La décadence morale et intellectuelle s’accélère aux Etats-Unis

Capture d’écran 2019-07-17 à 17.59.49.png

Le Docteur David Mackereth, médecin en exercice depuis 1989 auprès de Département du Travail et des Pensions, un peu l’équivalent de la médecine du travail dans beaucoup de pays européens a été démis de ses fonctions par ses supérieurs hiérarchiques car il a affirmé haut et fort que le sexe d’une personne est déterminé biologiquement et génétiquement à la naissance. Père de 4 enfants et médecin ne cachant pas ses convictions religieuses de baptiste réformiste , Mackereth a été mis à pied en raison de ses convictions médicales qui « datent de plusieurs siècles » et ne sont plus d’actualité. Pourtant il y a des millénaires que l’Homo sapiens sait reconnaître le sexe d’un enfant …

Pour en quelque sorte institutionnaliser la décadence morale, sexuelle et on pourrait dire aussi intellectuelle des USA, sans même mentionner le fait que des millions d’Américains utilisent quotidiennement toutes sortes de drogues psychotropes, l’administration américaine a fait passer la loi « Equality Act » en 2010. Déclarer que le sexe est déterminé biologiquement est une entorse à l’Equality Act et pour cette raison les services juridiques du département de la santé américain a congédié le Docteur Mackereth. Il lui a aussi été reproché son manque de réserve professionnelle, en d’autres termes un médecin ne doit pas systématiquement dire ce qu’il pense.

L’Equality Act stipule clairement qu’il est illégal d’établir une discrimination directe ou indirecte à l’égard d’une personne sur la base d’une « caractéristique protégée » comme la réassignation du sexe, comprenez la trans-sexualité. Belle illustration de l’ineptie de la théorie du genre !

Source : The Telegraph

6 réflexions au sujet de « La décadence morale et intellectuelle s’accélère aux Etats-Unis »

  1. Il est un livre que je vous recommanderais c’est: « La dimension cachée » de Edward T.Hall, collection « Points » édition du Seuil, ouvrage publié en 1966 aux U.S.A. et en 1971 pour la version traduite en français.

    C’est un anthropologue étasunien qui fut le fer de lance de la proxémie, c’est à dire la science de l’étude de la dimension de l’espace dans la communication non verbale chez l’animal et, culturellement, pour l’Être Humain.

    Il y écrivait ceci:

    (…si l’homme continue d’ignorer les faits observés au niveau infrastructurel concernant les conséquences du surpeuplement, il risque de provoquer un équivalent du comportement cloacal, si ce n’est pas déjà fait. L’aventure des cerfs de l’île James évoque l’image macabre de la peste qui anéantit les deux tiers de la population de l’Europe au milieux du XIV° siècle, bien que cette mortalité massive ait été causé par le bacillus pestis, la virulence de ce dernier fut incontestablement accrue par l’état de moindre résistance qu’avait entraîné pour leurs habitants le surpeuplement des villes médiévales et l’état de stress qui en résultait.)

    Texte que j’ai repris de ce bouquin sur mon blog où, pour en expliquer les raisons, j’y avais rajouté cette longue note où j’y avais joint quelques réflexions de mon cru (je fais du copier/coller):

    ( Dans cet ouvrage, il y montrait que dans l’île britannique de James, aux dimensions limitées, des cerfs y vivaient sans prédateur (je ne sais pas de ce qu’il en est aujourd’hui) mais mourraient en grand nombre de façon cyclique, du fait du seul stress dû à leur surpopulation, puisque il y avait encore suffisamment de végétaux pour alimenter tous ces animaux.

    Il est aussi à remarquer que la fameuse grippe espagnole, de 1917/18 à 1919, qui fut plus meurtrière que la guerre elle-même, fait suite au stress intense due à la première guerre mondiale, vous constaterez aussi, sur ce texte de Wikipédia ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_de_1918 ) que le nombre par siècle de pandémie de cette maladie s’accroit au même rythme que s’amplifie la population mondiale, ce que vous trouverez également sur le même site ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale ), c’est la vaccination et les antibiotiques qui ont permis de réduire l’extension et les effets des maladies.

    Bien que vous pouvez noter, là encore, le délaissement de cette vaccination par une part notable de la population, phénomène notoirement autodestructeur et l’une des multiples conséquences de cette importante instabilité sociale. )

    Dans ce billet du 1er Juillet ( http://nouvelhumanisme.hautetfort.com/archive/2019/06/21/de-la-predictivite-6159570.html#more ) j’y montrais pourquoi l’Islande put si facilement chasser ses oligarques, que la Russie est l’un des seuls pays à avoir une position géostratégique efficace et logique et les raisons qui font que les gilettistes français sont en grande majorité des provinciaux (et pourquoi Trump, quoi que nous en pensions, fut élu par des électeurs des petites villes plutôt que des grandes agglomérations): ils ne sont pas en situation de surpeuplement.

    Je pense que la société des hommes est malade de son surpeuplement, c’est pourquoi j’ai grandes craintes pour les deux décennies qui viennent.

    Si nous nous penchons sur l’imbécile théorie du genre d’un œil psychanalytique, nier que la sexualisation est un fait biologique est une façon de rejeter notre propre dimension instinctive qui, en raison même de notre structure psychique, s’exprime autant dans nos pulsions, passions que dans un ensemble de mécanismes inconscients (est inconscient ce qui n’est pas conscient, ni plus ni moins), ainsi que dans les luttes internes entre nos interdits du surmoi socialisant et ces mêmes pulsions instinctuelles.

    En une semblance de paradoxe, c’est le cadre que fourni cette lutte interne entre ces deux forces qui nous permet de développer nos capacités inventives et à intellectuellement nous déployer, à l’image de la poésie en alexandrin forçant le poète à aller chercher au fond de lui pour exprimer au mieux sa nature profonde et son ressenti du monde (vous remarquerez aujourd’hui l’arrêt quasiment totale de ces capacités).

    Dès lors je pose la plus qu’hypothèse que nier l’existence de l’inconscient c’est, d’une certaine façon, croire que le nouveau-né est une page vide sans aucune connexion synaptique antérieur à la naissance.

    Or, de par ma propre histoire prénatal où ma mère garda une petite fille atteinte de rubéole, avec une forte probabilité qu’elle l’avait contracté (j’en suis convaincu), j’en ai eu quelques séquelles comme par exemple des tremblements lors d’un désordre métabolique quelconque et un léger problème d’équilibre, j’en ai aussi acquis, sûrement par compensation, des facultés de conceptualisation que je sais hors du commun (bien que je puisse aussi dire des bêtises suivant les informations qui me parviennent).

    Ce qui me montre bien que les phénomènes épigénétiques et dès lors génétiques sont structurants dans les processus psychiques, j’ai par exemple des souvenirs de quand j’avais moins d’un an, ce qui est d’une grande rareté, dès lors nier que des processus instinctuels nous sont tout autant structurants est, pour moi, la preuve d’un problème mental individuel et collectif majeur dont je trouve l’origine dans le livre susnommé et dont, ma foi, je ferai bien d’en terminer la lecture.

    • J’oubliais de préciser que l’extrait de l’essai fut tiré à la page 130 à la dixième ligne (je ne sais pas si les choses se font comme ça).

  2. Tout est dans le titre de l’articulet : «La décadence morale et intellectuelle s’accélère aux États-Unis». Et par effet d’imitation, les inepties américaines sont reprises, avalisées et amplifiées partout ailleurs en Occident.
    Nous vivons des temps affligeants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s