Histoire de bourdons et d’abeilles

800px-Bumblebee_05.jpg

Dans le domaine de l’agriculture sous serre, les plantes nécessitant des insectes pollinisateurs posent quelques problèmes aux horticulteurs. C’est la raison pour laquelle il existe une grosse demande de la part de ces professionnels en particulier de bourdons pour polliniser les tomates cultivées sous serre. Or les bourdons semblent en voie d’extinction dans de nombreux pays dont en particulier au Canada et aux USA. Comme on pouvait s’y attendre les écologistes politiques, très friands de ce genre d’information, ont immédiatement accusé l’activité humaine, dont l’agriculture intensive détruit les biotopes naturels mais aussi les pesticides dont les néonicotinoïdes inscrits sur la liste noire de ces mêmes écologistes et enfin, on pouvait s’y attendre aussi, le réchauffement climatique.

Or il n’en est rien ! Au moins en Amérique du Nord et en Europe les bourdons sont dévastés non pas par tous les facteurs énumérés ci-dessus mais par les abeilles (Apis millifera) d’origine européenne, c’est-à-dire la grande majorité des abeilles utilisées quasiment industriellement pour polliniser les cultures en plein champ et accessoirement pour produire du miel. En effet ces abeilles dont ces mêmes écologistes ont déploré la disparition, sont porteuses de deux virus qu’elles transmettent aux bourdons lorsque ces deux espèces, d’ailleurs apparentées phylogénétiquement, butinent les même fleurs. Cette découverte réalisée à l’Université du Vermont est tout à fait inattendue et s’explique aisément.

Les abeilles sont de véritables animaux d’élevage au même titre que les poulets ou les porcs et elles ont accumulé au cours de cet « élevage » toutes sortes de microorganismes pathogènes et de parasites. Deux virus originaires des abeilles européennes se transmettent par ce processus de butinage commun vers les bourdons. Il s’agit du BQCV, ou Black Queen Cell Virus, qui attaque la pupe des reines et du DWV (Deformed Wing Virus) qui infecte aussi les abeilles et a pour effet de déformer les ailes de ces dernières, ce qui limite dramatiquement leurs performances de butinage. L’étude de cette transmission virale horizontale a été réalisée en identifiant la présence de ces virus dans les bourdons (Bombus bimaculatus ou B. vagans) oeuvrant près de ruches ou à plus d’un kilomètre de ruches d’Apis millifera d’origine européenne. Cette distance de un kilomètre est considérée comme une sécurité car le bourdon n’effectue jamais de vols aussi longs depuis son nid.

Lorsque les bourdons butinaient près d’un rucher infecté par l’un ou l’autre de ces deux virus (le plus souvent les deux) 75 % d’entre eux devenaient infectés par le BQCV et près de 10 % par le DWV en une saison. Or comme les producteurs de bourdons pour la pollinisation des plantes cultivées sous serre se fournissent en recherchant des nids de bourdons naturels, il est évident qu’ils devront prendre des précautions drastiques lors de leurs campagnes de prélèvements puis d’élevage car les bourdons infectés peuvent alors transmettre ces virus à d’autres bourdons et ainsi ruiner un élevage entier.

La conclusion de ce travail est évidente. Il ne faut pas tout de suite incriminer l’activité humaine pour des raisons idéologiques devant une telle situation encore que la domestication intensive des abeilles avec leur cortège de pathogènes puisse être le résultat indirect de cette activité humaine.

Source : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0217822.t001 , illustration Wikipedia

6 réflexions au sujet de « Histoire de bourdons et d’abeilles »

  1. Le varroa, sympathique acarien, première cause, et de loin de la « disparition » des abeilles, au moins en Europe, et donc peut-être indirectement de celles des bourdons ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s