on cesserait de croire en l’avenir. Aussi, le climat a bon dos, et on peut s’attendre a de plus en plus d’hystérie.

    • Je suis d’accord sur le fond, la lutte contre le rechauffement climatique est sans doute un moyen detourne de nous faire sortir du petrole. Cela dit le reserve de gaz et de charbon permettre de voir encore venir avant de se retrouver en crise energetique.
      Il serait cela dit intelligent de changer des maintenant de paradigme, garder les hydrocarbures pour plus tard (chimie, …) et donc augmenter drastiquement la production d’electricite (nucleaire vu qu’on as pas d’autre choix), et les budgets de recherche pour developper des reacteurs innovant (Thorium, voire fusion, on peut rever un peu)
      https://en.wikipedia.org/wiki/Lockheed_Martin_Compact_Fusion_Reactor

      Plutot que reagir dans l’urgence, faire n’importe quoi, stresser tout le monde on ferait mieux d’expliquer aux gens la situation, changer notre facon de consommer, arreter de toujours vouloir montrer qu’on a la plus grosse (bagnolle). Le pognon gaspille des le renouvellable pourrait etre infiniment mieux utilise.

      • L’équipe Macron vient de stopper le programme nucléaire de 4 génération ( thorium). La messe est donc dite!
        Quant à la fusion, ce n’est pas pour tout de suite et ceci n’est pas spécifiquement Francais ( programme Yter est international).

  4. @ Prolux et Franck
    La Russie est aujourd’hui le leader mondial des surgénérateurs plutonium/uranium appauvri, technologie exportée pour l’instant en Chine. La construction du réacteur BN1200 est en cours. Son prédécesseur le BN800 est opérationnel depuis août 2016. Il n’existe à l’heure actuelle aucun réacteur fonctionnant avec du thorium, la technologie étant différente car il s’agit de sels de thorium fondus alors que le combustible des surgénérateurs plutonium/U-238 se trouve dans des assemblages ressemblant à ceux des PWR. Le problème de l’ « allumage » de la fission des sels de thorium fondus n’est pas encore résolu. Peut-être dans 30 ans … Quant aux réserves dites prouvées de pétrole, personne n’en a la moindre idée car tous les pays font preuve d’opacité à ce sujet. Des estimations indiquent qu’il aurait encore assez de pétrole pour soutenir la consommation actuelle (sans augmentation) pendant encore 50 ans, mais à quel prix ? Pour le charbon c’est plus confortable puisque les réserves estimées arriveraient à épuisement dans 3 siècles au rythme actuel de consommation, mais également à quel prix ? Il existe de nombreux gisements de charbon profonds inexploitables avec les techniques traditionnelles. À n’en point douter la créativité humaine résoudra ce problème … Il reste le fantasmatique ITER, un gouffre financier incroyable pour un résultat qui n’est toujours pas garanti pour deux raisons fondamentales qui n’ont pas l’air d’alarmer les décideurs. La première raison est que l’instabilité du plasma risque de ne jamais être résolue et personne ne sait si lors de la fusion hypothétique cette instabilité pourra être maîtrisée quand apparaîtront des noyaux plus lourds que l’hydrogène et le deutérium. L’autre problème qui n’a pas l’air non plus de préoccuper les décideurs (pourvoyeurs de capitaux) est la stabilité des matériaux utilisés soumis à un intense bombardement de neutrons de très haute énergie, ce qui n’est pas le cas dans les réacteurs PWR actuels ni dans le cas des surgénérateurs. Peut-être que dans 100 ans le premier petit réacteur à fusion verra le jour … Toujours est-il que le projet ITER est une vue de l’esprit, un incroyable gouffre financier qui n’aboutira à rien.
    Pour les amateurs de moulins à vent je conseille de visionner ce documentaire de la Revue Militaire Suisse : https://www.youtube.com/watch?v=u9sau9f1FCM

    • Oui, il est clair que les chiffres du pétrole sont des secrets d’états, que bien des états ignorent! Pourtant on peut faire quelques déductions.
      Par exemple, il est étonnant qu’il y avait trois pays qui produisaient en meme temps 10 millions de barils jour. Cela semblait vraiment un chiffre clé. Pouvait il être simplement lié au hasard. Peut être, mais on peut supposer que ces dix millions étaient plus ou moins faciles a tenir pour chacun. Peut être que finalement, 10 millions de Barils jour c’est peu pour la Russie, quoi qu’en disent les adeptes du pic (dont je suis partiellement). Et peut être était ce trop pour l’Arabie Saoudite, qui vient de décrocher lourdement? Ou peut être la Russie va décrocher aussi d’un coup, a moins que ce ne soient les états unis? (qui sont d’ailleurs importateur de pétrole, contrairement a ce qu’on lit ici ou la).

      On saura a l’avenir si la chute de la production saoudienne est juste un accident ponctuel, ou s’il n’est pas un de ces signaux de baisse, un break out comme on dit en bourse.

      Si c’est le cas, alors certes on aura du charbon, du gaz, mais on aura de moins en moins ce miracle de la nature qu’est le pétrole, qui permet de monter sans effort deux tonnes de ferraille en haut d’une colline, pour qu’un citadin puisse contempler la mer en fumant sa cigarette.

  5. Cette histoire de réchauffement climatique anthropogénique est hautement symbolique et nous fait revenir aux temps anciens des sociétés primitives (sans jugement de valeur) des mythes cosmogoniques de la fin du monde suivit de son recommencement.
    Ce qui a donné, dans le christianisme, l’apocalypse, mais toutes les religions y font référence.
    Je vous conseillerais la lecture du livre de Mircea Eliade: « Aspects du Mythe », mais aussi les œuvres de Jung là-dessus.
    Ceci explique pourquoi il est si difficile de convaincre le plus grand nombre de son aspect de totale fausseté, il ne s’agit plus, là, de la résultante d’une manipulation, quand bien même elle soit réelle, puissante et renouvelée, mais de l’activation d’un archétype premier provenant de la disparition en cours du capitalisme par celle de ce qui la sous-tend, soit l’existence d’une bourgeoisie entrepreneuriale qui, en réalité, est dès maintenant quasiment détruite.
    Ce type de société, dont le centre se trouve en Occident et qui a produit sa puissance, qui nous a fait croire que démocratie et économie de marché ne peuvent fonctionner l’une sans l’autre, avait son pendant inverse qui avait nom communisme et, en vrai, le capitalisme avait commencé son délitement peut de temps avant la disparition de celui-ci.

    Je sais que je sors du cadre, mais quand je croise des informations diverses telles que celles-ci je ne peux pas ne pas considérer que cette histoire de réchauffement, renvoyant à l’enfer chrétien, ne peut qu’avoir, de cause, que de l’activation du-dit archétype et, de raison, je n’en ai pas trouvé d’autre que celle que je viens de vous exposer.

  6. « Urgence » ou « Crise » climatique ?
    C’est à se demander si nos dirigeants n’ont que ça à penser ??
    Je suis sûr que chacun d’entre nous a en tête une bonne dizaine « d’urgences », que ce soit au niveau français, européen ou mondial.
    Au passage et au risque de radoter, même l’ONU a fait la liste de 17 « urgences », connues sous le nom d’ODD (Objectifs du Développement Durable), ou « agenda 2030 ».
    Parmi ces « petits » sujets, on trouve en N°1 l’éradication de la pauvreté, puis accès à tous à une alimentation saine, à l’eau potable plus assainissement, éducation pour tous y compris les filles/femmes, santé etc, pour arriver en N°13 (même si les ODD sont supposées non hiérarchisées et interconnectées) à l’action climatique, sachant que la N°8 parle de l’accès à une énergie propre et renouvelable (suivez mon regard)

      • Non justement, c’est pour cela que peu à peu, le RCA apparait comme une urgence absolue. Même si dans la réalité, très peu de choses changent.

      • Avant de parler d’urgence absolue, il faudrait se mettre d’accord sur ce que recouvre le mot « Climat ».
        En effet, ce mot est devenu un fourre-tout pour la majorité des médias, des politiques, et me^me de nombreux scientifiques (tous plus ou moins « climatologues », justement), et donc dans le « public ».
        Si c’est pour confondre systématiquement météo et climat, climat et pollution; environnement et alarmisme ou millénarisme, science et religion ou science et politique; (climato)réalisme avec (climato)scepticisme, ou interdire à des scientifiques d’être « sceptiques » quand ils ne hurlent pas avec les loups, et j’en oublie certainement, et bien vous pouvez garder votre « urgence absolue » pour vous.
        Cela ne veut pas dire que des événements météo « extrêmes » sont sans conséquence sur la pauvreté, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement etc, bien au contraire ils sont des causes aggravantes.
        D’où les moyens à mettre en œuvre pour l’adaptation et la résilience, bien plus et bien avant les fumeuses « politiques » de « mitigation » (j’ai oublié le mot français), aka à 99,99% réduire les émissions de GES, à 95% du CO2 par ailleurs bienfaiteur de l’Humanité par son action sur la flore.
        Voyez entre autres, les travaux de Bjorn Lomborg, un économiste qui n’est pas du tout un « climato sceptique », mais qui démontre (avec des chiffres issus des rapports du GIEC) que les politiques de réduction des GES dont je viens de parler sont coûteuses et inefficaces.

      • @Zimba : De fait, vous ne pouvez pas argumenter sans faire référence à des situations extrêmes très peu probables, des moyens d’adaptation quasi nul, une urgence extrême et bien sûr faire appel aux 3 autres cavaliers de l’apocalypse (la maladie, la guerre, la famine).

        N’ouvrons pas cette bouteille : quand elle sera vide, nous auront à nouveau soif !
        Prudence ? Non, il y a 10000 ans, les même conseils disaient qu’il ne fallait pas boire l’eau de cette rivière car quand elle serait sèche…

  7. @ pastille verte.
    Je prépare un billet qui démontre sur un cas ponctuel que le « vrai » réchauffement moderne date des années 1930-1960 et que depuis plus de 20 ans il n’y a pas eu d’augmentation des températures maximales sans faire appel aux températures moyennes ce qui est une notion scientifiquement incorrecte. On ne peut pas faire de moyennes de températures et encore moins faire ressortir des écarts ou des anomalies de moyennes de températures par rapport à d’autres moyennes. Ceci est le fondement de l’escroquerie de l’IPCC mais aucun climatologue n’en parle clairement ! Ils ne peuvent pas se tirer une balle dans le pied. De plus, aucun climatologie – à de très rares exceptions près – n’a mentionné l’effet du gradient adiabatique de l’atmosphère sur l’ensemble des mouvements de l’atmosphère et de la formation des nuages. Enfin, la théorie de l’effet de serre est une escroquerie scientifique car jamais on n’a observé de transferts d’énergie thermique sous quelque forme que ce soit d’un corps froid vers un corps chaud. Comment en est-on arrivé à affirmer que les hautes couches de l’atmosphère – plus froides en raison du gradient adiabatique – puissent réchauffer les basses couche de ce même atmosphère reste pour moi un mystère. Voilà les fondements de l’escroquerie incroyable de l’IPCC. L’urgence serait de dénoncer haut et fort cette fausse science !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s